Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 17:02

C'est pas le tout, de rallumer le gaz sous l'Arc de Triomphe quelques heure après la

promulgation de la loi assassinatrice de mouvement social antisarkozien, faut encore

s'embarquer dare-dare pour Séoul afin de présider le G20 historique qui ne changera

rien, sans oublier qu'aussitôt rentré, il conviendra d'appeler Fillon pour lui filer la liste

de son nouveau gouvernement tant attendu.

Pas de la tarte d'être un hyperprésident hyperactif. Quand on pense que d'aucuns

viennent lui chercher des poux dans la tête à cause de son joli Airbus même pas

neuf dont la République vient de lui faire cadeau. " Air Sarkozy one" qu'ils disent

tous ces cons. Dérision pitoyable quand on pense à la pénibilité du boulot!

On n'en a pas parlé de celle là, de pénibilité, celle de faire le Sarko. jour et nuit, sans

débander (au figuré s'entend, enfin j'espère), dans le monde entier, avec des casse-

couilles de toutes les espèces accrochés aux talonnettes et sans même un embryon

de reconnaissance pour l'énormité du travail abattu. D'accord, la plupart du temps ça

ne sert pas à grand chose, parfois même l'ouvrage se révèle contre-productif, faut le

dire mais l'effort demeure. "Faire et défaire c'est toujours travailler" comme disait mère-

grand. Alors mégotter pour un avion un peu plus rapide et confortable, quand le pauvre

malheureux se tape des dizaines de milliers de kilomètres sans mettre pied à terre, en

plus de ses heures normales, voilà qui passe les bornes du mesquin, pulvérise celles

du miteux pour atteindre aussi sec le comble de l'ingratitude.

 

Ah, quand on y pense un peu, de Gaulle, celui dont tout le monde désormais se

réclame après l'avoir, in illo tempore, couvert d'injures, d'opprobre et d'avanies,

de Gaulle, au moins, il lui restait toujours le 18 Juin.

Ca vous présente une autre gueule que la Nuit du Fouquet's, ça, le 18 Juin. 

Personne n'aurait l'idée d'aller critiquer, pas vrai? Alors, on a beau s'en déclarer

l'héritier, au Général, on se trouve dépourvu d'argument massue (et encore moins Massu).

On a beau se faire, aussi, une certaine idée de la France, on manque de justificatifs,

n'est-ce pas? Et puis on a beau avoir Attali, on n'aura jamais Malraux.

Pas moyen, la fatalité...

Qu'est-ce que vous voulez tirer d' Attali, un songe?

 

  C'était pendant l'horreur d'une profonde nuit,

  Nicolas Sarkozy devant moi s'est montré

  Comme au soir du Fouquet's hillare et exaucé,

  Même il avait gardé ce talon emprunté

  Dont il eut soin de faire remonter ses godasses

  Pour augmenter en taille à défaut d'en surface.

 

Qu'est-ce que vous voulez foutre avec ça, pas vrai? Vous allez soutenir la comparaison,

vous, avec Malraux "Entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège, avec ceux qui

sont morts dans les caves sans avoir parlé..." Et rehaussé du vibrato tremblotant propre

au génie, pour corser l'emphase! Non, rien de rien, pas possible, vous dis-je. De nos

jours, des morts dans les caves, j'en vois bien un qui serait susceptible, oui, mais ça

serait de coma éthylique et pas sans avoir parlé, croyez moi. Hélas, hélas, hélas!

Non, décidément, notre époque se révèle effroyable, impitoyable, hideuse et délétère.

 

Il s'en souvenait forcément, Nicolas Sarkozy, ce matin brumasseux et frisquettement

humide où il discourait pour le quarantième anniversaire du décès du Général. Il devait

se remémorer, en douce, les paroles prophétiques de ce dernier :

"vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui

demain seront vingt millions et après demain quarante?

 ... Mon village ne s'appellerait plus Colombey les Deux Eglises mais Colombey les

Deux Mosquées".

Et là, juché sur son petit praticable, face à l'immense Croix de Lorraine dominant les

collines sombrement éclairées d'un soleil merdeux, le successeur actuel du Grand

Charles, sans doute, se demandait pendant combien de temps encore on nommerait

" les Deux Eglises" ce Colombey si lourd d'une histoire en danger d'oubli.

La Croix, bizarre et gigantesque, prenait alors des allures de Statue du Commandeur

et le Chef de l'Etat pouvait bien se sentir un peu plus écrasé par la masse pesante

de sa responsabilité à l'égard des générations futures.

 

Ah, de Gaulle, putain! Lui, au moins, quand il voulait remanier, il avait le choix entre

Michel Debré et Georges Pompidou. Au cas où la mayonnaise n'aurait pas pris, il 

lui restait encore les Messmer, Couve de Murville, à la rigueur Chaban, bref des

mecs sérieux et éprouvés, pas des rigolos de presse pipole.

Comment voulez vous orchestrer un remaniement quand vous avez le choix entre

Borloo et Baroin. Un peu comme si, du temps de Charlot, on eût pronostiqué Bourvil

ou Gérard Philippe à Matignon. Vous mordez un peu, face à l'Histoire, Borloo ou

Baroin? Vous réalisez le déshonneur, quand même? Y a des conneries qu'on ne peut

se permettre. La Postérité ne pardonnerait pas. Les Présidents de la République, c'est

comme les rois, on s'en souvient tout le temps, même des moins éclatants. Alors, ils

ne peuvent s'autoriser n'importe quelle décision. En cas de connerie majeure, ça reste

gravé dans le marbre, comme le sceau d'infâmie dans la peau du bagnard, ad vitam

aeternam, amen! 

Voilà pourquoi elle dure autant, cette sombre histoire de remaniement. Quand on a

l'embarras du choix, bien sûr, on est emmerdé. Faut trancher, vexer des gens qui ne le

méritent pas, en placer d'autres qui, du coup, ne vont plus se sentir. Délicat, bien sûr,

préoccupant et dangereux, même. Mais dans le cas contraire, quand il ne vous reste

que l'embarras du non-choix, pas vrai, entre Fillon et Fillon, par exemple. Là oui, vous

vous trouvez dans le pétrin pour de bon et bien enfoncé jusqu'au trognon, comme le

boulanger de Pomponnette. Dans le pétrin et potentiellement cocu, en plus! Pas

facile à gérer, des situations pareilles, honnêtement qu'en pensez vous?

Bien sûr, il pourrait suivre les conseils éclairés de Nouratin, M. Sarkozy ( voir

Lettre entrouverte à M.le Président de la République. ). Mais c'est qui, Nouratin?

Une idée, un infusoire, un simple vase de terre brisé par le souffle d'un doux zéphir?

Rien, en somme. Le néant en costume d'Internet, les fluctuations quantiques du vide,

la vesse du fantôme, l'illusion d'un ectoplasme, la particule virtuelle du trou noir qui

s'évapore doucement. Rien à tirer de ce côté là. La sphére politique ignore les

particules virtuelles.

Il lui reste quoi, comme solution à ce pauvre Président de la République Une et

Impapossible? Renommer François Fillon! Et merde! A la fin, au bout du bout, quand

on a fait le tour de toutes les couillonnades possibles et imaginables, passé en revue

les opportunités les plus absurdes, gratté les solutions de sous-sol bien obscures et

alambiquées sans trouver la sortie, il ne reste plus qu'à rentrer à la maison, à bien

fermer la porte, à se visser le bonnet de nuit sur la chetron et à aller dormir.

Ce sera Fillon!

 

Mais quand on a dit ça, l'affaire n'apparaît pas terminée pour autant.

Après il faut constituer l'équipe. On ne peut quand même pas demander au Premier

Ministre pressenti de le faire lui même! Nous sommes en République que Diable, pas

à la cour du Roi Pétaud! Le Président c'est le big boss, il choisit tout le monde en vertu

de Son Intérêt Général qu'Il connaît et Lui seul, bordel!

Et alors là, ça repart de plus belle! La valse hésitation sur les paroles de "Quand

 j'avance tu recules", la foire d'empoigne, le marchand persé -je veux dire le marché

persan, c'était pour faire plaisir au fantôme de Borelli-, le soukh de Sidi Mohamed

Es Sadok!

Vous me croyez si vous voulez mais Bachelot veut la Culture! Vous vous rendez

compte, là, de l'énormité du problème? Bachelot! Comme si vous demandiez à la

concierge de vous composer un petit sonnet pour draguer une hypocagneuse!

A croire  qu'il n'existerait pas dans les hautes sphères assez de pédérastes pour

tenir le poste honorablement.

Et Lefèbvre, on en fait quoi de Lefèbvre? C'est son tour, il y a droit comme tout le

monde, il s'agit d'une question de justice. Pas sociale, ce coup là mais politique,

l'effet reste le même, faut y passer!

Oui mais quoi, alors? Pas simple. On va le foutre secrétaire au Tourisme, bien sûr,

pourquoi pas au tourisme, après tout? M'enfin , avec la tronche qu'il trimballe il ne

nous fera pas beaucoup entrer de devises. Tant pis, il suffira de ne pas le montrer.

 

Et encore, là nous nous attachons aux détails. Les vrais difficultés se trouvent ailleurs.

Coppé, Juppé, Taspé (cherchez bien...), là oui, ça craint sévère, faut pas déconner,

la prise de risque apparaît maximale. Sans compter que l'électeur moyen, il s'en fout

bien pas mal de toutes ces conneries. Lui il voit seulement ce qu'il y a au fond de son

porte monnaie. Et il tire la gueule!

Pourtant on le fait pour lui, tout ça, pour l'intéresser à sa responsabilité de citoyen

( voir La République ne nous appelle plus. ), pour lui redonner le sourire, pour qu'il

recommence à aimer Sarko. Mais va te faire foutre! Il n'en a rien à secouer, l'électeur,

du remaniement. Le sort professionnel de ces messieurs-dames politicards lui en

touche une sans faire bouger l'autre, pour parler comme M. le Président de la

République.

Bien dommage, mais tout ce qui va se phosphorer dans le "Sarkozy one" retour de

Séoul, en dépit d'efforts effrénés de brain storming, n'impactera le cours de la

vie sondagière que très médiocrement. Le sort crucial de 2012 ne se jouera pas

sur cette sombre affaire de remaniement mais bien plutôt sur le double front de

l'hypothétique croissance et du choix, plus ou moins démocratique, du candidat

socialiste.

Heureusement il y a Mélanchon, Con-Bandit et Marine le Pen.

Avec ça, si on n'arrive pas à un nouveau 21 Avril, c'est à désespérer de la stratégie

politique.

 

Allez salut, espoir, fraternité et merde pour qui ne me lira pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

rien 16/11/2010 16:57


connard raciste


chris 16/11/2010 12:57


De tous ces abats ....on n'en ferait meme pas une bonne soussoupe pour mes chiens ...meme en ayant viré tous les ingrédients toxiques colorés ....
Meme pas trop grave , tout ça ...vu que l'intéret général , désormais , est le futur président , nous entrons dans le coma profond pré - présidentielles .....qui devrait nous garantir , au moins ,
de belles promesses ....


nouratin 16/11/2010 16:25



Ah, ça, des promesses, on va s'en morfler des palanquées, surtout venant de la


grande famille de gauche qui nous a déja tellement mis la chetron dans le sac


qu'il n'y a pas de raison qu'elle s'arrête.


A bientôt, donc...



kate 14/11/2010 16:05


Je passe toujours un excellent moment quand je viens sur votre blog Nouratin !


nouratin 14/11/2010 17:53



Merci, je vous reçois toujours avec un plaisir sans mélange.


Bien à vous.


N.



dxdiag 13/11/2010 18:58


En tout cas, dés la semaine prochaine, nous aurons très certainement des tas de nouveaux sujets amusants à nous mettre sous la dent et la griffe. Je ne sais pas si le nouveau gouvernement sauvera
la France mais je suis sûre qu’ils sauront nous faire rire.
Et de nouveaux noms…ce sera de nouvelles rimes dont vous faites un si bon usage.


nouratin 14/11/2010 17:52



Ca y est, c'est déja parti!


Borloo qui refuse le poste et part en claquant la porte, Copé qui en profite pour


faire main basse sur la machine à gagner et surtout, surtout, RICOL qui entre


au gouvernement. Et Ricol, ça rime avec plein de trucs.


Vous avez raison on va bien s'amuser!


Amitiés.


N.


NDLR En fait Ricol ça ne s'est pas fait. C'était un tuyau crevé. Tant pis on trouvera autre chose.



Emilienne Bric-à-brac 13/11/2010 18:31


Au Panthéon, non... mais peut-être dans le "Nuage en Pantalon". Swing and sweet night!


nouratin 14/11/2010 17:46



Le pantalon de Maïakovski risque de se révéler un peu grand pour un nuage


de la taille de Nouratin. Mais c'est sympa quand même. Merci.



mash 13/11/2010 09:19


j'aurais dû rajouter en hommage aux plus illustres:"entre ici Nouratin,etc etc..."


nouratin 13/11/2010 13:16



Sans vouloir me montrer pessimiste, je crois qu'ils ne me foutront jamais au


Panthéon.



mash 13/11/2010 09:14


Flying Nouratin
tu nous apparais entre les lambeaux brumeux des autres éditos
Racine se redresse,Wagner résonne et Audiard se ranime!


nouratin 13/11/2010 13:14



Merci beaucoup, mais si Racine voyait ça, il me foutrait sûrement son pied dans


le derrière.


Allez, à plus.


N.