Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 16:15

Mais quoi? Mais qu'est-ce? L'ignoble Berlusconi qui se permet de refouler des bateaux plein de migrants clandestins?
Alors il ne se contente pas de le dire, l'affreux, il le fait!

On le savait bien qu'il avait passé un accord avec Mohrlamehrd Khadafi aux fins de retourner au continent envoyeur ses candidats au statut envié de sans-papier.
On le savait bien qu'il commençait à en avoir ras les implants capillaires de ces débarquements incessants de pauvres types sur l'île de Lampedusa qui pourtant n'avait, jusqu'à ces derniers temps, fait de tort à personne.
Il l'avait bien dit, l'abominable, qu'il aimerait pouvoir se balader dans les rues de Milan sans avoir l'impression de faire un déplacement en Afrique.

Oui, certes, d'accord, mais enfin tout de même, de là à passer aux actes!

Bon. Nous en connaissons qui, par exemple, ont parlé de nettoyage au Kärsher. Formule certes sybilline, mais fort bien comprise par une fraction d'électorat propre à faire basculer une élection présidentielle franchouille. Toutefois, après les remontrances médiatiques d'usage et le succès électoral qui s'en est suivi, plus jamais il n'a été question de nettoyer quoi que ce soit. Même au chiffon doux et au plumeau. Plus jamais!

Alors Berlusconi qui refoule les clandestins, là ça ne passe pas.
Merde, tout de même, voila un mec totalement vomi par toute les gauches possibles et imaginables qui, non content de pratiquer constamment le politiquement incorrect en paroles comme le premier Le Pen venu, se permet en outre de braver l'anathème en touchant à nos potes pour les rejeter sur les cotes lybiennes comme des malpropres. Notre future richesse culturelle diversifiée qui fout le camp! Impensable!

Alors c'est Barroso qui s'y est collé. Enfin pas lui vraiment mais un sien porte parole.

Ben oui, forcément :  qui dispose du droit de s'immiscer dans les affaires d'un pays membre sinon cette bonne vieille Commission Barrosienne?
Celà dit, cette noble institution ne s'en serait peut être pas mêlée si quelqu'un d'influent ne le lui avait demandé, à Barroso.
Qui? Mystère. Pourquoi pas quelqu'un de très proche de quelqu'un qui abhorre absolument le Président du Conseil transalpin, allez savoir?
Mais je m'égare dans l'hypothèse hasardeuse.

En tout cas, au lieu de s'écraser, il l'a pris de haut Berlusconi, en menaçant même, si l'on persistait à lui baver sur les roustons, de bloquer le fonctionnement de l'Union, comme de Gaulle en son temps, pareil, non mais ce culot! Même qu'il a fallu faire monter au créneau le toujours jeune Jacques Barrot (tiens au fait, pourquoi Jacques Barrot?) lequel n'a pas manqué de tancer vertement le cavalliere impudent autant que crapuleux.
Nous en sommes là. 

Pour en finir, oserais-je me permettre un suggestion de nature à régler définitivement la question?
Voici:
-sachant que le triste sire en question aime beaucoup les jolies femmes, ce que personne ne saurait raisonnablement contester,
-sachant que par ailleurs sa légitime l'a laissé choir et qu'il constitue en quelque sorte un coeur à prendre,
-sachant que le recours aux poufiasses professionnelles lui demeure pour un bon moment
rigoureusement fermé dans la mesure où il en a un peu abusé ces derniers temps.

Alors il suffirait, au cours d'un dîner mondain, de lui présenter une personne joignant la classe à la beauté, la grâce au chic le plus achevé, la naissance à la notoriété et, bien entendu, complètement affidée à la gauche  la plus sectaire.
Et là, je vous fous mon billet qu'il tombe tête en avant dans le piège, le Berlu.
Ca vous le transforme en socialo bien pensant en deux coups de cuiller à pot. Sans bavure.
Forcément! Peut pas décevoir, le pauvre type, sans quoi il est grillé vis à vis de la Dame
et ça, ce n'est même pas envisageable!
Comment? Celà vous rappelle quelqu'un? Diable, je ne vois pas. Non. Je parlais dans l'abstrait, juste histoire de faire échec au fascisme qui ne saurait passer, comme on disait dans le temps. En tout cas, si vous y pensiez, je vous assure que je ne songeais pas à
Paris Hilton.
Vous non plus? Hé bien nous sommes au moins d'accord sur ce point.

Mais vous m'excuserez, je dois vous laisser, c'est l'heure de préparer la soupe.
A très bientôt et merde pour qui ne me lira pas.

  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires