Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 19:36
Dans un article de la revue scientifique Nature, on apprend qu'une équipe du Michigan vient d'identifier une molécule susceptible de permettre, après études complémentaires, un diagnostic précoce du cancer de la prostate. Nouvelle extrèmement intéressante, les mecs, vous n'ignorez pas, en effet ,que tous nous fabriquerons un jour ou l'autre notre petite tumeur maligne de cet organe si précieux mais si ennuyeux à l'entretien (bien que certains apprécient sans doute, place de l'Hôtel de Ville, par exemple). Si ladite molécule tient ses promesses nous serons bientôt pratiquement sauvés de ce fléau.
Oui, mais les tiendra t-elle ses promesses? Vous savez comment s'appelle la molécule en question? SARCOSINE! Au point où ils en étaient, ils auraient pu mettre un K et un Y, c'était pareil!
Alors on se demande si c'est un canular, si cela cache quelque chose de pas net, si c'est, pourquoi pas, la première Dame de France qui a financé la recherche en question dans le but de garder son époux opérationnel ou/et devenir aussi ambassadrice de la prostate. Ces interrogation apparaissent légitimes. Par exemple cette dénomination pourrait signifier " faites gaffe, vous emballez pas, vous pensez avoir affaire à une molécule de droite mais en réalité vous allez l'avoir à gauche, le test sera autorisé sous conditions de ressources, les affreux capitalistes auront le droit de financer et seules les classes moyennes inférieures smicardes ainsi que les prostates métissées y auront accès, une seule exception étant admise au profit des présidents de la république, comme pour le pouvoir d'achat".
Bon, assez déconné, cela ressemble quand même à une bonne nouvelle et, comme dirait ma prostate, par les temps qui courent on en a bien besoin.
Et en cas de succès de la Sarkozyne, j'en connais un qui pourrait tenter d'en tirer quelque avantage politique, pourquoi pas après tout, il essuie tellement de revers ce pauv malheureux! 

Dans cette attente, merde pour qui ne me lira pas.
Partager cet article
Repost0

commentaires