Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 16:17

 

 Moi, quand je vois le Costa-Concordia sur le flanc, je ne puis m'empêcher d'y déceler

une sorte de symbole. L'Europe c'est un peu ça, un gros navire absurde voguant trop

près des côtes, mal commandé par des officiers carriéristes et jean-foutres. Un truc

énorme et peu manoeuvrant qu'on fait parader entre les récifs afin de divertir les milliers

de corniauds embarqués dans cette espèce d'hyper-centre-commercial à gros tirant

d'eau. Et qui se couche, complètement crevé, vautré sur son tribord.  La croisière

s'amuse plus! Standard and Poors, c'est un peu le gros caillou immergé qui déchire

la coque. Pas sur la carte, il a sorti, le commandant du Concordia!

Un symbole, vous dis-je. On déconne à plein tubes, la catastrophe prévisible arrive et

on accuse la carte! Imbéciles et salauds! La carte! Il se prend pour Bougainville en

pleine exploration, le mec.  Les rivages de la Toscane, depuis trois-mille ans qu'on y

navigue, ça commence à manquer de mystère, non, vous ne croyez pas?

Figurez vous que je viens de chercher "Costa-Concordia" et, Google, qu'est-ce qu'il me

sort?

-"Laissez vous tenter par des vacances en croisière à bord du Costa-Concordia...pour

une expérience inoubliable!"

Tu parles Charles, inoubliable! Voilà un bel exemple de promesse politique tenue.

" Votez Hollande et vous vivrez une expérience inoubliable! Laissez vous donc tenter!"

Pareil! La formule apparaît démocratiquement géniale. Inoubliable!

Pour oublier ils auront du mal, les naufragés du HLM flottant.  Sauf les morts,  bien

entendu.

 

Naufrage à quelques encablures de la côte! C'est tout nous, ça.

Comme des andouilles.

Vous disposez d'un rafiot certes très con dans son principe mais doté de tous les

derniers raffinements de la plus haute technologie. Vous pouvez naviguer par tous

les temps, avec ou sans visibilité et vous allez vous planter sur les rochers d'où les

merdeux du coin sautent à la mer pour épater les copines. Des années de boulot et

une montagne de pognon tombés à la flotte et quelques pauvres gogos embarqués

dans la combine sans imaginer un instant qu'ils y laisseraient leur peau. Consternant!


Pareil pour l'Europe. Un monstre sophistiqué mal barré au sens maritime du terme.

La différence - de taille - réside dans le fait que le navire éventré, échoué sur son banc

de sable, on continue à faire comme s'il naviguait fièrement, narguant la tempête, le nez

dans la plume, la machine à fond et trois-quarts avant! On a l'air malins!

Voilà pourquoi les agences de notation, boucs émissaires honnis de la navigation

couchée, décident désormais de nous mettre minables, de faire connaître au monde

entier qu'en dehors de l'Allemagne et de quelques Etats nordiques d'importance

mineure, l'Union Européenne a fait naufrage. Personne ne saurait sérieusement leur

en vouloir, c'est factuel, comme on dit puis.

Sans compter qu'ils expliquent, ces braves agenciers. Les déficits publics abyssaux

n'apparaissent pas comme la seule raison du naufrage. Pire, le gros du problème

vient, selon les Pauvres du Standard, du déséquilibre structurel de nos balances

des paiements. Des milliards qui s'en vont chaque mois et des capitaux étrangers

qui ne viennent plus compenser.  L'Europe coule et personne ne voit plus vraiment

l'intérêt de la renflouer.

Personne? Non, les Chinetoques ralent comme des poux de nous voir en si mauvaise

posture. Faut comprendre, un gros client qui fait tchoufa ça risque de peser grave sur

le chiffre. Alors, ils viennent au renaud contre les agences de notation qui "amplifient

les crises".

Un peu comme les vidéos du Costa touché-coulé, si vous voulez, c'est mauvais pour

l'image de l'armateur.

Cependant désormais va falloir s'occuper de l'épave...

 

Et nous, pauvres Franchouilles, surchargés par tout un tas de contraintes accumulées

au cours des années pour faire plaisir aux socialistes, aux communistes, aux syndicats,

aux thuriféraires de l'immigration, aux fainéants de tout poil, aux associations,

aux administrations, aux collectivités locales, aux lobbies, aux media et aux émirs

à pétrole,  nous allons embarquer bientôt sur le pédalo de Couille-Molle.


                            O combien de marins, combien de capitaines

                            De pédalos joyeux à l'allure incertaine

                            Ont entubé des tas d'électeurs ingénus

                            Qui toujours bien trop tard s'en furent aperçus.

                            Combien ont affronté les flots les plus durailles

                            Sans même oser tourner un peu le gouvernail

                            Vers la vague qui monte et qui, bientôt, submerge

                            Le navire barré par une molle verge.

 

                           Combien nous balancèrent dans un pétrin sinistre,

                                    Combien de saligauds, de pîtres et de cuistres

                            Nous envoyèrent au fond des gouffres abyssaux

                            Sans même nous laisser le temps de prendre un seau

                            Pour écoper un peu le tréfonds de la cale

                            Et rendre au fier vaisseau une assise normale.

                            Car la démagogie, notre pesant bagage,

                            Nous mênera tout droit, sûrement, au naufrage.

 

Il en est des métaphores comme des plaisanteries. Les plus courtes sont, comme

on dit, les moins longues. Je vous laisse donc le soin de méditer sur le triste sort

du Costa Concordia.

Quant à moi, j'essaierai de faire mieux la prochaine fois.

Amitiés à vous tous.

Et merde pour qui ne me lira pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

Daniel Robert 28/02/2012 15:38

Tu enleves le "et" dans ton dernier alexendrin et la forme sera parfaite.Quand au fond,pour moi c'est parfait.

nouratin 28/02/2012 19:13



Ma parole, tu as raison. Voilà ce que c'est de travailler à l'arrache, c'est ni fait ni à faire.


Je corrige, une virgule à la place du "et" et j'ai mes douze pieds. Super!


Entre nous, mais ne le dis à personne, des alexandrins à treize pieds, j'en ai encore


commis quelques autres.


Merci pour la forme et aussi pour ton avis sur le fond, ça me fait plaisir.


Amitiés.



nettoue 20/01/2012 16:42

Mon coucou de milieu de semaine mon copain
Gros bisous

nouratin 21/01/2012 17:19



Merci et gros bisous.



LG 19/01/2012 19:05

Chriss n aurait mieux fait...

nouratin 21/01/2012 17:19



Sacré compliment, merci beaucoup.


Amitiés.



geo 19/01/2012 15:49

salut l'ami

Sur le pont il chantait ‘’ comme il est beau mon beau bateau’’
Sur la rive un con chantait ‘’ comme il est beau ton lavabo ’’
Mais maintenant sur le pont il chante ’’Yellow Submarine’’
Et le même con sur la rive lui gueule ’’ t’as bonne mine ’’

Et voilà le sujet rêver pour faire saliver Nouratine
Et bien sur le droit, d’en écrire une bonne tartine.
Il nous montre la misère d’une gloire sur le flan couchée
Et bien entendu se pointe le couplet de l’Europe figée

Hé non mon ami, cette énorme bébête nommée bateau
Est un génie de conception et n’a que faible tirant d’eau
Certes elle embarque des individus en riches troupeaux
Qui en fin de compte ne sont que d’indécrottables badauds

Faire, selon la tradition , le long des cotes la révérence
Est une erreur et montre des marins la suffisance
Imaginez ce monstre plier le genoux et front à terre
Et ceci au nez et barbe de Neptune dieu des mers.

Et la notre ami nous amène savamment en terre politique
Susurrant les promesses d’un capitaine de pédalo inique
La pub d'un Hollande en meeting gesticulant avec sa pique
"""Venez avec moi en croisière afin que je vous nique"""""

Et nous voilà tout de même dans le trémolo de la critique
Un bateau très con, ‘’bourré’’ mais que d’électronique
Qui s’empale (aïe) sur le rocher, par une faute unique
Celle d’un capitaine qui manie le bateau a la trique

Et nous voilà côtoyant une Europe bien mal barrée
Par des capitaines qui ont de tristes destinées
L’analogie n’est pas mon ami sans faille
L’Europe est sans structures, et c’est de taille

Le navire navigant est toujours à l’équilibre
L’Europe brinquebalante manque de gros calibres
Bien sur le bateau est a flan, il n’a pas encore coulé
L’Europe n’est pas à quai que le pacte a déjà sombré

Ce grand navire était pour la croisière
Le rêve s’est brisé la nuit dernière
Comme l’Europe est devenue galère
Nouratine en voilà des manière ?

Aller bel article l’ami et comme d’hab on rit…jaune…
C’est grave docteur ?
Bonne soirée
amicalement

nouratin 19/01/2012 17:25



Encore un morceau d'anthologie, dis donc, tu me gâtes trop, j'ai pas mérité.


J'ai tellement rigolé que j'ai été contraint de m'éclipser en catastrophe.


En tout cas, c'est très grave docteur, le pronostic vital est engagé!


Merci et amitiés.



Boutros 18/01/2012 08:38

Nos ancêtres, les Gaulois (ceux qui habitaient des gïtes immondes - Oups! ne lisez pas, Dixie) regardait Fellini, E la nave va, écoutaient Sardou, Ne m'appelez plus France, ou Brassens et ses
copains...
Ca fait un moment qu'on est mal embarqués et qu'on nous mène en bateau.

nouratin 18/01/2012 12:40



Nous allons bientôt toucher le fond;bonne nouvelle, on coulera pas plus bas...quoique...


Amitiés.



SAILLY DANY 18/01/2012 08:09

La comparaison est excellente ton poéme aussi FELICITATIONS bonne journée bizzzzzzzzzzzzzz

nouratin 18/01/2012 12:36



Merci beaucoup.


Bonne journée et à bientôt j'espère.



dxdiag 17/01/2012 17:35

Mais ! Crénon denon ! v'la qu'overblog fait disparaitre mes coms !
Mince alors. J'étais simplement venue vous féliciter pour cet article : la métaphore et la poésie sont superbes....et votre forme, cher Nouratin, contraste avec celle du bateau et du reste.

nouratin 17/01/2012 19:38



Je suis confus, c'est à la suite d'une fausse manoeuvre de votre serviteur que votre com


avait disparu. J'ai encore appuyé là où il ne fallait pas!


 



nettoue 17/01/2012 15:47

Comme ça, un petit gout re reviens y !
Bisous

nouratin 17/01/2012 16:06



Chouette, merci.


Bisous.



Le portulan te ment 17/01/2012 12:33

Bonjour, je suis passé plusieurs fois vous lire, et je me lance aujourd'hui : je me suis amusé, c'est drôle et pertinent !
Bravo à vous et continuez sans vous lasser !

nouratin 17/01/2012 12:54



Voilà qui me fait énormément plaisir.


Merci et à vous revoir souvent.



dxdiag 16/01/2012 19:41

Une superbe métaphore ET une poésie géniale ! Nouratin, vous êtes dans une forme éblouissante qui contraste avec l'état de ce dont vous nous parlez.

nouratin 17/01/2012 19:36



Merci beaucoup, je n'avais pas cette impression mais si vous le dites.


En tout cas, ça se confirme, nous n'allons pas manquer de matière.


Amitiés.



Pangloss 16/01/2012 12:14

Faire mieux la prochaine fois? Tu nous gâtes!
Il faut dire que tu n'es pas près de manquer de matière car je n'imagine pas qu'aucun de ceux qui nous gouvernent et de ceux qui veulent les remplacer envisage de se faire greffer un cerveau en
état de marche.

nouratin 16/01/2012 18:29



A l'exception notable de toi même qui possèdes un cerveau en parfait état de


fonctionnement, tu nous en administres la preuve quotidiennement.


Nous sommes tous derrière toi, Vive Pangloss!



chris 16/01/2012 12:08

J' arrive pas à écrire ! ....je ris trop !!!
Tant pis pour toi !

nouratin 16/01/2012 18:26



Tu es trop sympa, ça ne vaut pas une pipe de tabac, comme disait la mère Juliette


(un jour je la raconterai, celle-là).


Grozibous



nettoue 16/01/2012 11:16

Tu ne feras pas mieux puisque c'est déjà fait mon copain ! C'est bien, c'est ça, c'est ce qu'il fallait dire et c'est dis. Continue à faire pareil j'en raffolle !
Pourtant je ne pessimiste pas autant, alors quoi ? Nous allons recommencer à acheter nos radis au petit "quatre saisons" du coin et nos fromages qui pue directement à la laiterie... Et alors ? Les
artisans vont refleurir, les petits commerçant nous sourirent, les banques vont se casser la gueule et bien nous irons chercher nos sous en espèces sur place, dans une enveloppe ! Les supermarchés
ne pourrons plus nous tondre la laine sur le dos, YOUPIEEE !
Tes chaussettes seront tricotées à nouveau par les grand-mère, et les gosses ne nous casserons plus les couilles "à toi surtout), avec leur I PHONE de merde !
Mais qu'est-ce qu'elle va être belle la vie avec des politiques se rendant à l'Elysée en vélo !
Gros bisous

nouratin 16/01/2012 18:24



Comme tu as raison! La nostalgie des années cinquante me reprend et me fait


presque apprécier le marasme qui nous engloûtit.


Mais pouvons nous revenir en arrière?


En tout cas merci, tu es trop aimable, c'était un article un peu bâclé, faute de temps.


Plein de bisous.



Juntos 16/01/2012 10:18

Nous n'irons pas loin en pédalo, le capitaine en poste a aggravé la brèche ouverte par ses prédécesseurs, quel amiral choisir pour la prochaine traversée ? Votez Pangloss !

nouratin 16/01/2012 18:20



Votons Pangloss, il colmatera la voie d'os, je veux dire d'eau, et il remettra le


frêle esquif sur le bon cap. Après, pour affronter la tempête, faudra espérer un


miracle, il faudra qu'il s'associe avec Bernadette (pas Chirac, Scoubidou).


Amitiés.



Le Plouc-émissaire 15/01/2012 22:58

C'est là qu'on voit nos performances et notre supériorité ! Quand on pense au tonnage du pédalo et aux millions de victimes qu'occasionnera son naufrage, on est quand même des bons comparé au Costa
Concordia !

nouratin 16/01/2012 18:17



Ah,  tout a fait, cher compagnon, quand on voit ce que nous savons faire avec un vulgaire pédalo... Sans compter que le Capitaine ne quitte jamais le navire, chez nous, au


contraire il faut le débarquer de force!


Merci et amitiés.


 



ZAZA 15/01/2012 19:55

Superbe article l'ami.... et cette comparaison entre ce paquebot de croisière et l'Europe sur son flanc est tout à fait appropriée. Essayons de nous accrocher aux bouées de sauvetage qui daignent
nous être lancées, mais y en aura-t-il pour tout le monde....:::: Bises et bonne soirée

nouratin 16/01/2012 18:14



Ils nous envoient des bouées de sauvetage en plomb massif, les autres. Avec ça,


pour nager faut être balèze. Donc, nous coulons.


Mais bon, comme dit Nettoue dans sa grande sagesse, nous vivrons mieux si nous


perdons toute nos richesses de pacotille. Elle a bien raison.


Merci beaucoup et gosses bises.