Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 15:43

 

C'est pas pour m'envoyer des fleurs mais, sans me vanter, j'ai quand même un

sacré pif, moi.

Pas plus tard que le 22  Mai dernier  (1)  je  prédisais une grande carrière

internationale au film "The Artist" qui valut à l'époque un prix d'interprétation cannois

à l'acteur Dujardin. L'idée étant qu'un film muet au titre anglo-saxon ça peut très bien

passer pour une oeuvre amerloque et, en conséquence, faire du pognon.

J'ajouterai aujourd'hui qu'avec un nommé Hazanavicius à la réalisation assorti d'un

Thomas Langmann comme producteur, bien malin qui pourrait, a priori, raccrocher

le truc au pays des fromages qui puent. Seul le susnommé Dujardin fait un peu tache

dans cette affaire avec son blaze de frog pur et dur. Cependant, isolé comme il se

trouve, son côté exotico-sympa rajoute encore du piquant à l'oeuvrette, son habileté

aux claquettes faisant le reste.

Ben voilà!  Une tripotée de nominations aux Oscars, après une pétée de Golden-

Globes.

Langmann et toute la famille Rassam vont pouvoir bientôt faire péter le champagne

avec les soufganioths et le pain azyme, l'heure des dividendes a sonné.  Le film

Hazanavicieux tiendra ses promesses au delà de toute espérance. Comme quoi,

plutôt que de parler français, de nos jours, mieux vaut encore fermer sa gueule.


Pareil pour les noms. Prenez Thomas Langmann, au hasard. Son papa, feu Claude

Berel Langmann, se faisait appeler Claude Bérri,  vous vous souvenez?  C'était au

temps où il fallait avoir l'air franchouille, ça faisait mieux commercialement.

Autre époque.

De nos jours, on préfère le contraire, autant pour les titres de films que pour les

patronymes qu'on met sur les affiches.  Dujardin aurait dû y penser, ça lui fera du

tort, à la longue, ce nom étrange venu d'ailleurs.

Déja aux Césars, hier-soir, il a senti le vent du boulet, le mec.  Alors que le monde

entier lui tresse des lauriers en platine massif, le cinéma de chez nous l'envoie aux

pelotes. La petite compression césarienne du meilleur acteur il peut se la carrer

en guise de suppositoire, le Dujardin. Pas sur ce coup là!  Tac, dans l'os, comme

avec Pangloss!

Faut dire qu'en face de lui se dressait l'immense Omar Sy, vous savez celui qui fait

le black au téléphone rouge sur Canal, le gentil-jeune-des-quartiers partenaire de

l'impotent dans les "Intouchables", la personnalité préférée des Français après

Yannick Noah et le footballeur Zizidâne. Bref, le monstre sacré, l'idole incontournable,

le Peul-Muz bien aimé.

Dieu Mer-Sy, je veux dire merci, ils n'ont pas l'équivalent à Hollywood.

Ces gens possèdent bien Prad Bitt et Georges Clou-né mais pas Omar Sy.

Coup de pot! Sans quoi, Dujardin, son Oscar potentiel il pouvait s'asseoir dessus

comme il vient de l'éprouver avec le César qui lui fut quasiment promis  et qui lui

passa si joliment sous le nez. Tant qu'il y était, il aurait mieux fait de partir direct

à L.A. en contournant  la case Châtelet, ça lui évitait de passer pour un con.

 

Cela dit, toutes ces petites choses me semblent convergentes et significatives.

Non seulement le monde entier nous ignore un peu, nous les hexagonaux à coq

gaulois, symbole de connerie crasse et crasseuse, soit dit en passant, mais

encore notre bien-pensance-politiquement-correcte obligatoire nous conduit à

nous renier nous mêmes.  A qualité égale   - je dis cela par politesse - nous

préfèrerons toujours un Sy à un Dujardin.  Partant de ce principe général et

discriminatoire, nous en arrivons peu à peu à éliminer du jeu les descendants

de nos ancètres. Le Cinéma Français apparaît à cet égard particulièrement

exemplaire, tout ce qui compte y étant de francité récente et ressortissant à des

communautés très spécifiques. Bien sûr, tout se vaut et les valeurs  de la

République demeurent parfaitement préservées. Cependant, les réalités indicibles

sautent un peu aux yeux.

Prenez la liste des réalisateurs par ordre alphabétique et arrêtez vous simplement

à la lettre "A". Naguère vous y trouviez Allégret,  Anouilh et Autant-Lara.  Ils sont

aujourd'hui remplacés par Arkady, Assayas et Attal. Rien de grave, sauf, bien sûr,

que le mec qui s'appelle Arnaud, Adelin ou Amadieu, il a intérêt à avoir beaucoup,

beaucoup de talent...et encore.

Bien sûr, il n'y a pas que le cinéma. Oh que non, hélas... C'est con pour nos enfants.

 

D'autant plus con que ces évolutions portent de lourdes conséquences qui affectent

notre culture et notre civilisation. Merde alors, j'ai dit "civilisation"! Un gros mot

nauséabond, ça. Veuillez m'excuser. Déja que "Le Monde" me colle à l'extrème-

droite (2), il ne manquerait plus que je la joue à la Guéant. Passe encore de sentir

mauvais mais de là à se vautrer dans le bourbier fienteux de l'incorrection politique!

Je retire civilisation et même culture, tiens, pas aggraver mon cas.

Je dirai seulement que nous vivons des temps de grasse vulgarité et d'ignorance

prétentieuse, probablement liée aux grands bouleversements qui affectent nos

sociétés occidentales et singulièrement européennes. Les ex-puissances coloniales

comme la France et le Royaume-Uni se plaçant naturellement au premier rang en

ce domaine. L'exquise et délicate finesse qui nous caractérisait encore voilà

quelques décennies a disparu au profit d'autre chose qui évolue avec grâce entre

le slam et les émissions d'Arthur. L'ancien monde, celui de Sacha Guitry et de

Marcel Pagnol, nous est désormais plus étranger que l'Empire du Monomotapa .

Cela m'a inspiré un petit poème à la con prétentieusement intitulé

         

                                LAUDATOR TEMPORIS ACTI ( 3)

 

 

                         Le monde de Bieber et de Lady Gaga,

                         Celui qui nous encrasse et qui nous endoctrine,

                         Fourmille de corniauds pleins de vent et de gras,

                         De portables à écrans et de fausses poitrines.

 

                         C'est un monde curieux où l'on paye pour tout,

                         Pour boire, pour respirer, pour baiser et pour rire,

                         Et nous payons surtout, ce qui est encore pire,

                         Pour nous faire enfiler, toujours, par tous les trous.

 

                         C'est un monde très juste et très démocratique

                         Rempli d'égalité et de fraternité

                         Peut être d'un peu moins, c'est vrai, de liberté,

                         Si je puis me permettre une infime critique.

 

                         Un monde de tordus, d'andouilles et d'abrutis

                         D'ignorants prétentieux et d'ignobles tapettes

                         Sinistres mercantis, cupides, analphabètes,

                         Législateurs du paf et marchands de tapis.

 

                         On nous explique bien comment il faut penser,

                         Fuir comme Lucifer l'idée nauséabonde

                         Embrasser l'Univers et aimer tout le monde

                         Sauf le salaud-facho, bien sûr, qui doit crever.

 

                         Au pays de Djamel et de Grand Corps Malade,

                         J'assure le confort de celui qui me hait,

                         Je me sens charitable et con comme un balai,

                         Et les politicards me servent leur salade.

 

                         Il faudra bien un jour que tout ça se termine

                         Un jour les "jeunes-gens" viendront nous égorger

                         Alors le bien-pensant se verra renoncer

                         Aux délices rosés de sa jolie combine.

 

En attendant, soyez heureux dans toute la mesure du possible.

 

Et merde pour qui ne me lira pas.

 

(1) Chronique-nique-nique.

(2) Ce siècle avait douze ans.

(2) Le laudateur des temps révolus. 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y
L'air du temps est bien celle ci : privilegier les "acteurs" qui viennent d'ailleurs...Pour se donner bonne conscience...Je ne dis pas que certains ont du talent ( pas Debbouze )mais...<br /> Mais au train ou va la démographie ( des banlieues) , les grandes enseignes savent qui va acheter les cds,aller au cinéma etc... Les Fnac, Virgin etc ont bien compris... L'argent d'abord !!!
Répondre
N
<br /> <br /> Bien sûr, hélas, vous avez tout à fait raison. C'est pour cela que nous nous retrouvons<br /> <br /> <br /> au milieu d'un magma de mauvais goût et d'abrutissement en voie de généralisation.<br /> <br /> <br /> Je crois que nous sommes les derniers représentants de l'ancienne école, celle qui<br /> <br /> <br /> avait encore un peu le sens du beau et aussi celui de l'humour.<br /> <br /> <br /> C'est con pour nos descendants.<br /> <br /> <br /> Merci et amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
G
salut p'ti gars<br /> ah le pays de Djamel<br /> celui des poubelles<br /> De grand corps malade<br /> Qui nous sert des salades<br /> Et nous voici en campagne<br /> mais non pas à la campagne<br /> je te parle de politique<br /> Le pays où l'on te nique<br /> Que cela cesse, bien sur<br /> Il faudra bien ciré des chaussures<br /> Mais peut être ira tu a la mosquée<br /> Là, la chaussure t'es livrée<br /> aller allah allons...<br /> amicalement
Répondre
N
<br /> <br /> "Allah, Allah, allons!", elle est bonne. Excellente idée aussi de faire rimer Djamel<br /> <br /> <br /> avec poubelles, ça sonne bien.<br /> <br /> <br /> Merci et amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
A
Vous faites de la discrimination et vous êtes méchant avec "The Artist" et James DuGarden... Cela faisait longtemps que les sourds et muets n'avaient pas pu aller voir un film au ciné ...
Répondre
N
<br /> <br /> D'accord mais les aveugles...oups, je veux dire les non-voyants, qui c'est qui pense<br /> <br /> <br /> à leur faire des films pour eux? Si c'est pas de la discrimination ça!<br /> <br /> <br /> Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
B
Je suis Niçois ... mais né à Cannes. Etre Niçois n'est pas seulement une ville , mais tout un comté qui etait protégé par la maison de Savoie. Mes ancetres viennent de la vallée de la roya<br /> territoire Niçois dont les personnes avant 1860 n'etaient pas née francaise.<br /> Je suis un garibaldien convaincu faisant parti d'une association niçoise pro garibaldi<br /> @ + Pat
Répondre
N
<br /> <br /> Bon, Cannes c'est la Provence mais on va pas mégotter. Ce qui compte c'est la<br /> <br /> <br /> Patrie de coeur, celle à laquelle on est viscéralement attaché. La preuve, demande à<br /> <br /> <br /> un petit beur né à Trappes quel est le pays qu'il aime et considère comme le sien.<br /> <br /> <br /> S'il te répond "la France", je veux bien me les faire couper.<br /> <br /> <br /> Merci et vive Garibaldi!<br /> <br /> <br /> <br />
L
"L'exquise et délicate finesse qui nous caractérisait encore voilà quelques décennies a disparu au profit d'autre chose qui évolue avec grâce entre l'islam et les émissions d'Arthur."<br /> <br /> Cher ami, je me permets à mon tour en toute simplicité, de vous proposer une correction coquillière.<br /> Bien à vous, et encore bravo.
Répondre
N
<br /> <br /> Il ne s'agit pas d'une coquille. Il est bien question du "Slam" qui consiste en une sorte<br /> <br /> <br /> de "rap" plus ou moins amélioré dont un certain "Grand corps malade" est l'ambassadeur<br /> <br /> <br /> le plus incontesté.<br /> <br /> <br /> Merci et amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
P
Cher Monsieur,<br /> Je vous remercie pour la gentillesse de votre réponse. Je voudrais, cependant, et pour éviter l'ombre d'un quiproquo, apporter une précision concernant ma référence à Molière. Bien évidemment, je<br /> ne compare pas vos écrits à ceux du célèbre dramaturge, ce serait pour le coup faire preuve de basse flatterie, ce qui ne me ressemble pas, je vous l'assure, non, je voulais faire simplement<br /> référence à la citation célèbre (de Musset, je crois) concernant l'oeuvre de grand homme "après en avoir ri, on devrait en pleurer". En effet, très souvent, après avoir bien ri de la lecture de vos<br /> chroniques, je me sens bien triste, car ce que vous dénoncez, je le pressentais déjà ado. Nous sommes les témoins impuissants, lucides et désabusés de l'effondrement rapide de notre société<br /> (civilisation ?). Par lâcheté, égoïsme, hypocrisie, bassesse, snobisme, sectarisme, intellectualisme borné, trois générations ont suffit pour détruire des siècles de culture, d'histoire, de<br /> rayonnement artistique et cette décrépitude là est bien le fait, dans son immense majorité, de nombreux "Français de souche".<br /> Bien amicalement
Répondre
N
<br /> <br /> Je comprends mieux maintenant. Et si j'essaie de rigoler de notre malheur, c'est "pour<br /> <br /> <br /> faire semblant de ne pas pleurer" comme chantait Brassens.<br /> <br /> <br /> Merci à vous et amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
B
yes ! pas mal le texte et le zizid"ane" est pas mal non plus ..... En tant que cannois , je connais le personnage et ce n'est pas du joli joli...<br /> Enfin pour dujardin , a Cannes , c'est toujours des navés qui ont triomphé . Mais bon ! pas de polémique , on dira que je suis anti cocorico aprés cela ...<br /> @ + Pat
Répondre
N
<br /> <br /> Tiens, je te croyais niçois (à cause de Garibaldi) mais ça ne fait rien, Cannois c'est bien aussi.<br /> <br /> <br /> Quant au Festival de chez toi, ils ont couronné Dujardin mais pas le film, encore une fois<br /> <br /> <br /> ils se sont foutu le doigt dans l'oeil, ces bien-pensants.<br /> <br /> <br /> Merci et amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
+
Bonne fin de journée mon copain. Je suis venue me remettre dans tes lignes, je m'y sens bien !<br /> Bisous
Répondre
N
<br /> <br /> Coucou Nettoue, merci de ta visite, je vais de ce pas faire un tour chez toi pour<br /> <br /> <br /> déguster les dernières nouveautés.<br /> <br /> <br /> Gros bisous.<br /> <br /> <br /> <br />
P
PS (locution latine et non sigle politique) Un aimable intervenant vous à signalé une petite erreur orthographique. Vous ne m'en voudrez pas, à mon tour, de vous demander d'ôter l'accent du mot<br /> "tâche" dans la phrase "seul Dujardin fait un peu tache". Je n'aime pas "reprendre" mes interlocuteurs et je n'ai aucune prétention culturelle. Si je me permets une telle démarche c'est que je ne<br /> doute absolument pas de votre formidable sens de l'humour.<br /> Très amicalement.
Répondre
N
<br /> <br /> Merci, au contraire, je ne l'avais pas vue, celle-là.<br /> <br /> <br /> Je corrige illico.<br /> <br /> <br /> <br />
P
Bonjour,<br /> Le plaisir ,de vous lire se renforce à chaque fois. Si je devais employer, comme métaphore, concernant vos écrits, une spécialité culinaire, je dirais, à mon humble avis, que vous y avez incorporé<br /> une bonne cuillerée d'esprit "amadouesque", un soupçon satirique "grenierdemontmartrien aromatisé jeanleccois", une pincée acidulée "desprogesien" et peut-être, sans être sûr, un zeste "renardien".<br /> Le liant utilisé à l'élaboration de cet admirable potage me semble avoir été particulièrement renforcé par deux grands tours "audiardesques" du moulin. L'ensemble est bien équilibré, digeste, épicé<br /> à souhait et nonobstant une présentation paraissant rustique, j'y décèle, pour ma part, de délicates saveurs.<br /> Afin de ne pas tomber dans une flagornerie que vous pourriez juger de mauvais aloi et si je devais me permettre d'apporter un bémol à votre admirable consommé, je lui trouverais, en toute modestie<br /> et de temps à autre, un arrière-goût "poquelinien". En effet, s'il m'arrive toujours de rire, je ressens, souvent, notamment après relecture obligatoire, une certaine humidité oculaire.<br /> Bien amicalement
Répondre
N
<br /> <br /> Votre critique gastronomique me met au comble de la joie, je ne savais pas que ma<br /> <br /> <br /> cuisine recelait de telles saveurs. Cabot comme je suis, je vous avoue risquer l'explosion.<br /> <br /> <br /> Poquelinien! Là c'est immérité, tout de même, vous êtes trop bon. Quant à l'humidité<br /> <br /> <br /> oculaire, c'est aussi fait pour mais c'est la première fois qu'on me le dit.<br /> <br /> <br /> Merci infiniment.<br /> <br /> <br /> <br />
J
bien joué!
Répondre
N
<br /> <br /> Merci.<br /> <br /> <br /> A bientôt, amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
B
"LE CINEMA :le plus terrifiant levier de pouvoir de tous les temps" (Claude Autant-Lara - La rage dans le coeur p.559). Lui, il avait vu venir tout ça, et depuis belle lurette.
Répondre
N
<br /> <br /> Merci de le citer. Nous avions, dans le temps, des hommes de talent, clairvoyants<br /> <br /> <br /> et pleins d'esprit. Leurs héritiers sont aujourd'hui mis sous l'étouffoir, ils ne font<br /> <br /> <br /> pas partie de la famille et un  pouvoir du calibre de celui-là ne se partage pas.<br /> <br /> <br /> Nous, nous l'avons laissé échapper! Malheur à nous!<br /> <br /> <br /> Encore merci et amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
D
" Au pays de Djamel et de Grand Corps Malade,<br /> J'assure le confort de celui qui me hait"<br /> Tellement vrai ! on en perdrait presque notre humour...mais non... quand même pas !<br /> Merci ami Nouratin de nous permettre de ne pas sombrer totalement dans la déprime
Répondre
N
<br /> <br /> Madame, tout est perdu fors l'humour...on paraphrase mais il y a de ça.<br /> <br /> <br /> Profitons en, ça ne durera plus très longtemps.<br /> <br /> <br /> Merci et amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
P
La France est en marche! La tête couverte de cendres, pieds nus, en chemise et la corde au cou, elle se frappe la poitrine, demande pardon pour ce qu'elle a été et promet de ne plus jamais<br /> recommencer.
Répondre
N
<br /> <br /> Et comme elle a beaucoup péché, il lui sera beaucoup pardonné...si elle consent<br /> <br /> <br /> à crever en remerciant.<br /> <br /> <br /> Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
L
juiverie
Répondre
N
<br /> <br /> Ca résume...<br /> <br /> <br /> Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
R
Merde, j'ai laissé passer le sketch. (dans le sketch).<br /> Y aurait-il un vocable dans la langue de Molière ?
Répondre
N
<br /> <br /> Impromptu? Saynette?<br /> <br /> <br /> Le mieux, c'est sketch, tant pis.<br /> <br /> <br /> Cordialement.<br /> <br /> <br /> <br />
R
Globalement en accord avec votre billet.<br /> Omar (et Fred) m'énervent das leu schecth Canal+valesque.<br /> <br /> Par contre vore poème m'a particulièrement séduit.<br /> A un détail, même un balai ne prends pas d'esse.
Répondre
N
<br /> <br /> J'ai corrigé la faute, merci.<br /> <br /> <br /> Ce n'est pas vraiment un poème, juste un petit déconnage, mais je suis content que ça<br /> <br /> <br /> vous ait plu.<br /> <br /> <br /> Revenez quand vous voulez.<br /> <br /> <br /> <br />
G
là mon ami je serai bref...<br /> Dujardin en effet cela fait naze en France...mais imagine en américain ce que peu donner ce nom...un truc a mourir....mais je n'aime pas ce mec fade, une tronche de cake et heureusement que "the<br /> artist" est muet...tu vois ce que je veux dire...<br /> Pour le césar je connaissais le lauréat bien avant le tirage...il est évident que le choix est POLITIQUE...imaginez un peu..le premier noir avec un césar..la réussite de la banlieue, l'efficacité<br /> de l'intégration...<br /> j'ai regardé ce film "intouchable"..et il est évident que sans la battage fait par la télé et autre média de merde, ce film serait passé totalement inaperçu...<br /> sur ce bien le bonjour chez toi, OB clignote.......<br /> bonne soirée ami
Répondre
N
<br /> <br /> Les gens font ce qu'on leur ordonne, ils vont voir Intouchables et voteront Hollande.<br /> <br /> <br /> OB déconnant à pleins tubes j'en reste là pour aujourd'hui.<br /> <br /> <br /> Bonne soirée à toi aussi et amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
C
Sais tu que je me suis fortement demandé ,en ces jours d' oscars , de césars et de juifards , pourquoi Dujardin avait conservé un nom pareil, aussi passe - partout ...limite ridicule<br /> ...effectivement , il fait vraiment martien au milieu des troupeaux de " mann "...qui , désormais , s' arborent avec fierté et ne se mymétisent plus ...c'est grave !!!..ils passent à l' offensive<br /> ????<br /> Quant à l' autre zoziau ....navrant , navrant le message subliminal du film mais plus navrante encore la naiveté des bobos ...si Hollande passe , je me mets en immersion ....
Répondre
N
<br /> <br /> Prépare le scaphandre, c'est plié.<br /> <br /> <br /> On se farcira de plus en plus de zoziaux comme celui-là, courage!<br /> <br /> <br /> Grozibous.<br /> <br /> <br /> <br />
+
Je ne t'avais pas encore lu en posant ma vidéo de la semaine et pourtant, je me suis légérement heurté à mon Gnolu 2) en partant du bas qui voulait 'Intouchable" et moi un nom bien de chez-nous à<br /> l'affiche par gout certes, mais aussi parce-qu'hier une blogpote m'a dis qu'à Bruxelle les lieux publics étaient désormais privés de sapin de Noël !<br /> Je n'ai pas aimé et pour moi s'appeler Jean Dujardin est un atout inestimable, il est le sésame pour entrer partout où il voudra chez moi, c'est la première fois que je flippe en me disant que cela<br /> pourrait bien ne pas durer... Je ne laisserai par faire ça, j'irai même peut-être jusqu'à m'immoler par le feu devant la mare aux canards de l'Elysée ! (bon tu vois ce que je veux dire, c'est juste<br /> une image), mais quand même, s'il n'y en a plus qu'une en France qui ne portera jamais de burga et n'américanisera jamais son nom, je serai celle là !<br /> Gros bisous mon copain<br /> Nettoue
Répondre
N
<br /> <br /> Ben alors, quand même, hein! On va pas se laisser bouffer d'un côté par les cafards<br /> <br /> <br /> et de l'autre par les blattes, vain dieu, manquerait plus que ça!<br /> <br /> <br /> On va pas vraiment s'immoler, tu as raison, mais moi, je serais prêt, symboliquement,<br /> <br /> <br /> à mettre le feu à mes vieilles godasses, sans mes arpions dedans, bien sûr.<br /> <br /> <br /> Gros bisous, ma copine.<br /> <br /> <br /> <br />