Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 16:51

Voilà encore les ennuis qui débarquent. Evidemment l'Euro au dessus des 1,5 Dollars,
même si ça ne change pas grand chose par rapport aux 1,49 d'hier, ça fait tout de même 
un sale effet.
Personnellement, je n'y comprends rien et les subtilités des fluctuations cambistes 
(ou cambiennes, qui sait), faudra pas me demander de les expliquer. Encore une fois,
j'aurais l'air d'une patate et je n'y tiens pas plus qu'un autre.
Toutefois, je vois un truc bien clair, on peut même dire aveuglant, à savoir que les
amerloques vont se refaire une santé sur notre dos.
Comme les chinetoques emboîtent le pas, vous constaterez qu'à l'évidence,
nous sommes mal barrés.
Encore faut il savoir, justement, qui tient la barre. En l'occurence je ne crois pas me
tromper
en pensant qu'il s'agit de nos amis teutons.
Que les étasuniens et les bouffeurs de riz
fassent la politique monétaire qui leur convient,
après tout, je vois mal comment on pourrait le leur reprocher. Chacun sa mère, n'est-ce pas? Mais que les schleus tripatouillent à leur guise un Euro qui est aussi celui des copains, alors qu'en plus on n'est même pas en guerre, là, faut arrêter de déconner.

Bien, me rétorquerez vous, mais à l'inverse, serait il bien raisonnable de confier la
monnaie commune à des clampins qui jouent avec le pognon comme l'éléphant avec le magasin de porcelaine? Naturellement, je ne vise personne en particulier mais chacun,
puisant dans ses souvenirs, pourra voir à peu près de quelle sorte de dirigeant je veux parler.

A partir de là, je me sens glisser vers des questions plus fondamentales.
Ca va loin, vous savez, si on commence à y réfléchir.

En somme, quand on se met ensemble comme l'ont fait si péniblement les européens,
ne convient  il pas de confier les affaires communes aux plus qualifiés?
Auquel cas, vous refilez l'économie, la monnaie, l'industrie, le commerce et les questions sociales aux allemands. Quant à nous, il nous restera la bouffe et, peut être, le cul. En collaboration, sur ce dernier domaine, avec les pays européens de l'Est.
Le rève de Hitler, en quelque sorte.
Et là, ça fout le vertige!
Rendez vous compte qu'on en vient tranquillement à conclure que pour en arriver là, 
c'était pas la peine de s'emmerder comme ils l'ont fait dans la première moitié du siècle dernier, nos pères. Putain d'Adèle, mais ça ne se dit pas, des trucs pareils!
De telles allégations confinent au sacrilège. A ce degré d'insanité, mieux vaudrait en finir
un bon coup avec la liberté de pensée, qui, soit dit en passant, trimballe déja bien du plomb dans l'aile.
Ou alors somme nous en train de démontrer l'absurde inutilité de la guerre.
Là on serait revenus dans le politiquement bien correct, sauf que ça ne va pas durer, vous alllez voir.
Oui parceque la guerre, pas la peine de la faire, il n'y a qu'à la remplacer par la stricte application de la loi du plus fort et le tour est joué.
En 14 suffisait de donner les clés de la boutique à Guillaume Abraracourcix . Faut voir les
horreurs auxquelles on échappait!
On s'évitait Hitler et peut être même Lénine, donc Staline, Mao et tout ce qui s'ensuit.
Et on n'avait même plus besoin de l'Euro, avec le Deutch-Mark c'était réglé.
D'ailleurs c'est la même chose.
Enfin, on gagnait cent ans, quoi. Epouvantable!
Je m'arrête. J'ai honte d'écrire des saloperies de ce calibre, surtout qu'allez savoir,
peut être que c'est la vérité!
Je ferais mieux de suivre le conseil de mon grand père qui, lui, s'était tapé la guerre de quatorze :
"Ne réfléchis pas trop, mon petit, c'est dangereux et ça ne nourrit pas".
A plus et merde pour qui ne me lira pas.  


Partager cet article
Repost0

commentaires