Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 14:25

 

Si vous avez un bon dictateur gardez le. Prenez en grand soin. Couvrez le bien, qu'il

n'attrape pas froid. Même si ce salopard s'en met plein les fouilles et pille délibérément

les caisses de l'Etat, il vous coûtera toujours infiniment moins cher que nos bons élus

démocratiques, leurs conneries ruineuses et leurs arrosages personnels autant que

népotiques. Le dictateur, son fonds de commerce c'est le pays. Il a tout avantage à

la bonne marche de l'affaire. L'élu démocratique, lui, son seul intérêt consiste à se

faire élire, par définition et à conserver le plus longtemps possible, à tout prix, sa

poule aux oeufs d'or, je veux dire son électorat.

 

Vous l'avez bien compris, cette sinistre ordure de Nouratin dépasse toutes les bornes

du politiquement-correct! Il blasphème la République ce cochon-là ! Jamais, au grand

jamais il n'aura de médaille, l'abject!  Excommunié,  voilà, laïquement excommunié!

Tout ce qu'il mérite, l'affreux,  l'exclusion à vie de la Communauté des Humains qui

Pensent Correctement. En vérité je vous le dis, ce sale réac-facho-misanthrope n'a

droit qu' à une seule chose, l'Indignité Nationale. Voilà!  Comme à la libération, tiens

et collé au mur, la charogne! Que la bête meure!

Tondu, non. Et pour deux raisons, la première étant que ce sont des choses qu'on

ne fait qu'aux femmes, n'est-ce pas et la seconde, qu'il est chauve pire qu'un genou,

ce nauséabond individu.

 

Bon, je le reconnais volontiers,  la dictature n'apparaît pas de prime abord comme le

système politique le plus attrayant ni le plus satisfaisant dans l'ordre intellectuel. Cela

ne fait aucun doute. La qualité du régime dépend en grande partie de celle de son

chef et, généralement, le bât ne manque pas de blesser à cet endroit précis. Toutefois,

la plupart du temps, la démocratie telle que nous la concevons dans les pays compa-

rables au nôtre, la représentative veux-je dire, produit de petits tyrans temporaires,

sans grande autorité, certes, mais généralement dépourvus de scrupules autant que

des caractères indispensables à la gestion avisée de la Chose Publique.

Le clampin visant l'onction démocratique a le devoir, cependant, de satisfaire à un

certain nombre d'exigences impératives.

 

Il doit, en premier lieu appartenir à une quelconque franc-maçonnerie, la vraie restant

toutefois le must en la matière. A défaut, il apparaît cuit d'avance puisque, par nature,

il lui appartiendra d'affronter d'autres gugusses qui en sont et bénéficient donc,

ès-qualité, de la puissance occulte et fabuleuse des réseaux souterrains (je ne parle

pas de l'égoût bien que cela s'apparente).

En second lieu, notre aspirant élu bénéficiera nécessairement du soutien d'un parti.

Soutien essentiellement financier, bien sûr, l'argent du contribuable constituant depuis

quelques temps la source la plus appréciable du revenu de ces organisations à la con.

Je passe pudiquement sur les contorsions, compromissions, abjections, délations et

autres dévotions qu'il convient d'effectuer avant de pouvoir obtenir ledit viatique.

Le mec qui parvient à franchir de tels obstacles, vous pouvez être sûrs, déja, qu'il s'agit

bel et bien d'une fieffée salope.

En troisième lieu, il incombera à notre homme -ou femme, bien sûr, en l'occurence 

la parité joue à la perfection-  d'écraser, d'abord tous ses amis politques susceptibles

de briguer le même fromage que lui/elle, puis ses adversairses. Il convient, sur ce

dernier point de baratiner les électeurs avec suffisamment de grâce et de talent pour

en gagner une majorité à sa cause. L'avantage étant qu'en ce domaine tous les coups

sont permis, les plus bas et les plus vicieux apparaissant comme les mieux adaptés

au bon déroulement du jeu démocratique.  

L'arrosage d'agents électoraux et de lobbyes demeure naturellement la règle

la moins contournable, de même que l'intoxication systématique des esprits-votants

par tous moyens appropriés, diffamation  - là c'est permis -, désinformation,

promesses incongrues  et autres menteries éhontées couvertes,   en toute hypothèse,

par l'inimaginable  faculté d'oubli des corps éléctoraux.

En quatrième et dernier -je vous rassure- lieu, il lui faudra la bénédiction médiatique.

Sans un minimum de passage de pommade par nos aimables folliculaires de tout

poil, ceux du Net prenant en la matière de plus en plus de poids, notre solliciteur de

suffrages peut toujours se brosser, il l'aura dans le dos. Et si, par malheur, le "Canard

Enchaîné" venait à se déchaîner contre lui, ce serait carrément un homme mort. Dieu

merci cette sorte de malédiction ne vise, par principe, que les gens réputés de droite.

Il n'y a donc pas trop de mal, pas vrai?

Voilà,  j'ai passé sur beaucoup de détails  mais,  en gros,  la démocratie dite

représentative repose sur ce genre de bases.

 

Résultat, on fait élire des peigne-culs juste bons à magouiller en loucedé, par de

braves couillons qui ne comprennent rien, ni à ce petit jeu, ni aux Affaires. 

Ajoutez à cela le souci constant de dépenser l'argent virtuellement public emprunté

sur les marchés, de faire bosser les entreprises qui sauront se montrer reconnais-

santes, d'embaucher les copains, leurs enfants et les enfants des copains des

copains, à des postes dont l'utilité leur sera strictement personnelle. 

L'élu se doit en outre de persuader l'électeur qu'il oeuvre pour son bonheur et qu'il

n'a de cesse d'y parvenir quel que puisse en être le prix. C'est ainsi que l'on se

retrouve avec des tas de piscines, médiathèques, théâtres subventionnés et

autres équipements indispensables au bien être du bon populo, Colonnes de

Buren, ronds-points artistement décorés, Conseil Economique et Social...

Je ne vous parle même pas des subventions et autres combines visant à arroser

les associations de désintérêt public manifeste et des prestations sociales destinées

à faire tenir tranquilles  les quartiers si joliment désignés "sensibles". 

Toutefois, le plus rigolo demeure que, parfois, nos estimés mandataires, notamment 

lorsqu'ils se disent et s'assument "de droite", savent ce qu'il convient de faire en faveur

du bien public. En pareil cas, bien sûr, ils ne le font jamais.

L'opposition, cette merveilleuse invention du parlementarisme, saura toujours les en

empêcher d'une manière ou d'une autre. Voir l'histoire de la "TVA sociale" prévue au

programme de Sarkozy et bousillée en un instant par le très peu catholique Fabius

qui sut si bien piéger cette patate de Borloo, éphémère Ministre des Finances du

début de quinquennat. Pourtant, la TVA sociale nous aurait bien aidés à affronter

la crise, les Allemands ne s'en plaignent pas de cette TVA là. Faut voir où ils en

sont par rapport à nous...

 

Bon, je m'arrête histoire de ne pas trop lasser. Sans compter qu'il y aurait de quoi

écrire un traité en dix volumes, tant les bienfaits de la démocratie apparaissent

immensément innombrables et quasi-incalculables...au bout d'un certain nombre

de centaines de milliards!

 

L'on ne saurait, en conséquence, rien trouver de surprenant dans la situation abomina-

blement merdique que nous connaissons aujourd'hui. Le fait de nous voir contraints

de tendre la sébille aux Chinetoques- lesquels s'assoient délibérément sur la démocratie

et ses appendices- me semble assez bien confirmer le fond de mon propos.

Et, tant qu'à faire dans l'abjectement intolérable, j'irai jusqu'à dire que tout cela paraît

bien dérisoire à côté des joyeusetés qui nous attendent.

Jetez donc un coup d'oeil aux résultats des élections Tunisiennes.

Bien sûr, la victoire écrasante des Muzz fanatiques n'a rien d'une surprise, nous n'en

avons jamais douté un seul instant.

En revanche, ce qui pourrait paraître étrange à un public non averti, c'est le vote des

Tunisiens résidant sur le territoire de notre si chère République.

Pareil!

Plus de quarante pour cent des suffrages se portent sur les gentils barbus à burnous

modérés!

Comment vous figurez vous qu'il voteront, nos bons Musulmans de France, quand ils

auront la majorité de ce côté-ci de la Méditerranée?

Ca lui donnera un petit côté exotique, à notre belle Démocratie, les pays du Printemps-

Arabe permettent dores et déja de se faire une première idée!

 

Alors, bien sûr que je joue un peu les iconoclastes et que je me régale en imaginant

les tronches des curés du sacro-saint dogme républicain si par un hasard improbable

ils venaient à tomber sur le présent poulet. Bien sûr que la démocratie, comme idée,

c'est beau, c'est noble, c'est réconfortant et même exaltant. Bien sûr, aussi, que nous

n'avons pas le choix, que pourrions nous envisager d'autre?

Juste un mot cependant. A un moment donné, la France a bel et bien eu le choix.

Elle avait un Roi qui faisait le boulot et qui, se croyant investi d'une mission divine,

répondait très raisonnablement aux  exigences de la gestion du Pays. Les bienheureux

Révolutionnaires l'ont foutu dehors, trucidé et remplacé par une bande de tordus 

apportant avec eux désolation, malheur et  confusion.

On peut en avoir une idée limpide en lisant des historiens comme Bainville ou

Gaxotte, qui expliquent ces choses dans un langage clair, précis et de toute  beauté.

Seulement attention, ces gens là ne bénéficient pas de l'imprimatur républicain.

C'est le moins qu'on puisse dire.

 

N'en concluez pas, s'il vous plaît, "ça y est ce shnock de Nouratin vire royaliste".

La question n'est  pas là. C'est foutu, fini, rapé depuis belle lurette, la Royauté.

Je me contente seulement de déplorer le caractère biaisé, pourri et délétère de la

solution politique qui nous a été imposée comme la panacée et le don béni de 

l'Etre Suprème. L'ineffable, l'intangible  Démocratie.

Juste pour remettre un peu les choses à leur place, quoi. Quitte à enfoncer les portes

ouvertes.

 

Un tout petit truc, avant de conclure.

Ca devait arriver un jour ou l'autre. Il est mort mon vieux copain Robert, je veux parler

de Robert Lamoureux. On sait confusément que ces choses doivent se produire, on

y pense même de temps en temps mais ça reste douloureux.

Remarquez, je dis "mon copain" mais je précise que lui, il ne me connaissait pas.

Il s'agit d'une amitié unilatérale qui durait depuis plus d'un demi-siècle.

C'était au temps où les gens qui nous faisaient rire s'appelaient Fernand Raynaud,

Bourvil, Fernandel, Robert Lamoureux et non Semoun, El Maleh ou Debbouz qui,

pesonnellement, ne m'amusent guère.

C'était une autre époque et Robert en restait le dernier représentant.

Désolé mais je regrette amèrement ce temps et ces hommes là.

 

Adieu Robert.

 

Et merde pour qui ne me lira pas. 

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

josette 12/05/2012 20:59

j'avais une vraie tendresse pour ce grand monsieur qui savait vous faire croire qu'il était votre oncle, celui qui chante l'histoire des roses en fin de repas, ou qui en raconte une bien bonne
.
quand il est decedé je venais de revoir l'amour foot, avec sa replique
"manquait juste une loi pour empecher la main d'oeuvre de se reproduire ....à part les entasser dans un avion et les balancer façon canadair au dessus de mostaga, nem...c'est à l'étude mais ce sera
long"
il aimait beaucoup les chiens !
amitiés

nouratin 13/05/2012 19:50



Elle était bonne celle-là, je ne la connaissais pas mais je l'entends d'ici Robert, dire la


réplique avec sa voix à nulle autre pareille. Un plaisir!


On n'en retrouvera pas, des comme-ça. Triste...


Amitiés.



Mash 12/11/2011 07:45


Excellent,
tu mérites d'être traduit dans toutes les langues(y compris le français pudibond)et joint aux professions de foi des candidats dans l'enveloppe distribuée avant le vote,ceci aurait le mérite de
réveiller l'électeur et de "recentrer" l'expression du suffrage.
Je m'associe à tes regrets concernant la perte de Robert pour lequel j'aurais aimé joindre le lien de dailymotion concernant la première scène du film de Le Chasnois "papa,maman,la bonne et moi"qui
date de 1954,merci Nouratin de nous remémorer ces moments.(Si tu regardes cette scène,tu verras que le violoneux a des faux airs de Moscovici,surtout lorsqu'il se penche pour ramasser l'argent)
Tu as raison,il faudrait aussi relire La "Petite histoire de France"de Jacques Bainville encore disponible en librairie.
En aparté,et tant pis pour ceux qui le liront car ça n'a aucun intérêt pour eux,je porte moi aussi depuis 1997 la coupe Martine Aubry;celle des mecs tondus par le système et les années...
Amitiés
M


nouratin 12/11/2011 16:02



Ah, merci! J'aimerais bien être traduit en français, même pudibon. Si j'avais pu être


Marcel Proust (sans la pédérastie, quand même) j'aurais été le plus heureux des


hommes.


Je suis content de trouver plein d'amis de Robert, ça me conforte dans mon opinion


d'autant qu'à gauche ils ont eu l'hommage très discret ces sales connards. En revanche,


il faudra que je voie de nouveau "Papa, Maman..." j'ignorais complètement que Mosco


y faisait une apparition ante-natale, en ramassant du blé, en plus. Comme il est déja


dans les sms de Minou la Tringlette, ça lui fait un exploit supplémentaire à son palmarès.


Amitiés et...chauve qui peut!



nettoue 06/11/2011 11:30


Bonjour Nouratin
Quand tu passes sur mon blog, ne manques pas la vidéo à droite... Une excellente parmi les géniales.
Bisous mon copain


nouratin 06/11/2011 18:12



J'y vais de ce pas.


Gors bisous.



nettoue 05/11/2011 17:03


Un coucou à mon copain et bises avec


nouratin 05/11/2011 17:25



Merci et grosses bises à toi aussi.



Joelaindien 04/11/2011 21:54


joli travail !


nouratin 05/11/2011 15:22



Merci beaucoup et à bientôt.


Amitiés.



isdael 03/11/2011 09:31


EH bien moi je te lis pour la premiére fois et je viens du blog cafardage, donc j'applaudis des deux mains ,je reviendrai !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


nouratin 03/11/2011 12:49



Oui, super, bienvenue à toi. reviens quand tu veux.


Merci et amitiés.



nettoue 03/11/2011 05:31


Bonjour mon copain ! Tu as vu ces deux frequilleurs survoltés Angie et Nico, se prendre une probable baffe de chefs !
Gros bisous


nouratin 03/11/2011 12:48



Ca leur en a foutu un de ces coups...et c'est loin d'être fini, le feuilleton se poursuit


sans faillir. Ca nous coûtera très cher mais qu'est-ce qu'on va rigoler!


Gros bisous.


 



geo 01/11/2011 22:26


bonsoir l'ami!!
pas la forme ..mais je reviendrai bientôt écrire kékechose!!
amicalement


nouratin 02/11/2011 12:21



Fais bien attention à toi.


A très bientôt.


Amitiés.



Pangloss 01/11/2011 13:14


Moi aussi, je me souviens de Robert lamoureux qui savit faire rire tout en étant gentil et qui était assez spirituel pour nous faire comprendre que, s'il avait voulu, il aurait pu être méchant, lui
aussi, qui savait parler de Saint-Mandé et qui avait une voix "française", pas popu, pas distinguée, juste normale; la voix de tout le monde. Et qui a été le meilleur et le seul vrai Arsène Lupin.
Et qui ... et qui ...


nouratin 01/11/2011 15:54



C'est exactement ça, cher Pangloss, un type, comme tous les types bien de cette


époque là, avec en plus un talent comique exceptionnel mais sans prétention, ni


tapage, ni recherche systématique du plus grand profit possible. L'anti Elie Semoun,


en quelque sorte. Aujourd'hui, je pense que personne ne lui donnerait sa chance...


Amitiés.



Boutros 01/11/2011 00:46


Y' en a un qui est arrivé, on est 7 milliards, c'est le plein.
Y' en a un qui est parti, ce lâcheur, et ça fait un vide.
Mais je suis sûr que le mardi matin, Sarkozy sera toujours vivant.


nouratin 01/11/2011 11:24



Gagné, le canard est toujours vivant malgré le coup vicieux de Papandréou.


En revanche, celui qui est parti ne l'a pas fait exprès. Il nous fait de la peine mais


c'est sans le vouloir, il faut lui pardonner.


Merci et amitiés.



dxdiag 31/10/2011 16:42


Beau billet ! et qui ne donne pas très envie de sauver notre beau système !

Il me semble qu'il y eu des articles la dessus chez feu rebelles infos (ils me manquent )...la démocratie atteint peut être ses limites. Quand le malade est en réa, on n'a pas besoin que les
décisions concernant sa santé soient prises à la majorité par une équipe, mais juste d'un bon réanimateur qui décide et qui donne des ordres !


nouratin 31/10/2011 18:24



Il est  vrai qu'on trouvait des quantités d'informations et de réflexions sur


Rebelles-Info qu'on ne peut se procurer ailleurs. C'est bien pour cela qu'ils ont


été exécutés par la Bien-Pensance.


En tout cas, vous avez tout à fait raison et la métaphore réa est parfaitement


adaptée. Nous avons besoin d'un patron mais la démocratie ne fabrique que très exceptionnellement ce genre d'article.


Amitiés.



nettoue 31/10/2011 16:01


Ma p'tite relecture du lendemain des moments que j'ai aimés
Bises mon copain


nouratin 31/10/2011 18:19



C'est très sympa, ça. Merci et à bientôt.


Gros bisous.



ZAZA 31/10/2011 13:42


Moi j'aime bien la démocratie quand elle prend la tournure du deuxième tour des présidentielles de 2002
Résultats du 2nd tour
25 537 956 voix 82.21% Chirac
5 525 032 voix 17,79 % le Pen
Bises et bonne journée


nouratin 31/10/2011 14:50



Presque pareil que toi, tiens. Sauf que moi, c'est surtout le premier tour de 2002 que


j'ai apprécié quand j'ai vu la tronche de Jospin et de ses sbires. Je me souviens


notamment de Ségolène, quasiment en pleurs, qui répétait comme un coucou


"ce n'est pas juste, ce n'est pas juste".


Ah, oui vraiment, ce soir là, la démocratie m'a bien fait rigoler.


Grosses bises et à très bientôt.



chris 31/10/2011 11:25


J'ai honte , trèèèèèès honte ....mais ,avec toi , je la surmonte : il m' est arrivé souvent de penser qu'une bonne dictature à grands coups de pieds au cul était encore le meilleur des systèmes
politiques .....
Enfin , un truc dans ce genre ...certes pas une royauté héréditaire ou une big mafia religieuse ...
Pas taper !!!!....ce ne sont là que les élucubrations d'une foutue idéaliste ...


nouratin 31/10/2011 12:38



Faut pas avoir honte, ma coucoune belle, on voit bien que la seule façon de s'en sortir


c'est le régime autoritaire. On pourrait trouver des formules, la "dictature élective"


par exemple, dans laquelle le bonhomme qui serait élu aurait carte blanche


jusqu'à la fin de son mandat. Mais il y aurait intérêt à bien le sélectionner, le mec


et en général l'électeur choisit plutôt mal. Et puis, ça a déja donné Napoléon, ce


bidule...On n'est pas sortis du boxon, moi je te le dis!


Grozibous.



Pangloss 30/10/2011 20:44


Tu as raison sur le fait qu'un dictateur a intérêt à bien s'occuper du pays qu'il dirige, surtout s'il veut laisser le volant à ses enfants. Aucune morale dans tout ça mais du bizness. Faut qu'ça
rapporte. Un peu comme la Mafia sur Las Vegas (il paraît que c'est fini, je m'inquiète pour eux).
Si, en plus, le despote est éclairé, tout baigne.
Tout ça est bien joli mais les dictateurs de l'heure présente, profitant de l'expérience de leurs malheureux confrères (la plupart finissent mal), s'efforcent de mettre le maximum de pognon à
gauche en espérant s'enfuir avant de se faire Khadafiser à la suite d'un tir de l'OTAN "pour protéger les populations civiles" sur le 4x4 qui les transporte vers des contrées accueillantes.
Supposant que leur siège deviendra un jour éjectable, ils tondent leur peuple jusqu'à l'os ce qui énerve le dit peuple qu'il devient nécessaire de calmer à coups de canon. Pas besoin de te faire un
dessin;
Alors qu'en démocratie (je n'ai pas dit en République, fondée comme chacun sait, sur la vertu civique) on a certes tous les tordus et pourris que tu décris mais on a aussi l'avantage que ces gens
ont intérêt à ne pas trop déconner sinon, ceux qui pensent que leur voix a encore une valeur, écoutant les promesses d'autres tordus, les renverront à leur Cap Nègre.
Bien entendu, ça ne changera pas grand chose.
Sauf que ceux qui ont savouré les adieux de Giscard après sa déculottée, pensent que la démocratie offre parfois des satisfactions.


nouratin 30/10/2011 21:56



C'est vrai que la démocratie nous réserve de grands moments. Pour moi, par exemple,


je n'oublierai jamais la partie de rigolade que m'a valu la soirée du 21 Avril 2002.


Mais quand même elle nous a bien mis dans le pétrin, aussi, la démocratie, je


ne suis pas certain qu'un autre régime aurait fait aussi fort. La démagogie et


l'irresponsabilité étant les deux mamelles de la démocratie  sont lait se


révèle quand même de piètre qualité. Et puis, finalement, avec un système de


ce calibre on peut se goinfrer tant qu'on veut puisqu'au final ce sont les autres


qui paient l'addition, ce qui ne fut pas le cas de Kadhafi ni de la plupart des


autres dictateurs. Les dictateurs, au moins, on peut les lyncher!


Amitiés.



hanoho 30/10/2011 19:28


"Parfois j'aime comparer l'Union Européenne en tant que création, à l'organisation des empires. Nous avons la dimension de l'empire, mais il y a une grande différence. Les empires ont été
habituellement bâtis par la force avec un diktat imposant du centre sa volonté aux autres. Maintenant ce que nous avons est le premier "empire non-impérial". Ce que nous avons c’est le premier
empire non impérialiste"
http://youtu.be/-I8M1T-GgRU

un empire non impérial ? C'est une image amusante... si elle n'émanait pas de Barroso le 10 juillet 2007. Sachant qu'il n'a jamais été élu et se trouve à la tête de l'exécutif européen qui impose
sa législation aux nations... je trouvais que ces propos résonnaient étrangement avec ta prose.


nouratin 30/10/2011 21:47



Jolie trouvaille qui prouve qu(on peut tout dire, finalement, même les plus grosses


âneries. Je en vois pas où il voit un empire, le mec, c'est plutôt un conglomérat


disparate d'intérêts divergents. Du coup, évidemment, ce machin n'a rien d'impérial


et encore moins d'impérialiste, logique. En revanche, tu as raison la Commission


procède des Etats démocratiques tout en ne l'étant pas, elle même. C'est curieux,


quand on y réfléchit.


Merci et amitiés.



nettoue 30/10/2011 17:58


On aime les même, je ne suis pas compliquée moi, mais le bottin à qui on a retiré une page et qui ne suffit plus pour atteindre le haut du placard, et la grand-mère que l'on a perdu et qui ne
supporte pas l'aller-retour, je me marrais, j'aimais, "papa, maman le bonne et moi", j'aimais ses pièces "Au théâtre ce soir",même si j'étais gamine, même si j'ai vu ces films dans "Ciné cinéma" !
Voila ceux que tu cites ne m'amuse pas non plus, enfin peut-être qu'ils le feraient si je les regardais... mais, je n'en ai pas envie !
On ne deviendra pas musulman, mon copain on sera chinois avant...Tu as raison c'est la grosse merdasse, l'incommensurable dégueuli, tous des veaux ! Ce soir Robert Amoureux a tiré sa révérence, à
dix ans je l'écoutais à la radio le samedi soir dans une émission avec André Claveau, c'était "Roro et Clacla", et je n'ai plus envie de croire au sauveur miraculeux et imprévu, de mon pays, ce
soir bêtement, comme ça, j'ai envie de gerber ma bile toute seule dans mon coin
Voilà, je t'embrasse mon copain Nouratin, chauve ou pas !
Nettoue


nouratin 30/10/2011 18:49



Tu peux même m'embrasser sur le front, si tu veux, il est vaste!


Ca me fait plaisir que tu aies les mêmes souvenirs nostalgiques et émus, que moi.


Nous ne sommes pas seuls, tu sais, il y en a plein comme nous et le mérite de cette


extrordinaire machine c'est quelle nous rapproche alors que sans elles, tintin


(comme dirait Spielberg).


Sinon, on peut être à la fois musulman et chinois, regarde les Ouigours (ou les


yoghourts comme disait Kouchner). Mais un musulman sous autorité chinetoque,


ça ne rigole pas tous les jours.


En tout cas, je t'embrasse bien affectueusement, ma copine et te dis à bientôt.