Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 18:09

L'évènement, bien triste au demeurant, n'a rien d'exceptionnel. Rachid, 19 ans, a trucidé Hakim, dix huit ans, de trois coups de surin au buffet, comme on disait avant guerre.
Un différend relatif à la soeur du premier, paraît il, une affaire banale somme toute, comme
il s'en est produit de tous temps. 
En revanche, le caractère actuel, spécifique à notre époque, de cette regrettable histoire, réside dans la nature particulière du lieu du crime : le Lycée.
Aujourd'hui on voit, sans trop s'en étonner, deux lycéens s'étriper au couteau entre le
cours de maths et le cours d'anglais. Quand le prof joue le rôle de la victime, on s'étonne
d'ailleurs encore moins. En principe, l'enseignant n'a pas de couteau sur lui, juste la
carte du syndicat et celle du parti, ce qui ne lui confère aucune chance en combat
singulier. 
Il convient de préciser, pour la bonne compréhension par la postérité, que la rixe en cause
n' a pas eu lieu à Louis le Grand ni à Henri IV  mais au lycée Darius Milhaud (le pauvre)
du Kremlin-Bicètre. Ca n'excuse pas mais ça explique.

Alors, dans ma vieille tronche de réac dépassé, je me dis : bien malin qui fréquente ce
genre d'établissement et parvient à y apprendre quelque chose. Quand vous devez faire
gaffe en permanence à ce qui se passe autour de vous pour tâcher d'éviter un mauvais
coup toujours possible, il vous reste peu de lucidité pour écouter le prof. Au surplus, ce dernier manque la plupart du temps de crédibilité, souvent de pédagogie et parfois
même du savoir qu'il est censé transmettre. 
Comme le malheureux lycéen concerné vit ce genre de situation depuis le cours
préparatoire et parvient en terminale quasiment analphabète, on mesure bien le
caractère insurmontable de ses difficultés. Celles-ci ne constituent pas, bien sûr, un
obstacle à l'obtention du baccalauréat, mais de là à lui demander de passer le concours
d' H.E.C.  il y a une sacrée marge. Or, c'est ce que les pouvoirs publics sont en train d'envisager de lui proposer.
C'est le Big Boss qui a tiré le premier ( L'ennui naquit un jour de la diversité. ) en ouvrant
toute grande la boîte à lieux communs gaucho-républicains. Les grands écoles doivent
faire de la place aux boursiers. Bon, ça évidemment c'est déja fait, des boursiers on en
trouve mais pas à profusion, faut reconnaître, pour les raisons ci-dessus évoquées,
d'ailleurs.
Seulement quand on dit boursier, en réalité on veut dire autre chose. Il l'a affirmé, le
Président, "métisser, voilà la voie à suivre". Donc la question revient effectivement à
métisser les grandes écoles.
Très bien. Comment on fait?
C'est là que nos élites, anciens élèves de l'E.N.A. en tête, ils savent de quoi ils parlent, prennent un relais appuyé. La solution tient en un trois mots : trente pour cent! 
Ah bon. Pourquoi trente et pas vingt-cinq ou quarante? 
On s'en fout, le propre du technocrate consiste à fixer les objectifs, pas à les expliquer!
Sans quoi on ne s'en sortirait pas, merde! 
Ainsi nous visons 30% de boursiers ( ben oui, vous voulez qu'on dise quoi?) dans les
grandes écoles. Il en va de l'avenir de notre Grande République Une et Inconstructible.
Voici donc notre lycéen analphabète et néanmoins bachelier obligé de se colleter avec
le concours d'entrée. Putain d'Adèle, y a du boulot!
En effet, tout le monde se rend bien compte de l'énormité. On n'est plus dans l'ordre du possible, ni même du souhaitable. On navigue en plein surréalisme.
Il convient donc de traiter la question autrement : instaurer des quotas. Voilà le travail.
Quota de trente pour cent de métissés, pardon, de boursiers, dans toutes les grandes
écoles. C'est comme ça et pas autrement.
Mais non, on n'a pas dit quota, on a dit "objectif", nom de Dieu, comprennent rien!
 
Allez, on va faire un peu de vulgarisation pour le vulgum pecus bouché à l'émeri.
L'idée ne consiste pas à faire entrer 30% d'analphabètes dans les grandes écoles.
Les analphabètes, ils vont en faculté, tout le monde sait cela.
Non, l'idée c'est bien d'alléger un peu les trucs qui coincent, comme la culture générale,
par exemple, pour faire en sorte que les meilleurs des petits blacks-beurs, dûment pris
en main depuis la seconde, puissent accéder au gai-savoir dispensé par les machines
à fabriquer les grosses tronches.
En somme on invente l'élitisme métissé au service de l'égalité devant Normale-Sup.
Et comme il apparaît totalement hors de question de créer un concours d'entrée-bis,
(vous n'y pensez pas, c'est pas républicain) il faudra juste un peu modifier les épreuves,
histoire d'équilibrer tout ça. Mettre du rap et du hip-hop au programme, quoi et aussi
un examen pratique de vente de shit à la sauvette, histoire de niquer les petits bourges
qui savent tout juste en acheter et encore, sans marchander.
Vous voyez bien qu'avec un peu de bonne volonté et d'imagination on peut y arriver.

Alors, pourquoi ils gueulent comme des veaux qu'on va leur casser le boulot, les dirlos
de grands bahuts? Qu'avec ces conneries leurs écoles ne vaudront bientôt pas plus
que les universités franchouilles, c'est à dire que dalle?
Qu'est ce que c'est que ces fachos rétrogrades qui défendent les privilèges de classe?
On va leur faire voir ce que c'est que l'égalité à ces mecs. 
Remettons à l'ouvrage les valeurs républicaines, la nuit du 4 Août, la dictature du
prolétariat, les aristos à la lanterne, les montagnards, les jacobins, Marat, Danton,
Robespierre, la guillotine pour ceux qui emmerdent, le sang impur qui abreuve les
sillons, bref tout ce qui fait la grandeur de la France et qui n'en a que foutre de la qualité
de ses écoles.
Voilà. Quand on revient aux racines de la République on pose clairement les
problèmes.
Nous autres, en France, ce qu'on veut ce ne sont pas des écoles où l'on devient 
meilleur que les autres. Ce qu'on veut c'est le contraire. Tout le monde pareil et la 
République reconnaîtra les siens. C'est ça l'égalité. 

Vive le métissage, vive l'égalité, vive les quota, vive le rap, vive Joey Starr, vive
les minarets, vive la République, Vive la France!
Et merde pour qui ne me lira pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires