Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 18:09

 

 

Pour une fois, le défilé de l'indignation gauchiste, enseignante et parentale sera passé

tellement inaperçu que même "Libération.fr" lui consacre à peine un entrefilet entre la

galerie photos et la jeune expulsée du Lycée Tournefeuille. Ce n'est pas que je lise

régulièrement ce machin, loin de là, mais n'ayant rien trouvé dans "Le Figaro" je me

suis rabattu sur le seul organe de presse obligé de traiter le sujet. Sans succés. Même

pas moyen d'avoir les chiffres. Black-out total. Comme coup d'épée dans l'eau, ça se

pose là. Je tenais à le signaler. Bien fait pour leur gueule, mauvaise pioche.

Reconnaissons que l'actualité se prète mal aux petites mesquineries revendicatrices

de plein de postes de producteurs d'analphabètes. 

Bien sûr, le Japon s'essouffle un peu. Après huit jours de couverture intensive, nos

media adorés commencent un peu à pédaler à vide sur le sujet. L'énormité de l'évè-

nement reste cependant de nature à maintenir la pression et le danger atomique

fait le reste. Notons au passage qu'entre les images tragiques des malheureux

transis de froid cherchant leurs morts sous le blizzard de neige radioactive et

l'héroïsme invisible des types qui sacrifient leur peau pour éviter la

catastrophe tchernobylesque, il y a matière à intéresser le chaland.

Même après une semaine non-stop.

 

Cependant rien ne résiste, en ce jour crucial, à la Grande Guerre de Lybie voulue,

imposée quasiment et désormais engagée par notre Président de la République

Une et Imprévisible.

Inch Allah!

Le coup est parti et nos avions intrépides survolent maintenant la Cyrénaïque

et même la Tripolitaine, emplissant de terreur les infâmes suppots de l'ignoble Kadhafi.

La France, Monsieur, La France glorieuse et éternelle, a repris d'un coup son rang dans

le concert des Nations. Le premier, comme il se doit. Les mânes associées de Charle-

magne, de Louis XIV, de Napoléon 1er. et du Général viennent d'inspirer à notre petit

Nicolas une salutaire reprise en main du Monde Civilisé. De lui insuffler l'énergie

requise pour résolument se porter à la tête d'une grande coalition convaincue de faire

la peau au monstre affreux. Bonaparte au pont d'Arcole, si vous voyez. Avec le mouve-

ment vers l'avant, viril autant que gracieux et le drapeau de la République fièrement 

arboré afin d'indiquer à la troupe suiveuse la direction du combat victorieux. 

Nous irons jusqu'à Tripoli lui mettre les tripes au soleil!

On va lui apprendre, tiens, à ce sale bédouin plein de puces, à pas nous acheter nos

Rafales. Il va pouvoir se les déguster personnellement, nos beaux avions, avec toute la

mort qu'ils transportent à Mach II. Démonstration en direct live. Vlan! Plein la gueule,

prends ça et  tiens toi le pour dit, crève charogne! On va t'apprendre à venir camper

chez nous sans signer les contrats, saleté, fumier, ordure!

Et je ne vous parle même pas de son chiare, Seif al Islam, sale petit merdeux préten-

tieux à gueule de voyou Kärchérisable. Comment il a dit déja, en parlant de Sarko?

Ce clown, c'est ça? Il va voir, la putain de sa mère, le suppositoire qu'il va lui carrer,

le clown! Une bombe de cinq-cents kilos en pleine gueule, oui, pour lui et pour tous

ses tarés de frères, résidus improbables des coïts abjects d'un infect dictateur de

cauchemar!

 

Voilà qui fait du bien, quand même, faut le dire. Je ne sais pas si ça va booster les

cantonales ou inverser la tendance abominable des présidentielles mais en tout cas,

il aura fait son possible, le Président, avec tout son coeur et tout son allant.

 

D'accord, cela reste une énorme connerie. D'accord il va falloir gérer maintenant un

conflit mal fagoté, une sorte de croisade, avec tout ce que la chose comporte d'arrière-

pensées sanglantes dans le monde Islamique. On peut dire tout ce qu'on veut mais

quand l'Occident lance une attaque de grand style contre les Arabes, ces derniers

finissent toujours par en concevoir quelque acrimonie à notre égard. Et comme ils

nous aiment beaucoup, certes, mais saignants, nous pouvons nous attendre à des

retombées délétères. Prenez pas trop les transports en commun, ces temps-ci,

préférez le vélo. Vous risquez également de crever mais dans la deuxième hypo-

thèse, vous pouvez toujours continuer à pieds. Un seul bémol, aujourd'hui, si vous

foutez une bombe dans le Métro ou le RER, vous bouzillez prioritairement du

Mahométan. Cependant de telles considérations ne sauraient les arrêter, dans la

mesure où Allah reconnaît toujours les siens et prend soin de réserver aux martyrs

un sort Hollywoodesque.

 

Et puis, qu'est-ce que c'est que ces conneries d'aller donner un coup de main à Al

Qaïda pour lui astiquer le prestige auprès des tribus du désert, alors que le sinoque

de Tripoli se démerdait pour la cantonner aux rôle de complôteur en sous-main?

Et aussi de pousser ledit psychopathe à laisser partir, voire coller carrément dans

les bâteaux, tous les candidats immigrants clandestins qu'il décourageait  à sa

façon, jusqu'à présent, d'embarquer pour l'Europe et ses prestations sociales?

Et également d'aller se mêler d'affaires qui ne nous regardent pas et auxquelles

nous ne comprenons que pouïc. L'action humanitaire, moi je veux bien, mais quand

ça consiste à balancer des bombes et à envoyer des missiles, le doute m'habite.

Sans compter qu'à partir du moment où nos braves coalisés vont s'apercevoir qu'ils

s'enlisent, il va bien falloir qu'ils se décident à y aller, sur le terrain, et à se colleter

à l'ennemi pas trop discernable mais particulièrement vicieux.

Comme en Afghanistan. Et en Irak.

 

Justement, à ce propos, je me demande bien pourquoi en Irak fallait pas y aller

mais en Libye, oui. Pourtant Saddam-Hussein, dans le genre tyran-assassin, il

valait largement Kadhafi, non? Je ne trouve qu'une explication. Dans le premier

cas vous avez Deubel-You Bush, le salopard patenté. Dans le second, au contraire, 

vous êtes entre les mains bénies de Barack-Hussein, le Prix Nobel de la Paix qui

ne fait la guerre que pour le seul bien de l'Humanité souffrante. Et là, tout devient

limpide. Si Obama y va, on peut tous y aller. L'onction divine justifie notre action et

nous protège de l'erreur historique. Nous nous fourrons, si vous voulez, dans une

belle merderie mais nous pouvons marcher tranquilles, la Force du Bien trottine à nos

côtés. Et si tout se passe comme prévu, on ne sait jamais, les Amerloques pourront

faire main-basse sur le pétrole. Ca vaut le coup, y en a tout plein en Libye.

 

Cependant, le plus étrange, le plus comique, le plus consternant, aussi, disons-le,

demeure la façon dont cette grosse pantalonnade a débuté.

                          

                                   Au Caire, en Février, Bernard-Henry Lévy,

                          Se morfondait d'avoir un peu loupé le coche,

                          Il eût aimé chanter les guerres d'Arabie,

                          Mais, Moubarak parti, il se sentait bien cloche.

                          C'est alors qu'il apprit que dans la Lybie proche,

                          L'envie démocratique avait aussi frappé,

                          Que contre Kadhafi, le plus affreux des moches,

                          Les tribus de l'Orient venaient de se lever.

                          Son sang ne fit qu'un tour et notre philosophe,

                          Sauta, tout aussitôt, dans un vieux camion,

                          S'adressant au chauffeur, en brève apostrophe,

                          Lui demanda son but et sa destination.

                          Le brave homme lui dit "Msiou qu'il  i tri zouli,

                          Moi j'y m'en vais comme ça direction Benghazi".

                          Après avoir dûment consulté une carte,

                          Bernard-Henry se dit avec sagacité,

                          Puisque vers l'Est Libyen il semble que je parte,

                          L'objectif est atteint, voyons cette cité.

                          Et dès son arrivée, notre immense génie,

                          Comprit qu'il était bien tombé au bon endroit,

                          Que la lutte visant Muhammar Kadhafi

                          Trouvait en ces lieux ses forces et tout son poids.  

                          Mais, encerclés par le tyran abominable,

                          Les insurgés sentaient leur fin qui arrivait,

                          Ils trouvèrent en Bernard un ami bien aimable

                          Qui de démocratie et de droits leur parlait.

                          Ne vous en faites pas, leur dit il en substance,

                          De votre sort merdeux je m'en vais vous tirer,

                          Et tout en secouant sa longue mèche blanche,

                          Il leur dit "à Sarko je vais téléphoner".

                          Sitôt dit, sitôt fait et, tout en élégance,

                          Bernard-Henry Lévy appela Sarkozy ,

                          Lui disant " O, mon cher Président de la France,

                          Je puis te présenter les Massoud de Libye",

                          Lui rappelant ainsi avec tact et malice,

                          De son prédécesseur une occasion loupée.

                          "Rapplique, ô mon ami, mon énorme délice,

                          Je ne saurais rater cette opportunité,

                          Je vais les recevoir, je vais les reconnaître

                          Et donner à la chose un grandissime éclat,

                          Cela me donnera l'occasion de renaître

                          En aidant la Libye dans ce nouveau combat.

                          Je convaincrai l'Europe et s'il le faut, le Monde,

                          De la nécessité de sauver tes amis,

                          De l'emprise abhorrée d'un dictateur immonde,

                          Et nous aurons oeuvré pour la Démocratie".

                          Bernard-Henry Lévy, Nicolas Sarkozy,

                          Ont ainsi fait péter la guerre de Libye! 

 

Voilà, sans rien ajouter ni retrancher, c'est bien de cette manière que les choses

se sont déroulées. Méfions nous toujours des types qui veulent sauver le monde.

Y a pas pires plante-merdes.

 

A une autre fois, mes Amis.

Et merde pour qui ne me lira pas.                        

 

       

                                                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

selma cayol 09/04/2011 23:02


cher nouratin, permettez-moi de vous dire que vous versifiez admirablement.

selma cayol


nouratin 09/04/2011 23:20



Merci, chère Selma, vous me mettez au comble de la joie, cabot comme je suis.



kate 07/04/2011 21:23


Bonsoir Nouratin ! comme c'est bon de vous lire ... (Gros souçis , grosse déprime pour moi...),mais bon je refais surface et vais petit à petit rattrapper mon retard de bonne lecture chez vous ,
votre article reflète exactement la réalité !


nouratin 08/04/2011 18:47



Ah ben tiens, je suis bien heureux de vous voir réapparaître. Ce qui différencie


Internet de la vrai vie c'est qu'un beau jour on ne voit plus quelqu'un et on se fait du


souci dans le vide. Content que vous alliez mieux, je vous souhaite maintenant plein


de bonnes choses. Et revenez me voir souvent.


Amitiés.



Boutros 27/03/2011 10:40


Ah queue, j'ignorais que Johnny Halliday avait eu un prix Nobel de littérature. Alors pourquoi pas BHL ,l'idole des imbéciles repus...


nouratin 28/03/2011 19:19



Ah! Génial! Merci, c'est rare que je chope un fou rire...


Amitiés.



Mash 26/03/2011 22:36


Mon p'tit Samuel,
tu nous parles d'un temps que les moins de 60 ne peuvent pas bien connaitre.
Camus avait eu la "chance"de bien connaitre l'autre sans avoir à l'imaginer puisqu'il était né en Algérie.C'était un philosophe de l'absurde engagé dans la résistance, qui n'avait donc pas choisi
le camp de l'ennemi(lui)et qui condamnait avec la même fougue le nazisme et le
stalinisme,contrairement à ton pote Sartre.
Maintenant,le blog de Nouratin et sa clientèle de désabusés qui sont en phase avec le taulier,correspondent à une certaine perception (lucide) de l'actualité du moment et BHL n'est qu'un
bouffon(sans ziva)
Quant au positivisme d'Auguste Comte,tu as peut-être raison,c'est sans doute ce qui guide Juppé.
Reviens de temps en temps ici, tu verras,c'est jubilatoire!

So long
M


nouratin 28/03/2011 19:18



Excuse moi, je me suis vu contraint de m'éloigner un peu. Heureusement que


je t'ai tiens. Merci pour la réponse je n'aurais pas dit aussi bien.


Va falloir quand même que je me remette à l'établi.


A bientôt donc et amitiés.



Samuel 26/03/2011 20:11


Bonsoir,

C'est la deuxième fois que je réponds sur votre blog. Désolé de ne pas vous laisser "entre-vous" mais vos textes dégagent un humour tellement cynique que çà me déprime...

Pourquoi vous acharnez vous sur Bernard Henry Levy ? Tout le monde sait que ce n'est pas un philosophe. Vous croyez informer qui en le critiquant ?

Au lieu de vous amusez à touiller la boue avec un long baton, pourquoi n'iriez vous pas explorer quelques philosophes plus optimistes et plus constructifs.

Il y en a un par exemple qui a écrit :
"Il y a de la malchance à ne pas étre aimé mais du malheur à ne pas aimer"

... je vous laisse explorer le web si vous voulez connaitre son nom. Pour info, il a eu un prix nobel de littérature.

Bon Week End.

Samuel


nouratin 28/03/2011 19:11



Sincèrement désolé de vous déprimer mais content que vous reveniez me voir,


je ne tiens pas spécialement à rester "entre nous", j'ai d'ailleurs une certaine


dilection pour la diversité - pas sous toutes ses formes mais quand même-


Mon problème avec les philosophes c'est qu'ils m'ennuient tous un peu. C'est


que je suis un rustre, pas intellectuel pour deux sous, vous avez dû vous en


rendre compte.


Pour le reste, je vous renvoie à la réponse de mon ami Mash, qui a tout dit.


Essayez quand même de revenir, un humour cynique et déprimant, ça reste de l'humour,


non? Ce n'est pas si fréquent.


Très cordialement.


Nouratin.



Mash 23/03/2011 20:25


Ce week-end là,Levy aurait mieux fait de faire le pont...
Mais toi,,je te remercie de nous avoir ravi une fois de plus
Amitiés
M


nouratin 24/03/2011 10:29



Comme quoi, chaque époque a les philosophes qu'elle mérite. Nous, c'est Lévy,


Aïe, aïe, aïe!


Merci à toi.


Amitiés.



dxdiag 21/03/2011 17:28


Superbe ! j 'imagine BHL avec sa chemise blanche griffée à l 'épée: d 'un N qui veut dire Nouratin .
Toujours sur la guerre de sarko , regardez ça ( dans un style moins fin que le votre mais peut être complémentaire)
http://archischmock.blogspot.com/2011/03/etonnant-non.html


nouratin 21/03/2011 18:54



En effet, pas mal archischmock, il est doué! Il est vrai que la guerre de Sarko ça


inspire forcément. Rien  qu'à l'évoquer on rigole. Pourtant, en y regardant de près,


il n'y a pas tellement de quoi.


Amitiés.



chris 21/03/2011 15:08


Bouclage grandiose !!!...c'est Nourafontaine , ma parole !!!!

Bonjour le style !!!!...un dessert de nabab !!!....emmené avec brio !!

En tous cas , tu as raison ...c'est hyper ultra louche , cette histoire ...au moins autant que les piscines chauffées japonaises ...
Pssst : les libyens ont commencé à débarquer !!!!...en Sicile !!


nouratin 21/03/2011 18:32



Merci beaucoup!


Quant aux Libyens, je m'en gaffais, ils sont déja là, alors. On va la payer cher notre


guerre Sarkocholine!


Grozibous.



carine 21/03/2011 09:52


Mon comm intermédiaire est passé à la trappe. Je flaire une fausse manip ^^


nouratin 21/03/2011 18:29



Tu flaires juste. Je me suis bel et bien mélangé les pinceaux en te répondant.


J'ai appuyé là où il fallait pas. Ca m'arrive assez souvent.


Merci, en tout cas et à bientôt. 



chris 20/03/2011 17:30


En tous cas , comme hors d' oeuvre , délicieux !
...quoique , le suppositoire au scud et la charpie de bédouin , ce soit un peu indigeste .....
Personnage , ou plutot caricatures dignes des Guignols ...

Pssst : il paraitrait que Obama , ne pouvant , honnetement, déclarer , en personne , cette ennième guerre , aurait demandé à Sarko : kissss t' en dis , Nicolas , de porter le chapeau à ma place
...y aurait un p' tit quelque chose pour toi ...


nouratin 20/03/2011 23:12



Je crois que c'est un peu vrai, sauf que Sarko s'est porté volontaire sans que l'autre cloche


lui demande rien. Ca arrange tout le monde, Sarko parcequ'il fait le beau et l'autre


parcequ'il touchera les dividendes si tout va bien. Mais tu peux revenir, si tu veux, j'ai bouclé.


Grozibous.



chris 20/03/2011 17:26


En tous cas , comme hors d' oeuvre , délicieux !!!....
Personnages , ou , plutot , dirons- nous , caricatures , dignes des guignols ....
Mais .....euh ! ....les suppositoires au scud et la charpie de bédouin ....c'est un peu indigeste ....

Psssstttt...il paraitrait que Obama pouvait pas , honnetement , déclarer lui - meme la guerre à la Lybie ....alors , il aurait dit à Sarko : kisss t'en penses , Nicolas , de porter le chapeau à ma
place ...y aura un p' tit quelque chose pour toi ...


nouratin 21/03/2011 18:56



Miracle, il est revenu!


Je me disais aussi que le Dieu de l'informatique ne pouvait pas être aussi vache avec les


blogueurs maladroits.


Merci et bises.



carine 20/03/2011 11:46


Oh lala, c'est un début très prometteur !
Je parle de l'article, bien sûr… pas de notre déploiement de "force" au-dessus du nid de coucous.