Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 18:00

C'est bien beau, tout ça mais faut quand même bosser! Voila un bail que toutes les excuses sont bonnes pour ne plus rien foutre, résultat des courses, le néant, les lecteurs dégoûtés qui ne lisent plus, l'actualité qui continue à déconner sans moi, comme si de rien n'était. Bon, pas glorieux, mea culpa comme disait le latiniste qui ne voulait pas se laisser sodomiser (ce n'est même pas de moi, c'est du San Antonio de la grande époque). Bref, je vais tenter le coup de m'y remettre. Toutefois, je vous préviens de suite, je ne peux plus soigner, pas le temps. La belle saison sur la Côte d'Azur comporte des tas de contraintes incontournables, même au crépuscule, alors que les soirées d'hiver se prètent bien mieux à la masturbation intellectuelle. Pour le moment ce sera donc à l'arrache, pas fignolé, brut de décoffrage, tout ce dont j'ai horreur, mais bon, c'est ça ou rien... le pire c'est quoi?

Allez, on y va. C'est le sieur Bayrou qui m'a décidé avec son attaque directe sur Con Bandit. Une fois n'est pas coutume, il m'a fait plaisir, le béarnais à lui sortir ses vérités à l'autre rigolo à couleur variable. Reconnaissons que personne jusqu'à présent n'avait eu les couilles de mettre sur le tapis les turpitude abjectes de ce résidu de révolutionnette soixante huitarde. Soyons juste, aussi, il arrange bien du monde,Dany la Pastèque avec les voix inconséquentes qu'il draine à l'occasion des européennes. Mais en tout cas Bayrou lui aura mis le pif dans sa crotte, c'est toujours ça de pris!
D'ailleurs, soyons lucides, si l'individu en question n'était un membre éminent , une icône intangible de la grande famille de gauche, on se demande dans quel cul de basse fosse ses écrits l'auraient conduit. Mais là, circulez, ya rien à voir. D'ailleurs, lui même il a reconnu le caractère condamnable de ses préconisations sur les petits enfants. Alors c'est pardonné, on n'en parle plus....
Merci Bayrou, même si, évidemment, je ne voterai pas pour vous après demain;

A bientôt si j'y arrive et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 19:51

Bo

Ouf, ça va mieux! Le président des Etats-Unis qui n'avait encore pas fait grand chose, sauf de la fausse monnaie, vient de réaliser un de ses engagements de campagne. Il a acheté un toutou.
Aussitôt, déchaînement médiatique! Vous pensez, le clébard de Barakobama, quelle merveille, qu'il est joli, qu'il nous semble beau (d'ailleurs il répond au nom de Bo), et notons bien qu'il s'agit d'un chien noir avec le bout des pattes blanches, le bon choix, quoi, pour entrer dans la famille. Au surplus l'animal affiche une origine portugaise.
 A l'extrème limite, eût-ce été une  femelle, ils pouvaient la baptiser Lio, par exemple, encore plus mignon, comme nom de toutou!
Bon, trève de couillonnades, faire courir Bo dans le parc de la maison blanche, celà offre l'occcasion de jolies vidéos parfaitement intégrables au Journal de Laurence Ferrari, mais c'est pas le tout, il a autre chose à foutre Barack-Hussein et du vachement plus grave quand même, par exemple, tenez, le sauvetage de la General motors! Ca, c'est bien autre chose que d'aller faire pisser Mirza!
Alors, parlons en de la grosse fabrique de bagnoles en question. En faillite, ils sont, foutus, nettoyés, vidés, exsangues, cérébralement morts, quoi, plus rien à faire, c'est cuit!
Eh bien, non! Avec Barack-Hussein Obama, même quand il n'y a plus de vie, il reste encore de l'espoir!
Alors, voilà ce qu'on va faire : on prend tout le pourri de la boîte et on en fait une société en faillite. First point.
Et après, avec ce qui reste, ni vu ni connu, on constitue une entreprise bien saine, dépourvue de dettes et apte à fonctionner comme si de rien n'était. C'est y pas beau,ça?
Mais, nom d'un Bo, cette combine me rappelle quelque chose, j'y suis : le Crédit Lyonnais!
Décidément il nous aura tout pris, ce Barack Hussein, la campagne de Ségolène, la C.M.U, le T.G.V. et maintenant le montage foireux du Crédit Lyonnais. S'il continue à ce rythme il ne va pas tarder à nous piquer Bernard Tapie.
C'est à peine croyable. Dire que quand il rencontre le Président de la République Une et Imprévisible, il oublie à chaque coup de baisser les yeux, Hussein et du coup, faute de le voir, il l'ignore systématiquement. Quelle ingratitude, quelle incorrection, un homme qui nous doit pratiquement tout!
En même temps, comme on dit puis, j'aurais modestement tendance à lui conseiller de pomper sur quelqu'un d'autre, au grand chef étasunien, parcequ'avec nos combines à nous, il ne va pas tarder à se mettre à dos les contribuables de l'Amérique profonde dont on sait qu'ils font particulièrement gaffe au pognon qu'on leur soustrait. Beaucoup plus, en tout cas, que les cochons de payants franchouillards. C'est de celà qu'il va bientôt souffrir,
M.Obama, de la vindicte du contribuable amerloque de base. Voilà qui risque bien de lui compliquer l'avenir.

En atendant, pour le présent, ils suivent la mode, l'administration Obama et du coup, eux aussi, ils jouent à emmerder le Pape. Ainsi dame Hillary (comme un bossu et comme une baleine, ça fait longtemps qu'on n'en parlait plus) vient elle de proposer comme ambassadrice auprès du Vatican, la fille de John Kennedy, bien connue pour ses prises de position virulentes en faveur de l'avortement. Refus de la Curie, forcément et, du coup, en représaille, remise en cause de la prochaine visite du Président à Rome. De toute façon, la fréquentation
du Saint-Père apparaît, en ces temps, peu recommandable, pas vrai?
Mais attendez, là aussi ils ont pompé sur nous! Figurez vous que la République de Nicolas,  vient récemment  d'essuyer à deux reprises successives un tel refus d'embassadeur. Il faut dire que la première fois on leur avait proposé un pédéraste et la seconde, un divorcé! On appelle celà le jeu de nique Benoît. C'est facile, pas cher, ça ne rapporte rien mais c'est rigolo!
Avec mes sincères salutations et merde pour qui ne me lira pas.
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 18:12
En dépit de toutes les avanies subies ces derniers temps, le Pape n'a pas manqué aujourd'hui de prononcer, selon l'usage antique et solennel, sa bénédiction pascale (coucou!) Urbi et Orbi.
L'Eglise ignore la conjoncture lorsqu'il s'agit de l'essentiel, à savoir le maintien du postulat d'éternité qui la place au dessus de toute institution humaine et lui confère son caractère grandiose ainsi que sa dimension inégalable.
Ce qui se passe à Saint Pierre de Rome les jours de grande célébration a tout de même une autre gueule que toutes les cérémonies, républicaines ou autres, qui revêtent immanquablement soit un côté miteux , soit un caractère clinquant voire grotesque et qui frisent, la plupart du temps, le ridicule.
Parcequ'à Rome on se sent dans l'éternité et l'éternité, que voulez vous, il faut pas mal de siècles pour en donner l'illusion.
Partant de là, ni les petits évènements quotidiens ni les polémiques oiseuses, si médiatisés soient ils, ne présentent aucune espèce d'importance et ne sauraient affecter le chef de l'Eglise qui, impassible, remplit sa mission en bénissant le monde entier à commencer évidemment par Rome puisqu'elle est juste sous sa fenêtre, c'est logique.
En attendant, Benoît XVI, lui, il bénit. Les autres auraient plutôt tendance à faire le contraire.
Ainsi,  verrais-je bien certains pontifes de certaines autres religions proférer, par exemple, la malédiction gourbi et zobi appelant le malheur sur les maison des infidèles, autant que possible occidentaux et sur leurs appareils reproducteurs afin que s'en éteigne à jamais la race abjecte. C'est ce qui fait la différence.
Hélas, nous autres occidentaux, justement, nous disposons aujourd'hui des moyens de n'avoir plus la foi, ce qui, volens nolens, en fout un coup à la religion. Même le Pape, informé et intelligent comme il est, je doute sérieusement qu'il croie en Dieu, Ce Dernier merci, celà ne se voit pas trop et, de toute façon, ne constitue pas le fond du problème.
La vraie difficulté réside dans le fait que le catholique n'a plus peur.
Regardez le musulman moyen, il crève littéralement de trouille à l'idée d'aller brûler en enfer et s'oublie dans son sarouel dès qu'un imam lui fait les gros yeux. Même les israélites éprouvent généralement une certaine crainte révérentielle vis à vis de l'Eternel et, le cas échéant, du rabbin.
Nous, on se fout de la gueule de Dieu, du curé, de l'évèque et surtout, surtout du Pape!
Comme l' Eglise manque d'encadrement crédible pour essayer, malgré tout, de faire passer le message, celà ira de mal en pis, ce qui est vache, sauf si un beau désespoir venait à nous secourir, on ne sait jamais.
Ce que je veux dire, c'est qu'il est éminemment regrettable de gaspiller des institutions de la qualité du Catholicisme et de l'Eglise pour satisfaire nos petits orgueils de libres penseurs qui ne sont ni l'un, ni l'autre, d'ailleurs.
Ce faisant, nous foutons en l'air le dernier ciment costaud qui reste à tenir debout notre civilisation.
Ne nous étonnons pas, en conséquence, de la voir un jour s'effondrer.

Ainsi parlait Nouratintoustra et merde pour qui ne me lira pas. 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 11:18

En quelques minutes, la "seule-radio-d'information-continue" m'a pris, par deux fois, pour un cave.

D'abord, c'est un pauvre flic syndicaliste avec accent à couper au couteau, harcelé de questions fermées autant que malveillantes par un journaliste de France Info qui l'oblige (?) à dire que le saccage de Stasbourg par des bandes d'extrème gauche relève de la faute de la police, laquelle n'a pas fait son boulot. 
Il convient d'en déduire, ce qui avait été évoqué par ailleurs, à savoir que l'affaire est à imputer au gouvernement dont on se demande, finalement, s'il n'a pas monté le coup exprès, pour discréditer les braves manifestants. 
Le service public de l'audiovisuel, quoi.
Sur les ondes financées par nos impôts on fait le procès de la police, pas un mot sur les Black-Blocs et autre copains du trotskofacteur dont l'action pacifiste a mis à feu et à sang un quartier suburbain de la ville. On se contente d'évoquer les "casseurs", avec ça on est tranquille, pas la peine de chercher, ya rien à voir.
Ainsi va la désinformation au pays des droits de l'homme de gauche.

Trois minutes après, au micro de la même radio, Moustafa, étudiant de l'université d'Ankara, qui se félicite de la visite du président des Etats-Unis. Oui, celui là nous convient mieux, qu'il dit Mouss. parceque son prédécesseur, excusez,  mais pour nous, les musulmans, il s'agissait d' un tyran sanguinaire.
Là, j'admire. Elle en dit beaucoup, cette interview. D'abord on en profite pour démolir encore un coup Deubel you, même si désormais c'est inutile, ça fait quand même du bien par où ça passe.
Ensuite, on a Barack-Hussein le Magnifique, l'ami de tous les peuples et surtout des musulmans. Avec un prénom pareil, il ne saurait en être autrement. Les copains iraniens s'en aiguisent déja les dents! 
On constate aussi, que le turc choisi ne fait pas dans la dentelle, il revendique son appartenance à l'Islam, lui, avant tout, comme il se doit, avisse aux amateurs! Ce jeune turc (je veux dire, ce turc jeune) est il vraiment représentatif ? Convient il de faire confiance à France Info sur la sélection des interviewés?
Sur les deux points j'ai de sacrés doutes. Toutefois, dans l'affirmative, mieux vaudrait que la Turquie reste définitivement en dehors de l'Union Européenne. Nous ne manquons pas d'embêtements, inutile d'en rajouter. N'en déplaise à M. le Président des Etats-Unis.

Bon, rien d'extraordinaire, après tout, la routine quotidienne, celle qui transforme à la longue les braves gens qui écoutent en zombies totalement berlurés et formatés à la pensée unique.
Toutefois demain vous pourrez vous brancher sur France Désinfo sans risquer l'intox : ils seront en grève!

A bientôt et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 17:32

Oh, comme elle doit exulter, la grande famille de gauche, la France Une et Indécrottable arrive en tête, toutes catégories confondues, au classement des enfers fiscaux!
Forbes Asia vient de publier le palmarès mondial de la répulsivité fiscale : à l'addition des points, tous impôts et charges sociales sommés, nous écrasons la concurrence, plus personne ne nous arrive à la cheville, pire que les scandinaves, on fait!
C'est beau comme l'antique, un succès pareil et mérité, en plus. Voilà bien longtemps qu'on y travaillait, vingt huit ans déja, depuis l'arrivée aux affaires de la clique à Tonton. C'est lui, ce dieu de l'Olympe rose, qui a donné l'impulsion. Avant on mégottait, on la jouait petit bras, sans ambition, pusillanime, velléitaire, coincé, minable quoi! Et puis ils sont arrivés, tous ces héros de légende dont je ne citerai pas les noms de peur d'en dégueuler, je veux dire, d'en oublier. Et là, tout a changé, la lumière a succédé à l'ombre comme disait l'illustre ami de notre actuel président et le Pays, regonflé à bloc, s'est engagé sur le chemin joyeux de l'enivrante et radieuse fiscalité odieusement confiscatoire.
Et voici qu'aujourd'hui, précisément en cette journée historique où l'Esprit Saint descendit sur le G20, la consécration suprême nous est donnée. Le Fisc est grand et Sarkozy est son prophète!
Malgré le paquet fiscal, malgré le bouclier fiscal, malgré, en un mot, tous les Kadofisko dont notre bon Président a abreuvé les riches et les puissants, nous apparaissons désormais comme les champions du monde de la pompe à phynances et tout laisse à penser que nous conserverons le titre longtemps. Nous allons même encore creuser  l'écart!
Oui, parcequ'avec le coup de pub que nous confère le classement de Forbes Asia, on voit mal les capitaux affluer pour venir emplir les trous insondables creusés depuis des lustres par les socialistes de gauche puis de droite
installés par les oeuvres de notre démocratie putassière à la tête de notre Etat calamiteux. Ni Johnny,
ni Jo Wilfried, ni Charles (cherchez un peu, ya que moi qui bosse), ni aucun autre, célèbre ou anonyme, ne quitteront l'Helvétie, si déconsidérée soit elle par l'infâmie paradifiscalienne, pour revenir cotiser chez M. Sarkozy. 
Quant aux investisseurs, salut! Ils n'avaient pas besoin d'un tel signal pour aller voir ailleurs si leur pognon s'y sentirait mieux.
Je ne vous parle pas des "cerveaux" qui, depuis longtemps, fuient sous des cieux fiscalement  plus cléments, pour tenter de récolter les fruits de leurs mérites sans qu'on les leur pique au passage pour financer tous les abrutis qui les regardent bosser en rigolant. En fait de cerveaux, il ne nous restera bientôt plus que ceux des
génies de Bercy, dont la proverbiale inventivité et la merveilleuse efficacité font l'objet d'une reconnaissance unanime autant qu'universelle.
Toutes choses égales d'ailleurs, il existe au moins un malheur dont nous sommes totalement et définitivement protégés : l'inscription sur la liste des paradis fiscaux.

Dieu soit loué et même acheté, si le FMI veut bien nous prêter les sous. Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 15:44
Voici venir une nouvelle forme de ratonnade, mais politiquement correcte celle ci, je veux parler de la chasse au banquier. Les altermondialistes, anarchistes, écologauchistes, communistes révolutionnaires et autres bienfaiteurs de l'humanité semblent complètement décidés, à l'occasion de la tenue du G20, à faire la peau à tout ce qui porte costume et cravate au sein de la City londonnienne .
La menace apparaît tellement sérieuse que les autorités compétentes exigent des victimes potentielles qu'elles restent à la maison ou, à défaut, qu'elles se déguisent en touristes avec, au moins, un appareil photo en bandoulière et surtout pas d'attaché-case (faudrait être con mais on n'est jamais assez précis). En revanche, éviter les lunettes de soleil, celà se passe à Londres, il ne faut pas prendre les gauchistes pour des billes.
Mais au fond, nul ne condamne la démarche. Rien de scandaleux dans cette sorte de chasse à l'homme qui vise des blancs, riches, spéculateurs et donc affameurs du peuple, a priori coupables et de toutes manières condamnés d'avance à un lynchage expiatoire. Certes m'objecterez  vous, on peut trouver aussi des banquiers noirs, mais à ceux là on foutra la paix  en vertu de l'excuse absolutoire d'ancien esclavage, comme pour M. Domota de l'ANPE de Guadeloupe. 
Quant aux banquiers ruinés, ils y auront droit quand même en qualité d'anciens riches pris à leur propre piège. Ces derniers en réchapperont toutefois pour peu qu'à des fins alimentaires, ils aient vendu tous leurs costards.

Aux dernières nouvelles, les poulets s'étant révélés deux fois plus nombreux que les manifestants, on ne déplorerait aucune exécution de banquier. Restons toutefois prudents, les locaux de la Royal Bank of Scotland venant de faire l'objet d'un bon gros saccage, rien ne permet d'affirmer que sous les décombres on ne retrouvera pas quelque costardophore dûment trucidé. Il convient d'ailleurs de rappeler, à l'appui d'une telle probabilité, le doux chant des manifestants qui proposaient cet après-midi de constituer un bûcher au moyen des banquiers disponibles sur le site et d'y mettre le feu, non sans avoir, au préalable, installé M. Gordon Brown au milieu, telle la maîtresse de la vieille comptine.

Et pendant ce temps là, Barack-Hussein et Dimitri se congratulaient autour d'un (ou plusieurs) verres de vodka , alors que MM. Hu Jintao et Sarkozi scellaient leur réconciliation définitive sur le dos absent du Dalaï Lama.

Comme dirait Pangloss, tout va pour le mieux...et finalement, la crise, celà peut aussi se révéler charmant, dans la mesure où l'on sait prendre les choses en riant (si j'en crois mon pote Contrepetri).

Ayant ainsi beaucoup pêché, il me sera beaucoup pardonné. Adoncques, merde pour qui ne me lira pas.


Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 18:09
Désormais c'est mécanique, pavlovien, dès qu'un journaliste français chope un ecclésiastique, il le branche aussi sec (si j'ose dire) sur le préservatif. Le procédé n'apparaît ni très élégant ni très loyal mais ledit journaliste français n'est, en général, ni l'un, ni l'autre, s'il peut piéger il y va carrément et là, avec les curetons, on gagne à tous les coups.
Ceux qui sont tombés sur  le malheureux évèque d'Orléans ont décroché le gros lot! Une pure merveille! Ils n'imaginaient certainement pas, les interviewers, le cadeau fabuleux qu'allait leur offrir le prêlat en question.
Il n'a rien trouvé de mieux, le Monseigneur, que de disserter doctement sur la perméabilité du préservatif au virus du SIDA dont la taille vachement minuscule lui permettrait, soi disant, de passer au travers du latex. Hélas, il s'agit d'une connerie monumentale dont la démonstration, par les scientifiques les plus autorisés, a inondé les media pendant plusieurs jours, couvrant d'opprobre et de ridicule non seulement son auteur mais également,
ès qualité, l'Eglise. 
Contrairement au Pape qui était resté dans le domaine de l'ordre moral, l'évèque d'Orléans a cru pouvoir s'aventurer en terrain étranger, ce qui constitue le  plus sûr moyen de se péter la gueule mais, quand on est un peu con et qu'on veut briller en société, il arrive parfois qu'on oublie les principes les plus élémentaires.
Naturellement, on peut toujours gloser, mais il est certain que l'Eglise n'attire plus, depuis longtemps, les meilleurs. Il lui faut donc se contenter des évèques qu'elle peut trouver en son sein. Le résultat est là.

A ce propos, l'Administration de la République Française Une et Imprévisible, dispose d'une arme secrète pour attirer, elle, les meilleurs. Je veux parler de l'E.N.A. institution merveilleuse que le monde entier nous envie et qui a produit des personnages fabuleux tels que M. Mélanchon ou Mme.Royal sans qui notre beau pays perdrait une grande partie de son prestige et de son rayonnement universel.
Cette prodigieuse Ecole vient toutefois de vivre une petite révolution en perdant son classement de sortie, vraisemblablement  sacrifié, sur l'autel d'un égalitarisme bien compris et en vertu du droit de choisir librement son affectation, sur la base des amitiés et des pistons dont chacun a la liberté de disposer à sa guise. Ils ont dû pousser un grand soupir de soulagement, les futurs anciens élèves, en apprenant qu'ils n'auraient désormais nul besoin de travailler comme des malades pour tenter de sortir dans la botte. A partir de maintenant, l'E.N.A. ce sera un peu le club med, en plus coûteux, certes, mais en beaucoup plus classe.
Moi, tant qu'on y est, je supprimerais aussi le concours d'entrée. Au fond, cette épreuve apparaît socialement injuste, parfaitement inégalitaire et, pour tout dire, complètement surannée. Qu'est ce que c'est que ce systéme qui vise à sélectionner les meilleurs, comme au siècle dernier, sans tenir le moindre compte des paramètres qui caractérisent notre société d'aujourd'hui, métissée, diversifiée et solidarisée?
A la place, je verrais bien un barème : socialiste, 1 point; communiste , 2 points; franc-maçon, 3points (évidemment); trotskyste, 5 points; africain, 10 points; musulman, 20 points....
Par exemple, n'est ce pas, il faut y réfléchir mais c'est l'idée pour moderniser la Haute Administration et surtout lui conférer le politiquement correct qui lui fait, à l'heure actuelle,  si gravement défaut. Je crois que je vais faire passer le message à qui de droit (par l'intermédiaire de sa délicieuse épouse, c'est ce qui marche le mieux) afin de lui laisser le mérite d'une réforme de nature à susciter l'admiration du monde entier et  de l'asseoir définitivement au panthéon des grands génies politiques entre Abraham Lincoln et Barack-Hussein Obama.

Dans cet espoir, merde pour qui ne me lira pas.

 
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 18:20
Ce pauvre M. Karoutchi l'a bien dit, " je l'ai encore dans le baba". En voilà un qui aura fait son coming out pour rien.
En fait, il aurait pu danser en tutu ou avec une ceinture de bananes que de toute façon il était quand même cuit le malheureux. Bien présomptueux, ce Monsieur de s'attaquer à une nana du calibre de son adversaire heureuse, il
était foutu d'avance. Qui plus est, une personne qui passe son temps à se colleter avec les gauchistes de l'enseignement supérieur, forcément, elle a le cuir. C'est autre chose que les relations avec le parlement. Et puis,  surtout, parfois on a des amis qui se révèlent encore plus amis avec les ennemis de nos amis. Enfin, je me comprends. Toutefois ces considérations d'un intérêt totalement éphémère dans la mesure où, d'ici une semaine, tout le monde aura oublié la candidature de l'intéressé à la candidature aux régionales franciliennes, m'éloignent de mon propos. Moi, je voudrais aujourd'hui m'intéresser à la brûlante question du salaire des patrons.

C'est un sujet de réflexions paticulièrement croustillant. Il convient de souligner, à titre d'entrée en matière, que c'est M. Obama qui a tiré le premier. Attention, je veux parler de Barack-Hussein et non de George-Hussein, son frère puîné. Au fait on n'en parle plus de celui là, je vous l'avais bien dit, espérons quand même qu'il ne croupisse plus au fond de sa geole kényane. Si Hillary (comme une baleine, ce coup ci) a bien fait son boulot il est libre, George, et retourné à un anonymat qu'il n'aurait jamais dû quitter.
Décidément c'est un jour à digressions, je reviens au fait : c'est le président des Etats-Unis qui a décidé le premier de plafonner le salaire des patrons subventionnés.
Forcément en France celà plaît au point qu'on veut absolument faire pareil. Notre bon Président de la République Une et Minoritévisibles l'a bien dit: "quand on est responsable et qu'on ne tient pas ses objectifs on ne s'octroie pas une grosse rémunération". Pas besoin  de préciser qu'en l'occurence il ne parlait pas de son cas personnel.
Donc le concept fait son chemin. Le Premier Ministre, saisi de l'affaire, rédige, vite fait sur le gaz, un petit décret visant à instaurer ledit plafond et le tour sera joué dès la semaine prochaine. Par dessus le marché, on bricole un sondage comme quoi les français sont pour à 85% (tu parles, il s'agit de baisser le salaire des patrons, on se demande si les 15% restants ont bien compris la question) et  voilà une merveilleuse façon de se réconcilier avec une opinion un peu morose,ces derniers temps.
Celà paraît tellement chouette, comme combine, que certains députés U.M.P. en remettent une couche bien grasse en déposant une proposition de loi pour limiter le salaire de tous les dirigeants. Non pas seulement de ceux qui ont reçu, comme aide, un peu de l'argent que l'Etat leur avait confisqué naguère et qui leur fait actuellement défaut, non, tous, sans exception!
L'idée apparaît superbe. Cette loi devrait, à mon sens, encourager la délation et également prévoir la nomination de commissaires du peuple qui viendraient opérer des contrôles sur le terrain, au besoin anonymement. En cas de manquement on pourrait envoyer les patrons délinquants se rééduquer dans des camps de travail surveillés par une police politique dont la mise en oeuvre permettrait  de créer plein d'emplois nouveaux. 
Bref, nous progressons vers la liberté bien comprise, celle qui fait, dans un premier temps au moins, la joie du bon peuple.
Et voilà comment on détourne l'attention des questions qui fâchent. Même les socialos de gauche y vont de leurs petits commentaires, critiques sur la forme mais forcément approbateurs du fond.
Comme en plus, l'Eglise, sans faire exprès, y va aussi de sa bonne grosse diversion à base de controverse préservative - nous en reparlerons- notre pauvre gouvernement dispose d'un petit délai de grâce avant qu'on lui remette les vrais problèmes sur la gueule. C'est toujours ça de pris.

En attendant je vous salue bien affectueusement et merde pour qui ne me lira pas.
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 17:49
Le président des Etats Unis, rigolard: " J'ai été totalement minable au bowling, on se serait cru aux jeux paralympiques! ".
Manque de pot c'était à la télé au cours d'un show regardé par des tas de millions de téléspectateurs.
Pris de panique,les sbires de la com. de la Maison Blanche ( ben oui, on dit toujours comme ça) ont aussitôt élaboré des stratégies de rattrapage avec notamment  invitation des athlètes handicapés à casser la croûte avec Barack et Michèle, afin de bien prouver l'attachement et l'estime du Président pour ces sportifs dont il venait ouvertement de se payer la tête.
On imagine le tsunami de protestations indignées, d'insultes enfiévrées, d'anathèmes boursouflés, d'appels à la démission voire à l'impeachment, qu'eût provoqué ce genre de déclaration dans la bouche de son prédécesseur.
Là, rien. En tout cas en France, sinon quelques lignes édulcorées dans un coin de la page trois du Figaro et pas un mot à la télé. Cela me rappelle La Fontaine: " Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir" (oups, merde, je ne l'ai pas fait exprès) . 

A peu près simultanément, le même Barack-Hussein nous remet un bon coup de main tendue aux ayatollah iraniens. Très belle déclaration, d'ailleurs, il convient de le reconnaître, avec tout ce qu'il faut de passage de pommade comme quoi la très ancienne et très fabuleuse civilisation de ce peuple plusieurs fois millénaire exige son retour  dans le concert des Nations qui l'attend les bras ouverts, prêt à sortir le champagne et à tuer le cochon pour fêter ça ( mais qu'est ce que je déconne, moi, veuillez oublier les treize derniers mots ) . 
Donc, disais-je, un discours très beau, émouvant dans sa sobre spontanéité et propre à faire craquer tous les pisse-copie du monde occidental qui, d'ailleurs, ne se privent pas d'y aller de l'encensoir avec la joyeuse frénésie du dévôt qui sert la messe.
En revanche, nettement moins enthousiastes apparaissent les ayatollah. Pas très chaleureux, les barbus font savoir au tout frais Président qu'une déclaration, si jolie soit elle, leur en touche une sans faire bouger l'autre, comme le dirait élégamment le notre (de président). Pour commencer à voir venir, il conviendrait de passer aux actes et là, évidemment, l'addition se révèlerait particulièrement lourde.
Parallèlement, les israéliens, amis de toujours des States, lesquels portent l'essentiel de la responsabilité de la création de l'état hébreux, sentent venir les gros emmerdements. La main tendue à l'Iran ressemble furieusement à un commencement de lâchage et marque, presque à coup sûr, le début des compromissions dont Israël ne manquera pas de faire les frais. 
En somme, la belle envolée du sieur Barack-Hussein, très appréciée des intellos d'Europe occidentale, 
fait un flop retentissant chez les principaux intéressés. Pour tenter d'éviter d'avoir l'air d'une andouille, il est à craindre qu'Obama ne poursuive son chemin pavé de bonnes intentions, signifiant ainsi clairement à l'Iran et,  par la même occasion, à l'ensemble de la mouvance terroriste, que l'Amérique s'apprête à baisser sa culotte. 
Si l'on ajoute à cela les deux mille milliards de déficit budgétaire, l'effondrement du Dow Jones, les perspectives peu engageantes de l'économie et le malaise grandissant d'une partie non négligeable des ci-devant électeurs
du président démocrate, à commencer par les israélites, on peut craindre que le bilan présidentiel ne ressemble bientôt à un mur de pissotière.
Dieu merci, ou, plus justement, Sarko. merci, le retour de notre grande République Une et Minoritévisiblement Diversifiée au sein maternel de l'OTAN, vient à point mettre un peu de mercurochrome sur les blessures de ce pauvre Obama.
Sur ce coup, on a bien senti qu'il était sincère, Barack-Hussein, au moins autant que lorsqu'il évoquait les sportifs handicapés, il a vraiment apprécié notre retour au bercail comme une grande et belle nouvelle et, somme toute, il a bien raison. Dans l'ordre des mains tendues, celle là présente toutes garanties d'amitié sincère. Par les temps qui courent, c'est suffisamment exceptionnel pour qu'on s'en félicite chaleureusement, n'en déplaise à tous les politicards véreux qui prétendent le contraire.

Gardez espoir, mes Amis et merde pour qui ne me lira pas.
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 17:39
On pourrait trouver sans difficulté des milliers d'électeurs d'Obama qui se montreraient horrifiés à l'idée d'avoir un gendre prénommé Barack-Hussein.
De même, parmi les participants aux grandioses processions syndicalo-socialo-trotsko-antisarkosistes de cette journée de grande fête gréviste visant à demander du fric à un Etat exsangue et endetté jusqu'au tréfonds du trognon, figurent des tas de gens qui gèrent leur budget personnel avec une rigueur de bénédictins. Plus près de ses sous qu'un fonctionnaire, tu meurs! Et plus le fonctionnaire en cause se situe à gauche, plus c'est vrai.
La conclusion à tirer de ce type de constat apparaît quelque peu consternante pour la démocratie, mais c'est un fait : quand il s'agit du bien commun le citoyen présente une tendance marquée à se comporter de manière plus désinvolte et, pour tout dire, largement  moins responsable qu'en ce qui concerne ses affaires privées.

L'air de rien, je me demande si je ne viens pas ainsi de découvrir la cause profonde de l'énorme pétaudière que constitue le monde où nous vivons. Ne nous emballons pas, d'autres avaient déja dû s'en apercevoir, mais peut être sans chercher à s'en vanter dans la mesure où cette sorte de proposition se révèle non seulement politiquement incorrecte, mais encore, comme toute vérité, pas bien bonne à dire. En d'autres termes, je vais encore me faire mal voir. Dieu merci, le caractère restreint de mon lectorat joint à son exceptionnelle qualité me protègent de l'anathème et de l'excommunication qui guettent les mal pensants de mon espèce. 

A propos - j'allais déclarer sauter du coq à l'âne mais compte tenu du sujet, ce serait blasphématoire- nous observons que le voyage du Pape en Afrique se résume en tout et pour tout, dans nos media, à une question de capotes anglaises. Pourtant il eût été possible de trouver autre chose à dire à ce propos, mais c'était un choix délibéré de piéger le souverain pontife sur une question dont tout le monde, à l'avance connaissait la réponse.
Pourtant, c'est Benoît qui a raison. Savez vous qu'en Afrique sub-saharienne on ne dit pas"passe moi un préservatif, s'il te plaît" mais "aurais tu l'obligeance de me préter ton préservatif, je te le rends dès que j'ai fini".
Alors, dans ces conditions, c'est y pas mieux de pratiquer la fidélité conjugale?

Allez, je termine sur un sujet plus joyeux. Kaka, vous savez, le footballeur qui, comme l'argent, n'a pas d'odeur, eh bien le Réal de Madrid (ou peut être Barcelone, je ne sais plus trop) vient d'en proposer soixante dix millions d'euros à son club milanais. Ce dernier va t-il se résigner, face à l'énormité de la somme, à lâcher son Kaka?
Vous le saurez en suivant assidûment les conneries pondues, aussi régulièrement que possible, par votre serviteur.  

Dans cet espoir, merde pour qui ne me lira pas.
Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article