Dimanche 14 septembre 2014 7 14 /09 /Sep /2014 09:26

 

Comme je l'observais finement la semaine dernière, le Calife de Mossoul et ses potes doivent bien se marrer en voyant la terrible coalition occidentale essayer tant bien que mal de se constituer sous la prudente égide de Barack-Hussein Le Grand. Rien qu'à voir la tronche de ce dernier lorsqu'il exprime sa farouche détermination de foncer au combat, on sent qu'il y va à reculons, le mec, avec, au creux du bide, la trouille de perdre ses derniers électeurs et par contrecoup le Sénat aux Midterms de Novembre prochain. Alors on y va, d'accord, mais juste pour bombarder, pas vrai? Pas un soldat U.S. ne mettra les pieds sur le sol Irakien, promis juré. Et puis pas question non plus d'accepter n'importe quel allié style Poutine ou les Ayatollah d'Iran, on a sa petite fierté. Alors, on va discuter entre gens convenables, histoire de voir comment on pourrait s'y prendre pour chatouiller un peu le Muz fanatique sans se mettre à dos ni les opinions publiques, ni les Diversités Enrichissantes de chez Hollande et Cameron. Celui-ci, bien sûr, avec son entêtement anglo-saxon de ne jamais payer de rançon, se morfle aujourd'hui une vidéo d'otage décapité au coutelas et les inéluctables emmerdements médiatiques à suivre : il fera donc comme Obama et comme Culbuto, aussi, il bombardera...si la Chambre des Communes n'y voit aucun inconvénient, évidemment. Surtout qu'ils en gardent un deuxième d'otage britannique, les massacreurs allahouakbar, celui-là sa chetron ne tient qu'à un fil...ça promet des moments durailles pour le Premier Ministre de Sa Majesté...et je ne vous parle même pas de l'Ecosse!

Nous autres Franchouilles, en revanche, nous ne risquons pas cette sorte de mouscaille. Les rançons nous les payons rubis sur l'ongle, si parfois ça peut durer un petit peu c'est juste pour prendre le temps de trouver les sous et surtout la personne idoine qui se chargera du transfert des fonds. Dans ces conditions Culbuto peut s'en aller la tête haute visiter l'Irak, promettre une aide militaire et des livraisons d'armes aux Peshmelbas, ces derniers étant censés se taper le sale boulot à la place des Occidentaux bombardeurs. Il en a profité, notre président à 13%, pour passer un grand coup de brosse au Gouvernement "démocratiquement élu" de Bagdad et pour l'assurer du soutien de la France, laquelle "sait toujours prendre ses responsabilités quand il s'agit de la paix et de la sécurité dans le monde". Parvenu à sortir ça sans choper le fou rire, il a même ajouté qu' "un temps nouveau" allait s'ouvrir! Toujours son légendaire sens de l'humour! Pas de quoi lui refaire la cerise dans les sondages mais comme dérivatif, jouer les cadors au pays des mille et une nuits même  si l'on y trouve aujourd'hui plus de check-points que d'hétaïres lascives, ça délasse un peu, ça doit vaguement lui rappeler l'époque bénie du 334eme Saint. Heureusement qu'à Bagdad ils ne lui ont pas offert de chameau, encore un qui aurait fini dans la casserole! En tout cas, dès demain les choses sérieuses ou prétendues telles commencent. Et chez Flanby puissance invitante, siouplaît, tout un programme! Ca discutera ferme, à Paris, on va s'organiser, on va leur fermer les robinets, on va préparer l'attaque, on va enfin savoir, peut être, qui participe ou non à la Coalition. Et le tout en la présence auguste de John Kerry en personne! Bref "ça va barder" comme se fût exclamé le regretté Eddie Constantine...les Djihadistes doivent s'en tenir les côtes!

Surtout les Djihadistes "français", d'ailleurs, eux ils le connaissent Pépère, beaucoup d'entre eux brandissaient  Les drapeaux de La Bastille alors ils savent bien à qui ils ont affaire...Leur nombre, en tout cas, ne cesserait de croître. On parlait naguère de sept-cents, mais par un prompt renfort ils se verraient aujourd'hui près de mille en arrivant Topor. En tout cas, c'est Cazeneuve qui le dit...je crois qu'on peut aisément multiplier par deux ou trois mais on s'en fout, après tout, seul le principe compte : la France participera bien à la Guerre du Califat, et des deux côtés du champs de bataille, salvôplé! Nous assistons au début d'un truc vachement historique, soyez en sûrs. Jusqu'à présent on faisait la guerre avec des soldats genre "chair à canons" mais d'un seul côté. Aujourd'hui nous bombardons le camp à qui nous fournissons les combattants, les armes et le pognon! Avant, il pouvait arriver qu'on le fasse, mais pas exprès, jamais. Sacré progrès, tout de même! Quand je pense qu'on se foutait de sa gueule, à Hollandouille lorsqu'il gueulait comme quoi "le changement c'est maintenant!" Tu parles, y croyait même pas si bien dire.

Alors évidemment il va bientôt pouvoir un peu souffler, le Pépère. Non seulement Vallsounet va s'y coller en affrontant l'hostilité d'une assemblée quelque peu frondeuse mais encore nous allons assiter au retour du Sarko prodigue. Avec une perspective pareille la sérénité devrait revenir à l'Elysée, et si ça se trouve en compagnie de Julie, qui sait? Il mériterait bien un peu de repos notre petit guerrier tout mou pas vrai? On se prend à le souhaiter tellement il fait peine à regarder, depuis l'île de Sein on croirait qu'il n'a pas eu le temps de se sécher!

Pas comme Sarko, tiens! Celui-là faut voir le poil de la bête qu'il a repris! Pète la forme, dites donc, malgré les poursuites, les brimades judicaires, les mises en examen, les écoutes vicelardes. En dépit, même, de l'affaire sur laquelle il se rétamera probablement la gueule d'une manière ou d'une autre, je veux parler du piège Tapie, bien sûr. Avec l'inculpation de la mère Lagarde, on voit bien qu'elle se referme tout doucement la nasse. Dans les embrouilles de  Nanard yop-la boum la précipitation n'est pas de mise, tout vient à point à qui sait attendre...ça se prépare pour 2017, tranquillement, sans faire de bruit, dans le silence des cabinets de nos bons juges trotskos. La bombe explosera au moment opportun... 

En attendant il fait main basse sur l'UMP, l'homme aux talonnettes, et il s'imagine déjà de retour à l'Elysée pour sauver la France, crédieu, l'oubli de soi à ce point-là ça touche au grandiose, presque au divin. Et il y croit vraiment, ce paillasse, faut voir comme! M'est avis que le type oublie de regarder plus loin que le bout de son camp. Avec les Juppé, Fillon, Le Maire et autres rigolos style Bertrand, il n'a guère de souci à se faire, Nico, il joue sur le velours. En revanche, dehors, au milieu du vaste monde, ça craint infiniment plus. Rien que Marine, tenez, au train ou vont les choses...

Sans compter qu'il s'y prend comme un manche, Carlito, d'accord il ne recule devant rien pour faire plaisir à sa meuf mais de là à foncer à l'Atelier pour se farcir la pièce merdeuse de BHL! Il se figure quoi, ce petit corniaud, qu'on va apprécier, nous autres les cocus qui votions pour lui naguère, un peu à contrecoeur mais tout de même? Coirait-il, le jean-foutre, que la simple évocation de  L'apothéose de Bernard-Henry pousse le clampin de droite à lui apporter joyeusement son suffrage? Avec ce qui se passe actuellement en Libye, par surcroît? 

Non vous savez, va falloir trouver autre chose. Sarko je ne l'ai jamais vraiment senti mais là, vraiment ça me paraît scié, cuit, mort et enterré. Du passé faisons table rase...et puis, tout de même, vous vous rendez compte: le copain de Lévy!

Bon reste de Dimanche et joyeuse semaine.

Et merde pour qui ne me lira pas. 

 

Par nouratin - Communauté : Souriez, nous sommes foutus!
Ecrire un commentaire - Voir les 24 commentaires
Dimanche 7 septembre 2014 7 07 /09 /Sep /2014 11:19

 

Ils doivent rigoler comme des bossus, les potes du Calife de leur "Etat Islamique" de mes deux. Avec des ennemis comme les Obama, Cameron, Hollandouille et compagnie ils gardent plein de beaux jours devant eux les fous d'Allah. -"Alors attention, hein, faut y aller, bien sûr, on peut pas rester les bras ballants à regarder ces petits coquins de Muz fanatiques se répandre doucement comme un cancer sur le monde entier, certes, mais pas question non plus de s'emballer. Et puis, s'agirait surtout pas qu'on puisse gueuler à la croisade chez nos amis culs-en-l'air, des fois que ça les énerve, hein, pas vrai?" On pense comme ça chez les politicards démocratiquement élus de nos belles Démocraties Occidentales...pas trop d'évolution non plus depuis Munich, vous savez quand ils avaient pris leurs aises, aussi, les Chamberlain-Daladier brothers, pour laisser à Hitler le temps de se préparer à nous mettre la pâtée. Sauf que le Führer, comparé aux Salafistes-Djihadistes, il aurait fait civilisé, présentable, presque humain en quelque sorte et les pires des S.S. de chez nos amis Allemands ne songeaient pas une seconde à mourir en martyr pour aller prendre leur pied au Paradis avec soixante et onze vierges à transformer en grosses salopes. Croyez moi, ça fait une drôle de différence!

Là, une seule chose saute aux yeux : partout où ces charogneries-là, "New Al Qaïda" comme on dit sans trop savoir de quoi on parle, s'installent avec leur cortège de monstruosités chariatesques, il importe de les détruire, de les étouffer dans l'oeuf, de les écrabouiller comme vermine, c'est une priorité absolue, bordel, faut le comprendre, quand même! Eh bien non, les Grands de ce Monde Occidental, pour eux on dirait juste un petit détail à régler comme ça, entre deux affaires sérieuses style livraison de bateaux à Vladimir Putin! Il apparaît pourtant de la manière la plus éclatante que ces ordures épouvantables nous font la guerre, à nous autres de l'Occident Chrétien, leur pire ennemi quasiment à égalité avec Israel et le Sionisme international. Tout le monde le sait, ça, il suffit de se trouver un peu au contact et on comprend. Demandez à n'importe quel prof de collège de banlieue si on n'est pas en guerre, vous obtiendrez la réponse et avec tous les détails, pour peu qu'il trouve le courage d'en parler l'enseignant en question. Les quartchiers sans-cible regorgent de ces petits Merah-Nemmouche en puissance dont l'objectif consiste à exister avec un statut de serviteur zélé d'Allah et de son Prophète de malheur. D'accord ces jeunes gens constituent le gros des troupes de ce dynamisme démographique que le monde entier nous envie, d'accord ils procèdent en direct de tous les sacrifices consentis par les honnêtes gens pour financer les allocations familiales et autres prestations à vocation plus ou moins nataliste, très bien, certes, mais de là à attendre gentiment qu'il viennent nous égorger afin de nous élever au rang de vedette d'une jolie vidéo...

Naturellement, lorsqu'on vit à la fois sous le joug des bailleurs de fonds, Qatar en tête, qu'il convient de caresser dans le sens du poil et sous la pression des peuplades de banlieue qu'il faut à tout prix ménager pour éviter une explosion toujours possible, on rechigne un peu à s'attaquer aux vrais Musulmans, à ceux qui appliquent le Coran à la lettre. On a beau chanter sur tous les tons les louanges de "l'Islam de France", évoquer à tout bout de champ la "Religion de paix et d'amour", encenser "l'immense majorité" des "Chances pour la France" qui aspirent au "vivre ensemble" dans la liberté, l'égalité, la fraternité et tout le toutim républicard, quand il faut s'en aller vraiment casser de l'Islamiste on n'est pas bien à l'aise. A tel point qu'on se trouve toujours prêt à foncer sur le terrain filer un coup de main au copain Allahouakbar, comme jadis en Libye, avec le succès qu'on sait, et naguère en Syrie, sans y parvenir Dieu merci. Et cela se révèle aussi vrai pour Culbuto et son équipe de branquignols que pour les Sarko, Juppé, Fillon et autres prétendants au titre envié de Président successeur, lesquels se retrouveront face aux mêmes contraintes. Comme notre grand chef à tous, Barack-Hussein, ne semble guère plus déterminé sur la question, je crains que la "Communauté Internationale" ne cherche longtemps encore la bonne formule pour dératiser les califats d'Irak et d'ailleurs. Préparez vos djellabas et vos burqas, je sens que ça vient!

De toute façon, nous autres en Europe on a bien trop de soucis pour aller guerroyer au Moyen-Orient. Rien qu'un truc comme la déflation, tenez, comme épée de Damoclès vous n'imaginez même pas ce que ça peut représenter. La baisse des prix! Vous vous rendez compte d'une cata? Même que Mario Draghi a bien dû se résoudre à intervenir avec sa jolie planche à billets pour faire un peu chuter l'Euro...ainsi nous allons pouvoir payer nos importations plus cher, ouf! Dans un pays comme la France, avec sa balance commerciale archi-déficitaire, ça va bien rendre service, on se sent vachement aidé, sur ce coup-là. Quant à Flanby, lui, il nourrissait depuis quelques temps une autre idée visant à faire monter les prix histoire de ne pas nous laisser croupir dans la mouise déflationniste: la hausse de la TVA! Oui, comme Sarko mais non, un poil plus, deux petits points...en sus de l'augmentation de 2014, bien sûr. Avec un argumentaire bien ficelé comme quoi l'évolution de la situation économico-financière changerait une mesure hautement haïssable au temps de l'infâme Nicolas en solution géniale sous François-Grotoumou. Toutefois, cela c'était avant...

Ben oui quoi, avant le best-seller de Valoche! Maintenant qu'on sait comment il considère les Pludéfavorizés, le voilà dans le pétrin Culbuto! Augmenter la TVA ça revient à frapper directement les "sans-dents", à leur en arracher encore une ou deux, pour ainsi dire! Faire payer les pauvres, m'enfin! Impossible, foutu, scié, ratatiné! Macron n'a plus qu'à chercher autre chose, les riches  par exemple, tiens, au hasard...enfin je veux dire ceux qui arrivent encore à remplir leur gamelle après paiement de tous les impôts, de toutes les taxes, de l'ensemble des cotisations de tout poil et même des honoraires du dentiste! Pas très égalitaire qu'on trouve encore des privilégiés de ce calibre : tiens, je verrais bien une bonne augmentation de la CSG des retraités les pluzézés, ça mange pas de pain vu qu'ils votent UMP ces cochons-là! Mais bon, comparé à la TVA ça fera jamais le compte, vous comprenez, on est loin du bal! Saloperie de Rottweiler! Et puis, en supplément de programme, vous avez l'autre petite pute de Thévenoud, un garçon à qui on aurait refilé le Bon Jaurès sans confession et qui va oublier de déclarer ses revenus pendant des années, dites donc! et qui se laisse nommer secrétaire d'état sans moufter, l'enpaffé! Juste au moment où l'autre salope sort son bouquin infect! Encore un coup de ce gros fumier d'Edwy, tenez, comme au temps de Cahuzac! Il aurait pu le sortir avant qu'on ne le colle au gouvernement, Thévenoud, ça nous aurait bien rendu service, ça. Mais non, il a fallu qu'il attende le pire moment, ce vautour à moustaches, ce teinturé de frais, ce mangeur de cadavres! Alors vous voulez qu'il fasse quoi, désormais, Culbuto, qu'il plonge carrément dans la fosse à purin? Hélas oui, je crains bien que pour lui ce ne soit l'ultime solution. Et, encore plus rigolo, il va bien falloir que le bel hidalgo saute avec lui, leurs sorts appraissent liés comme le seau hygiénique et sa poignée. Si ça se trouve ils ne passeront même pas l'hiver, ces deux-là, allez savoir...

En même temps, bon, il fallait bien qu'il s'attende à un coup en vache de la part de son ex-compagne, ex-Première-Concubine, le gros pignouf. Une pétroleuse de cette envergure ça ne se laisse pas jeter aux ordures comme un vieux slip troué sans réagir grave et le plus vicieusement possible, encore. Rappelez vous la Sacrée répudiation! Il pensait sans doute qu'elle allait s'habituer, l'autre con, s'écraser! Même pas foutu de se méfier du retour de bâton et ça veut gouverner la France! Pauvre mec! Et puis, tout de même, depuis qu'ils nous sont tombés dessus comme la vérole sur le bas clergé, Pépère et tout son entourage, ils nous auront balancé un échantilonnage de turpitudes à en dégoûter Balzac. On les avait déjà vus à l'oeuvre, les Socialos, aux temps héroïques de la voyoucratie mitterrandienne, eh bien ceux d'aujourd'hui arrivent à descendre encore bien plus bas dans la bassesse et l'ignominie. De sales gens, décidément, de bien sales gens!

Amitiés à tous les copains et gros bisous aux copines.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Par nouratin - Communauté : Souriez, nous sommes foutus!
Ecrire un commentaire - Voir les 20 commentaires
Samedi 30 août 2014 6 30 /08 /Août /2014 16:46

 

-"Dites Maître, lui sort le vieux Maurice, vous allez avec "Vive la Gauche" ou vous restez Social-Traître en compagnie de Vallsounet et de Macron-cron?"

Faut dire que Maître Trentasseur, l'avocat socialo, depuis quelques temps on le voit moins, il se fait rare, le cher homme, il ne sait plus trop sur quel pied danser. C'est bien compréhensible : un garçon qui vient de changer sa Mercedes, vu qu'il ne les garde jamais plus de deux ans, critiquer la Droite Allemande et sa politique asphyxiatoire des pauv' travailleurs franchouilles ça lui pose un cas de conscience. Et puis lui, bon, il vient de l'époque Mitterrand, on ne s'embarrassait pas trop de questions en ces temps idylliques, le Parti marchait comme sur des roupettes. Quand on faisait un peu de "rigueur" il suffisait de virer les Cosaques, de toute façon Tonton n'en avait plus besoin. Les temps ont bien changé, ça tire à Hue et à Taubira aujourd'hui, plus moyen de faire du socialisme tranquillement, on se retrouve obligé de choisir entre le bon vieux déconnage dogmatique de grand-papa et les exigences de Bruxelles modifiées Merkel. En d'autres termes le naufrage pavillon haut ou la capitulation sans condition. Avant on se remplissait les fouilles gentiment tout en arrosant le populo à crédit mais, en 2014, du crédit on en a de moins en moins, alors nos ministres il faut aller les chercher chez Rotschild, comme du temps de Pompidou. Sauf que "notre seul-ennemi-la-finance", quand on le bombarde patron de Bercy à côté du Sapin tout bouffi qui perd ses aiguilles, le militant de base se sent un peu désorienté...faut le comprendre aussi, con comme il est...

Cependant, là il vient de tomber nez à nez avec l'ami Maurice le pauvre Jean Trentasseur et Maumau, dans le genre emmerdeur vicelard vous ne trouverez pas l'équivalent, surtout quand il s'agit de se payer un gauchiard comme le camarade en question.

-"Ouais parce qu'à La Rochelle, vos potes y se tirent dessus à boulets roses, ça part en couilles de tous les côtés, le Premier Ministre se fait cracher à la gueule et le Président il ose même pas envoyer une vidéo tellement il a les foies qu'on lui bousille le grand écran loué une fortune au Palais des Congrès, l'Espace Encan comme ils l'ont baptisé les endigués de Richelieu. L'encan, dites, comme la vente du même nom! Ca tombe à pic, pas vrai? Non, votre Moi-Président il a dégagé sur Bruxelles, pendant ce temps-là, pour quémander des délais. Manque de pot, les copains Européens le regardent même plus, le pauvre couillon. Avant il les faisait juste rigoler maintenant ils voient au travers! Quand il s'avance main tendue ils lui rentrent dedans, les autres, font même pas un crochet pour l'éviter, c'est lui qui se trouve obligé de se pousser, dites donc, le pauv' malheureux, une vraie misère! Et en France il souffre encore pire, ce mec, pas tellement l'opposition, ceux-là y seraient plutôt gentils mais ses propres camarades, vos potes, quoi. O.K. il les a berlurés dans les grandes largeurs avec ses engagements de campagne à la mords moi le noeud. D'accord. Mais depuis quand faudrait croire aux promesses des politicards, surtout socialistes, pas vrai? Comment vous vous feriez élire si vous racontiez pas des fariboles, hein? Vous en savez quelque chose, vous, Maître : votre élection de 81, heureusement pour vous tout le monde a oublié les conneries que vous profériez à l'époque, on ne se souvient même plus de votre déculottée de cinq ans après. Autant en emporte le vent putride de la démocratie! Seulement, là, rien ne va plus, les jeux sont faits, votre PS va crever de ses contradictions. Si ça se produit pas aujourd'hui ce sera la semaine prochaine, ou dans un mois ou dans trois, je ne sais pas mais c'est écrit, inéluctable, imparable! On ne peut pas vouloir le beur, l'argent du beur et la burka de sa copine! Macron et Taubira, à part le pognon y a tout qui les éloigne, c'est comme la godasse et le caca, faut les maintenir séparés sans quoi on n'a pas fini de puer! Alors, sans indiscrétion, vous en pensez quoi de tout ça, Maître, vous qui connaissez?"

Le Maître, il en pense qu'il lui foutrait volontiers son poing dans la gueule à ce kroumir mal léché. Toutefois, cela ne se fait pas, comprenez vous? Frapper un vieillard, surtout en pleine rue et à midi moins dix, l'effet se révèlerait désastreux, forcément. Alors du coup, il essaie de s'en dépétrer au moyen de généralités comme quoi l'important aujourd'hui consiste à relever la France et que tout le reste ne revêt pas plus d'intérêt que l'écume de la mer et surtout qu'il se trouve vachement à la bourre et qu'alors au revoir à la prochaine et ses amitiés à Madame. Repli stratégique, quoi, et sprint vers la grosse berline noire qui l'attend sagement au parking en face. Exit Maître Jean Trentasseur! Maurice, avec ses vieux rhumatismes, pas question de lui filer le train. Alors il se contente de lui gueuler: "Hé dites, Maître, oubliez pas de baisser les loyers, sans quoi vos locataires y seraient foutus d'aller rouspéter chez la grosse mémaire de Lille! Vu qu'elle reprend du poil de la bébête, celle-ci, vous z'avez peut être pas trop intérêt à vous la foutre à dos, on sait jamais... Et bien le bonjour chez vous!"

Moi, je les plains, les Socialos...bon enfin, façon de parler mais je reconnais que pour eux, en ce moment, ça rigole moyen. Valls pourtant semblerait réussir assez correctement le grand écart entre un semblant de raison qui le pousse à passer la pommade aux entrepreneurs et les élans du coeur qui le tirent vers sa gamelle de gauche. Pas fastoche, tout de même. Prenez son joli discours de La Rochelle, tiens, attaqué sous les huées et fini sous les applaudissements nourris grâce auxquels on n'entendait pas trop les sifflets des dissidents "frondeurs". Même La Taube qui faisait semblant de chanter la Marseillaise, dites donc! Bon, alors qu'est-ce qu'il leur a raconté, le Catalan, à ses co-religionnaires?

Bof, peu de choses en somme. Qu'en aucune façon il ne pratique une politique d'austérité, ce qui, certes, apparaît assez regrettable dans la conjoncture actuelle mais ne s'en révèle pas moins conforme à la triste réalité. Il prétend même, le bel hidalgo, continuer à embaucher à tours de bras des fonctionnaires, subventionner plus que jamais la Culture de Gauche, augmenter les minima sociaux pour arroser les Pludéfavorizés des quartchiers sans cible et, en même temps, baisser les impôts, le tout en réduisant drastiquement les déficits...comprenne qui peut!

Et puis aussi, il faut aimer les Musulmans, ça il a bien insisté, le mec. Essentiel, les Muz! D'une part, il s'agit de la deuxième religion de France, en attendant qu'elle passe en tête ce qui au rythme actuel ne saurait tarder. D'autre part, il faut les transformer en citoyens ces braves gens, pas les laisser à la porte du Grand Banquet Républicain, le tout c'est d'éviter de servir du cochon et de renoncer au pinard, pas discriminer surtout, ce serait le pire de tout la discrimination. Et puis, faut voir ce que ça donne, la France, quand ça assimile, ça donne Najat Belkacem, vous vous rendez compte? Vous voyez ce qu'on risquait de louper si la Répupu l'avait pas prise dans ses bras, celle-là?

Bon d'accord, on trouve encore de ci de là quelques "jeunes Français" qui s'en vont filer un coup de main aux Djihadistes. Je veux bien mais la faute à qui, hein? On leur aurait injecté des doses massives de Valeurs Républicaine, à ces charmants bambins, aujourd'hui ils militeraient dans les Jeunesses Socialistes, pas chez l'Etat Islamique! Réveillez vous, Camarades, c'est à vous de les endoctriner ces jeunes, pas aux Imams! Y a du boulot, on peut pas dire le contraire, mais le jeu en vaut la chandelle! La merveilleuse démographie que le monde entier nous envie, on ne l'a pas financée avec le pognon des tavailleurs pour alimenter la Charia, merde, c'est notre clientèle ça, les amis, faut pas laisser perdre!

Donc, un superbe discours, plein de sentiment et de conviction. Presque on pouvait se figurer Jaurès, à part la barbe, le gros bide, la moustache, la redingote et l'accent rocailleux. Un vrai tribun, ce Premier Micuistre, aussi bon devant la bande à Cambadélis qu'en face des équipiers de Gattaz. Et parfaitement adaptable : aux premiers il balance des monceaux de niaiseries alors qu'aux seconds il raconte de jolies histoires...un Grand Socialiste, y a pas!

Bon Dimanche.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Par nouratin - Communauté : Souriez, nous sommes foutus!
Ecrire un commentaire - Voir les 27 commentaires
Samedi 23 août 2014 6 23 /08 /Août /2014 16:18

 

Alors, comme je me trouvais bloqué avec un écran réduit ratatiné dans un coin et sans possibilité d'en sortir, l'idée me vint de procéder au nettoyage proposé par l'ami Windows afin de booster les performances de mon ordinateur. Le résultat fut à la hauteur de mes attentes, l'écran a repris sa taille normale et je puis à nouveau publier mes petites billevesées sur le Web, sauf que...

Sauf que par la même occase les nettoyeurs de choc me signalent la suppression d'autorité d'un certain nombre de programmes réputés malsains dont, notamment, l'anti-virus auquel je m'étais abonné moyennant finances. Je me retrouve donc grosjean comme devant sans trop savoir si c'est du lard ou du cochon. J'ai la même impression que le mec en pleine action qui doute, in petto, de l'étanchéité de sa capote. Ca perturbe un peu le rythme! Et quand, en même temps, je vois ces saloperies de pub qui clignotent à tout va sur le fond noir d'Onefoutus, je sens monter la grosse colère impuissante, celle qui pourrait aller jusqu'à foutre ce putain d'ordi par la fenêtre...Ca finira mal, nous deux, ça devient de plus en plus évident!

Pourtant la journée commençait bien : un coup de fil de mon pote Hank Hulley, vous pensez! Surtout qu'il en coltinait à la pelle, des trucs à me raconter, le mâchouilleur de chewing-gum. D'abord, ses aventures personnelles, forcément. Vous vous souvenez, n'est-ce pas, il vit dans le Missouri, Hank, pas très loin de Ferguson si vous voyez, à quelques encablures de ce petit bled qui défraie la chronique depuis le décès d'un jeune noir, abattu par des policiers tout blancs. Le premier jouant le rôle de l'innocente victime et les seconds celui des infâmes assassins facho-racistes, selon nos chers media, bien sûr, Hank faisant valoir un point de vue quelque peu différent. D'après ce dernier, en effet, depuis surtout la prise de pouvoir par Obama, le voyou du Missouri a pris du poil de la bête, il se sent conforté, le mec, et quand un flic lui tombe sous la patte, il n'hésite jamais à lui faire la peau. L'"assassin" du gentil petit black de Ferguson disposait donc d'une micro-seconde pour tirer le premier, ce qui ne laisse pas le temps de vérifier scrupuleusement si l'agresseur porte ou non une arme à feu. Surtout en pleine nuit. Mais, naturellement, dans les salles de rédaction des journaux bien-pensants on préfèrera toujours un flic mort, même si le cas contraire offre de bien meilleures occases de pisser de la copie indignée. 

-"Tu penses, ils s'en donnent à coeur joie, les colorés, précise l'Amerloque, tous les soirs que Dieu fait ça descend en ville, ça gueule, ça fout le bordel partout, ça casse les boutiques, ça pille, ça incendie, ça canarde la flicaille, ça tire sur tout ce qui ressemble à du blanc. Et comme leur pote Président des Etats-Unis ordonne à la Police de se la mettre en veilleuse, surtout pas faire bobo aux émeutiers, ils y vont franco, les blackos, où y a de la gêne y a pas de plaisir! Surtout qu'il se trouve bien emmouscaillé, le Bamboula de la Maison Blanche, y a les Midterms qui arrivent en Novembre...déjà qu'il s'attend à une raclée, sans le vote des Noirs il peut faire une croix sur le Sénat...on n'en a pas fini avec les emmerdes, c'est moi qui te le dis!"

C'est marrant, moi je trouve, comme dans des circonstances comparables, les mêmes causes peuvent produire des effets sensiblement identiques. Nous, ici, nous avons La Taube avec sa tendresse particulière pour les malfaiteurs, là bas, de l'autre côté de l'Atlantique, le camarade Barack-Hussein, bien qu'il affiche, certes, plus de classe et de retenue, question de clientèle, joue grosso-modo la même partition. Résultat, dès qu'on chatouille un peu la racaille ça donne des émeutes et des flics qui se font massacrer sans pouvoir riposter. Y a des ressemblances, pas vrai? Du cousinage, presque, je dirais...

Pourtant, Hank Hulley, les histoires de Ferguson ça ne le chiffonne pas autant que ce qui se passe du côté de l'Irak. Il n'en revient pas d'entendre Obama se proposer de bombarder les ennemis de Bachar el-Assad alors que six mois plus tôt il tentait de faire la peau à ce dernier. Là il a du mal à comprendre, le Missourien : comment on peut virer à cent quatre vingt degrés dans des délais aussi brefs, ça le dépasse: "Alors, sans l'intervention de Vladimir Putin il allait filer le coup de main décisif à nos pires ennemis...avec l'assistance symbolique de votre gros tout mou à scooter...bullshit mais ça dépasse tout, des conneries pareilles, il part en couilles les pieds en avant, le mec, on dirait Carter en bronzé, merde  Peanuts's back! paraîtrait même qu'il aurait foiré, lui aussi, une opération de commando pour aller chercher nos otages, cet ahuri, comme l'autre connard aux cacahuettes, tiens, pareil! Putain, on le savait qu'il s'en trimballait une couche, le beau brun, mais à ce point, je reconnais, j'imaginais même pas! Tiens, pour ainsi dire, question intellect il naviguerait presque au niveau du vôtre, le bouffi de ces dames, sauf que celui-ci, tu comprends, pour ce qu'on en a à foutre, vu l'importance de votre petite province..."

Prends toi ça dans la geule!

-"Et à côté de ça, poursuit le gastronome de Mac Do, voilà t-y pas qu'il s'en va emmerder les Russes dans des histoires d'Ukraine dont nous n'avons que foutre! Enfin, l'Ukraine merde, chacun sait bien que ça se trouve en Russie, tout de même, y a qu'à demander à Brejnev! M'enfin! Un peu comme si Putin s'amusait à soutenir l'indépendance du Colorado, tu réalises? Pourtant, s'il existe un bonhomme avec qui faut surtout pas se facher c'est bien Vladimir, putain, lui au moins il évite à notre rigolo mitigé Keynian-cochon-d'inde, de s'embarquer dans des aventures à la con à bombarder nos alliés, merde, voir ci-dessus! Non, je te dis, que des conneries il bricole, ce connard...puis vous, les Européens, vous l'aidez bien. Faut dire aussi l'adoration...l'amour ça rend bigleux, pas vrai? Bref, encore deux ans à se farcir ce bloody-bastard son Obamacare, sa fausse monnaie et tout ce qui s'ensuit et puis on change. Pourvu qu'on se morfle pas un fucking-latinos le prochain coup! Faudrait faire une pause, nom de dieu, sans quoi, nous aussi on est foutus! La case de l'Oncle Sam, tiens! Parti comme tu nous vois, encore quelques foirades électorales dans le même registre et on devient aussi cons que vous, on pourra faire des concours!"

Reprends toi ça en pleine poire!

A ce moment précis, comme on a tout de même sa fierté, j'ai cru bon de couper court, sans quoi l'animal allait finir par me cracher à la gueule, ce qui, par téléphone, pourrait se révéler éminemment détestable. Toutefois, une fois le bigo raccroché, je me vois contraint et forcé de lui rendre justice sur bien des points. Notre monde d'aujourd'hui se noie dans un brouhaha indistinct, chacun joue sa petite partoche et change les notes quand ça lui chante. Le bordel, quoi. Sans chef, ce genre d'orchestre tourne rapidement à la pire des cacophonies. Et en la matière nous apparaîssons comme les grands maîtres, nous autres Franchouilles, suffit de voir le Ministre de l'Economie qui conchie ouvertement la politique économique du gouvernement auquel il est censé appartenir. Vous me direz, son collègue de l'Education lui emboîte le pas...oui mais là on reste dans la norme, voyez, l'Education Nationale, question cacophonie ça fait office de mètre-étalon, d'ailleurs Hamon je le verrais bien à Sévres, dans une jolie vitrine...

Cela dit, j'en resterai là, sachant qu'il y a des jours ou le blogueur manque un peu de jus; celui-ci en fait partie. Espérons la forme olympique pour la semaine prochaine : peut être parlerons nous du volcan Bunga-Bunga, tiens, voilà qui nous rappellerait de jolis souvenirs (voir L'éruption de l' Eyjafjallajtanküll.)

Bon Dimanche, mes amis.

Et merde pour qui ne me lira pas.

 

Par nouratin - Communauté : Souriez, nous sommes foutus!
Ecrire un commentaire - Voir les 25 commentaires
Samedi 16 août 2014 6 16 /08 /Août /2014 16:13

 

Je m'en souviens très bien. Je vous parle de vers le début des années 70, ça nous remet loin, pas vrai? Alors, à l'époque, en plein trentièmes-glorieuses, juste avant le premier choc pétrolier, le truc branché c'était le "Club de Rome". Une espèce de think-tank, comme on ne disait pas encore, très huppé, avec des tronches de super-niveau, tout ça. Et ces mecs-là (aucune trace de nana dans l'équipe, la parité on n'en avait encore pas grand chose à branler) ils avaient pondu un rapport vachement chiadé sur l'évolution prévisible de la Terre et de l'Humanité. Le titre traduit en français, ça donnait: "Halte à la croissance?" si ma mémoire tient le choc. Je ne vous dis pas le succès! Moi, en ces temps très anciens, je lisais "Le Monde"...enfin, je l'achetais, histoire de me conformer aux instructions propagandistes de certains profs d'université dont j'appris, par la suite, qu'ils émargeaient tous plus ou moins au Parti Socialiste. Et, dans ce torchon de merde, véritable sous-marin atomique de la pensée intello-gauchiarde visant à fabriquer des générations de zombies à cerveau programmé bien-pensant-progressiste, on trouvait à ce moment-là des chiées d'articles s'intitulant tous, peu ou prou, "Croissance zéro". L'idée leur plaisait énormément, à tous ces connards hyper-intelligents. Faut dire qu'à l'époque la croissance ça puait le capitalisme à plein nez, les profits, tout ça. Ah, les profits! ils en avaient plein la bouche : l'horreur, vous pensez : les gros porcs à gros cigares qui se goinfraient à s'en faire péter le costard trois-pièces, sur le dos des pauvres ouvriers exploités à bloc; un vrai bonheur pour le dévot sartrien-germanopratin, lequel se contentait d'encaisser ses dividendes tout en regardant de l'autre côté!

Oui, sauf que l'ouvrier, lui, il ne lisait pas "Le Monde", même plus l'"Huma". "France-Soir" à l'extrême rigueur chez les Parigots et la presse régionale en Province mais bien plus fréquemment l'"Equipe et "Paris Turf". La croissance il la voyait plutôt d'un bon oeil, le manard, vu qu'en quelques années elle lui avait offert le "confort-moderne", la bagnole, la télé, le frigo pour les canettes et puis aussi les vacances afin de dépenser agréablement le trop-plein. Sans parler de la machine à laver et de la cocotte-minute pour bobonne qui, au cours de sa seconde journée de travail, pouvait ainsi trouver le temps de lui apporter sa petite bière gentiment rafraîchie quand il rentrait du bistrot. Il savait bien, lui, Bébert, ou Paulo, ou même Marcel, on s'en fout, il savait, disais-je, d'où il partait et où il en était rendu. Bon, ça ne l'empêchait pas de revendiquer toujours plus mais, vu que la combine marchait à tous les coups on voit mal pourquoi il se serait gêné. En tout cas, l'expansion, comme on disait, il ne se posait pas vraiment la question mais, dans le fond, ça l'enchantait comme pas possible. Il s'embourgeoisait même tellement, le Jeannot, qu'à la fin, dégoûtés, nos directeurs de conscience gauchiasses ont décidé de nous faire le coup de l'homme-nouveau...d'où l'immigration massive et le changement de population subséquent. C'est bien en ce temps-là que, toujours dans "Le Monde", on a commencé à voir apparaître une ribambelle d'articles indignés sur la misère sexuelle du travailleur immigré et sur l'urgente nécessité d'autoriser le regroupement familial...ce qu'une fois Pompidou clamsé, les frères-ennemis Giscard-Chirac se sont empressés de réaliser avec le bonheur que l'on sait. Cependant, ne digressons pas trop.

J'en reviens donc à ma "croissance zéro". L'idée, qui, semble-t-il, n'effleura pas une seconde les rapporteurs du Club de Rome mais germa aussitôt dans l'esprit illuminé des gazettiers de la Rue des Italiens, consistait à tout arrêter. Fini l'expansion, on gèle l'économie, on s'arrange -sans trop savoir comment- pour rester stable, pile-poil, en équilibre parfait, toujours au même niveau : zéro pour cent de croissance ad vitam aeternam, vu qu'on se trouve très bien comme on est, surtout à la Terrasse du Flore! De la sorte vous préservez les ressources naturelles et vous sauvez la planète d'une mort certaine attendue aux alentours de l'an 2000. En conséquence vous apportez un bonheur quasi-éternel aux hommes de bonne volonté et même aux autres, je veux dire les gonzesses, quoi. Voilà! Alléluia les choux sont gras, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et le fascisme ne passera pas. Fermez le ban! Dans les tronches de ces peigne-culs qui façonnèrent au moins deux générations de nos élites franchouilles, la vérité révélée apparaissait dans toute sa majesté, venant de Rome, certes, mais personne n'est parfait. Et vous vous étonnez de constater à quel niveau de déchéance nous voilà tombés aujourd'hui ?

L'engouement pour cette cagade dura bien quelques mois et puis, vous savez ce que c'est, on est passé à autre chose. Et puis ça à commencé à merder avec les histoires d'OPEP, de renchérissement du coût de l'énergie et autres calamités plus ou moins durables. Du coup, la croissance dégringola toute seule, sans toutefois atteindre, loin s'en faut, ce fameux zéro que l'action conjuguée de la mondialisation, de l'incurie européenne et de l'équipe de choc à Culbuto, allait finir par nous servir sur un plateau pas plus tard que cette semaine.

Et voici donc le Président de la République qui réalise aujourd'hui, sans enthousiasme excessif toutefois, l'objectif de ses vingt ans! C'est y pas beau, ça? Après, peut être son passage par HEC lui a-t-il inspiré quelque réserve sur ce point mais la Rue de Solférino, en tout cas, sut le convaincre de l'impérieuse nécessité de garder le cap du socialisme de Grand-Papa, en d'autres termes de tout faire pour assurer la ruine économique du Pays. Dans le cas contraire, vous ne pouvez ni gagner l'élection ni même faire mine de gouverner. Ainsi, toutes les mesures décidée lors de la prise de pouvoir socialope annonçaient-elles un effondrement de l'économie qui n'a pas manqué de se produire et dont Hollandouille, au fil du temps, prend conscience avec l'effarement du couillon déçu qui croit de moins en moins en sa bonne étoile.

Pourtant, depuis 2012 et son changement que c'est maintenant, il en a proféré des incantations, des pronostics à la Coué, des embellies qui arrivent, des bouts du tunnel, des  Retournement... mais ouiche! Tiens voilà mon zob! Plus ça va pis c'est, y a rien qui rigole! Même la danse de la pluie, il doit faire matin et soir, je vous jure! La preuve : jamais on n'avait vu un été aussi pourri. Mais pour la croissance : zéro! Zéro pointé, même, avec tous les emmerdes infernaux qui ne manqueront pas de suivre! Rentrées fiscales en berne, objectif des trois pour cent en capilotade, Bruxelles qui va encore gueuler, Merkel qui nous pissera dessus de plus belles, les Socialo-Frondeurs qui vont foutre le bordel pire que jamais...heureusement encore qu'il y a l'UMP pour pas trop chatouiller le Gouvernement, sans quoi ça virerait au cauchemar absolu, cette histoire.

Et le plus rigolo -enfin, à condition d'avoir un gros sens de l'humour- ça reste encore l'absence totale de solution. Rien à faire! Ils voudraient bien leur faire plaisir, Pépère et Vallsounet, aux vrais gauchiards, aux durs, aux marxistes, aux trotskystes, aux maoïstes, aux mélanchonnistes, aux écologistes-pastèques...pas possible...encore heureux! Dans le fond, l'Europe et l'Euro ont toujours ça de positif qu'ils limitent le déconnage économique de la Gauche Franchouille, sans quoi nous aurions déjà dévalué quatorze fois depuis  Les drapeaux de La Bastille.

Mais bon, complètement coincés entre les exigences de sinistres réalités et les revendications de plus en plus pressantes de leur majorité de mes deux, Culbuto et Manolo peuvent s'attendre à en chier comme des Russes dès la rentrée...Tiens, à propos de Russes : manquait plus que cette saloperie de Vladimir qui nous colle un embargo sur les fruits et légumes! Déjà qu'il nous avait empêchés d'aller aider nos petits Djihadistes de banlieue en bombardant Assad, maintenant, voilà t-il pas qu'il nous étrangle nos braves agriculteurs... du coup, en Septembre on va encore avoir droit aux Bonnets-Rouges en supplément de programme! Un véritable enfer, vous dis-je.

Enfin, heureusement il y a Julie et surtout le citrate de sildénafil, tiens, dans ce domaine-là, au moins, on sait quoi faire pour la redresser la croissance zéro!

Allez, veuillez m'excuser et passez donc un bon Dimanche.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Par nouratin - Communauté : Souriez, nous sommes foutus!
Ecrire un commentaire - Voir les 18 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés