Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 18:42
L'homme, fût il ancien communiste et socialiste en rupture de ban, ne vit pas que de pain. Il lui faut aussi un peu de caviar de temps en temps. Au prix où est le beurre (convient il d'orthographier avec ce "re"final?) on se doute bien que le bénévolat humanitaire exige un soutien plus substantiel dont l'origine ne revêt aucune importance et ne saurait, de surcroît, intéresser que d'ignobles peigne-culs. Alors, on comprend bien la grosse colère du ministre des affaires étrangères de la France, face aux écrits parfaitement  déplacés d'un de ses copains d'avant dont la curiosité malsaine l'a poussé à mettre son sale pif dans les relations commerciales dudit ministre avec certains potentats de l'Afrique sub-saharienne. De tels procédés ne sont pas convenables, dénotent un manque total de savoir vivre et n'appellent de la part des honnêtes gens que le mépris le plus dédaigneux. D'ailleurs Bernard-Henri Lévy l'a proclamé haut et fort, suivi par le président de la République française une indivisible et métissée en personne. 
Ce dernier (veuillez m'excuser, j'aurais bien écrit "ce Premier" mais c'eût été grammaticalement incorrect tout en prétant à confusion), vient de réaliser un de ces shows télévisés dont il a le secret. "Face à la crise" que ça s'intitulait et c'était, ma foi, bien intéressant. Un peu déprimant mais tout de même instructif. 
Après un exposé très clair bien qu'un peu édulcoré, sur la situation économique du pays et l'impérieuse nécessité d'éviter de creuser trop profond le trou de la dette, hélas, il n'a pas manqué de céder encore une fois à la démagogie. Probable suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu, augmentation des allocations familiales, indemnisation du chômage des jeunes qui n'ont jamais travaillé, limitation des dividendes des actionnaires au profit de l'augmentation des revenus des salariés. J'en oublie probablement mais vous voyez le tableau :  nous avons désormais, outre le sarkoplan de relance avec ses vingt-six milliards de dépense publiques d'investissements pour la plupart improductifs, une série de mesures mal pensées nocives et propres à aggraver encore nos  déficits. 
J'ai bien noté, de surcroît, que désormais la classe moyenne inclut les smicards, ainsi que le Président l'a précisé clairement pour signaler qu'il entend les exonérer d'impôt sur le revenu. Tout cela en dit long sur l'état de ce pays et sur la manière de voir de son principal dirigeant. Un pays de pauvres et un président  qui, malgré ses minauderies de midinette ne songe qu'à sa réélection. Cependant il s'y prend toujours aussi mal. Caresser l'ennemi dans le sens du poil tout en bourrant ses potes de coups de pied au cul, aboutit à dégoûter les seconds sans gagner les bonnes grâces des premiers. J'évoque, juste comme ça, l'annonce de la suppression de la taxe professionnelle, sans réflexion préalable sur le financement d'une telle mesure. Abandonner un impôt  nuisible à la compétitivité des entreprises apparaît judicieux mais en transférer la charge aux habituels baisés du système, ressemble à ce qu'on appelle chez moi le jeu de trompe couillon. M.Sarkozy (pas dans le rôle du couillon, bien sûr), quelques autres et moi même, y avons déja joué à plusieurs reprises, notamment avec le coup du financement du R.S.A., et, personnellement, cela m'a moyennement amusé.
Il convient donc de rappeler qu'à l'instar de l'homme, le contribuable ne vit pas que de pains (dans la gueule).

 Bonne continuation et merde pour qui ne me lira pas.

Partager cet article
Repost0

commentaires