Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 17:53
On apprend avec un intérêt considérable que le Président des States vient de recevoir
son collègue prix nobel de la paix tibétain et néammoins dieu vivant, le DalaÏ-Lama.
Il convient de noter à ce propos que la réception en question, s' est déroulée non pas
dans le bureau ovale mais dans la salle des cartes. Sacrebleu, le détail revêt une
importance capitale. De là à penser qu'ils ont tapé une belotte, les deux collègues, pour
faire passer le temps, vu qu'ils ne devaient pas avoir grand chose à se raconter...

Non, je déconne, les droits de l'homme, tout ça quoi, ça permet bien de tenir une heure,
surtout qu'il cause parfaitement l'anglais le Lama. Autant Sarkozy a dû être bien embêté
pour discuter de tout et de rien ( voir Lama Sarko vient nous servir à boire et
IL L'A FAIT!  ), autant Barack-Hussein  a dû se balader dans la conversation.
Pour peu qu'il lui ait présenté Bo ( voir Bo  ) l'après-midi aura coulé comme la rivière
joyeuse qui descend des neiges éternelles du Nanga-Parbat.
Alors évidement, tout cela apparaît bien sympathique. Les chinetoques marronnent un
max et les bien-pensants de toutes les gauches y compris celles de droite, savourent 
l'évènement comme le chevalier du tastevin une Romanée-Conti de grande année. 
Exception faite de Mélanchon-le-ronchon, bien sûr, qui conserve de son passé
maoïste un attachement indéfectible pour la Chine communiste, nonobstant une
évolution quelque peu erratique du marxisme pékinois.

Toutefois cette délicate entrevue des deux gentils de profession les plus célèbres
du monde (veuillez m'excuser, je persiste à ne dire ni "au monde" ni encore moins
"dans le monde" comme il semblerait convenir désormais, voir Peigne-cul premier, roi au monde.  ), cette délicate entrevue, disais-je ne saurait masquer les gros nuages noirs
qui s'accumulent au dessus de la tête du Premier Président de même couleur.
Sans prétendre à l'exhaustivité, les motifs qui conduisent à voir Obama dans le pétrin
apparaissent désormais multiples et variés.
D'abord, les amerloques commencent a avoir du mal à le blairer. Les opinions favorables
dégringolent régulièrement au point qu'aujourd'hui il prendrait une veste monumentale
à la présidentielle. Comme Sarkozy, si vous voulez, mais ce dernier, tout le monde s'en
fout, alors que Barakobama, tout de même...
Evidemment c'est un peu le bordel aussi. Les représentants se mettent sur la gueule
comme nos bons députés sous la quatrième république, les sénateurs rouspètent et
traînent les pieds.
Les républicains crient au scandale comme quoi la politique engagée emmène le pays
à la faillite et aux augmentations inconsidérées d'impôts. Les démocrates sentent bien
que leurs électeurs commencent depuis quelques temps à les regarder d'un sale oeil.
Il faut dire aussi que chacun pense aux élections de Novembre, avec en perspective une déculottée sans précédent pour les potes du Président (voir La première bougie de Barack-Hussein. ).
En politique extérieure c'est encore pire. Qu'il se fache avec les chinetoques, ma foi,
cela ne pisse pas bien loin. Quand on a partie liée sur la base d'intérêts financiers
primordiaux on ne reste pas bien longtemps en froid. Quoique, pour marquer le coup
sur l'affaire du Lama, ils vont bien trouver une réponse du berger du Sin-Qiang à la
bergère du Machmachaussette, les Toc-Toc.
Mais bon, là ne se situe pas le problème. Il vient plutôt de la Perse éternelle et
ayatollesque le problème. Voila des gens qui se foutent ouvertement de la gueule des occidentaux au premier rang desquels et loin devant apparaît le Barack-Hussein.
Eh bien ce dernier continue comme un con à leur tendre la main.
Moyennant quoi, pendant ce temps, Mohrlamehrd Ahmadinedjad met au point ses
ogives nucléaires tout en écrasant sous ses grosses bottes ferrées une révolte 
populaire que l'Occident laisse tomber comme une vieille chaussette même pas du Massachussets. Et l'affaire risque bien de finir en sucette.

Sans compter que les seuls qui persistent à l' idolâtrer béatement , j'ai nommé les 
européens, il trouve le moyen de les traiter comme de la roupie de sansonnet,
le demi-dieu Barakobama. Remarquez, sur ce point, peut être n'a t-il pas tout à
fait tort. Et puis ce ne sont ni Van Rompuy, ni Sarkozy qui vont lui chercher des 
morpions dans la broussaille, pas vrai? Aucun danger de ce côté là.
Juste que c'est pas sympa!

Je passe sur le reste, d'autant que vous devez commencer à en avoir marre.
Simplement je crois que désormais, la jolie obamania ressemble un peu au printemps
de Prague après l'arrivée des chars soviétiques, véhicules par excellence de la
pensée marxiste.
C'est mort et enterré.
Que les dieux l'accueillent en leur panthéon!
Et merde pour qui ne me lira pas.

    

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires