Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 08:43

 

Très sympa, le pot de départ de la dame Sylvie Maligorne, la ci-devant chef du service politique de l'Agence Française de Presse, ce  dernier Jeudi. On y rencontrait le ban et l'arrière ban de la Grande Famille de Gauche, bien sûr, les copains, quoi, de Mélanchon à Valls en passant par le Sapin des Finances, le stalinien Pierre Laurent et la pastèque bridée Placé. Mais pas seulement la Gauche; en cherchant bien on pouvait aussi dénicher l'ami Debré président du Con-Con, et puis Jacob, le plouc de l'UMP, sans compter Valérie Pécresse, toujours là sur le bon coup, ça ne mange pas de pain, juste des petits fours.

Cependant, l'évènement, le gros scoop, l'écarlate cerise sur le superbe gâteau de la jolie Sylvie, dite "la Petite Souris" ou bien encore "la Concierge de Matignon", ce fut l'arrivée surprise de Sa Très Gracieuse Majesté Culbuto, soi même et en personne. Parfaitement. Comme quoi, le Grand Homme sait rester humble et reconnaissant vis à vis de ceux qui lui ont bien servi la soupe. Et la nana en question, elle lui en a rendu des services au petit Président, ne serait-ce que la fameuse Sacrée répudiation de l'ex-Première Concubine. Le bref communiqué pour virer Valoche c'était elle, la Petite Souris, voilà des choses qui ne s'oublient pas. Ca vaut bien un petit coucou au pot de départ, pas vrai? Surtout qu'on ne sait pas trop où elle s'en va, la dame, mais ne nous faisons pas trop de souci pour elle, avec les relations qu'elle entretient...

Alors, naturellement,  La collusion des pouvoirs ne se cache même plus. A quoi bon? Tout le monde connaît les accointances politico-médiatiques, et la petite cérémonie arrosée de l'AFP se borne à les mettre clairement en évidence. On y voyait les Seigneurs Socialistes avec leurs divers coadjuteurs gauchiards et puis, à la remorque, les quelques rigolos de la soi-disant "Droite Républicaine" toujours prêts à montrer patte rose pour gratouiller un petit rabais sur la malveillance habituelle des gazettiers à l'encontre des étrangers à la Grande Famille. Bien entendu, toutefois, on nous ordonne encore de croire à l'indépendance des politiques vis à vis des media, ainsi qu'à la réciproque, cela va de soi. En vérité, je vous le dis, la démocratie dans ces conditions-là ça ressemble un peu au jeu de trompe-couillon tel qu'il se pratiquait à Marseille au bon temps de Carbone et Spirito, avec Twitter en plus. On peut même s'étonner que l'électeur parvienne encore à se rebiffer, comme il le fit Dimanche dernier pour le second tour des municipales.

Allons, ne nous emballons pas. La Gauche a morflé Dimanche un de ces coups de pied au cul qui font claquer des dents, comme disait César, celui de Pagnol. Une branlée historique, peut-on carrément affirmer sans aucune exagération, un désastre comme jamais, de mémoire d'électeur municipal, on n'en avait connu précédemment, même en 83 quand le gogo sentait passer la quenelle mitterrandienne. La débacle, la débandade, la déconfiture totale! Et pourtant...

Et pourtant, vous avez vu quoi, se passer, pendant cette quinzaine de folie?Peu de chose, en somme, un peu plus d'abstentionnistes que d'habitude, les baisés du socialisme surtout, et aussi le glissement de gauche à droite des quelques centaines de milliers d'électeurs qui font, chaque fois, basculer les scrutins. A l'exception des succès d'estime obtenus ça et là par les potes de Marine, rien de bien nouveau sous la grisaille et surtout rien qui puisse de près ni de loin, ressembler à une révolte. Le braves franchouilles ont voté gentiment, comme d'habitude, sans aucunement se rebiffer contre les manipulations dont ils font l'objet. La colère bien sage, quoi.

Dans le même ordre d'idée, visez un peu la contrepartie, la réponse comme ils disent! Il a "entendu le message" Culbuto! Et aussi sec il congédie Marco le Nantais comme une servante en cloque, pour coller Manolo le Catalan à la place enviée de Premier Ministre de la France. Attention, hein, belle promo tout de même. Pas inattendue, on le sentait venir depuis longtemps, le zigue (voir Il grandira!) mais remarquable pour un garçon qui, somme toute, n'a jamais rien démontré. Un pur produit de la communication, Vallsounet; de toute façon, de nos jours il n'y a plus que ça qui compte. Notons bien que la première d'Avril 2014 restera dans les mémoires comme la semaine des Ibériques, avec les intronisations combinées du Catalan à l'oeil sévère et de l'Adalouse au regard de braise (qui goûta la sauce hollandaise). Nous n'avions pas été à pareille fête transpyrénéenne depuis Anne d'Autriche et Eugénie de Montijo, ce qui nous remet tout de même assez loin.

Cela dit, la Maire Hidalgo, en dehors des malheureux Parigots qui vont devoir se la déguster pendant au moins six ans et probablement douze voire dix-huit, vu la manière dont cette sorte d'affaire se magouille, on n'en a pas grand chose à cirer. D'ailleurs c'est bien fait pour l'UMP, ils n'avaient qu'à lui opposer un candidat sérieux au lieu d'une bobo évanescente encore plus nazegauche que son adversaire. En revanche, le camarade Manuel, celui-là va falloir le surveiller comme du lait sur le feu, on le connaît, le mec, à l'Intérieur nous avions le petit Béria, à Matignon nous récoltons le nouveau Torquémada, le type qui ne fera pas de cadeau. Numérotons nos abattis, amis blogueurs nauséabonds, la France vient d'accomplir un pas de plus en direction du totalitarisme, on voit approcher à tout berzingue les purges et les camps de rééducation par le travail! Surtout qu'après la nomination de cézigue, nous assistâmes médusés à la constitution de son gouvernement...

Et là, alors, ce fut la maxi-surprise, l'étonnement général, l'incrédulité ahurie, l'estomaquage complet, la perte des repères, la panne des sens, l'invraisemblance érigée en dogme et la stupeur qui vous coupe la chique. Putain les mêmes, dites donc! Les Verts, Moscou-Vessie et quelques seconds couteaux en moins... encore que ces derniers on les verra rappliquer la semaine prochaine déguisés en secrétaires d'Etat, pour la plupart. Moi qui croyais qu'on allait changer de socialistes, histoire de rigoler un coup avant de recommencer à pleurer...Pas du tout, que dalle! Même motif, même punition! Eh bien mon Dieu, en guise de changement il va falloir se contenter du retour de Ségo la Pintade et de l'arrivée de Rebs. Amen!

Entendons nous bien, la composition du gouvernement ne revêt en réalité aucune importance pratique. On s'en fout puisqu'il s'agit de socialistes attelés à une mission que leur seule nature gauchiarde rendrait impossible. Vous pourriez y coller n'importe lesquels ils se casseraient la gueule de la même façon, plus ou moins. En revanche, il s'agit d'une question de correction, de politesse. Ces branques, le Populo souverain leur a dit " allez tous vous faire foutre, on ne veut plus vous voir", ça voulait dire ça, en tout cas. Même pour le big boss, d'ailleurs mais celui-là c'est comme la merde au cul du jeune Céline, on sait qu'il faudra attendre des jours meilleurs pour s'en débarrasser. En revanche, les autres, tous les autres, même le bouffon de Barcelone, la Volonté Générale a bien précisé qu'elle n'en voulait plus, quand même, alors c'est quoi ces façons de prendre les enfants de la République pour des Canards de Challans? Il s'agirait d'une petite défaite, encore, on pourrait discuter mais là, après une effondrement pareil, flûte, ça demandait un minimum de prise en considération, tout de même!

Eh bien non. Tranquille comme baptiste, voilà Pépère, entre deux gros câlins à qui vous savez, qui nous replace tranquillement les plus marquants des corniauds de l'équipe à Marco. Le pire, évidemment, le gros bras d'honneur, pour ne pas parler de quenelle, ça restera la reconduction de Taubirat Garde des Sceaux. Il nous l'a dit clairement, là, à nous autres les citoyens de mes deux : "je vous emmerde, je fais ce que je veux, circulez y a rien à voir"! Et à côté de ça, il nous impose son ancienne concubine, l'ex-future Présidente, la baisée de La Rochelle (voir Pas de Perchoir pour La Pintade?), le népotisme à ce niveau ça dépasserait presque les Borgia! A tel point que James Ellroy aurait déclaré à Libération : "pour peu qu'ils re-couchent ensemble et qu'elle le trompe avec Taubirat, toutes les Télé Amerloques voudront vous acheter le scénario". Nous voilà tombés carrément au fond de la fosse septique, pas vrai?

Eh bien, Acta est fabula. Branquignols 2 le retour il nous a trouvé Hollandouille, un gouvernement de cons bas, dit-il, lui qui est tout en haut! Un vrai régal, pas un pour relever l'autre. Une petite mention spéciale pour le duo de Bercy, les Laurel et Hardy de l'Economie mal dirigée. Sapin en Auguste (pas l'empereur, le clown que rien qu'à le voir on se pisse dessus) et Montebourre (ou Montelsa, si vous préférez) en Monsieur Loyal...enfin quand je dis Loyal, n'est-ce pas...Sinon, tout le reste, les Fabius, les Marijuana Touraine, les Cazeneuve et compagnie, ça complète le tableau, le changement à la Flanby...le record d'impopularité ne saurait tarder à se voir pulvérisé...

Une petite réflexion, pour finir, une lueur d'espoir, peut être, vous connaissez mon optimisme invétéré, n'est-il pas? Si, me dis-je, Manolo, avec ses dents à arracher le parquet, a décidé d'y aller et accepte, en conséquence, de se carboniser la popularité jusqu'à la fin du quinquennat, c'est qu'il vise 2022. Or, pour qu'il ait sa chance en 2022, encore faut il que le Capitaine de Pédalo se fasse éjecter en 2017...Il se trouve en parfaite position pour bien pronostiquer, le Catalan, non? Voire même, le cas échéant, pour savonner la planche, ne croyez vous pas?

Allez, passez donc un bon Dimanche dans la paix retrouvée de la Répupu.

Et merde pour qui ne me lira pas.

 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 15:44

 

Ca y est, les Paparazzi, vous cassez plus le trognon, maintenant on sait quand il faut le pister Culbuto, on connaît le moment précis où il s'en va tremper le biscuit, Sa Majesté! C'est Glavany qui a vendu la mèche: Pépère il bosse sans arrêt du Lundi 7 Heures au Dimanche 23 Heures. Ca lui laisse donc ses huit heures de folie, au mec, toute la nuit du Dimanche au Lundi, dites donc, à son âge et avec sa prostate! Il a bien raison Glavany, faudrait pas trop qu'il se glavanise, le pauvre, il pourrait fatiguer à la longue! Bon, vous me direz, avec la prochaine soirée électorale qu'ils vont se coltiner, ça m'étonnerait que la Julie s'en sorte avec une inflammation mal placée, sur ce coup-là...ou alors c'est qu'il l'a en acier trempé, Grotoumou, faut pas se fier aux apparences, après tout...

Hé oui, convenons-en, pour nos braves Socialos les choses ne risquent pas de s'arranger ce Dimanche. Entre la courbe du chômage qui s'inverse brutalement mais à l'envers et la "Loi Florange" purement et simplement balancée au panier par un Conseil Constitutionnel sans pitié, l'affaire apparaît bel et bien pliée. L'électeur de gauche, le vrai, l'Ouvrier si vous préférez, soit il reste à la maison, soit il vote Coco, soit, de plus en plus fréquemment, il porte son suffrage chez les copains de la Marine, celle qui lui en promet autant que Méluche mais avec un petit bonus relatif aux Musulmans. Nous n'avons plus qu'à attendre tranquillement un résultat final qui ne peut se révéler qu'excellent, voire excellemment inespéré avec un peu de pot.

Une fois qu'on a dit ça, on n'a guère avancé quand même. Bon, ça fait plaisir de les voir se gameller, bien sûr, mais il ne s'agit toutefois que de l'effet de ce balancier républicain par le biais duquel, aussitôt élus, les gouvernants se voient détestés, abhorrés, vomis, déféqués pourrait-on presque dire, par leurs mandants. Il y a de quoi, d'ailleurs, singulièrement dans la présente espèce, Culbuto et ses sbires apparaissant comme les plus invraisemblables branquignoles qu'un suffrage universel direct ait jamais produit...et pourtant ils sont légions les exemples de foirades démocratiques franchouilles depuis 1789. A ce propos, il nous faut faire preuve de lucidité : les choses vont en s'aggravant, cela ne fait aucun doute. Déjà, les présidents, tenez.

Avec Giscard nous connûmes une première dégringolade : le ridicule du bourge snobinard qui cherche à faire populo, les pantalonnades accordéonnesques, les petits déjeuners d'éboueurs et les dîners improvisés chez le clampin du coin de la rue. Suivit Tonton, pas la peine de vous faire un dessin, il suffisait alors de pousser légèrement le grand homme de façade pour trouver, tapi (j'ai faili mettre un "e") juste derrière, l'aventurier sans scrupule, le papa de Mazarine, l'écouteur téléphonique (déjà) et autres joyeuses crapules polymorphes sur lesquelles je glisserai, n'étant pas là pour écrire l'Histoire. Puis nous eûmes l'ineffable Chirac, celui qui représenta pour la République ce que la littérature fut à Marcel Proust : une interminable recherche du temps perdu. Après quoi arriva Sarko, et la fonction présidentielle en prit alors un nouveau coup dans le plexus: déconnage à tous les étages, vulgarité de VRP, étalage imbécile de vie privée et fréquentations déplorables style BHL (voir L'apothéose de Bernard-Henry.). Evidemment, après un zigomar de cette trempe, ne pouvait arriver qu'un olibrius digne de figurer en héros dans une bande dessinée comique, une sorte d'Achille Talon mâtiné de Gaston La Gaffe...et, tout naturellement, nous touchâmes Flanby, en même temps que nous touchions le fond! On voit mal, en effet, comment nous pourrions descendre encore plus bas. Bien sûr je ne vous parle que de l'allure générale des intéressés mais le reste va de pair, l'accessoire suit le principal, souvent même il le précède et l'état actuel de la France le démontre à l'envi, cela n'appelle pas de plus amples précisions.

Pareil pour les ministres, bien sûr et surtout depuis que la sacro sainte "parité" commença à produire ses ravages. Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, loin de moi l'idée de considérer les nanas comme plus niaises encore que les hommes, j'aurais plutôt tendance, parfois, à croire le contraire. Seulement, les femmes, elles ont en général autre chose à foutre que d'aller s'embringuer en politique. La masturbation démocratique c'est bien joli mais ça bouffe du temps pour pas grand chose, comme la plupart des occupations masculines. En conséquence, à part quelques êtres d'exception qui flamboient au firmament des grands serviteurs femelles de l'Etat, vous trouvez assez peu de gonzesses de valeur prêtes à s'investir dans cette sorte de couillonnade. Du coup, lorsqu'il vous faut à tout prix assurer la parité, vous vous rabattez sur le disponible : Roselyne Bachelot! Pour moi ça restera toujours l'archétype de la foire d'empoigne paritaro-ministérielle, la Rosy, avec ses deux milliards de vaccins anti-grippe qui resteront comme son fait d'armes le plus éclatant. Elle a fini amuseuse télévisuelle bas de gamme, la mémère, elle eût été bien inspirée de commencer par là.

Cependant, reconnaissons à l'actuel Gouvernement le record absolu de nullité ministérielle. Jamais, je crois, en tout cas de mémoire d'homme, on n'avait observé pareille collection de rigolos, guignols, paillasses, bouffons, peigne-zizis, comiques de cirque et autres marionnettes ubuesques, jamais! De quelque côté que vous vous tourniez vous ne voyez que des gugusses. Même pas besoin de donner les noms, vous n'en trouverez pas un pour relever l'autre. Ca devient un peu effrayant, quand même, parce que, malgré tout, ces gens-là se trouvent en capacité, sinon de diriger le Pays, ce qui apparaît largement au dessus de leur compétence, tout au moins de nous créer les pires emmerdements, ce dont ils ne se privent pas depuis bientôt deux ans. Sans compter que cela devrait encore s'aggraver à l'avenir, il suffit pour s'en convaincre de jeter un coup d'oeil aux enseignements dispensés par Science-Pot Paris, le creuset de nozélites. Edifiant! Je voyais ça pas plus tard qu'hier, je crois, sur le blog d'un de nos amis...j'ai malheureusement oublié lequel, l'âge, encore...en résumé ces charmants jeunes-gens se voient nourris à la mamelle de la stupidité gauchiarde la plus ravageuse. A côté de celles qui vont arriver, la Promotion Voltaire de l'E.N.A. -celle de Culbuto et de ses potes- c'était le Cénacle de Tübingen.

Alors, pour tout vous dire, le balancier républicain, tout ce qu'il risque de nous procurer ce sont des pignoufs de gauche et des couillons de droite, alternativement, formatés pareils et tout aussi capables les uns que les autres de nous approfondir le fond du trou pour descendre encore plus bas. Ils ne s'arrêteront qu'une fois ressortis de l'autre côté...vers la Charia, quoi. Il serait temps, quand même, qu'un beau désespoir vînt à notre secours, comme disait à peu près le vieil Horace, le coriace...oui mais lequel? Des désespoirs j'en vois en pagaille, mais des beaux...Ne serait-ce que le futur gouvernement qui nous pend au nez la semaine prochaine...bon, admettons, Changement de socialistes réjouit les veaux. Toutefois, de là à foncer brouter leur herbe avariée...ce n'est pas encore dans ce pré-là que nous trouverons le bonheur, croyez moi.

Ben vous voyez, les amis, pour aujourd'hui je m'en vais en rester là, ce n'est pas que j'aie tout dit, comme le vieux d'Ormesson mais il faut en garder un peu sous la pédale...déjà que nous avons perdu le Maire de Paris...

Alors, votez bien, pour ceux qui doivent encore s'y coller.

Bon Dimanche à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.  

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 17:57

 

Sapin, le Minipitre du Travail, l'a bien dit : "malgré un contexte défavorable, cet accord préserve la pérennité de notre système d'assurance chômage". C'est qu'il n'en est plus à une connerie près, le gros Michou, à croire qu'ils lui ont refilé ça, comme fonction, au gouvernement : "conte couilles" comme on dit chez moi... Remarquez il se trouve en superbe compagnie, le mec, jamais on n'a vu un cabinet mériter aussi bien cette appellation...sans doute conviendrait il, à présent, de tirer la chasse.

En tout cas, nos amis Grauburle et Foupallour, eux, question évacuation des scories, ils vont envoyer les grandes eaux.  Pas dans leur pastis, je vous l'accorde,  le Ricard faut pas trop le mouiller  sans quoi il a vite fait de se muer en boisson de jeune fille, mais bien dans l'isoloir, ce truc qui ressemble tellement à une pissotière que, bourrés comme je les vois ces deux-là, d'ici qu'ils confondent...

-"Le Maire, d'abord, comme pute, on n'a pas vu plus grave depuis l'époque de la Grande Sucette, sauf qu'elle, au moins, elle coûtait pas cher, vocifère Marcel avec l'intonation du Criméen évoquant ses ex-concitoyens d'Ukraine, faut le virer, l'enfoiré! D'ailleurs, moi, je vous la joue simple, si cette salope arrive à se faire réélire je fous mon camp! Lui ou moi, quoi, vous choisissez!"

-"O.K. mon pote, t'as tes raisons, on comprend, rétorque Jeannot, il a oublié d'embaucher ta petite nièce, le Maire...bon, en même temps, t'as vu la gueule qu'elle se paye, la gosse, on dirait un dragon de Komodo qu'aurait freiné trop tard. En plus, elle peut pas lire...attention, j'ai pas dit "elle sait pas",  grosse nuance,  évitons de jeter le discrédit sur la famille, non, elle "peut" pas, Jennifer Grauburle, avec le strabisme qu'elle se paye il lui faut deux heures pour déchiffrer dix mots.  Forcément,   elle voit trois lignes à la fois,  alors ça se mélange,  mettons nous un peu à sa place,  quand même,  la pauvre...seulement on doit regarder,  aussi, le point de vue de la Mairie, Marcel,  dans ces conditions tu voudrais qu'elle fasse quoi, la petite, dans les Services Municipaux?"

-"Ben...rien, voyons, comme tous les autres..."

 

Là, bien sûr, un ange passe...inattaquable la position de Grauburle, pas la moindre objection à l'horizon, Votre Horreur, tout le monde en profite pour s'en enfiler une ou deux gorgées, au sein d'un calme retrouvé.

Oui mais pas désarçonné pour autant, Jean Foupallour, un expert de ce calibre en controverse de zinc, ça repart toujours à l'assaut.  Rien lâcher vain dieu,  le verbe haut et le verre bien haut!  Montjoie Saint-Anis!

-"Toute façon, bien d'accord, pas question de voter pour cette enflure de maire. Et puis d'abord, ce coup là faut voter pour le Front, les mecs et pas celui de gauche, de Front, le vrai, celui qui leur fera bien mal au tout à l'égoût en passant,  à ces politicards de mes deux qu'on sait même plus à quoi ils jouent, les endoffés, à s'exciter entre eux sur des couillonnades pendant que le Populo crève la dalle...

-Oui, sauf qu'en agissant ainsi, Jeannot, intervient le cher Yves Rognes, tu fais le jeu des Socialos, ils ne demandent que cela, les sbires de Culbuto, un Front National prêt à foutre le soukh au second tour et à leur sauver des tas de mairies. Un truc aussi vieux que Mitterrand mais qui marche à tous les coups, le piège à gogos, en quelque sorte.

-Gogo toi même, reprend Jeannot, embêté. On fait comment, alors, pour leur dire merde à tous ces pignoufs?

-Eh ben on fait comme tu dis, tranche le vieux Maurice, péremptoire, ils nous la jouent depuis trop longtemps, celle-là, faut arrêter. Si les mecs de droite n'ont pas les burnes de s'allier entre eux, qu'ils aillent se faire mettre, on n'a pas à entrer dans ces considérations, nous autres les électeurs, leur cuisine on s'en tape. Et moi, je vois une chose : depuis quarante ans, les seuls à dénoncer l'invasion et à gueuler comme quoi faut arrêter les conneries immigratoires, ça reste Le Pen et ses potes, personne d'autre. Si on les avait écoutés on n'en serait pas là. Alors, moi je m'en astique le rossignol...faire le jeu des socialistes...ceux de gauche ou ceux de droite, d'abord, faudrait préciser, pas vrai?

-A votre bonne santé Messieurs les fachos! Ca y est, voilà Jean Trentasseur l'avocat ex-député Mitterrandien de la grande époque qui se réveille! Mais sacrebleu, il nous fait, le Maître, vous voulez quoi? Le retour au temps de Pétain, la résurrection de Maurras, les purges, les rafles, la dictature?

-Oh, pour ce qui concerne la dictature, cher ami, lui balance Yves Rognes dans les gencives, nous sommes déjà servis, pas besoin d'en rajouter. Quand un pays apparaît tenu, verrouillé même, par une mafia détentrice de tous les pouvoirs qui se permet de traquer les opposants politiques, de les espionner dans leurs conversations les plus intimes et les plus confidentielles, de leur coller aux basques des juges hyper-politisés acharnés à leur perte et de manipuler l'opinion par l'entremise de media auprès desquels "La Pravda" passerait pour un bulletin de patronage, vous savez, Cher Maître, la dictature..."

Mettant à profit la quinte de toux du pauvre Trentasseur qui vient d'avaler son Chivas de travers, l'ami Maurice nous commande une nouvelle tournée.

-"Allez, les mecs, à la santé des fachos, des réacs, des poujadistes et des frontistes! De toute façon qu'est-ce que vous voulez qu'il nous arrive de pire?La dictature on l'a déjà, la faillite aussi, les impôts n'en parlons pas, la misère ça va pas tarder et en plus de ça, on est complètement envahis! Alors, on attend quoi pour réagir? La Charia? Non croyez moi, regardez donc un peu les choses en face, on n'a plus rien à perdre, partis comme on est...moi je m'en fous, c'est pas pour les quatre jours qu'il me reste à vivre mais quand je pense à ce putain de Pays!

On venait à peine de se relever d'une guerre perdue pour cause d'imbécillité républicaine qu'il m'a envoyé en Algérie, le Pays. Avec les copains il a fallu se bigorner contre les Fellouzes, des types dont le plus grand plaisir consistait à nous couper les baloches et à nous les faire bouffer. Et nous, à vingt ans, on savait même pas pourquoi on se trouvait là et ce qu'on avait à y foutre. Moi, avec du bol j'ai pu m'en sortir à peu près intact, beaucoup de potes ne peuvent pas en dire autant, par malheur... Après, j'ai réfléchi. Je me suis dit : au fond, ces types-là faut les comprendre, quand vous avez des étrangers qui s'installent chez vous sans vergogne pour jouer les patrons et imposer leurs lois, si vous avez un peu de couilles vous les virez à grands coups de pompes dans le cul. Ca me semblait logique, ça, pas contestable, légitime comme on dit. Sauf que par la suite, quand j'ai vu les mecs qui nous tiraient dessus et qui nous faisaient bouffer le zigouigoui débarquer chez nous pour nous renouveler la population à grands coups d'allocations de tout poil, ça m'a fait un drôle d'effet. Et maintenant, quand je me balade sur l'Avenue et que j'entends parler essentiellement arabe, ça me les met un peu à l'envers...vous voyez ce que je veux dire, Maître, ou faut que je vous fasse un dessin?

Alors, très franchement, vous savez, voter pour des types qui pensent depuis si longtemps la même chose que moi, même si, à côté, ils disent beaucoup d'âneries pour appâter le chaland, ça ne m'effraie pas du tout. Mais vraiment pas, je vous jure! C'est l'équipe de branquignoles que vous nous avez mise au pouvoir qui me fait peur, celle-là oui, vraiment et je ne suis pas le seul!"

Bon. Vous voulez dire quoi, vous, après ça? Alors, nous avons changé de conversation, après tout ce ne sont pas les sujets qui manquent, à la suite de cinq ou six pastagas. Et puis, dans la foulée, chacun s'en est allé voter de son côté, avec le sentiment confus de participer à une grosse mascarade qui finit toujours un peu de la même manière...les uns votent, les autres tirent les ficelles, la farce se joue et les dindons glougloutent sagement jusqu'à la prochaine fois. Tout à l'heure, j'essaierai d'éviter les "soirées électorales", j'aurais du mal à supporter...

Bonne fin de Dimanche.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 18:05

 

Ca se confirme, on ne peut plus respirer! A force de balancer des saloperies dans

l'atmosphère on y est arrivé, on n'aperçoit même pas la Tour Eiffel, dites donc...vous

me direz, ça encore il n'y a qu'à Paris qu'on s'en inquiète...jusqu'à semer la panique

parmi les banlieusards avec la circulation en alternance, ce qui n'empêchera en rien

l'élection de la mère Hidalgo, je vous rassure. 

En revanche les horreurs qui s'engouffrent dans nos petits poumons, tout le monde y

a droit; un peu moins au Sud qu'au Nord mais à peine: l'égalité, si chère aux Socialistes,

étend son domaine jusqu'à l'empoisonnement des masses, laborieuses ou pas, par

les particules fines.

"Fumer tue", on connaît la combine, manque de pot respirer aussi...et là on fait quoi?

Parce que pour emmerder les braves gens à leur interdire le tabac on maîtrise, certes,

mais les priver d'air, hein? Déjà qu'ils nous le pompent allègrement! Pas fastoche,  là, 

pour le coup. Il existe sûrement, dans les réduits obscurs de Bercy, de petits énarques

qui cherchent des combines pour nous taxer l'oxygène, histoire de la jouer dissuasif

mais comme ils chargent aussi à bloc ces merderies d'énergies fossiles faut y aller

sur la pointe des panards,  pas avoir l'air de trop acculer le citoyen-gogo... d'accord il

a l'habitude, ce dernier, de se faire acculer  mais de là à y prendre goût...

 

Vous me direz, en même temps il rigole, le Franchouille Moyen. Rien que le feuilleton

Taubirat, depuis la disparition de l'ami Robert Lamoureux avec son "canard toujours

vivant" (voir Nauséabonderies.) on n'avait pas vu pareille pantalonnade. Du grand art.

Pourtant on la connaissait, la mère Tapedur, avec ses combines d'embastiller plus

volontiers les honnêtes gens que les criminels ou de marier les invertis entre eux, on 

la savait dangereusement insensée, bien sûr, pour ne pas dire grave incapable par

dessus le marché. Mais con à ce point-là, personnellement je ne me doutais pas.

Il faut dire qu'elle dépasse toute imagination, la gravosse, à brandir, devant les

caméras ébahies, deux documents qui contredisent formellement les propos saugrenus

qu'elle tient dans le même temps.

Elle s'est dit, la gourdasse : "tiens je vais leur montrer ça de loin, y pourront pas voir",

vous réalisez un peu, la Garde des Sceaux!  Rachida, on peut en penser ce qu'on veut,

elle descendait beaucoup moins profond dans la stupidité crasse. Comme quoi, lorsqu'

on veut sacrifier le Ministère de la Justice à la parité diversifiée, on n'est pas forcément

obligé d'y ajouter, par surcroît, une dose de discrimination positive sur le Q.I.

 

Et puis bon, merde! Combien de temps allons nous encore devoir nous la fumer, cette

équipe de branquignolles? Trois ans? Huit ans? Plus? Bien malin qui pourrait répondre

mais le temps travaille pour eux. On trouvera de moins en moins d'électeurs pour voter

en faveur des rigolos de l'Ump et de plus en plus de Français des mosquées prêts à

tout pour éviter le Front National. Et comme on concentre le tir sur le seul adversaire

vraiment dangereux, Petit Nicolas, qu'on lui colle au derrière toutes les forces policières

judiciaires et médiatiques, on finira bien par avoir sa peau. Qui cherche trouve, c'est

bien connu, et pour ce qui est de chercher, ils cherchent, croyez moi...la preuve : quand

Sarko emprunte le portable d'un copain, dans les cinq minutes il se voit  démasqué.

Normal vu qu'on écoute systématiquement tous les potes de l'ex-Président, son épicier,

ses avocats, sa femme, les amants de celle-ci, ses enfants et leurs petits camarades de

jeux. Tout le monde, quoi, quand on veut du résultat faut pas mégotter sur les moyens.

Et puis on s'en fout, vu que personne n'en sait rien, ni la Garde des Sots, ni le Sinistre

de l'Intérieur, ni Marco le Nantais, ni, bien sûr, encore moins, le Capitaine du pédalo

qui sombre. Personne! L'indépendance de la Justice, vous comprenez...

Même que Culbuto l'a bien dit : "je dois faire en sorte que la Justice soit incontestable"...

ben quoi, et s'il ne fait pas en sorte, alors?  D'ici qu'il se retrouve punaisé sur le "mur

des cons", celui-là...

 

En attendant, à force de tourner en rond autour de leurs turpitudes, à tous ces ahuris,

la vraie grande nouvelle de la semaine se retrouve escamotée, carbonisée, atomisée.

Aucun article, pas la moindre allusion de la part des media, rien, que dalle. Nul n'en

saura rien, à part peut être les intéressés. Et encore pas tous, beaucoup l'apprendront

bien plus tard, quand ça commencera à faire mal.

Pourtant, le scoop en question, il vaut son pesant de bulletins de vote, croyez moi. Il

ne s'agit rien moins que du gel des retraites complémentaires. En des termes plus

clairs, pour la première fois depuis sans doute 1947, le pouvoir d'achat des vieux va

diminuer...il conviendra de porter la chose au crédit de Flanby et de son gouvernement

de merde. Le changement c'est maintenant, pas vrai? La vaseline rugueuse aussi!

Pour tout dire, la décision remonte à l'an dernier, quand les partenaires sociaux gestion-

naires du système décidèrent qu'à partir de dorénavant on revaloriserait les pensions

de la hausse des prix moins un point!  Cette année,  il paraît que ça faisait 0,3%...de

moins.  Estimons nous heureux qu'on ne nous les baisse pas carrément, les pensions!

Cela posé, amis retraités, chers compagnons d'infortune, en vérité je vous le dis, nous

ne perdons rien pour attendre. Avec des milliards de déficit et tous les ans deux ou

trois centaines de millions en plus, l'ARRCO et l'AGIRC ne tiendront pas bien

longtemps. 

Sachant que le Régime des Cadres,  pour ne citer que lui,  compte 2,7 millions de

pensionnés pour 4,2 millions de cotisants, vous comprenez bien qu'il n'attendra pas

des décennies pour se rétamer la gueule. Avant même 2017 je crois bien que nous

aurons de ses nouvelles. Et plus on attendra, plus dure sera la chute!

Lorsque enfin s'effondrera la pyramide de Ponzi, ou bien encore le système Madoff, si

vous préférez, que constitue l'escroquerie française des retraites par répartition, nous

verrons alors le résultat éclatant de nos choix électoraux successifs depuis l'avènement

funeste de Tonton Mitterrand, l'homme de la retraite à soixante ans.

Et comme nos gouvernants, surtout les gauchiards, auront à choisir entre laisser crever

les anciens et continuer à grassement entretenir les effectifs toujours plus nombreux de

l'invasion africaine, je vous laisse le soin d'imaginer... Les retraités n'ont pas

de kalachnikovs, eux!

 

Vive la Démocratie, vive la République!

Vous vous rendez compte à quel point les Criméens se montrent stupides, d'aller se

jeter dans les grifffes d'un dictateur comme M. Putin?

 

Bien à vous tous,

Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 12:51

 

Nourrissant depuis la nuit des temps une très haute estime pour Montesquieu, j'ai tendance à me retourner vers lui dans les cas graves. Aujourd'hui nous y baignons en plein dans le cas grave. Peut être même désespéré, tiens, le cas, si ça se trouve.

Comme disait Papa, plus ça va pis c'est! Rien que cette semaine, deux grands coups de pompe dans les libertés publiques, on s'est morflés, et pas juste pour rigoler, vous m'en voyez encore plié en deux à cette heure. Primo le Commissariat de Viroflay où les sbires de Valls exigent d'une candidate à la naturalisation qu'elle donne les noms de ses potes de la "Manif Pour Tous", secundo les Juges Rouges qui écoutent les conversations téléphoniques de l'ancien Président de la République, histoire de lui savonner la planche d'un éventuel retour devant les électeurs. Pas mal, non, pour la Patrie des Drouadelom?

Alors, il dit quoi, en pareil cas, le camarade Montesquieu? Si ma mémoire est bonne, il observe : "celui qui détient un pouvoir est naturellement porté à en abuser". En conséquence, pour l'en empêcher il convient de séparer les pouvoirs et de faire en sorte que ceux-ci se limitent mutuellement, "le pouvoir arrête le pouvoir" (par flemme je vous le fais de tête mais en gros on reste dans les clous). D'où l'idée des trois pouvoirs qui se partagent la "puissance souveraine" : l'Exécutif, le Législatif et le Judiciaire. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, comme disait un illustre contemporain de l'illustre précité, tant que les trois machins en question demeurent parfaitement indépendants les uns des autres. En revanche, la moindre porosité, la plus petite interpénétration suffit à foutre en l'air tout ce joli dispositif. Voilà pourquoi la démocratie ne peut fonctionner que dans les situations éminemment exceptionnelles où tout le monde joue le jeu. Montesquieu l'a bien vu lorsqu'il pose en principe que la démocratie repose sur "la vertu"... Turlututu chapeau pointu, la République a l'oeil dessus et le citoyen l'a dans le bas du dos! Inutile de faire un dessin, pas vrai?

Par voie de conséquence, depuis très longtemps, la plupart de ce qu'il est convenu d'appeler "démocraties" subit des régimes politiques très éloignés du concept induit par cette dénomination. La France, notamment, patrie de la démagogie combinatoire et du tirage de couverture, illustre admirablement le phénomène. Seulement, avec l'arrivée aux affaires de la bande à Culbuto, en 2012, j'ai bien l'impression qu'une étape décisive vient d'être franchie, nous sommes carrément passés d'une pseudo séparation des pouvoirs à la totale collusion des pouvoirs, le parangon du despotisme à paravent démocratique!

Bon, je m'explique. Depuis près de deux ans -comme le temps passe- ce Pays vit sous le joug d'une sorte d'hydre ectoplasmique dotée de cinq grosses têtes: Gouvernement, Parlement, Justice, Administration, Media et d'une myriade de tronches plus petites: régions, département, agglos, communes, syndicats, associations...liste non exhaustive. Ce monstre affreux s'appelle La Gauche et détient tous les pouvoirs;  selon toute logique il découle du principe de Montesquieu ci-dessus énoncé qu'elle en abuse à bloc. Forcément. Voilà pourquoi nos libertés, qui trimballaient déjà pas mal de plomb dans l'aile, s'effondrent dans un silence de mort sous le poids écrasant de la toute puissance gauchiarde. De profundis!

Ainsi que le remarquait Pierre Dac -une sorte de Montesquieu en plus marrant mais baptisé au sécateur- "quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites". Du coup, là, elle se lâche complètement, La Gauche, elle y va franco...ou plutôt castro, si vous préférez. Y a plus de raison de se gêner vu l'absence totale de contre-pouvoir, c'est tout bon, un vrai boulevard, une allée de lys et de roses, la route du paradis! Ils peuvent s'en donner à coeur joie, les Taubirat, les Valls et compagnie et vas y que je te perquisitionne, viens donc un peu par ici que je t'écoute, donne nous des noms si tu veux devenir Franchouille, fais voir ton tee-shirt que je te foute en garde à vue...bref abus de pouvoir et arbitraire à tous les étages! Planquez vous, rentrez dans vos terriers les amis, pas de vagues, dites rien au téléphone surtout, il peut y en avoir pour tout le monde! 

Vous l'avouerais-je, en écrivant ces lignes sur un ordinateur parfaitement identifiable, j'ai désormais l'impression de prendre un risque insensé. Je me sens un peu comme le résistant de 1942 qui, du fond de son grenier, communiquait avec Londres sur son vieux poste émetteur avec, au ventre, la sainte trouille de voir à tout moment surgir la Traction noire et les camions vert de gris...putain le cauchemar! Vous croyez que j'envoie le bouchon trop loin? Mince, vous avez vu la tronche du Sinistre de l'Intérieur...ajoutez y une petite moustache, hein? Et la Garde des Sots, alors, elle vous rappelle quoi, comme film d'horreur? Comptez pas sur moi pour vous le dire, tiens, vous me voyez déjà assez mouillé comme ça, d'ici qu'il me faille passer dare dare en Espagne y a pas loin.

Et pour couronner le tout,je viens d'appuyer par mégarde sur le bouton "publier"! La vache! Un article même pas fini qui jamais n'aurait dû sortir avant demain après midi! Encore un coup de La Gauche, sans doute...quand les pouvoirs confusionnent faut s'attendre à tout.

Passez donc un bon week-end, tiens, moi je vais en profiter pour tirer au flanc...si la Popo (ben oui, quoi, la Police Politique, m'enfin) m'en laisse le loisir.

Taisez vous, méfiez vous, des oreilles ennemies vous écoutent, comme dirait Maître Herzog...

Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 17:49

 

Nous observons, non sans une certaine amertume, la déplaisante attitude de la ci-devant très honorable Académie des Césars à l'égard de Melle. Julie Gayet. Cette Grande Artiste qui, bravant la meute des paparazzi en délire, honora de sa présence, pas plus tard que Vendredi soir, la Cérémonie de distribution des prix aux professionnels de la transformation d'argent public en navets premier choix, repartit bredouille se voyant préférer une obscure starlette dont on ne sait même pas de qui elle est la maîtresse. Moi, à la place de Culbuto, je ne laisserais pas passer pareil affront. Parcequ'il le connaît le mec qui choisit, forcément, vous l'expliqueriez comment sinon la nomination de Julie? Alors, le zigue en question il se farcirait l'essentiel des opération, depuis la marche d'approche jusqu'au positionnement des troupes sur le champ de bataille, après quoi il abandonnerait le combat en rase campagne? On se fout de qui, là! C'est quand même de la First Lady présomptive qu'on cause, ça ne se balance pas aux balayures comme un tampon périodique usagé, crénom, m'enfin!  Moi, je vous le dis comme je le pense, si notre Petit Président n'apparaît même pas foutu d'assurer face à une académie de mes deux, comment voulez vous qu'il porte la voix de la France au sein du Concert des Nations, je vous le demande!

Surtout qu'en ce moment-ci, il manque un peu d'harmonie, le Concert, chacun interprète sa partoche dans son coin sans même s'occuper du chef d'orchestre...oui enfin le grand bien bronzé avec un nom musulman, vous voyez qui je veux dire. Le seul qui tente de suivre encore un peu ça reste l'ami Flanby, dites donc, mais en tant que virtuose du pipeau, ce con, il a du mal à rivaliser avec la grosse caisse de Vladimir, celui-là on n'entend plus que lui depuis deux-trois jours, et encore il se maîtrise. Tous les musiciens ont beau l'appeler au calme et à la sérénité, il s'en astique le tuba, l'ancien du KGB, il joue son morceau et emmerde le reste du monde.

Bon, sérieusement, vous n'imaginiez tout de même pas qu'il laisserait pisser le mérinos ukrainien, M. Putin. Ne rêvons pas! Non seulement, ainsi que nous le remarquions si bien la semaine dernière et n'en déplaise au camarade Fabius, l'éviction d'Ianoukovitch constitue une voie de fait manifeste mais encore l'installation à Kiev d'un pouvoir hostile à la Russie menace à l'évidence les intérêts vitaux de cette dernière. Imaginez un peu qu'on vienne nous piquer la Bretagne, tiens, qu'est-ce que vous croyez qu'il dirait Pépère? Ah, oui? Banco... vous pensez? Bon alors, oubliez ça, il s'agit d'un mauvais exemple...et puis, de toute façon on ne trouverait jamais l'amateur... Et qu'on ne vienne pas lui sortir des histoires de violation du droit international, à Vlady. Le droit, tout le monde s'asseoit dessus à commencer par le nouveau pouvoir ukrainien, alors, pas vrai, pourquoi il se gênerait, le Ruskof?

Nous assitons donc, en direct, à la première agression caractérisée en Europe depuis l'entrée des chars soviétiques à Prague en 68, si j'ai bonne mémoire. Une paille! Mais bon, tout se passe à la bonne franquette, sans méchanceté, quasiment dans la bonne humeur. Barack-Hussein gaspille une heure et demie au téléphone avec son homologue du Kremlin pour bien lui expliquer tout le mal susceptible de découler d'une éventuelle intervention militaire en Ukraine...alors même que l'armée Russe campe depuis trois jours à Simferopol! Pauvre Putin! Même Hollandouille qui l'arrose de coups de fil...sauf que ce dernier, si j'ai bien compris, on le branche sur le valet de chambre, ça fait le même effet tout en évitant la perte de temps.

Bon, nous verrons bien...pour tout dire, je ne la sens pas la guerre. Même si les Ukrainiens mobilisent les réservistes (dont un sacré paquet de russophiles inconditionnels) et même si les chars popofs se massent à la frontière. Pour se colleter aux Russes il leur faudrait de sacrés appuis occidentaux, aux copains de Ioulia et pour ça ils peuvent toujours se brosser. Sans compter le problème de fond : les sous...il lui manque trente-cinq milliards à l'Ukraine, le genre de détail qui vous carbonise la position de force. On en restera donc vraisemblablement à une situation de tension bien tranquille. Du moment qu'il a récupéré la Crimée, Vladimir, pour le reste il ne saurait y avoir péril en la demeure. Ca lui coûtera le G8 de Sotchi, c'est pas bien cher payé...et encore, bien malin qui pourrait l'affirmer.  

En attendant, avec tout ça, le père Fabius se redore le blason, dites donc! Enfin si l'on en croit l'IFOP : soixante et un pour cent de satisfaits et plébiscité pour remplacer l'autre patate au poste de premier ministre! Incroyable, non? Remarquez, ça fait un moment qu'on le sentait venir, le coup. On le voit tout le temps ce mec, en Ukraine, en Chine, à l'Assemblée où il se fout de la gueule de son coreligionnaire Lellouch - une embrouille entre ashkénaze et sépharade, sans doute - et même en jet d'affaire, tiens, à sucer goulûment le pognon du contribuable. En d'autres termes, on nous lui mijoterait un retour après trente ans de disette, au chauve impécunieux (voir Ca alors, Fabius est pauvre!), que ça ne me surprendrait pas tellement.

Il faut dire qu'un sondage pour le JDD, bien sûr, ça pue un peu le magouillé, forcément. Surtout quand vous voyez la suite des résultats: Le Driant à 59% - ce qui tendrait à prouver, vu aussi le score de Laurent le Magnifique, que les Français adorent les pères de fils à papa - Najat à 58% et Filipetti à 57%, l'eusses tu cru? Et, pour couronner le tout, Valls seulement à 53%...pas fou le Catalan, hors de question d'aller se brûler les ailes à Matignon... En revanche Fabius ça le branche lui, vu qu'il n'a plus grand chose à brûler! Vous trouvez tout ça sur Morandini.com, dites donc, pas la peine de s'en priver. Ave Fabius, Morandini salue ta tante! Et, en plus, sondage par téléphone sur 1006 rigolos vachement représentatifs! Qu'est-ce qu'on peut trouver de mieux pour préparer le remaniement d'après catastrophe des municipales? Vous me direz, n'est-ce pas, il ne s'agit que d'un changement de socialistes...oui mais, vous répondrai-je : changement de socialistes réjouit les veaux!

Ainsi va la démocratie, en Franchouillie collectiviste... vivement la guerre d'Ukraine qu'on se tue!

Bonne fin de Dimanche, conservez vous bien la santé.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 15:47

 

-"Moi, nous dit Jean Foupallour, l'Ukraine j'en ai rien à secouer, à peine si je sais où ça se trouve...en URSS, non? C'est pas ça? Bon, bref, je vois pas pourquoi on nous les casse depuis une semaine avec leurs histoires à la con, aux Ukrainiens. Pour pas nous parler des trucs qui fâchent, sans doute, le chomedu, la misère, les Muz, les impôts...sûr qu'à nous raconter la révolution de la Place Maichose ils prennent pas de risques, les mecs, ça sert de berceuse pour bien nous endormir et ça mange pas de pain!

-Oui, sauf que rien de ce qui se passe en Europe ne sauraît nous être étranger, lui rétorque l'ami Yves Rognes, l'ex-clerc de notaire. Sans compter la gravité de l'affaire, songez-y : un gouvernement, certes de merde mais démocratiquement élu, que des insurgés envoient gicler comme un vulgaire furoncle...là ça se passe à Kiev...vous imaginez, un peu, la même chose à Paris?

-Oh putain, là tu nous fais rêver, assure Grauburle avant de s'envoyer sa gorgée de Muscadet, ça serait-y vraiment possible un bonheur pareil?

-Rêve pas, pour en arriver là faudrait des couilles, tranche le vieux Maurice, goguenard, z'avez vu les morts? Y a pas qu'eux que ça refroidit! Les ardeurs révolutionnaires la Franchouillie les retouvera pas de sitôt, si vous comptez là dessus pour nous débarrasser des Socialos, vous pouvez toujours boire de la flotte, vous serez jamais beurrés!"

N'empêche, il vient de lever un sacré lièvre, le camarade Yves Rognes. Après tout, nous assistons en ce moment même, en direct live, à une espèce de déni de démocratie dont tous les bons démocrates de l'Union Européenne, l'impayable M.Fabius en tête, semblent se délecter comme d'une grosse louche de caviar bélouga...va comprendre, Charles... Alors, dans le fond, fendons nous d'une hypothèse d'école comme ils doivent en faire de temps en temps à Science-Pot, en travail de groupe...non celle là peut être pas, après tout.

Alors voilà : vous remplacez Ianoukovitch par Hollande, Ioulia Tiomochenko par Sarko, ça rime...bon il n'est pas encore en prison, lui, mais ça ne saurait tarder vu l'intérêt majeur que les magistrats du "mur des cons" semblent lui accorder. Après, en guise de Place Maïden, vous prenez ce que vous voulez. Evitez la Concorde, un peu difficile à défendre, oubliez la Place du Tertre trop frontalière des peuplades hostiles de Barbès. Rabattez vous plutôt sur La Madeleine, quasiment imprenable, toute proche de l'Elysée ainsi que de la Rue du Cirque et donc susceptible d'inciter le futur Président déchu à foutre son camp dans les plus brefs délais pour éviter de tomber aux mains des rebelles avec sa coquine et son Piaggio trois roues. Et si vous craignez d'abimer l'église, repliez vous sur la Place Beauveau. En pareil cas, emparez vous tout de suite du camarade Manuel, ça vous fera une sacrée monnaie d'échange, surtout si vous le suspendez tout en haut de la barricade...ça n'empêchera pas les flics de tirer -au contraire- mais pour terroriser le politicard y a pas mieux! Après vous envoyez un détachement armé au Palais Bourbon, vous faites voter à l'unanimité la destitution de Flanby et vous ramenez Sarkozy, au besoin en fauteuil roulant, pour haranguer la foule révolutionnaire. Attention, hein, je tiens à rappeller qu'il s'agit juste d'une hypothèse d'école, pas d'un projet de coup d'état. Vous imaginez s'ils me prennent au sérieux les barbouzes payés pour lire les blogs nauséabonds?

Bon, je déconne mais si vous regardez bien, les situations apparaissent parfaitement semblables, les deux présidents furent également élus à une courte majorité. Bien sûr, Ianoukovitch conserve environ quarante-cinq pour cent de partisans, plutôt flatteur comparé aux seize pour cent de Pépère, cependant, là réside la seule petite différence et elle n'affecte en aucune façon le fond. Grosso modo, c'est du pareil au même. Enfin, pas tout à fait, au premier abord en tout cas...

Oui parceque l'Ukraine se présente comme un pays coupé en deux du nord au sud. Côté Ouest vous trouvez des Ukrainiens Catholiques proches des Polonais et côté est des Russophiles Orthodoxes. Pour simplifier : deux nations avec des populations d'importance comparable ce qui, entre parenthèses, prive le processus démocratique de toute légitimité. En effet on retrouve la ligne de partage parfaitement marquée dans les cartes des résultats d'élections. 

En revanche, la République Française se veut une et indivisible. Pourtant, si vous regardez bien la cartographie de la dernière présidentielle vous trouvez des gros paquets de bleu et des gros paquets de rose qui délimitent des zones. Rien à voir, bien sûr, avec la partition bien nette de l'Ukraine mais on dirait que nous sommes sur le chemin. N'en tirons aucune conclusion, d'ailleurs, car si la Nation Franchouille semble bien en voie de désagrégation, la cause en apparaît diffuse et sans incidence géographique déterminante. On peut seulement constater que, partis comme nous sommes, la légitimité du processus démocratique s'en prend de plus en plus plein la gueule chez nous aussi.

Alors, dans l'absolu, puisque tout le monde a l'air de trouver admirable la révolte des Ukrainiens, je ne vois pas pourquoi nous nous priverions d'en faire autant...ah, oui, comme dit Maurice ça pourrait se révéler malsain...mais non, voyons, chez nous les flics n'ont pas le droit de tirer à balles réelles. Pour éviter tout danger vous n'avez qu'à vous déguiser en écolos de "l'Ultra-Gauche" (comme dit Vallsounet), là vous pouvez y aller à bloc vous ne risquez absolument rien.

On l'a bien vu à Nantes, pas vrai? Quand vous balancez des manifs clairement dirigées contre le chef d'un gouvernement dont vous faites partie, quand vous vous déclarez, comme la mère Duflot, "de tout coeur avec les manifestants" et quand vous traînez derrière vous les guerilleros de l'internationale gauchiarde, chez les gens sensés vous débarrassez le plancher ministériel à grands coups de pompe dans le derche. Quant aux manifestants cagoulés qui cassent tout, comme à Nantes, un vrai ministre de l'intérieur ne les aurait même pas laissés entrer en Loire-Atlantique, surtout quand il prétend les avoir à l'oeil comme s'en vante cette patate de Manolo le Catalan. D'où il se déduit finement qu'on ne touche pas aux membres de la Grande Famille de Gauche, fussent-ils "ultra", et massacrassent-ils la flicaille. Si vous voulez faire la révolution sans risquer de prendre un mauvais coup, surtout ne mettez pas le tee-shirt de la manif pour tous, habillez vous donc plutôt en Black Bloc!

Alors, pourquoi on la ferait pas nous aussi, notre petite "transition démocratique", comme dit le camarade Fabius en parlant de la prise du pouvoir par la force? J'aperçois bien une raison, évidemment, c'est qu'une fois la révolution faite on ne saurait même pas à qui refiler le manche. Vous en voyez un (ou une) vous, pour reprendre l'affaire, enfin je veux dire quelqu'un de couillu, de désintéressé, d'assez fort pour taper dans le tas sans s'occuper des dégâts collatéraux et capable de remettre sur les rails un pays qui les a quittés depuis plus de trente ans? Moi, j'avoue, j'ai beau me tamiser les méninges, un oiseau de cette envergure on peut toujours le chercher dans tous les coins du pays, on ne le trouvera pas, c'est sûr. D'ailleurs, à ce niveau-là nous n'en avons plus jamais eu depuis Charlemagne...et encore c'était un Allemand, ce mec, faut pas l'oublier...Nom d'un chien mais la voilà, l'idée, on va le donner à Angela, le pouvoir et puis après tout ça coule de source, c'est déjà aux trois-quarts fait!

Allez, les amis, aux armes citoyens! On se la fait notre petite transition démocratique à la Fabius?

Bon dimanche et prenez bien des forces en attendant le Grand-Soir!

Et merde pour qui ne me lira pas. 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 12:15

 

 

A mon âge on ne déambule pas impunément dans les rues. Après, bien sûr, plus on vieillit et plus ça s'arrange. Passés les quatre vingt-dix balais, vos chances de tomber nez à nez avec un copain d'enfance s'amenuisent grave.

Cependant il me reste encore pas mal de marge, contrairement à l'ineffable  Blaise Sanzel lequel fonce direct sur les quatre-vingt-neuf sans se rendre bien compte des risques encourus. Putain, je n'avais pas fini d'antivoler le vélo à la barrière devant la Grande Poste que le vieux birbe me collait déjà le grappin dessus. Pas moyen d'esquiver! Histoire d'entrer en matière il m'a porté l'estocade avec Lavillenie, le héros du jour, le mec que vous ne pouvez pas allumer une télé ni une radio sans entendre les sourates du franchouillisme sportif éperdu de bonheur chauvino-cocoriquesque.

Attention, respect pour le perchiste! Ce type apparaît tellement éloigné des normes qui désormais prévalent au sein de notre belle jeunesse "génération Y", que j'en fus moi même surpris lors des derniers Jeux Olympiques d'été (voir Valeurs...).  Cela dit, entre les mains parcheminées du camarade Blaise, le sujet se transforme en arme atomique.

Imaginez : juste avant la guerre le jeune Sanzel sévissait au sein de l'équipe régionale de décathlon. Une discipline dans laquelle, selon ses dires, il excellait. Au point que, sans l'arrivée brutale des Fridolins en 40, le championnat du monde et l'or olympique lui tombaient dans la musette comme la fiente de l'étourneau sur le capot de votre bagnole. Vous répondez quoi, vous, à ça? Sur le velours, il joue l'ancêtre, en vous sortant des pronostics sportifs vieux de trois quarts de siècles et à jamais invérifiés pour cause de cataclysme historique, engloutisseur, entre autres, d'épreuves d'athlétisme.

Comme il se doit de la part de tout casse-couille professionnel, fût-il quasi-centenaire, le saut à la perche constituait son point fort, au gâtouillard. Il sautait plus haut que n'importe lequel de ses copains et comme ces derniers bouffent les pissenlits par la racine depuis lurette, ils ne sauraient le contredire. Un point sur lequel il juge indispensable d'insister c'est le progrès technique. Comprenez bien qu'à son époque on sautait au moyen de manches à balais améliorés, ce qui non seulement accroît le mérite des anciens mais encore explique facilement l'évolution exponentielle des performances, les types d'aujourdhui montant grosso-modo deux fois plus haut que les contemporains de mon vieil emmerdeur. 

Seulement pour ce qui me concerne, je n'éprouve même pas le besoin d' exprimer à quel point je m'en bats les breloques des exploits perchologiques de ce cher Blaisou. Parti pour acheter deux-trois bricoles chez différents commerçants du quartier, il m'a bien fallu l'arrêter en plein vol, le pauvre fossile, le planter là comme une andouille. Cependant, parti comme il l'était dans son envolée autolaudatrice, il ne m'a pas vu m'échapper et je vous fous mon billet qu'à l'heure où je vous parle il continue encore à se raconter...après tout, un monologue ça peut se passer d'interlocuteur, par définition...

Manque de pot, juste au moment où je sortais de chez mon pote Abdelkrim Sékhlaoui (ben oui, quoi, en plus c'est lui qui me fournit en saucissons pur-porc, un courageux ce mec) voilà t'il pas que je me casse le pif sur Jacques-Bernard Kipettrovici, le cousin éloigné de M. le Ministre de l'Economie et des Finances. Nom de Dieu la tuile! C'est qu'il se trouve vachement tiraillé, ce brave Kipettrovici, outre son cousin de Bercy, figurez vous qu'il possède également une parenté, certes un peu diffuse mais bien réelle, avec le Sieur Copélovici, dit Copé, le pourfendeur des pains au chocolat et des livres de propagande perverso-sexuelle à destination des enfants du Primaire. Alors forcément, le Cousin, il slalome tout le temps, un peu comme Pinturault mais sans enfourcher les portes, si vous voyez.

-"Tenez vous bien, me balance-t-il sans préavis, nous allons tout droit vers la sortie de crise! Pierrot - faut comprendre Moscou-Vessie, je suppose - me le disait pas plus tard qu'hier soir au téléphone : tous les indicateurs virent au vert, le PIB, l'emploi des jeunes, le CAC boum-hue, le Dow-Jones, le TASE...mais oui, enfin, Tel Aviv Stock Exchange, vous débarquez, mon vieux! Les marges brutes des entreprises, la consommation des ménages, la construction de logements, les cours du camembert et ceux du pain azyme. Tout, vous dis-je! 2014, grâce notamment à notre "Pacte de Responsabilité", sera l'année du rebond, croyez moi, nous repartons pour de nouvelles "trente glorieuses" j'en mettrais mon prépuce à couper si le Rabbin Fornikansky n'y avait pourvu à l'insu de mon plein gré au temps de ma plus tendre enfance. Pour ce qui nous concerne, me direz vous peut être, (encore un qui n'a pas besoin d'interlocuteur) trente glorieuses c'est sans doute plus qu'il n'en faut. Oui, certes, je n'en disconviens pas mais abondance de biens ne saurait nuire et il nous incombe aussi de penser au générations futures...

Et c'est bien là que le bât blesse, voyez vous.  Car, ainsi que me le susurait encore ce matin Jean-François, en confidence, le ramassis de gauchiards de merde qui vérolent l'Ecole de la République s'emploie à nous préparer des armées d'analphabètes obsédés sexuels invertis, travaillés de surcroît par l'antisémitisme farouche que véhiculent les Imams de banlieue. Bon, moi ce que j'en dis c'est par pur altruisme, n'est-ce pas, tous les enfants de la famille fréquentent exclusivement les écoles de Notre Communauté, bien sûr, mais ce n'est pas une raison pour laisser l'environnement aller à vau l'eau..."

Là encore, il fallut bien rompre en visière. Que voulez vous, il me restait encore à passer chez le quincailler afin de me procurer le goujon - non voyons, j'ai pas dit le poissonnier- qui manquait à ma bicyclette. Il ferme à midi, le commerçant en question, d'accord il s'en fout Kipettrovici mais bon, salut quand même et vous vexez pas, connard! 

Et chemin faisant, hop, qui je me vois foncer dessus, je vous le donne en mille: Jean Trentasseur, l'avocat socialo, ex député de l'ère Mitterrandienne, crédieu, manquait plus que ça. Scandalisé, le mec, indigné pire qu'un Stéphane Hessel parce que le Patronat ose de nouveau s'en prendre aux intermittents du spectacle. Courroucé, le Jeannot, comme quoi l'on s'attaque toujours aux mêmes, les faibles et les opprimés, les damnés de la terre carrément. Pourtant, comme dit si bien Aurélie, ces gens-là nous maintiennent la Culture et la Culture c'est du PIB en pagaille, sans parler des retombées en termes de rayonnement, de francophonie et tout le bouzbir, quoi.

Alors forcément quand je lui ai confié mon peu d'enthousiasme pour financer l'entretien d'une bande de branleurs à un milliard d'Euros sans compter les subventions qu'ils nous bouffent avec leurs conneries, il m'a tourné le dos, le maître et m'a quitté sans l'ombre d'un au revoir. Comment ils sont, tout de même, ces Progressistes!

En attendant, j'ai réussi, in extremis, à faire l'acquisition de mon goujon!

Cinq minutes après, sortant de chez le boulanger avec ma baguette sous le bras j'ai manqué percuter Maurice. Tout défait mon vieux copain, l'oreille basse et l'air profondément marri...n'empêche, lui il m'a flanqué le coup de grâce.

-" T'as vu pour Alain?

-Non...Alain qui d'abord?

-Alain Aslan, quoi...il vient de canner".

Et voilà, encore un qui fout son camp! Et pas n'importe qui, je vous assure, un grand artiste celui-là. D'accord il naviguait dans le figuratif pur et dur...et alors? Il dessinait des pin-ups plus bandantes que nature...et alors? Nous autres on les aimait bien les petites nanas de notre ami Alain, ce qui ne nous empêchait pas d'apprécier à leur juste valeur ses oeuvres de pierre ou de bronze, de la beauté...il en a laissé quelques unes, comme ça, je pense notamment au buste de Dalida, à Paris et puis,bien sûr, ses Marianne, ses affiches. Les toiles j'aimais moins, bon question de goût, il lêchait un peu trop, je trouve, sans doute parce qu'il avait pris l'habitude avec ses merveilleuses gonzesses...mettez vous à sa place...

C'est là qu'on perçoit bien notre monde qui se délite, qui s'en va par petits morceaux, en douce, l'air de ne pas y toucher, il n'en reste déjà plus grand chose...

Bizarre la vie, tout de même, on s'y balade tranquillement et en même temps elle vous enlève le décor, à la fin ce sera tout noir...et puis plus rien.

Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 16:11

 

Avec un peu de pot, c'est encore la Suisse qui va nous administrer une leçon de bon sens. Ce Dimanche ils votent, ces braves Helvètes, sur l'immigration de masse. Si tout ce passe comme les fois précédentes ( voir Les suisses persistent et signent.) nous devrions assister à une victoire de la raison sur la bien-pensance. Bien sûr, comme d'habitude, les sondages prédisent le contraire...patience, on verra bien.

Nous autres Franchouilles, nous n'avons pas le referendum d'initiative populaire. On devrait, cependant, cela faisait partie des réformes constitutionnelles de Sarkozy. Le Congrès l'a voté en 2008, il s'agit donc d'une règle essentielle de la République mais bon, pour l'appliquer il faut une loi...vous avez vu quelque chose, vous, depuis six ans? Pourtant ils en ont pondu des textes, nos braves parlementaires, des milliers de pages...avec des sommets tels que le mariage lesbo-pédérastique. Mais sur le sujet qui nous occupe : que dalle, black out, silence radio, on oublie, on enterre, on tire un trait! Ben oui, quoi, vous vous rendez compte si on se mettait à faire comme les Suisses à voter sur les minarets ou sur l'immigration massive...bouh, quelle abomination, y a tout Saint Germain des Prés qui en frémit d'horreur à l'avance. Pourtant, dans l'article 11 de la Constitution de la Cinquième République il apparaît bel et bien, ce petit référendum...preuve à la fois du manque de suite dans les idées de notre soi-disant "Droite" et de la malléabilité du bon Peuple Français,  lequel ne se révèle même pas foutu d'exiger qu'on applique sa Constitution...


En revanche, la Constitution Tunisienne, celle-là elle nous plaît beaucoup à nous autres franchouilles. Elle nous botte tellement que ce Vendredi notre petit Président se trouvait parmi le couscous de là bas, dis...(oui, généralement on dit "le gratin" mais je trouve l'expression assez discriminatoire et fort mal adaptée en l'espèce). Un peu incongrue, au milieu de tous ces super-maghrébins mais bien sympa tout de même, la présence de Culbuto, seul et unique européen sur ce coup-là. Il leur a fait un putain de beau discours. Aquillino Morelle - la "plume" élyséenne, faut il le rappeler - devait péter la forme quand il l'a écrit. On relèvera surtout "l'Islam est compatible avec la démocratie". Si la formulation manque un peu de relief, elle n'en constitue pas moins, porteuse d'un immense espoir pour la France, une maxime à inscrire de toute urgence aux frontons de nos édifices publics, voire dans notre Constitution à nous. Et là, pas besoin de loi pour appliquer, ça viendra tout seul...enfin,  en ce qui concerne la démocratie je ne saurais l'affirmer mais pour l'Islam, aucun doute.


Alors moi, histoire de savoir un peu de quoi je parle, j'ai tenu à jeter un coup d'oeil à cette fameuse Constitution Tunisienne, rapidos, comme ça, sans approfondir...Pas la peine, d'ailleurs, il vous mettent les point sur les "i" et les barres aux "t" dès les premières lignes, avant même le Préambule vous trouvez:

-" Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux".

Après, vous attaquez ledit "Préambule" et vous lisez des trucs dans le genre

-"L'Etat est le gardien de la Religion" ou encore,

-..."exprimant l'attachement de notre Peuple aux enseignements de l'Islam" et puis aussi,

-"...soucieux de porter assistance...en premier lieu (au) Mouvement de Libération de la Palestine".

Entendez moi bien, loin de moi l'idée d'aller me mêler de leurs oignons, à ces braves Tunisiens, ils écrivent ce qui leur plaît dans leur Constitution, j'espère juste qu'un jour ou l'autre ils n'en feront pas autant avec la nôtre.

Non, je me demande seulement s'il était vraiment au bon endroit, ce jour là, dans le Palais de l'Assemblée Constituante, à Tunis, notre petit Président-laïc-jusqu'au- trognon...moi, à sa place j'aurais plutôt fait un saut à Sotchi, histoire d'avoir l'air moins bête et de faire un peu honneur aux athlètes Français. Seulement, lui, il préfère avoir l'air d'une andouille, il a l'habitude. Et puis, nous autres, quand nous devons choisir entre les Islamistes d'Ennahda et Vladimir Putin, nous n'hésitons pas un instant. Il fait des lois contre les homosexuels le Russe alors qu'en Tunisie pas la peine, des invertis vous n'en verrez aucun : ça ne figure pas dans le Coran.


Sans compter qu'il ne pouvait vraiment pas s'y rendre, sur les rives de la Mer Noire, trop loin, impossible, après, d'arriver à l'heure à la soirée de Djamel Debbouze. De Tunis, un coup de Falcon, un coup d'hélico et on y est, à Trappes, mais de Sotchi vous pouvez toujours vous fouiller, surtout qu'elle finissait tard la cérémonie de l'autre cosaque! Alors bon, vous voyez, même avec la meilleure volonté du monde il ne pouvait pas y aller en Russie.

Tandis-que là, les doigts dans le nez! Pile à l'heure il s'est pointé au "Déclic Théâtre", pépère, pour assister au match d'improvisation théâtrale opposant - tout un symbole - le Collège Gustave Courbet au Collège Youri Gagarine. Une confrontation de titans, sous l'égide de la "Fondation Culture et Diversité" qui vise à "favoriser (avec nos sous) l'accès des jeunes de l'Education Prioritaire aux arts et à la culture". Nous lui devons Djamel Debbouze, à cette admirable institution...vous saisissez tout l'intérêt qui s'attache à grassement subventionner de telles initiatives, pas vrai?

En tout cas, vous en pensez ce que vous voulez mais Culbuto il s'est dégusté un super-vendredi, rien qu'avec des potes! Et culturel à bloc, en plus... et vous eussiez préféré qu'il s'emmerdât à se geler les aumonières juliennes au pied du Caucase, à regarder des Ruskof allumer le gaz, vous? D'autant qu'entre nous soit dit, hein, vous l'avez vu défiler vous la délégarion franchouille à Sotchi? Ben moi, je vous le dis, question diversité ça laisse grave à désirer!  A part les un ou deux blackos de service, que de la face de craie, des souchiens pur sucre , le scandale absolu, pas le moindre pludéfavorizé, des petits bourges bien propres sur eux, merde, à quoi ça sert alors que Ayrault il se décarcasse?

 

Oui parce qu'il nous ressort un rapport sur l'intégration, le Premier Sinistre, comme en Décembre dernier (voir La peste  ), vous ne croyez tout de même pas qu'il se laisserait décourager, le mec? D'accord ils nous avaient promis sur l'honneur qu'on n'en parlerait plus...oui mais l'honneur et les Socialos...

Chouette, en tout cas, le rapport en question, plein d'idées innovantes et de nature à bien ressouder le tissu social...ou ravauder la boutique sociétale, comme vous voudrez.  Tenez, par exemple, on va aménager les concours administratifs pour faire en sorte que tout analphabète, pour peu qu'il se trouve en mesure de prouver une filiation africaine bilatérale, puisse accéder à la Fonction Publique.  En voilà une riche idée, ne trouvez vous pas?

Et puis aussi, la "visibilité de l'arabe" dans l'enseignement des langues vivantes fera l'objet de mesures spécifiques...de même que le mandarin et l'hindi (ça c'est juste pour faire passer la pilule). Sans compter des tas de petits trucs sympa comme la chasse aux "stéréotypes racistes" et autres gadgets du même tonneau...non, y a pas, nous sortons des ténèbres pour entrer dans la lumière, mettez vos lunettes de soleil, ça va éblouir! Vous comprenez pourquoi il plastronnait à Trappes, Culbuto, aux côtés du sieur Deux Bouses et de ses petits protégés, improvisateurs de Gagarine? Ben oui, quoi, l'exemple vient d'en haut, l'intégration ça passe aussi par Pépère, le "Théâtre du Déclic", le rap, le hip-hop et tout ce qui s'ensuit...la Culture, quoi!

Et là, je renonce, voyez vous, voilà deux fois que je perds la fin de cet article suite aux fantaisies de ce système à la con. Désolé mais arrivé à ce point d'exaspération je risquerais de foutre par la fenêtre cette merderie d'ordinateur...je ferais mieux, peut être...

Juste un mot : les Suisse ont voté "OUI" à la majorité des voix et des cantons!

Putain, pourquoi n'avons nous pas des couilles, nous aussi, comme les potes à Guillaume Tell?

Amitiés à tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 15:57

 

Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien fabriquer, Nanard yop-la boum  , à Ivry, au coin de la Rue Lénine et du Boulevard Paul Vaillant-Couturier, pas bien loin de la Place Karl Marx? Et à vélo, en plus! A contresens dans un couloir de bus, s'il vous plaît! Vous en pensez ce que vous voulez, moi je trouve ça pas ordinaire, et encore je pèse mes mots au trébuchet.

Certes, Tapie il ne se montre jamais là où on l'attend, c'est même grâce à cela qu'on le voit toujours en liberté, le mec. Sans cette faculté innée de toujours prendre l'adversaire à la surprise, va savoir dans quel cul de basse fosse il croupirait à ç't'heure? 

Bon je veux bien, après tout il n'accuse que soixante et onze piges, Nanard, ce qui lui fait trente et un ans de moins que Robert Marchand...mais oui, vous savez bien, notre recordman de l'heure cycliste, le premier fançais depuis le très regretté Roger Rivière en 1958...D'accord, le Robert lui, il court dans la catégorie des plus de cent ans et alors? Cela donne encore plus de brillance à l'exploit, ne pensez vous pas? Vous trouverez toujours plus de gens capables de rouler à cinquante à l'heure à trente ans que de centenaires à vélo...alors vous pensez, des recordmen à vingt-sept kilomètres/heures, même pas les Japonais ont ça. Y a qu'au pays du pinard et du saucisson pur porc qu'on peut admirer des merveilles de ce calibre!

Oui, alors, je vous disais quoi moi? Ah oui, Nanard qui se pète la gueule dans un endroit pareil, du mauvais côté du Périph...bizarre. Bien sûr la Rue Lénine se situe à quelques encâblures de La Cipale, haut lieu s'il en fut de la petite-reine mais bon, soyons lucides, il baladait sur un vélo à assistance électrique le zigoto, un truc de bobo-écolo, rien qui puisse évoquer de près ou de loin le noble sport cycliste. Alors, on se perd en conjectures. Qu'y a t-il à Ivry qui puisse inviter un spécimen de cette envergure à la promenade à bicyclette? A la rigueur, une grosse annexe de Bercy, peut être mais par les temps qui courent il aurait plutôt tendance à les fuir, ceux-là. A mon grand regret, je suspends l'enquête...restons néammoins vigilants, cette affaire cache quelque chose, j'en mettrais tout ce que vous voudrez à couper!

En tout cas, Nanard, lui au moins il ne s'en va pas courir le guilledou à scooter comme le premier chef de l'Etat venu. Et puis il donne l'exemple, flûte! Vous ne trouvez pas, vous, que pour parcourir les cent-cinquante mètres qui séparent l'Elysée de la Rue du Cirque, il pouvait y aller à vélo, Pépère la Baisouille? Même pas écoresponsable ce mec, une vraie feignasse! Je veux bien qu'un casque intégral à vélo ça fasse un peu drôle, surtout avec un garde du corps sur le porte-bagage, pourtant faut ce qu'il faut. Enfin, qu'est-ce qu'elle a dû en penser, Duflot? Déjà que Montebourg râle comme un pou de voir le boss rouler sur une pétrolette italienne; juste au moment où Peugeot se barre chez les Chinetoques, ça la fout bien, tiens! Enfin, en même temps on peut toujours se consoler à regarder Culbuto forniquer français; la Vespa d'accord mais ça s'arrête là, c'est pas lui qui se taperait la Ritale, comme on en connaît...

Et puis, il choisit le talent, Pépère, à ce stade là ça devient du mécénat, dans la grande tradition de la Monarchie Française. Pour François 1er : Léonard de Vinci;  Pour François IV : Julie Gayet...toutes proportions gardées, avec les réserves d'usage sur la nature exacte des relations et compte tenu de la survenue, entre tant, de la République, le principe demeure inchangé à savoir la promotion du talent par les Grands de ce Monde. C'est qu'elle en a à revendre, du talent, Mademoiselle Gayet... Plaît il? Oui, celui-là aussi j'imagine mais j'évoquais la comédienne, non l'amie de coeur. La preuve? Elle vient de se voir nommée aux Césars. Parfaitement! Et ce pour la première fois depuis le début de sa longue carrière cinématographique.  Alors, hein, on rigole plus là! Aucun doute : la reconnaissance, enfin, de cette grande Actrice Socialiste par la Profession-Subventionnée, nous la devons à la baguette magique de M. le Président de la Raie Publique. Grâce lui en soit rendue; sans l'instrumentation providentielle de ce dernier, peut être passions nous à côté de Julie sans même la remarquer...ouf, on l'a échappée belle! Y a intérêt qu'elle le ramasse le César,  sans quoi j'en sais quelques uns ça chaufferait pour leur matricule.

Et puis bon, après tout, au point où nous en sommes, pas vrai? Dans un pays en complète déliquescence, avec une Ecole qui apprend aux petits garçons l'art du make-up et aux petites filles celui de roter sa bière en se grattant les entrejambes, avec une police qui s'acharne sur les honnêtes gens et des juges avant tout préoccupés du bien être des malfaiteurs, que le népotisme et la promotion-canapé règnent jusqu'au plus haut sommet de l'Etat ne change pas grand chose au problème. On est foutus!  Voilà tout!

Alors, bien sûr, il faut essayer de sauver les meubles, de préserver autant que possible ce qui peut l'être encore. Mais on fait comment? La Gauche, elle, au moins, elle dispose d'un projet. Un vrai projet, bien totalitaire à souhait : elle veut tout foutre en l'air depuis la famille jusqu'à la langue française. Son truc consiste à bien égaliser le terrain,  tout le monde pareil, on démolit la baraque et puis on passe le rouleau-compresseur histoire de faire parfaitement plat, que rien ne dépasse. Avec Valls dans le rôle du bulldozer et des activistes tels Peillon, Taubirat, Belkacem et consorts pour placer les charges explosives.

Mais la Droite elle a quoi, pour se défendre? L'UMP...non je rigole! Elle n'a rien la Droite! Quelques pauvres vieux Réactionnaires, Royalistes et autres Catholiques frénétiques même pas d'accord entre eux et puis des forcenés un peu tordus tout juste capables de lancer des grèves de la faim à la con pour les uns ou de faire la quenelle devant des web-cam pour les autres. Et vous avez l'autre machin de Ministre de l'Intérieur avec son air de Béria au petit pied qui vient gueuler à l'émergence d'un Tea-Party à la franchouille! Un Tea-Party! Même pas un  Pinard Parti ! Que dalle, oui! Le vide...cependant vous trouvez quand même des journaux pour publier des calembredaines de cette envergure! A pleurer! Le plus triste ça reste encore que sur l'essentiel, sur le changement de population, sur le démantèlement de la famille, nous sommes forcément majoritaires. Le Pays, fort de son histoire et de ses traditions demeure encore très attaché à son identité et à sa civilisation. Mais qui en parle le mieux de cela...ben oui : Zemmour et Finkielkraut ...et dans nos manifs on vocifère la haine du Juif! L'optimisme apparaît de rigueur, pas vrai? 

Le seul support structuré et un peu costaud sur lequel la Droite pourrait s'appuyer c'est le Front-National. D'accord. On a affaire à du solide, à une force bien enracinée dans le terreau politicard, à un vrai Parti avec des militants aguerris et des sympathisants, certes pas toujours sympathiques, mais fidèles et déterminés. Seulement voilà : pour s'affranchir du vieux substrat des Droites traditionnelles un peu sclérosées et pas mal divisées, pour développer le fonds de commerce en récupérant les voix des dégoûtés de la Gauche et se préserver autant que possible de l'anathème bien-pensant, il a fallu changer...résultat nous avons désormais affaire à une sorte de Parti National-Communiste essentiellement nourri d'une démagogie attrape-tout. Pas vraiment l'arme absolue qui va nous gagner la guerre contre les fossoyeurs de la Civilisation, enfin j'espère me tromper...

Pessimiste? Ben oui, que voulez vous, j'aurais toutes les peines du monde à vous soutenir le contraire mais bon, je vous avoue... Toutefois, n'est ce pas, pour citer ce brave Guillaume qui sans doute ne croyait pas si bien dire, en admettant qu'il l'eût réellement dit : "Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni (surtout) de réussir pour persévérer". Voilà pourquoi il convient de se raccrocher au plus petit espoir, même fallacieux, et faire comme si... Défiler aujourd'hui pour ceux qui en conservent le courage et puis voter, demain, afin de montrer par les moyens les plus légitimes que nous refusons l'avenir sinistre - sticto sensu - dont Hollandouille et ses sbires entendent gratifier ce pays avec la complicité molassonne de la soi-disant "Droite Républicaine" (l'autre façon d'être de gauche). Pour la suite, nous verrons bien, si ça se trouve il y aura un miracle...

Bon Dimanche à tous et, pour ceux qui battent le pavé : faites bien gaffe, le KGB du Beau Veau attend juste que vous vous penchiez un peu...

Et merde pour qui ne me lira pas.

 

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article