Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 16:51

Voilà encore les ennuis qui débarquent. Evidemment l'Euro au dessus des 1,5 Dollars,
même si ça ne change pas grand chose par rapport aux 1,49 d'hier, ça fait tout de même 
un sale effet.
Personnellement, je n'y comprends rien et les subtilités des fluctuations cambistes 
(ou cambiennes, qui sait), faudra pas me demander de les expliquer. Encore une fois,
j'aurais l'air d'une patate et je n'y tiens pas plus qu'un autre.
Toutefois, je vois un truc bien clair, on peut même dire aveuglant, à savoir que les
amerloques vont se refaire une santé sur notre dos.
Comme les chinetoques emboîtent le pas, vous constaterez qu'à l'évidence,
nous sommes mal barrés.
Encore faut il savoir, justement, qui tient la barre. En l'occurence je ne crois pas me
tromper
en pensant qu'il s'agit de nos amis teutons.
Que les étasuniens et les bouffeurs de riz
fassent la politique monétaire qui leur convient,
après tout, je vois mal comment on pourrait le leur reprocher. Chacun sa mère, n'est-ce pas? Mais que les schleus tripatouillent à leur guise un Euro qui est aussi celui des copains, alors qu'en plus on n'est même pas en guerre, là, faut arrêter de déconner.

Bien, me rétorquerez vous, mais à l'inverse, serait il bien raisonnable de confier la
monnaie commune à des clampins qui jouent avec le pognon comme l'éléphant avec le magasin de porcelaine? Naturellement, je ne vise personne en particulier mais chacun,
puisant dans ses souvenirs, pourra voir à peu près de quelle sorte de dirigeant je veux parler.

A partir de là, je me sens glisser vers des questions plus fondamentales.
Ca va loin, vous savez, si on commence à y réfléchir.

En somme, quand on se met ensemble comme l'ont fait si péniblement les européens,
ne convient  il pas de confier les affaires communes aux plus qualifiés?
Auquel cas, vous refilez l'économie, la monnaie, l'industrie, le commerce et les questions sociales aux allemands. Quant à nous, il nous restera la bouffe et, peut être, le cul. En collaboration, sur ce dernier domaine, avec les pays européens de l'Est.
Le rève de Hitler, en quelque sorte.
Et là, ça fout le vertige!
Rendez vous compte qu'on en vient tranquillement à conclure que pour en arriver là, 
c'était pas la peine de s'emmerder comme ils l'ont fait dans la première moitié du siècle dernier, nos pères. Putain d'Adèle, mais ça ne se dit pas, des trucs pareils!
De telles allégations confinent au sacrilège. A ce degré d'insanité, mieux vaudrait en finir
un bon coup avec la liberté de pensée, qui, soit dit en passant, trimballe déja bien du plomb dans l'aile.
Ou alors somme nous en train de démontrer l'absurde inutilité de la guerre.
Là on serait revenus dans le politiquement bien correct, sauf que ça ne va pas durer, vous alllez voir.
Oui parceque la guerre, pas la peine de la faire, il n'y a qu'à la remplacer par la stricte application de la loi du plus fort et le tour est joué.
En 14 suffisait de donner les clés de la boutique à Guillaume Abraracourcix . Faut voir les
horreurs auxquelles on échappait!
On s'évitait Hitler et peut être même Lénine, donc Staline, Mao et tout ce qui s'ensuit.
Et on n'avait même plus besoin de l'Euro, avec le Deutch-Mark c'était réglé.
D'ailleurs c'est la même chose.
Enfin, on gagnait cent ans, quoi. Epouvantable!
Je m'arrête. J'ai honte d'écrire des saloperies de ce calibre, surtout qu'allez savoir,
peut être que c'est la vérité!
Je ferais mieux de suivre le conseil de mon grand père qui, lui, s'était tapé la guerre de quatorze :
"Ne réfléchis pas trop, mon petit, c'est dangereux et ça ne nourrit pas".
A plus et merde pour qui ne me lira pas.  


Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 17:59

Indigné, ulcéré, effaré, courroucé, scandalisé, estomaqué, le Conseil Représentatif des Associations Noires, le CRAN pour aller plus vite, jette son redoutable anathème sur les nouveaux fichiers de police de l'abominable ministre de l'intérieur auvergnat.

Il a osé, l'infâme, autoriser la flicaille à enregistrer l'origine géographique des voyous!
Non mais vous vous rendez compte, bordel, l'origine géographique!
Et la CNIL qui avalise, en plus, on se fout de nous ou quoi?
Rien ne va plus décidément dans ce pays de merde livré à la clique des fachos
déchaînés du massif central.
De plus, ils ont fait leur coup en douce, ces cochons là, personne ne l'a vu venir,
même pas la Première Dame dont la vigilance irréfragable se trouve ici prise en défaut.
Le Président va s'en morfler plein la figure, certes, mais ça change quoi? Un décret publié 
Journal Officiel c'est du béton, que dis-je du béton, du marbre oui, du Carrare et même du 
Paros, dur et rare. Surtout un décret en Conseil d'Etat. Sans compter que là, en plus,
deux qu'il y en a, de décrets.
Un pour entraver la libre expression de la légitime colère des victimes expiatoires
du pouvoir blanc, l'autre pour interdire aux mêmes victimes l'accès aux emplois
dits sensibles.
Alors même que les intéressés apparaissent comme les mieux qualifiés dans la mesure
où, précisément, ils vivent et exercent leurs talents au sein de quartiers également
sensibles.
 
Effectivement, il y a de quoi se facher tout rouge (enfin, façon de parler).
Et n'allez pas me raconter qu'une telle manigance vise les auvergnats! Il a déja fait le
coup,le camarade Ministre et Parrain de Monsieur le Dauphin, avec le résultat qu'on
sait. Voir PANNE DE MODEM...

Non, quand on parle sérieusement de criminalité -et c'est bien le cas- qui se sent visé?
Le CRAN et non le collectif des associations auvergnates ou savoyardes, non plus que le consortium des provençaux en colère.
En d'autres termes, l'origine géographique des voyous, à les en croire, ce serait l'Afrique
ou, pire, les Antilles?
Quelle horreur, on n'y comprend plus rien!
Alors, pour mettre un terme à cette ignominie, je propose la création d'un Conseil
Représentatif des Associations Blanches, le CRAB (aux pinces d'or) par exemple.
Comment, que dites vous, des associations blanches, y en a pas?
Mince, alors, faut en créer tout de suite et immédiatement, on ne va pas laisser encore
une fois ces pauvres noirs faire le boulot tout seuls, on fait suer le burnous là, les mecs,
comme au temps hideux des colonies!
Ah bon, c'est pas permis? On va avoir sur le dos, la Halde, la Cimade, la Licra, la Ligue du
Culte et le Procureur de la République Une et un peu Risible! Qu'on veut faire un
Ku Klux Klan franchouille alors que c'est même pas tout à fait autorisé aux States,
surtout maintenant!
Nom de Dieu, je ne savais pas. Donc pas de CRAB. Tant pis mais quelle injustice!
Le CRAN continuera donc tout seul à revendiquer une spécificité dont il refuse que les
autorités constituées la prennent en considération.
Moi, vous me direz ce que vous voudrez mais ça me laisse vachement perplexe.
Amicales salutations et merde pour qui ne me lira pas. 




Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 17:05

Je viens encore d'écrire des âneries. Ce n'est certainement pas la première fois, me direz vous, ni probablement la dernière mais je dois faire acte de contrition.
Mea culpa, donc, comme disait le latiniste qui ne voulait pas se laisser sodomiser
(ainsi parlait San-Antonio). Quand on a tendance à se croire plus malin que les autres
il convient de temps en temps de constater humblement qu'il n'en est rien.

Alors voilà, je me gaussais, dans le précédent articulet, de ces gros connards de 
Suédois pour cause d'attribution idolâtre du prix nobel de la paix au Président
des Etats-Unis. 
Eh bien je me foutais le doigt dans l'oeil. Le prix nobel de la paix ne ressortit pas
à la compétence de ces gros connards de suédois mais bien à celle de ces gros ploucs
de norvégiens. Et qu'on ne vienne pas me raconter qu'il s'agit de la même espèce de
scandinaves socialistes. Vu d'ici, naturellement, celà paraît évident, mais demandez leur,
à eux, vous verrez!
Bon, évidemment je déconne et je présente toutes mes excuses à ces braves nordiques,
à la fois pour confusion des genres de prix nobel et aussi  pour les avoir grossièrement qualifiés à l'instant.
Que mon lectorat veuille bien, aussi, me pardonner car ceux qui, comme tout le monde,
ignoraient que le prix nobel de la paix et lui seul, relève des norvégiens, ceux là, dis-je
ont failli se trouver confortés dans leur erreur. Quant aux autres, s'il en existe, ils ont dû
simplement me prendre pour un con, ce qui, somme toute, reflète assez bien la réalité.

Celà dit, que celui qui jamais ne s'est fourvoyé dans l'erreur me jette la première pierre.
Tout le monde peut se tromper. Je vous prends l'exemple de notre très, très cher Président
de la République Une et Intransmissible (encore que , ça, faut voir). Il n'arrête pas de se
gourer, le pauvre. Il se cherche les verges pour se faire battre avec son génial ministre 
de la culture touristico-thaïlandaise. Il envoie un gamin sans défense à la Défense, son
propre fils bien aimé, en plus. J'en passe des tas et des plus gratinées encore.
Alors bien sûr tout le monde le couvre de pipi, ce pauvre homme. A l'exception,
évidemment, de ceux qui en ont besoin pour bouffer mais dont les effectifs restent
tout de même limités en comparaison de tous les autres qui raquent.
Nonobstant, il garde la tête bien haute, enfin bien droite, le Président, il continue de
présider et de plus, il emmerde tout le monde. Alors vous voyez, n'est-ce pas, on peut
bien se tromper, l'essentiel étant de faire comme si de rien n'était.

N'étant pas président de grand chose, je vous réitère toutefois mes excuses les plus
plates et les plus contrites.
Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 18:04

Les bonnes intentions dont il a généreusement pavé les chemins de notre prochain
enfer, ont valu le prix Nobel de la paix au Président des States. Why not? Yes we can!
Bien vu. Finalement il apparaissait préférable de le lui coller tout de suite, ce prix qui lui
va si bien au teint. Comme ça c'est fait, ya plus à y revenir. Maintenant, il se passera 
ce qu'il se passera. Une bonne chose de faite, quoi.
 

De toute façon, on les sent bien obamaniaques, les gus du comité Nobel.

Cette année on perçoit qu'il mouillent tellement pour le gentil Hussein qu'il ont tout

refilé leurs prix aux  amerloques, pratiquement sans exception. C'est y pas bien 

envoyé comme message, ça?
Et puis, les suédois (1), c'est quand même des mecs de gauche,

fondamentalement. Socialo un jour, socialo toujours n'est-ce pas? Donc ils réagissent

(j'allais écrire "ils raisonnent" mais c'eût été impropre) comme tels. Exactement comme

à St.Germain des Prés, si vous voulez, viscéralement, pavloviennement, irrationnellement, amoureusement, presque.

Même pas presque, d'ailleurs, amoureusement!
Amoureusement, sans aucun doute et si con que celà puisse paraître! 
Tenez, moi, je connais une suédoise très chic et très cultivée qui m'a déclaré que
maintenant on pouvait retourner aux Etats Unis, l'air y étant de nouveau respirable.
Putain, je ne savais pas! Heureusement pour moi que je n'y mets jamais les pieds
aux States, sans quoi je risquais bêtement l'asphixie!

Donc il convient d'observer que cette année, le critère dominant de la distibution des

prix, au royaume des Bernadotte, c'est l'amour. 
Beau comme une chanson de Brel. Un royaume où l'amour sera roi, où l'amour fera loi,
où l'on aime Hussein... Et comme on sait bien qu'il est aveugle, l'amour, ben, les prix
ils tombent carrément à l'aveuglette, bien sûr, mais qu'est ce que ça peut foutre, 
c'est si bon de se faire plaisir de temps en temps entre gens de bonne compagnie. 

Un peu comme un ministre de la culture qui fait du tourisme conforme à ses aspirations
profondes. 
Ou bien, à la manière d'un cinéaste  réputé génial et néanmoins amateur de petites

filles nubiles.
Rien de plus chouette que l'amour, comme règle de vie.

Alors, bonne bourre et merde pour qui ne me lira pas.

 

(1) Lourde erreur due à l'ignorance crasse de l'auteur, le Nobel de la Paix,

      ressortit à la compétence de la Norvège!

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 18:04

a

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 17:48

Sur France Un Faux, ce matin, Vandel recevait le camarade Daniel Vaillant, ci-devant
ministre de l'interieur sous Jospin et désormais grand ordonnateur des réjouissances montmartroises ès-qualité de maire du XVIIIeme.
Pour discuter de quelque chose, il faut bien, l'animateur s'est avisé de mettre sur le tapis la question, éminemment passionnante, du sauvetage des " Trois Baudets". L'affaire n'a rien à voir avec la société protectrice des animaux, ni avec Brigitte Bardot, non plus qu'avec le placement de petits camarades après la chute du susdit Jospin. Il s'agit, simplement d'un
vieux cabaret qui connut son heure de gloire depuis l'immédiat après guerre jusques à
juste avant la glorieuse révolution soixante huitarde.
Bref, on s'en fout un peu mais l'intérêt (au demeurant assez mince) de l'affaire réside dans l'action conjuguée conduite par Daniel Vaillant et Charles Aznavour pour remettre à flot le beuglant en cause.
Le chanteur, ému par l'état d'abandon d'un lieu évocateur de sa jeunesse
et, de surcroît, propriété de la Ville de Paris (pas le chanteur, le local), était en effet
intervenu auprès du camarade Daniel. Ce dernier, sensibilisé par l'artiste au sort du fameux trio de baudets, n'avait pas manqué d'engager tout son poids, largement supérieur au quintal, en faveur de cette  noble cause. Le succès ne pouvait que s'ensuivre avec tout l'éclat dont l'administration Delanoësque sait faire preuve dans les grandes occasions.
Alors, me direz vous, qu'en avons nous à foutre?
Eh bien, ne vous impatientez donc pas, j'y viens.
Parvenu à ce point de l'interview, Vandel jugea nécessaire de poser la question un peu
vacharde, celle qui fait remonter la mayonnaise au moment opportun.
- "Mais dites moi, cher Monsieur Vaillant, puisque vous aviez Aznavour sous la main, si
j'ose ainsi m'exprimer, ne lui suggérâtes vous point de revenir de Suisse afin de pouvoir à nouveau payer ses impôts et participer, comme tout peigne cul franchouille, à la grande
Solidarité Nationale?".
Réponse de l'interviewé:
-" Oui, j'y ai bien un peu pensé, mais je n'ai pas osé".
-" Comment, celà, pas osé?"
-" Ben oui, tout de même, vous en avez de bonnes vous, il s'agit d'un tout grand de la
chanson française!".
Voilà.
J'en déduis finement qu'il existe une catégorie particulière de citoyens (comme ils disent)
que leurs talents particuliers, assortis d'une grosse notoriété, place à l'abri de l'opprobre
socialiste. Ces super-privilégiés, poussassent ils l'abjection jusqu'à fuir dans un paradis
fiscal la sacro-sainte justice sociale confiscatoire et la salvatrice redistribution de
l'argent des cons qui en gagnent en vigueur dans notre belle République Egalisatrice, bénéficient d'une excuse absolutoire spécifique liée à leur célébrité.
Ces gens là se voient absous, non seulement de leur richesse, ce qui constitue déja
une énormité dans l'ordre socialiste, mais encore de leur refus de se laisser
fiscalement dévaliser, quitte à foutre le camp dans le paradis du Diable Helvétique.

Ce qui vaut pour Charles Aznavour serait il applicable également à
Jean-Philippe Smet,
par exemple? Pour le savoir, encore faudrait il que le
sieur Johnny se lance dans le sauvetage du Lapin Agile ou la rénovation du
Chien Qui Fume.
Auquel cas on pourrait poser la question au camarade Daniel Vaillant. 
Allez en paix et merde pour qui ne me lira pas.

 




Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 18:00
Très curieux, la Grèce. Voilà des décennies que les familles Caramanlis, à droite et Papandréou, c'est l'autre, se passent et se repassent la direction de ce merveilleux pays .
On se prend à rêver d'un Roméo Caramanlis qui s'éprendrait d'une Juliette Papandréou.
J'y verrais bien un dénouement tragique. Par exemple, Roméo s'enfilerait un suppositoire explosif, nouvelle invention géniale des islamistes. Juliette, éclaboussée par l'explosion,
s'étoufferait de chagrin dans les replis de sa burqa en écoutant une chanson de la
Première Dame de France.
Ne faites pas attention, celà me prend parfois mais ne dure jamais bien longtemps.

Donc, vous disais-je, ce coup-ci c'est au tour du Papandréou. Le Caramanlis, sans doute inspiré par une sorte de Villepin hellène, ayant appelé à des élections anticipées et 
venant en conséquence, comme il se doit en pareil cas, de se ramasser une gamelle retentissante.
Ledit Caramanlis n'apparaissait pas, incontestablement, comme un génial dirigeant et la
Grèce, depuis quelques temps, battait un peu de l'aile. C'est vrai.
Seulement, là, avec l'arrivée du Papandréou de service, socialiste traditionnel, pur et dur,
élevé dans la plus stricte religion marxiste-léniniste, ils viennent de se tirer, non pas
une balle mais un obus de 75mm. dans le panard, les Grecs.
Ils se trouvaient déja au bord du gouffre, ils viennent désormais de faire un
grand pas en avant.
Voilà qui se révèle lourd d'enseignements.
Ayons bien présent à l'esprit l'énorme avance prise par les grecs dans le domaine de la démocratie qu'ils ont inventée voilà environ 2500 ans. Eh bien malgré cette antériorité
écrasante et la sagesse incommensurable qui devrait en découler, ces pauvres gens continuent à croire au père noël soviétique. Consternant, non? 
Nous ne manquerons pas hélas, je dirais même Hellas, de voir bientôt ce malheureux
pays se mettre tout seul dans un pétrin dont le reste de l'Europe se trouvera dans
l'obligation de le sortir un peu.
Et vous ne voulez pas qu'on soit misanthrope, vous?

Allez, je vous laisse. Merde pour qui ne me lira pas.

 


Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 16:32

La question n'est pas le plus important. Ce qui compte vraiment c'est le moment
auquel on la pose.
Voyez les irlandais, farouchement opposés il y a peu au traité de Lisbonne, les voici aujourd'hui qui arrosent, à grandes goulées de whiskey, leur adhésion triomphale au même texte.
Il ne s'agit pas de versatilité. Simplement la vérité évolue très vite dans le temps et dans l'espace. Rien de plus fuyant, de plus changeant, de plus volatile que la vérité. Surtout dans l'ordre politique.
Autre exemple, les rigolos du parti socialiste. Voilà quelques mois seulement
ils mettaient toutes les combines en oeuvre pour écarter de leur petit pouvoir miteux
la dame Ségolène. Avec le succès qu'on connaît. Eh bien pas plus tard qu'hier, la mère
Aubry, bénéficiaire en chef desdites magouilles, lançait sur les ondes franchouilles une
bordée d'incantations relatives à l'exemplarité démocratique de son référendum
à la con sur la rénovation de leur parti de malheur. Le tout avec le sérieux d'un pape
allemand.
Et il se trouve des media pour publier tout ça sans rigoler. 
A ce propos, nous observerons que  le referendum revient sérieusement à la mode. Les
syndicats en organisent un bien gratiné à propos de la Poste. Une "votation citoyenne",
qu'il appellent. Un peu comme on dit en Suisse, tiens. Sauf qu'en l'espèce il s'agit de démontrer l'attachement viscéral de la population à un Service Public dont le coût
prohibitif n'a d'égal que l'inefficacité notoire, comme tout service public digne
de ce nom, d'ailleurs.
Le résultat de ladite votation apparaît acquis d'avance dans la mesure où un scrutin organisé par la CGT réserve en général autant de surprises que les élections de feu leurs camarades soviétiques.
Sans compter qu'aprés tout, il y tient probablement, le franchouillard, aux bons
vieux PTT, dont ne subsiste que le P,  le premier T. ayant disparu pour cause
d'obsolescence, le second s'étant fondu, avec les aléas qu'on connaît si bien
aujourd'hui, dans le secteur concurrentiel.
Il faut dire qu'aux vieux, cette remarquable Administration rappelle Fernand Reynaud et toute une époque dont le bureau de poste constitue probablement l'ultime vestige, avec son agencement merdique, son organisation pourrave et ses gichetiers malgracieux.
Quand aux jeunes, pas question qu'on leur enlève l'officine d'où leurs pères envoyaient les sous au Pays et l'un des derniers endroits qu'eux mêmes peuvent encore casser à loisir afin de satisfaire à leurs besoins de financement.
Et puis, n'oublions pas le bien aimé Trotskofacteur, un symbole à lui tout seul.
L'employé modèle. Le mec dont le travail ne souffre aucune critique, sachant précisément
qu'il est payé par nos soins pour ne pas distribuer le moindre petit commencement de
courrier. Le Trotskofacteur constitue le type le plus achevé de ce qu'on appelle dans le
milieu un "permanent". Pour toute collaboration, il émarge. Son boulot s'arrête là.
Celà dit, soyez rassurés, la compagnie des permanents en question regorge d'effectifs.
Des dizaines de milliers qu'ils sont, dans le secteur public, à mettre, contre rémunération,
des bâtons dans les roues à ceux qui essaient, tant bien que mal, de faire avancer la grosse machine administrationnaire.
En quelque sorte,la "votation citoyenne" c'est la lutte finale, armons nous et demain....
Vive La Poste, vive le Service Public, vive la Raie Publique (merci Fred.), vive la France.
Et merde pour qui ne me lira pas.
 
    

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 18:03

N'en déplaise à tous les bien pensants de la grande famille de gauche ainsi qu'à tous les socialistes de la droite franchouille, les Allemands viennent de se doter d'une majorité conservatrice-libérale. Les socio-démocrates teutons accusent simultanément une déculottée historique qui les place de facto hors d'état de nuire pour au moins quatre ans.
En d'autres termes nos voisins et plus ou moins amis se sont donné les moyens 
du redressement. Voilà qui fait envie!
C'est vrai, tout de même, ils ont du pot, les Schleus, au lieu de se choisir des clowns, comme gouvernants, ils trouvent des gens sérieux qui font bien leur boulot.
Cependant il s'agit sans doute plus de bon sens que de chance. Nous, les candidats qui possèdent ce type de profil, on n'en veut pas. On les ignore, on les écarte, on les rejette aux oubliettes politiques. Ainsi, nous avons raté naguère Raymond Barre et Edouard Balladur. Inutile de rappeler qui nous avons récupéré à la place.
Vous me direz, la dernière fois, vu le choix qui nous était offert, nous avons limité les dégats.
Bien sûr, sauf qu'on n'avait pas prévu, entre autres, le coup du remariage...
Et puis il faut bien voir que maintenant le système apparaît parfaitement rodé. Le mec (ou la nana) qui aurait les qualités requises pour nous sortir du pétrin, passe à la trappe avant même de pouvoir se présenter au suffrage de ses cons citoyens. Eliminé d'autorité par la concurrence et torpillé par les media.
Trop gênant, dangereux, nocif quoi, donc foutu d'avance.
Ainsi le choix du corps électoral ne peut manquer d'être mauvais.

Adoncques, la mère Angéla, élue dans un fauteuil apparaît en mesure d'appliquer son programme, lequel prévoit notamment des baisses d'impôts. Le fait de s'être débarrassée
du boulet socialo ( presqu'aussi à gauche que la droite de l'UMP) qu'elle traînait depuis quatre ans, ouvre en effet la voie à une vraie politique libérale de relance.
Là aussi on se prend à rêver, mais un tel luxe nous échappera à jamais.
Pour nous, pas de libéraux, juste des marxistes à gauche et une dame qui murmure des chansons chiantes à droite. Voilà de quel matériau est constituée Notre Grande République Une et Hypernuisible. Dans de telles conditions, on voit mal ce qu'il nous reste à espérer.
Peut
être la charia, au fond, qui nous pend au nez de toute façon. 

Alors, en attendant, nous regarderons les voisins de droite s'enrichir tranquillement en espérant qu'ils continuent à nous acheter deux ou trois bricoles de temps en temps, par politesse.
Nous, comme allemand, nous avons juste Con Bandit. Il apparaît de plus en plus clairement que nous le garderons ad vitam aeternam.

Amen 
et merde pour qui ne me lira pas.

 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 18:22

Peut être le grand père du président des Etats Unis aurait il pu, ès qualité de roi de sa tribu
( enfin, j'ai cru comprendre quelque chose comme celà), jouer un rôle dans le très décrié 
Tintin au Congo. Encore faut il préciser que le Kénya, c'est assez loin du Congo ( enfin, je crois).
Bien. Mais de là à affirmer, comme Jimmy Carter, que les critiques formulées par un nombre conséquent d'étasuniens à l'encontre dudit Président apparaissent exclusivement motivées par ses origines africaines il y a quand même une sacrée marge.
Remarquez, l'honnêteté exige de reconnaître qu'il n'a sans doute pas tout à fait tort sur ce point particulier, le père Peanuts, ça peut y faire. Un peu.                   
Celà dit, je trouve quand même rigolo de le voir revenir maintenant sur le devant de la scène médiatique, le marchand de cacahuettes. Eh bien il est encore là, tout pimpant
malgré ses 80 balais, toujours motivé, semble t-il, quand une connerie passe à sa portée,
à ne pas la laisser échapper. Et puis, dorénavant, il a un digne successeur.

En tout cas, on trouve dores et déja assez de conneries à mettre au passif de Barack-Hussein Obama sans se croire obligé d'aller chercher ses origines ethniques pour laisser supposer la malveillance odieusement raciste de ses détracteurs.
Outre l'espèce de Sécu. qu'il s'obstine à vouloir leur refiler à ces pauvres amerloques, on voit bien qu'il est parti, Obama, pour une palanquée d'initiatives à la con dont le résultat final pourrait se révéler encore plus catastrophique que le calamiteux bilan de son ineffable prédecesseur évoqué un peu plus haut.
Je l'ai déja observé depuis longtemps ( voir, par exemple Besson-Lagarde ) ,
le plus grave chez ce mec c'est sa propension à lâcher du lest quand le ballon
est tout en haut.
On le voit bien avec sa façon de gérer les relations iraniennes. 
Pareil vis à vis des duettistes Putin-Medvedev.
Et maintenant voilà qu'il recommence les clowneries de rencontres Israël-Hamas si chères aux présidents démocrates, à commencer par Carter, justement .
Il veut "renouer les fils du dialogue" le gentil Barack, voilà qui va encore renforcer sa popularité à St. Germain des Prés.

Tout celà pour dire que, fût il aussi blanc qu'un ministre de l'intérieur franchouille et aussi
anciennement chrétien que l'archevèque de Canterbury, ses  concitoyens administrés commenceraient nonobstant à se demander dans quel pétrin il est en train de les fourrer.
Alors, me direz vous, ils n'ont qu'à s'en prendre à eux mêmes ces cons de Yankees.
Il suffisait de ne pas voter pour lui. Après tout, il avait annoncé la couleur, non, excusez moi,
on la refait, je voulais dire : il avait un programme.
Ah bon? "Yes we can" vous appelez celà un programme, vous?
Non, je déconne, c'est vrai, il l'avait dit, pour la CMU, la main tendue à l'ennemi, le dialogue des carmélites, enfin, je veux dire, des baiseurs et des baisés. Exact, ils auraient dû s'en douter.   Chez eux les engagements de campagne, ça se respecte.
Pas comme dans notre République habituée à voir les élus faire le contraire de ce qu'ils avaient promis pour l'être (élus),tradition bien de chez nous qui ne se dément toujours pas.
Effectivement, on le savait d'avance qu'il foutrait le boxon, le camarade Barakobama.
D'ailleurs les gens de bon sens le prédisaient avant même son élection triomphale à
52% des votants (autrement dit même pas un quart du corps électoral).
Malheureusement,autant quand nous votons ici c'est juste notre gueule qui risque de
morfler, autant, lorsqu'il s' agit des States, c'est le monde entier qui trinque et surtout
la bonne vieille Europe.

Tout cela pour vous dire qu'à côté des petites palinodies de nos petits politicards
franchouilles, les divagations obamiennes apparaissent bien lourdes et  bien
porteuses de conséquences fâcheuses.
Enfin, comme ils disent, "in god we trust".
Et merde pour qui ne me lira pas.




Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article