Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 19:35
A force qu'on nous gonfle avec ces histoires de grippe cochonne et de vaccin, j'ai fini par
la lâcher, ma contrepèterie. Pas moyen de résister, ça devait venir un jour ou l'autre.
Enfin, comme ça c'est fait, on n'y reviendra pas.
Maintenant, soyons clairs, cette pantalonnade grippoteuse en dit beaucoup sur l'état dans lequel le pays franchouille a désormais dégringolé. En substance, on n'hésite pas à 
dépenser deux milliards, plus précisément à les emprunter, bien sûr, afin de mettre en
place une usine à gaz soviétique visant à vacciner la population contre une grippe très probablement bénigne.
Parallèlement on laisse en liberté des tas de gens potentiellement hyper dangereux, on
finance des banlieues truffées de criminels et on laisse entrer n'importe qui sur le territoire
national.
Bref, nous marchons sur la tête.

Il conviendrait tout de même de se poser quelques questions fondamentales autant que politiquement incorrectes. Par exemple, tiens, Roselyne, celle qui a joyeusement foutu en
l'air les deux milliards précités, n'oublions pas qu'elle doit son portefeuille, non pas a sa capacité présumée à le gérer mais bien à l'engagement électoral Sarkozesque d'imposer
50% de femmes au gouvernement. Partant de ce méritoire principe, comme elle faisait
partie des nanas disponibles et ministrables, es qualité de pharmacienne ils lui ont refilé
la Santé.
Il s'agit donc d'un effet de quota. Un bel exemple des conséquences perverses de tous
ces principes à la con que les politicards et singulièrement ceux de la soi-disant Droite,
nous cuisinent à toutes les sauces.
Bientôt on commencera à parler sérieusement de quotas de boursiers dans les grandes écoles (ça me rappelle L'ennui naquit un jour de la diversité. ) et quand on dit boursier on pense "quartiers sensibles", évidemment. Nous en reparlerons, hélas.

Autre question fondamentale : qui a réellement pris les décisions dans cette histoire de
grippe cochonne? Quand même pas Roselyne toute seule, après audition de ses
conseillers? Si oui, le chef du gouvernement a fait une belle connerie. Si non, aussi!
Dans les deux cas on peut vraiment s'inquiéter. Comme on dit dans la marine, on est mal 
barrés. Sans compter que le Président de la République Une et Invaccinible, comme il
fout toujours son nez partout, ce serait surprenant qu'on ne lui ait pas demandé le feu vert
sur une affaire pareille! Quatre vingt quatorze millions de vaccins, tout de même, ça vaut
bien un coup de fil au Cap Nègre, quitte à se faire engueuler...

Donc, je me résume:
- Prétendre vacciner la population entière: grosse connerie, impossible, dix millions de 
prioritaires c'était déja un exploit (la preuve, on est à peine arrivés à cinq),
-Prétendre organiser efficacement une vaccination collective digne d'un pays sous-
développé dans les années cinquante : énorme connerie, on a vu le résultat,
-Confier la logistique des convocations à la Sécu : jolie connerie, aussi. On les connaît,
l'Assurance Maladie, avant que ça marche (à peu près), faut des années!

En d'autres termes nous avons là, au plus haut niveau de l'Etat, une démonstration tout à
fait caractéristique de l'incapacité de nos élites à gérer sérieusement les affaires un peu délicates.
Et réjouissons nous de l'absence de gravité de la grippe cochonne. Dans le cas contraire, 
c'était la Bérésina. Du vaccin dans des bidons, ça n'immunise pas une population!

Alors, la pauvre Roselyne va porter le chapeau. Après tout un ministre c'est fait pour ça.
Rien à dire, sauf qu'on ira pas jusqu'à la démission, tout de même. Pour deux malheureux
milliards? Vous n'y pensez pas, ya pas mort d'homme après tout. On trouvera bien une combine pour les payer et on n'en parlera plus.

URGENT! (Comme ils font maintenant à la télé).
A l'heure où je mets sous presse, Roselyne déclare à TF1 qu'après tout elle annule
la commande des vaccins restant à livrer! Vu que, dans le fond, on n'en aura pas besoin
et que déjà, ceux qu'on cherche à fourguer, on n'y arrive pas. Personne n'en veut, pas
même le Burkina-Faso avec un rabais de 99,99%!
Hé ben voilà, Rosy. Vous avez trouvé la combine. Quand on se trouve dans le pétrin il 
suffit de ne pas honorer sa signature et le tour est joué! 
Ladite annulation de commande porterait sur cinquante millions de doses. Une bricole.
Va falloir qu'il se montre vachement compréhensif, le fournisseur!

Allez, en voila assez, je vous fiche la paix.
Bonne nuit et merde pour qui ne me lira pas.    
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 19:01

Alléluia! Pour les voitures brûlées dans la nuit de la Saint-Sylvestre (cf Irreparabile tempus fugit... ) nous avons les stats. 1137 bagnoles!
Non,c'est pas beaucoup! Yen a dix de moins que l'an dernier tout de même!
Enfin, bordel, le Ministre de l'intérieur lui même nous a déclaré toute sa satisfaction
devant un tel renversement de tendance! On va quand même pas faire la fine bouche.
Bon, alors on dit que c'est bien, que l'ordre règne et que les petits jeunes de banlieue
ont joyeusement fêté le premier jour de l'an des infidèles.
Ya pas eu un seul mort chez les flics, en plus, dans de telles circonstances faut se réjouir
et reconnaître honnêtement l'efficacité des mesures prises en vue de gérer ce délicat
passage. Un peu cher, certes, mais les résultats sont là.

Les sujets de satisfaction, d'ailleurs, ne manquent pas. Hier j'ai omis -veuillez me
pardonner- de saluer la légion d'honneur de Yann Anus-Bertrand. Distinction
pratiquement aussi méritée que celle de Raco Pabane lequel ne possédait, en matière d'annonce de fin du monde, que quelques années d'avances sur le premier cité.
Au moins reconnaît-on chez nous les services éminents rendus par les prophètes de
malheur, lorsqu'ils bénéficient d'une forte couverture médiatique. Dans le cas contraire,
bien sûr, vous pouvez toujours vous fouiller mais ça, c'est vrai dans tous les domaines.

En revanche, les nouvelles d'Hawaï apparaissent empreintes d'une gravité inaccoutumée.
Le Président des States, dans une allocution radiodiffusée dépourvue du moindre
incident de prompteur, vient de rappeler au monde la guerre impitoyable qu'il conduit
face à la nébuleuse Al Qaïda. Ladite nébuleuse, frappée d'une indicible terreur, ne
manquera pas de se sentir désormais traquée jusqu'au plus profond des cavernes au
sein desquelles elle se terre tel le lapin tremblant pourchassé par le patient renard.
Et une nébuleuse terroriste terrorisée qui se terre sous terre, voilà qui donne une idée
bien exacte de la terreur! 
Sans compter que les guerres engagées par les prix nobel de la paix revêtent
nécessairement un caractère d'extrème originalité dont l'effet peut se révéler dévastateur.
Ben Laden risque bien, sur ce coup là, de crever de rire.

D'autant qu'on pouvait simultanément regarder à la télé de belles images du sieur Barack-
Hussein, joliment vêtu d'un petit polo sympa, en train de déguster des glaces en cornet
et ne cachant pas son plaisir au ressenti du goût délicieux de ces délicates friandises.
J'ai même cru apercevoir Bo (voir Bo ) trottiner à ses côtés en récupérant au passage les
miettes du festin présidentiel.
Barack s'en va t-en guerre (trou du cul, champignon, tabatière) terroriser les terroristes!
Comme Pasqua en son temps, mais en infiniment plus sexy, même pas la peine de le dire.

Hélas, dans le même temps, un pauvre type au Danemark, se bouclait dans sa salle de
bains blindée pour tenter d'échapper à la hache d'un pote, je veux dire d'un musulman fanatique,déterminé à lui exploser la cervelle sur tous les murs de sa piaule copenhagoise.
L'affaire se termine bien, le pote a morflé deux balles de flics dans le buffet ce qui le
calmera pour quelques temps.
Par ailleurs, on est au Danemark, pas en France, le keuf tireur n'ira donc pas en taule.
Toutefois, sachant que le rescapé de cette aventure n'est autre que l'auteur des fameuses
caricatures de Mahomet, soyons assurés que les potes du pote ne lui laisseront jamais
de répit. Les fatwah constituent une assurance vie-foutue pour ceux qui en font l'objet.
D'ailleurs, en Somalie, le thé vert coule à flot en l'honneur du héros à la hache glorieuse.
On y déplore seulement la survie de ce dernier dont l'accès au paradis, avec septante et
une vierges pour lui tout seul, eût été assuré dans le cas contraire.

Tout cela pour vous dire qu'entre le maître de Bo, qui s'en va t-en guerre en suçotant
des glaces à la vanille et les ennemis du monde occidental (j'allais écrire civilisé),
il existe une distance rigoureusement infranchissable. Pas vraiment le même univers.
Quoi que...

A la prochaine et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 17:57
Nous ne connaissons pas encore le nombre de voitures carbonisées -diable, il convient
de se montrer circonspect- mais nous savons déja que la nuit n'a produit que douze
blessés sérieux parmi les forces de l'ordre. Donc tout va bien, calme et harmonie ont
présidé au passage de 2009 à 2010. La France apparaît belle et paisible, riche de sa diversité et de ses politiques dont les voeux, largement diffusés sur le web, confinent aujourd'hui au grotesque le plus achevé. La palme, très disputée, revenant à mon sens
à la mère Aubry qui a déclaré, sans même réprimer le moindre fou-rire, que, "dans ces
temps de crise, nous pouvons compter sur les socialistes" (de gauche s'entend, pas sur
ceux de l'UMP évidemment).

Pour les bagnoles brûlées, donc, on saura plus tard, comme les flics n'ont pas le droit
d'aller compter sur site, il faut le temps de collecter les données. En revanche, pour ce qui
concerne la Légion d'Honneur, on connaît  déjà, comme d'habitude, les heureux lauréats 
de la promo du 1er Janvier.
Dans ce domaine là, aussi, c'est un pur régal. Sans avoir encore tout vu, je me réjouis notamment de voir l'illustre Paco Rabane élevé au grade d'officier. Il était temps tout
de même, dix ans après qu'il a prédit la fin du monde, ce génie incomparable!
Voila qui vient à point réparer une iniquité et qui devrait l'encourager à poursuivre dans la vision prophétique, le vaillant couturier métallo. Avec un peu de pot il pourrait nous en sortir encore de superbes. Vous pensez,  rosette au revers on a le droit d'envisager du grandiose.
Armageddon, la destruction du Léviathan, l'entrée en vigueur de la Taxe Carbone,
que sais-je?
A moins qu'il ne préfère en garder sous la pédale (pardon, j'ai pas fait exprès) Paco-
mestible, parcequ'il lui reste au moins la croix de Grand Officier à récupérer. L'ambition
des meilleurs requiert de la mesure! Reste une question : pourquoi appelle t-on encore ce machin Légion d'Honneur? Légion ça suffirait, non?

Cela dit, je ne suis pas mécontent d'en avoir fini avec 2009. Je ne la sentais pas, cette
année (voir Annus merdibilis. ) et à juste titre. Le seul bémol réside dans la nécessité,
pour se débarrasser d'un millésime, de passer au suivant avec le coup de vieux joint en annexe. Comme disait mon brave prof de latin, cinquante ans en arrière, "irreparabile
tempus fugit". L
e temps fout le camp irréparablement. Alors, même si nous savons tous
que 2010 porte des promesses tout aussi dégueulasses que sa devancière, souhaitons
toutefois qu'elle ne s'écoule pas trop vite afin de nous laisser déguster à loisir les quelques moments de choix qu'elle devrait normalement nous réserver.

C'est ce que j'espère, non seulement pour moi mais aussi pour mes lectrices et lecteurs 
que j'aime beaucoup, j'en profite pour le leur dire. Sutout qu'ils ne sont pas nombreux
donc de qualité, sans quoi ils iraient lire ailleurs. Ou pas du tout, comme la plupart de
leurs contemporains. 

Bonne, très bonne année 2010. Dans la mesure du possible, faut pas déconner.
Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 19:04

Quel joli présent il a fait aux amerloques Barakobama pour ce Noël 2009. Il leur a offert
la Sécu, dites, de quoi illustrer élégamment la notion de cadeau empoisonné!
Après ce succès fabuleux obtenu de haute lutte auprès d'un Sénat relativement tiède
tout de même, il a pu s'envoler enfin pour Honolulu, le Président sécuritésocialiste,
avec le sentiment du devoir accompli et la conviction, propre à ceux qui ne doutent de
rien, d'avoir rendu à son pays un service inestimable.
Nous qui savons de quoi il retourne, avec notre système à la con désormais totalement 
en faillite, pouvons en effet apprécier l'évènement à sa juste valeur.

Mais là n'est pas la question.
Hier soir en allant dire sa messe de minuit de vingt deux heures ( il est bon de se montrer
en avance sur son temps), Benoît XVI s'est fait littéralement voler dans les plumes par une
pétroleuse vêtue de rouge. Je pense qu'il devait s'agir de Satan ou de quelqu'un qui venait
de sa part mais nous ne disposons d'aucune information de nature à corroborer cette
hypothèse. En tout cas le Pape, s'il n'a pas mordu la poussière compte tenu que
l'aspirateur venait d'être passé, a tout de même pris violemment contact avec le pavement
de la basilique de Saint-Pierre. Vu que les ornement sacerdotaux ça peut servir aussi
d'amortisseur, le cas échéant, il s'en est sorti indemne, Benoît, sans la moindre contusion.
Au moins officiellement.
Hélas, le pauvre cardinal Etchégaraï qui n'avait rien vu venir s'écrasait simultanément sur le
sol marmoréen au son caractéristique du col du fémur de vieillard qui craque.

Voila donc, après Berlusconi qui prit naguère un petit Dome de Milan en pleine gueule, le Pape qui s'emplâtre carrément le grand Saint Pierre de Rome dans le buffet.
Comme quoi le contact avec l'église peut se révéler redoutable. Toutefois la similitude des deux évènements porte des enseignements plus inquiétants.

Dans les deux cas, en effet, la victime se présente comme une personnalité détestée et
vilipendée par toutes les gauches possibles et imaginables. Dans les deux cas l'agresseur
apparaît, selon les media, comme "déséquilibré" donc, somme toute, irresponsable et
incapable d'exposer sa motivation.
Cependant, sinoque ou pas, l'individu s'en prend quand même a une personalité que les
bien-pensants de la grande famille de gauche désignent en permanence à la vindicte
populaire comme malfaiteurs haïssables de l'humanité.
S'agissant du Président du Conseil italien ( voirLe fascisme ne passera pas! et aussi
Fesse bouc. ) l'appel public au meurtre pourrait bien avoir trouvé un récepteur efficace
en la personne du tordu au duomo miniature. 
En ce qui concerne le Pape, il constitue lui aussi une cible privilégiée. Ennemi officiel de
la capote anglaise, Benoît apparaît comme un épouvantable réactionnaire prêt à sacrifier
des millions d'individus aux diktats d'un dogme périmé ( voir, par exemple Fensées
pugaces 
 et Malédiction gourbi et zobi ). 
Par dessus le marché il peut se révéler de bon ton de faire état, dans la plus parfaite
neutralité s'entend, de l'affiliation du petit Ratzinger, voilà soixante-quinze ans, aux
jeunesses hitleriennes. Pas la peine d'en rajouter, le simple énoncé de la chose fait son
petit effet. Le pape nazi constitue ce qu'on peut rêver de mieux pour impressionner les
esprit faibles et les sales connards prêts à faire un sale coup pour peu qu'on leur suggère
une raison plausible.
Et pour ce qui est de suggérer, la gauche, on peut lui faire confiance.

Alors, je sais bien qu'il se buzze déja sur le net que Berlusconi a organisé le coup pour
monter dans les sondages et que bientôt on trouvera une connerie du même ordre en
vue d'expliquer l'attentat contre le Pape. N'a t-il pas été immédiatement avancé, d'ailleurs,
que la tordue voulait juste lui faire un gros bisou, à Benoît? Faut quand même le faire,
lorsqu'on voit les images. Peut être qu'à Etchégaraï elle voulait lui turluter le zigomar, non?
Je sais bien, en outre, que ce sont toujours les mêmes qui ont raison. Par essence.
Je sais bien, aussi que celui qui trimballe le sceau de l'infâmie de gauche doit crever la
gueule ouverte afin de purger le monde de sa présence abjecte.
Je sais bien, enfin, que les mésaventures des deux personnes susvisées amusent
beaucoup notamment du côté de Saint-Germain des Prés où l'on manquait,depuis la
retraite de Deubel-You Bush, de sujets de rigolade.

Mais je trouve, en revanche les anathèmes jetés par la grande famille de gauche
assimilables de plus en plus aux fatwah des musulmans. 
Comme on disait dans le temps, "salaud, le peuple aura ta peau!".
Bientôt, avec désormais internet pour appeler à la fatwah, il y aura des morts dans les
rangs des infidèles!
Heureusement pour moi, seuls les infidèles me témoignent quelque fidélité.
Je les embrasse et merde pour qui ne me lira pas. 

  




 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 18:18

Bon, o.k., ça va, je me suis planté. Les accords de Copenhague, si industrieusement
préparés par le camarade Borloo (voir Copulation sans émission de CO2. ) tiennent mal
leurs promesses. La faute à pas de chance.
Les choses eussent pu tourner différemment si le dieu vivant Barack-Hussein ne s'en était
pas foutu comme de sa première paire de churchs. Manque de pot, non seulement les
discussions climatiques, si chères aux européens, il n'en a rien à secouer, mais encore
ces conneries lui retardaient ses vacances à HawaÏ. Et entre un séjour au Danemark en
plein hiver froidissime et une petite pause paradisiaque dans le Pacifique, y a vraiment
pas photo.
Faut être con, tout de même, pour enquiquiner les gens avec des enfantillages
fulligineux tout juste bons à faire plaisir à une bande d'illuminés de l'écologie combattante,
très majoritairement européens de surcroît!
Donc il leur a dit comme ça, le Président étasunien, aux Sarkozy et autres besogneux du changement climatique, qu'ils avaient intérêt à rédiger sur l'heure, vite fait sur le gaz , un
petit machin pas trop méchant mais bien senti tout de même. Auquel cas il signerait de
suite, juste avant de prendre l'avion. Sans quoi, bien entendu, ce serait le bras d'honneur,
l'envol pour le paradis et rien du tout pour justifier les nuits de parlotte, les tonnes de bouffe engoufrées et les milliers de litres d'akvavit sifflées par les congressistes.
Notamment Borloo, bien entendu, vu comment qu'il s'est dépensé, le pôv cht'i!
Les données du problème apparaissant clairement définies, tout le monde se colla à
l'ouvrage et, en deux coulées gros, l'humanité stupéfaite vit apparaître les accords de Copenhague. 
Survint alors, sur les écrans plats, le Président de la République Franchouille Une et
Un Peu Risible exprimant urbi et orbi son immense satisfaction au vu du chemin accompli

ainsi que des avancées décisives acquises au Danemark pour le bien de l'humanité et de

son environnement immédiat.
Bien sûr, dès le lendemain matin la presse universellement unanime faisait état du
lamentable échec du sommet de Copenhague démontrant ainsi un antisarkozysme viscéral joint à un défaitisme lourdement déplorable.

Dieu merci, Trotsky soit loué, une magnifique nouvelle arrive à point nommé pour verser
un peu d'hydromel dans nos gorges laminées par le stress et la déception.
Le camarade Juju, le chef des potes, le parrain des Parrains de S.O.S. Racisme, le fidèle
de la FIDEL, le sponsor éminent de Rolex et de Piaget, le bénévole à la petite main jaune, Monsieur Julien Dray, dis-je, vient de faire l'objet d'une mesure de clémence judiciare.
Ouf! Qu'est-ce qu'on est soulagés, tout de même! Souvenez vous
(Touche pas à mon pote! ) du vibrant appel lancé pour tenter de mettre un terme au
 martyre de ce pauvre M.Julien.
Eh bien me voici exaucé. Quel bonheur, voici Juju pardonné. Vive le pote blanchi!
Enfin, pas vraiment blanchi, mais presque. Juste un petit rappel à la loi, une admonestation pour la forme, une aimable réprimande. Il fallait bien puisqu'en définitive on lui reproche
juste une vague histoire de montre à 7000 Euros. Une babiole, donc, même pas le prix du
chrono bling-bling présidentiel et je ne parle pas de la glorieuse tocante de Séguéla, celle qui confirme de la manière la plus éclatante une réussitesocio-
professionnelle hors du commun.
Bien sûr, notre pote Juju aurait manifestement utilisé à des fins personnelles les fonds
des associations concernées. Bon, et alors? Il ne savait pas, le malheureux, pensez donc,
il ne suit pas ses comptes, c'est arrivé comme ça, à l'insu de son plein gré comme disait
le grimpeur à moteur.
Et puis merde à la fin! Ca suffit! On le connaît Julien Dray, tout de même. 
D'abord c'est un homme de gauche, tellement à gauche qu'il ferait encore partie des
trotskos s'il avait moins adoré les belles montres!
Ensuite il a toujours démontré sa droiture et son impartialité. Tenez, par exemple, ces
derniers temps il disait beaucoup de bien de M. Sarkozy. C'est pas une preuve, ça?
Alors, arrêtons une fois pour toute de toucher à notre pote. Foutons lui la paix au Juju
blanchi (contre le mur) et laissons le faire sa campagne socialo-horlogère pour gagner
une vice-présidence régionale. Voilà qui mettra du beurre dans les épinards. Il en a
bien besoin le brave homme, surtout qu'il a eu des frais d'avocat! 

A ce propos et je finirai là dessus, on apprend que ce pauvre Monsieur Chirac
(voir Ce pauvre Monsieur Chirac. ) a décidé de changer d'avocat. Il recrute celui de Juju!
O.K. mais faudrait pas s'imaginer que ça va suffire. Sans mettre en cause le talent
du baveux en question, la bienveillance judiciaire à l'égard du pote semblerait bien
venir d'ailleurs.

A bientôt et merde pour qui ne me lira pas.
 
 
 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 12:43
Conformément à une tradition désormais bien établie, le sommet de Copenhague vient
de donner lieu à une jolie manifestation propre à réchauffer l'atmosphère frisquette qui
préside aux négociations relatives, précisément, au réchauffement climatique.

On a vu défiler bien des gens venus pour gueuler comme quoi va falloir prendre le taureau
par les cornes et arrêter définitivement de consommer de l'énergie. L'idée directrice, dans
ce type de joyeux défilé, consiste en effet à prôner l'abstinence énergétique compensée,
tout de même, par d'attrayantes contreparties. "Faites l'amour, pas du CO2!", qu'ils vociféraient les écolos, les anars, les socialos, les cocos, les gauchos, les altermondialos,
et les trotskos.
Pas les Blacks-Bloks, toutefois, qui, eux, s'abstiennent de hurler quoi que ce soit et se contentent de balancer des parpaings dans les vitrines et dans la gueule des flics.
Tout ce joyeux petit monde a donc passé une excellente après-midi dans une ambiance
de saine et franche camaraderie renforcée par le sentiment unanime de faire oeuvre
indispensable en faveur du climat, par la mise au pilori virtuel du capitalisme, ennemi
commun et ciment de l'unité indéfectible des gueulards de toutes obédiences.
C'était réellement très sympa d'autant plus qu'on ne déplore aucun mort.
Juste une grosse dizaine de blessés parmi les forces de l'ordre et quelques millions
d'Euros de dégats matériels.
Une belle opération,donc, qui contribuera de manière essentielle à sauver la planète,
dans la mesure où désormais, les terriens conscients de leur responsabilité limiteront
leurs activités à la baise, comme les bonobos, pareil. Et ce, en veillant autant que possible
à donner dans le suave et le langoureux. Les ébats à la cosaque apparaissent en effet de nature à émettre pas mal de gaz carbonique, tout de même.

Notre beau pays, patrie des droits de l'homme de gauche et du citoyen diversifié se
montrait en outre à son avantage, représenté par des individualités marquantes tels le Trotskofacteur et l'ineffable José Bové. Ce dernier toujours sur le coup mais désormais
sans pipe, tant il est vrai que la bouffarde émet du CO2 en pagaille.
Je ne parle pas, vous l'aurez compris, de la fellation,dont la pratique semble au contraire recommandée par les manifestants dans la mesure où le slogan ci-dessus évoqué peut raisonnablement faire l'objet d'une interprétation lato sensu.

En revanche, je suis un peu inquiet de n'avoir pas vu Con Bandit. Peut être les caméras
se sont elles abstenues de le montrer mais ce serait bien la première fois depuis plus de quarante ans. Convient il d'en déduire l'absence de Dany la Pastèque?
Sur une manif de cette importance une telle défection poserait cependant question.
S'est il pris les pieds dans un Black-Blok? A t-il rencontré un petit blondinet de cinq ans
et demie? L'aurait on pris pour un brûlis de savanne à éteindre d'urgence à grande eau?
Est-il resté coincé dans un car à huile de friture confisquée?
Tient il compagnie à Monseigneur Toutou pendant la messe? Ou, tout simplement,
a t-il préféré éviter de sortir par ce froid si inapproprié en période de réchauffement climatique?
On se perd en conjectures. Reste qu'en l'absence de nouvelles sous quarante huit heures
il conviendra d'envisager une recherche dans l'intérêt des familles politiques verdo-
gauchistes.
Pas question de l'abandonner ainsi la pastèque! Affaire à suivre donc.

En tout cas, nous en connaissons un, bien de chez nous, qui s'éclate à mort à Copenhague.
Borloo, bien sûr, Borloo l'alcolo, je veux dire l'écolo, l'homme providentiel, le sauveur de la planète, l'artisan inlassable du consensus climatique, l'artiste inclassable de la taxation des émissions de gaz, le VRP tourbillonnant de la cause des ours blancs du zoo de Vincennes
et même du Pôle Nord, le vibrion sceptique du sauvetage de la forêt Amazonienne, l'ami à
bras ouverts des manchots de Terre Adélie, celui, en un mot, auquel l'humanité devra,
probablement sans le savoir, les Accords de Copenhague.
Et, vous pouvez me faire confiance, comme disait Galabru dans "Le Viager", ils seront
drôlement chouettes, les Accords de Copenhague. Je vois d'ici l'avancée décisive qui
ne manquera pas de surgir, dans quelques jours, du sommet danois. Tellement grandioses
que j'en ai les larmes aux yeux avant même de les connaître.
C'est pas possible autrement puisqu'Obama va venir en personne!

Alors, regardons avec confiance un avenir d'air pur et de climat rafraîchi.
Et merde pour qui ne me lira pas.
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 17:09

Bizarre, buzzare même, on ne parle plus vraiment le français, enfin plus comme de mon
temps.
Normal, me direz vous et même sain, puisqu'une langue vivante, par définition, cela doit
vivre, donc évoluer. On ne parle plus la langue de Rabelais ni, tout à fait celle de Bossuet 
et cependant les littérateurs de notre temps subsisteront au même titre. Dans un volume
distinct du Lagarde et Michard, voila tout. Cela apparaît juste et bon, reste à  savoir
lesquels resteront et mieux vaut, sur ce point, rester prudent. Je ne citerai pas de nom,
je serais d'ailleurs bien emmerdé si je m'y trouvais contraint.
Même en cherchant je ne vois pas de Céline, pas de Marcel E. Grancher, pas de
Frédéric Dard. Comme, pour moi, la littérature contemporaine se limite
presqu'exclusivement à ces trois là, il semble préférable de s'abstenir de me poser la question.  Et, entre nous soit dit, personne n'y songe.
Sans compter que les admirateurs de Grancher disposent d'assez peu de considération
auprès de la dictature intellectuelle à dominante germanopratine. Le classement dans
la catégorie des ploucs- pignoufs leur revient de droit, aux rares granchérophiles qui
marchent encore à découvert!
Bon, d'accord, mais revenons à notre propos initial.
Moi, le français -en tant que langue, veux-je dire- je l'aime bien. C'est net, c'est propre,
ça ne déconne pas, ça dit ce que ça veut dire et pour ceux qui savent s'en servir, ça peut même être beau. 
Manque de pot, aujourd'hui vous pouvez prendre le medium que vous voulez (veuillez m'excuser, un medium-des media, c'est du latin récupéré via l'américain, comme versus),
qu'il s'agisse de l'audiovisuel, d' internet ou même des gazettes, vous aurez droit
à un sabir généralement prétentieux mais pas à du français. Ca ressemble à du français
ça peut même en avoir le goût et la couleur mais ça n'en est pas.

Par exemple, on ne dit plus "du monde" désormais on dit "au monde". Si vous avez le
malheur de parler du "meilleur du monde" vous passez pour un minus. Le meilleur au
monde cela fait classe, pas bien français mais classe.
Et je ne vous parle pas des domaines dans lesquels, même si on voulait, on ne pourrait 
plus s'exprimer en français. L'économie, tiens, écoutez donc un peu BFM Radio,
en live ou en podcast, as you like, vous allez voir ce qu'ils en font de la langue de 
Molière. Normal, les gens sérieux qui font des affaires sérieuses s'expriment en
amerloque. La faute à Jeanne d'Arc, si elle s'était occupée de ses oignons plutôt

que d'aller virer les Rosbifs, tout le monde parlerait français et l'anglais serait resté

ce qu'il est, un patois! Un jour je vous expliquerai, si vous êtes sages.

Remarquez bien, la barbarisation du langage va de pair avec celle des moeurs.
Je surprenais tout à l'heure la conversation téléphonique d'un jeune mec en costard
Smalto (ou Boss, je ne suis pas sûr). Ben oui, de nos jours on a droit aux demi-
conversations des autres, qu'on le veuille ou non. Donc le trentenaire hypersapé
déclarait à sa nana, ou à son amant ( le charme des demi-conversations,
justement, réside dans le caractère occulte de l'interlocuteur), je cite: "Moi et toi
on va y aller ensemble". Là j'ai foutu mon camp. Moi et toi ça ne passe pas , désolé.
Partant de là je constate deux choses, la première: je suis largué, hors de mon époque,
juste à point pour le grand voyage sépulcral; la seconde c'est qu'on a gagné le coquetier. 
A force d'écouter tous les sales connards qui voulaient changer la société, on  l'a
changée, la société. En mal!
Pas bien grave, "moi et toi", d'ailleurs rien ne saurait être tenu pour grave qui ne rejaillit
pas sur le taux de croissance.
Certes mais l'exquis raffinement de nos sociétés policées d'avant soixante-huit portait
en lui l'essence d'une civilisation fort éloignée de la multiculture diversifiée du rappeur annonant ses inepties haineuses.
Imaginez, "Moi et toi" de Paul-Djamel Géraldy, ça pourrait donner quoi-t-est-ce, hein?

Et puis c'est ma faute aussi, après tout.
Ma mère me l'avait inculqué : "le roi, l'âne et moi".
Je crains fort d'avoir oublié de le dire à mes enfants et du coup, je me dis que le petit
peigne-cul en costard à deux mille euros (au bas mot), ressemble bien à une victime,
après tout.
Victime du laxisme des gros jouisseurs de ma génération. Condamné à vivre 
au diapason d'un monde de malotrus, mal-appris, mal-lêchés et mal embouchés.
Peigne-cul 1er, roi au monde, en somme!

Cho et merde pour qui ne me lira pas.










 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 18:19

Nous y sommes, le sort en est quasiment jeté, le tirage va commencer.
Je parle bien entendu de la Coupe du Monde de balle au pied dont la phase finale
se décide aujourd'hui dans un auditorium sud-africain somptueusement grandiose.
Toujours pareil, vous allez me dire qu'on n'en a rien à secouer et que dans la hiérarchie
des évènements du jour, le tirage au sort des parties de ballon de l'an prochain
se traîne en queue de peloton.
Que voulez vous que je vous dise? Vous avez sans doute raison, dans l'absolu.
Toutefois, il nous appartient d'observer qu'une proportion impressionnante de nos
contemporains se trouve présentement vissée devant sa télé, en proie à l'angoisse
existentielle du connard qui sent confusément que son avenir le plus cher va se jouer 
sur un papelard qui bout dans une urne trop pleine.
S'agissant du supporter franchouille, il sait déja, lui, que ce ne sera pas Austerlitz.
Son inquiétude, c'est Waterloo!
Je veux dire le tirage vachard d'un groupe au sein duquel les "bleus" (bleu foncé, tout de même) se trouveraient confrontés à deux ou trois équipes imbattables qui les renverraient impitoyablement à la maison, la queue entre les jambes et sans le moindre
commencement de gloire.
Remarquez bien qu'il s'agit là du scénario le plus probable et ce, indépendamment dudit
tirage. Cependant suivant le cas, on pourra ou non, rêver encore quelques mois...

Autre catégorie de français scotchés devant leur écran plat, les petits beurs, ceux qui

ont pris fait et cause pour leur équipe nationale d'Algérie dont il convient de prier Dieu
-afin d'éviter la guerre civile- qu'elle ne soit en aucun cas amenée à jouer contre la France. 
( voir Foot-aises. 
Accessoirement aussi, n'oublions pas nos jeunes amis
les enfants de camerounais ou d'ivoiriens qui seraient ravis de voir leurs vrais compatriotes foutre la pâtée aux
représentants du pays qui leur donne à bouffer.

Donc vous voyez bien que l'évènement passionne énormément de monde, rien que dans
notre hexagone étriqué. Bien entendu, dans le monde entier, l'affaire fait vibrer des
milliards d'individus. D'autant que, si je m'en réfère au décolleté de la présentatrice
sud-africaine du spectacle, on peut trouver de l'intérêt à la chose, même si on n'a rien
à foot du foot.
D"autant qu'il s'agit de tirage, ce qui peut faire fantasmer bien du monde.

Ouf,ça y est!
Dieu merci, Allah merci, aussi, y a pas de raison, la France et l'Algérie font
partie de deux groupes distincts. Ils rentreront à la maison sans jamais se rencontrer.
Les trois matches de l'Algérie ne manqueront pas, bien sûr, de se solder par quelques dizaines de millions d'Euros de dégats mais le courant (j'ai failli écrire le corant, rendez
vous compte), quoi, rien de méchant. 
En tout cas, le pire apparaît évité, l'étendard sanglant de l'affrontement meurtrier peut
rester au fond du panier, notamment à Marseille.
Oui, parcequ'en dépit d'un coup inespéré du sort qui offre à l'équipe de France le groupe
de l'Afrique du Sud, ce que nos media vont évidemment arroser comme une victoire
avant l'heure, on voit mal les hommes de Doménech venir à bout de l'Uruguay et du
Mexique. Il faudrait plus que la main d'Henry, cette fois, la main de Dieu, et encore. 
Si tant est qu'ils soient en mesure de vaincre l'Afrique du Sud qui vient à l'instant de
démontrer sa capacité à présenter de très jolis nichons.

Reconnaissant la pauvreté lamentable du présent article et vous priant de bien vouloir
m'en excuser, le foot ne m'inspirant que très médiocrement,
Je vous prie d'agréer mes respectueuses salutations.
Et merde pour qui ne me lira pas

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 19:24

Dany la Pastèque, alias Con Bandit, celui qui se faisait flatter le bigoudi au temps
délicieux où il s'occupait du jardin d'enfants (voir Merci Bayrou ), n'a pas manqué

d'apporter sa pierre à l'édifice sacré de stigmatisation des ignobles Suisses refuseurs
de minarets.
Avec des accents à la Malraux accueuillant Jean Moulin au Panthéon,
j'exagère un peu mais tant pis, Dany l'ex-rouge vient d'appeler solennellement
les émirs arabes à retirer tous leurs avoirs des banques helvètes.

Faut pas croire, il les aime bien Con Bandit, les marchands de pétrole. La chose pourrait sembler paradoxale mais ressortit cependant à la logique la plus rigoureuse.
Sans hydrocarbures pas de pollution et sans pollution pas de verts.
Vous mordez le topo, l'émir apparaît comme le sauveur de l'ancien gaucho reconverti écolo. Sans ces braves gens point de salut pour les vieux soixante-huitards.
Les autres chefs de la grande révolution des petits corniauds du baby-boom, on n'en parle plus. Oubliés, perdus dans les replis profonds d'une histoire surannée, grouillante des
déchets d'un passé dérisoire, maoistes et autres soldats perdus de la connerie gauchiste.
Mais pas Con Bandit.
 Il a su rebondir, Con Bandit, resurgir des profondeurs marxistes rhabillé tout en vert
des pieds à la tête et aussi crédible que le loup déguisé en grand-mère,
celui qui avait bouffé tout cru le Petit Chaperon Rouge. Rouge comme Dany l'ancien,
celui de soixante-huit, dévoré par l'opportunité écologiste mais superbement régurgité
en grosse pastèque rouquine, tel un vieux phénix grotesque et irritant.
 
Ami des émirs à pétrodollars mais aussi sauveur des musulmans helvétiques
frappés jusques au fond du coeur par la votation scélérate, entre ici Con Bandit,
avec ton cortège de sourates, burqas, muezzins et minarets, croisé à rebours de la
charia triomphante, résidu replet de la révolution mao-sexuelle, chevalier racorni de la 
diversification métissée, chantre hilare du malheur des générations futures, chancre
putride de la décadence occidentale.
Ouf, fallait la faire, celle là!

Et parmi l'amoncellement ahurissant desconneries qui se profèrent depuis dimanche sur
les onde, sur la toile et dans les gazettes, j'ai cru judicieux d'extraire la conbanditesque,
une des plus dignes de témoigner, pour la postérité, de la gravité du mal qui ronge nos sociétés.
L'appel du clown vert aux musulmans titulaires de comptes helvètes apparaît comme
la manifestation éclatante de l'extraordinaire bêtise de nos adulés héros médiatiques .
Eh oui, retirons tous notre pognon -enfin pour ceux qui en ont- et la Suisse infâme
disparaîtra à jamais de la surface du monde!
Eh oui, pardi, "point d'argent, point de Suisse", c'est Corneille qui l'a dit (pas le rwandais,
le normand). On leur enlève le pognon, ils sont foutus! Et que le diable coranique les 
emporte et les carbonise jusqu'à la fin des temps. Ahramdoumla!

Et enfin, aussitôt le propriétaire extradé aux states, qu'on incendie le chalet "Milky-Way"
de Gstaadt, témoin du sort ignoble réservé par les affreux helvètes à Roman Polansky!
Comment? Ah, bon, rayez ça, Polansky y veut pas.

Voilà. A part ça tout va bien sauf que France Football vient encore d'aggraver son cas
en refilant le Ballon d'Or à l'argentin Messi (il est arrivé!).
Je l'avais pourtant signalé, l'an dernier (cf Après Kaka, Ronaldo! ), faites gaffe, arrêtez de prendre des blancs, vous déconnez! Eh bien ils s'obstinent les racistes de France-Foot.
Tant pis pour eux, la HALDE et le CRAN auront leur peau!
Et vous ne savez pas? Puisqu'ils m'ont pris pour un con, les Francefooteux, eh bien je vais de ce pas les dénoncer à Con Bandit.

Adios et merde pour qui ne me lira pas.



 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 15:41
Vive la Suisse, sacré nom de Dieu!

La démocratie, ça consiste à poser toutes les questions et pas seulement les questions politiquement correctes. La démocratie c'est lorsque le suffrage universel dispose d'un
pouvoir de décision également universel et pas seulement limité à ce qu'une minorité 
éclairée condescend à lui soumettre.
Et voici que les Suisses viennent de nous administrer une bonne leçon de démocratie.
Une vraie bouffée d'oxygène dans un environnement tellement pollué par la dictature
intellectuelle de la gauche qu'on se demande comment de tels évènements peuvent
encore survenir. 
Il ont voté "oui" à l'interdiction des minarets!
Oui à 60%, sans bavures, tout naturellement, avec la tranquille assurance des braves gens
qui répondent en leur âme et conscience à une question lourde de conséquences au
regard de la société qu'ils souhaitent pour eux mêmes et pour leurs enfants.

Il fallait pourtant les entendre nos bons media qui, jusqu'à la parution des premiers
sondages sortie des urnes, expliquaient doctement, avec un mépris teinté de racisme
anti-suisse (c'est comme l'anti-belge, c'est permis), que l'échec éminemment probable 
de la motion ne devait pas masquer le caractère scandaleux d'une telle initiative, due à
un horrible parti populiste d'extrème-droite, pardonnez le pléonasme.
Bref, ils ont essayé jusqu'au bout de nous faire prendre l'Helvétie pour des lanternes!

Mais les braves Suisses, n'en ont que foutre des jolies idées germanopratines, de la
diversité, du métissage et de l'enrichissement multiculturel .
Ils disent simplement, les Suisses, qu'ils sont chez eux et qu'ils entendent y faire ce qu'ils veulent, n'en déplaise aux beaux esprits et sauf le respect qu'ils vouent à la Ligue des Droits de l'Homme.
Ils regrettent, les Suisses, mais l'appel du muezzin à la prière multiquotidienne ils préfèrent l'entendre sur les rivages du golfe persique qu'au bord du Léman ou du Vierwaldstäedtersee.
Et la réprobation universelle, l'opprobre éternel qui va désormais, aux dires de nos bons
media courroucés, leur tomber sur la gueule, ils s'asseoient dessus, les Suisses, 
ils suivent le conseil du bon La Fontaine :
                             " Et que dorénavant on me blâme, on me loue,
                               j'en veux faire à ma tête."
Ils le firent et firent bien!
Puissions nous suivre leur exemple (l'espoir fait vivre)!

Vive l'Helvétie sans lanternes ni minarets!
Et merde pour qui ne me lira pas.



 

I

 
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article