Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 18:25

La différence entre le président du conseil italien et le chef de file des verts-pastèques français, qu'est-ce donc?
J'en vois deux (comme Papa), de différences mais qui relèvent d' ordres très distincts.
En premier lieu, dans l'ordre de la cochonnerie, il convient d'observer que les personnes appelées à fourrager dans la braguette de l'un et de l'autre n'appartiennent semble-t-il pas au même sexe et sont d'âge différents. Le premier cité s'intéresserait aux jeunes filles éminemment pubères, le second caressait essentiellement les petits garçons du jardin d'enfants.
Dans l'ordre politique, en second lieu, le sieur Berlusconi ressortit à la catégorie des affreux-abjects- intouchables- quasiment pas humains de la droite vraie. Pas l'extrème mais la vraie. Cela suffit et constitue un brevet d'ignominie bien plus costaud que celui décerné à
Bayrou parDany la Pastèque.
Ce dernier en revanche, fort de son statut de héros fatigué de la vieille  foutaise soixante-huitarde, bénéficie du non lieu moral qu'il convient tout naturellement de prononcer au bénéfice d'une gloire du panthéon gauchiste. Ego te absolvo a peccatis tuis, Mao et Troski et Karl Marxus sancti. Amen! Allez dans la paix du Che.
Bon, alors on va voir comment celà va tourner ces jours prochains. Pour l'instant les italiens ont l'air d'en rigoler et de s'en foutre un peu. Ce qui, en revanche, me surprend c'est le quasi mutisme de la presse franchouille sur les histoires de cul du transalpin honni. A mon avis cela ne va pas durer, je parierais sans hésiter sur un prochain déchaînement médiatique à ce propos. Quand on en aura fini avec la Burqa, la valse hésitation des congressistes face à la venue de Nicolas Sarkozy en majesté à Versailles et le replâtrage ministeriel. 
Quant à Con Bandit, j'ai déja eu l'occasion de l'écrire, personne dans le monde politique n'ira jamais plus lui chercher des morbacks dans la braguette à la Pastèque. Jamais plus! Y a qu'a voir ce pauvre Bayrou, ce que ça lui a coûté  d'outrager la rouquine icône!

En attendant, la vraie actualité c'est ce qui se passe en Iran. Mais là il n'y a vraiment pas matière à déconner. L'affaire finira évidemment très mal parcequ'en dictature, on le sait bien,
descendre dans la rue revêt le caractère grandiose de la tragédie mais ne sert qu'à
se faire flinguer.

A plus et merde pour qui ne me lira pas.

Partager cet article
Repost0

commentaires