Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 17:00

 

On ne peut pas être à la fois socialiste, lucide et sincère.

Ce constat lourdement documenté, que je baptise modestement "Théorème de

Nouratin", repose sur trois décennies de recherches socio-anthropologiques au

terme desquelles je me trouve désormais en mesure de le rendre public, afin

d'apporter mon petit moëllon au glorieux édifice des Sciences Humaines.

C'est sciemment que j'emploie les termes "lucide" et "sincère" au lieu d' "intelligent"

et  "honnête" qui,  peut être, eussent été plus appropriés.   Je le fais surtout par

politesse, vu que j'en connais plein, des socialistes. Des sincères, surtout, mais

aussi quelques lucides.

Je dois à la vérité de signaler que les seconds ont généralement fort bien réussi. 

En gros, pour schématiser, les sincères continuent tant bien que mal à enseigner

-plutôt mal, soyons justes- alors que les lucides pantouflent, dès la première occasion

à trois-points, dans le syndicalisme, le mutualisme ou le politicardisme. Tout en

continuant, bien sûr, à émarger. Beaucoup plus grassement, d'ailleurs, que

lorsqu'ils évangélisaient le Petit-Beur.

 

Mon étude de ce singulier groupe ethnique a débuté en l'an de crasse 1981.

Avant, j'en avais bien sûr entendu parler mais, comme sous Mendes-France ainsi

qu'au temps de Guy Mollet, mon jeune âge m'interdisait l'accès aux subtilités de la

sociologie-anthropologique,  j'en ignorais pratiquement tout .  Naturellement, ayant

un peu lu, je savais, notamment grâce aux écrits Gaulliens, que cohabitaient en France

deux catégories irréconciliables de marxistes, les Cocos, financés par le Kremlin et les

Socialos aux ressources plus difficilement discernables. Cependant, je n'en connaissais

guère plus et ma participation, un peu occidentale, aux déconnages soixante-huitards,

me conduisit, par facilité, à mettre dans le même sac-poubelle, l'ensemble des

membres mosaïquesques de la Grande Famille de Gauche.


J'en étais là quand déferla le gros maëlström de Mai 81.

Tout à coup tels les zombies d'un clip Michaeljacksonnien, les socialos, innombrables,

surgirent par tous les trous, irruptèrent dans tous les coins, envahirent brutalement

tout l'espace vital. Un vrai nuages de sauterelles, une horreur, un cauchemar!

Certes, on sentait bien, depuis un certain temps, que quelque chose se préparait,

qu'une bizarre fébrilité s'emparait des Gendegôche notoires, qu'en loucedé les

caciques de Chirac savonnaient activement la planche à ce couillon de Giscard et

que les braves électeurs franchouilles paraissaient plus enclins que de coutume à

céder au chant des sirènes. Cependant, les honnêtes gens n'avaient aucune idée

de ce qui s'apprêtait à leur choir sur la calbombe.


Moi même, exerçant à l'époque, pecuniae causa, quelqu'activité au sein d'une

administration qu'une honte inexpiable m'interdit de nommer, ,j'assistai à la

transmutation d'un tas de gens jusque-là ordinaires et tout à fait normaux, en citoyens

fervents de la Nouvelle République Socialiste à Tonton. La première semaine, ça

fredonnait même l'Internationale ou le Chant des Cerises, histoire de bien manifester

l'allégresse, simple autant que légitime, du Peuple enfin vainqueur après vingt-trois

ans de tyrannie capitaliste.

Je me souviens tout particulièrement d'un sbire de l'autorité supérieure, un inspecteur

dont la mission consistait à venir à intervalle régulier foutre son sale nez dans nos 

pauvres travaux et nous casser les couilles pour des broutilles. Un con cévenol, pour

tout dire, ça se sentait à l'accent. Et, entre parenthèses, quand le cévenol se met à être

con, personne, je dis bien personne, ni le ch'ti, ni le breton, ni le picard, ni le parigot, ni

le toulousain, ni même le belge, personne ne lui arrive au niveau des chaussettes.

Un champion du monde!

Or donc, aux alentours du 12 Mai 81, le connard en question, je l'ai vu débouler dans

mon burlingue, hilare, détendu, heureux et fraternel. "Maintenant on collabore!" il m'a

sorti, ce trou de balle, avec son accent de merde. J'oublierai jamais!

Et je ne vous parle pas des instits! Ceux à qui j'avais confié ma descendance en bas

âge n'ont pas manqué aussitôt de se découvrir. Durant cette invraisemblable période,

les réunions de parents d'élèves se sont mises à ressembler à des séances de cellule.

J'imaginai alors ce qui risquait de se passer en classe...

Il a fallu se replier dare-dare sur le privé!

 

Du coup, par la suite, fort d'une compréhension aiguisée du phénomène, je n'ai plus

cessé d'observer.

L'occasion m'a très souvent été donnée d'analyser les cas les plus typiques de

socialisme dont j'ai eu à connaître. J'ai ainsi recueilli suffisamment de données pour

pouvoir aboutir à des conclusions scientifiquement inattaquables, dont, notamment, le

théorème précité. Je précise d'ailleurs que, si le socialiste lucide n'est jamais sincère,

c'est certain, le sincère lui, son absence totale de lucidité ne le met pas nécessairement

à l'abri de la cupidité, de l'envie, de la jalousie, de la malveillance ni de l'égoïsme

le plus étroitement borné. Je vous rassure, toutefois, il y en a qui sont tout à fait

charmants, c'est rare mais ça existe.

 

Voilà donc pourquoi, aujourd'hui, j'en viens à m'interroger sur notre futur président de la

Répupu. Important, ça, tout de même, le président. Nous en avons déja eu un. Celui-là,

on savait à qui on avait affaire. Lucide, le mec, aucun doute.  Une espèce de pape

complètement mécréant mais qui ferait suffisamment semblant de croire en Dieu pour

que tous les connards de fidèles ne se gaffent de rien. L'ambition personnelle ayant

constitué l'objectif exclusif de l'intéressé, nous avons vu le résultat. Il a fallu se le farcir

pendant quatorze ans. Efficace le bonhomme! Méfions nous donc du socialo lucide.

Oui, mais pas seulement, les autres risquent de se révéler encore plus nocifs.

Et pour en revenir au camarade Couille-Molle, là, je l'avoue,  je ne sais pas trop.

N'oublions pas, déja, que nous devons sa présence au plus haut niveau de la

compétition à Mme. Nafissatou Diallo. Sans elle on récupérait Minou la Tringlette, le

pote à Dodo la Saumure, comme futur big boss.

Un socialiste un peu atypique, celui-là.

Flamby de la Mimolette, lui, représente le second-choix, la doublure, le pis-aller

socialo dont il faut bien s'accomoder faute de mieux.  Cependant, comme le 

combat apparaît quasiment gagné d'avance, vous pouvez y mettre n'importe

quel couillon, il passera. Sarkophobie oblige.

Et, comme on dit dans les états majors politiques, aujourd'hui l'important c'est de

gagner, pour le reste on avisera après. Le "reste" consistant en la gestion du Pays,

l'avenir s'annonce rose. Je ne vois pas d'autre mot.

 

Alors, vous avez d'un côté ledit socialo de service qui se pointe avec un programme

en soixante points comportant essentiellement cinquante milliards de dépenses

publiques supplémentaires et de l'autre côté, le Président en titre qui, ce soir, va

nous annoncer une augmentation de la TVA et de la CSG.

Une certaine complémentarité, en quelque sorte.

On se demande, en conséquence, s'il n'est pas en train, l'air de rien, de jeter l'éponge,

Nicolas. Son comportement semble bien laisser percer des signes de lassitude. On

verra bien. J'ai recueilli à ce sujet les quelques information suivantes.

 

                             Sarko s'était couché, de fatigue accablé,

                             Il sentait que l'affaire allait partir en couille,

                             Qu'il devrait trébucher sur cette pauvre andouille

                             De Flamby, l'amaigri, le mou, l'ancien râblé.

 

                             Le connard possédait une veine insolente,

                             Il manquait à peu près de toute qualité

                             Et, parmi ses pareils nullement respecté,

                             Il se trouvait pourtant au sommet de la pente;

 

                             Un garçon infoutu de gérer la Corrèze,

                             Un ballot, un couillon, un corniaud, un benêt,

                             Qui pourtant dans trois mois sur nous tous va régner

                             Tant la démocratie engendre la foutaise.

 

                             Entendez de Sarko la plainte lamentable,

                             Lui, naguère si fier, le voilà confronté

                             A l'ex de la tordue qu'il avait dégommée

                             Au temps de sa splendeur terrible et redoutable.

 

                             Face à l'adversaire con, la défaite est odieuse,

                             Pourtant il conviendra de bientôt l'affronter

                             Mais Petit-Nicolas s'en voudrait d'afficher,

                             Sans contrepéterie, une mine piteuse.

 

                             Alors, tel un grognard de la Garde Impériale

                             Prêt à charger sans peur, baïonnette au canon,

                             Il va, ce soir encore, nous prendre pour des cons,

                             Avant de succomber dans la lutte finale.

 

                            Dégustons Sarkozy, son courage et son ire,

                            Cela ne durera plus tellement longtemps,

                            Nous en avons assez, il est vrai et pourtant,

                            Avec les socialos ce sera encore pire!

 

Eh oui, mes chers amis, le choix nous est offert entre la chetouille et le sida.

Jolie perspective!

J'affinerai, pour ma part, mon diagnostic du cas Mimolette car celui-là, comme les

autres, ne saurait en aucun cas faire exception au théorème de Nouratin.

Vous verrez.

En attendant, portez vous bien et ne vous faites pas trop de souci, quoiqu'il puisse

en être, nous sommes foutus.

 

Et merde pour qui ne me lira pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

Djefbernier 26/04/2014 23:03

Ah ! Hollande et les 50 milliards. J'ai bien fait de venir lire ce billet là didon. Etonnant de lucidité, comme de sincérité ; belle formation celle qui vous tient toute la vie. Au plaisir
renouvellé

nouratin 27/04/2014 08:52



Toute la vie, oui mais bon, si on regarde bien c'est peu de chose, quand même.


Merci et à bientôt.


Amitiés.



Jean-Pierre 03/09/2012 12:59

"DES lecteurs au Chili" ... je ne sais pas, mais au moins UN, c'est sûr ! :-)

nouratin 03/09/2012 19:01



Oui mais UN lecteur comme vous, ça en vaut des palanquées!



Jean-Pierre 03/09/2012 12:12

"Déconnage ... déconnage" ? non, je ne crois pas. Vous avez le talent de dire le vrai dans un style Beruryesque (ou presque !). Ici, au Chili, on a un journal qui s'appelle The Clinic, mélange de
Canard et de Charlie Hebdo, où vos écrits ne feraient pas tache :)
Exemple à propos du dernier recensement:
http://www.theclinic.cl/2012/08/31/exclusivo-los-mejores-datos-del-censo-2012/

nouratin 03/09/2012 12:57



C'est là que je regrette de ne point entendre l'espagnol. Néammoins l'article que vous m'avez indiqué est facile à comprendre et permet de se rendre compte. En effet, j'aime bien, c'est de
l'humour bien compris, nous voyons de moins en moins cela en France, hélas, nous 


vivons sour la dictature de la bien-pensance, ce n'est pas compatible.


Merci, je suis très heureux d'avoir des lecteurs au Chili.


Amitiés.


 


 



Jean-Pierre 03/09/2012 03:03

Ah! à la relecture, il semblerait que la première ligne de ce long texte soit LE théorème.
OK.
Il eût peut-être mérité une mise en forme le mettant mieux en exergue tels les théorèmes de nos si jolis anciens livres de maths.

nouratin 03/09/2012 11:20



Oh, vous savez, ce sont de petits déconnages, ces choses-là, pas la peine dêtre trop


précis, ça alourdirait.



Jean-Pierre 03/09/2012 02:55

La forme: j'ai envoyé ça a des amis, dont une dame chilienne qui a vécu en France, au titre du "nouveau Français" et de la belle écriture.
Le fond: excellent et reflétant si bien ce que j'ai côtoyé en 40 ans d'université, lors de quelques errements syndicaux et dans diverses associations de "gauche".
Moi: je ne suis pourtant pas cévenol, mais je crains d'être au moins aussi c... pour ne pas avoir trouvé l'énoncé du théorème en question.
Il est vrai que de culture plutôt scientifique, un théorème, pour moi, s'énonce en une ligne ou deux. Là est peut-être le problème.

nouratin 03/09/2012 11:23



Merci, vous me faites beaucoup d'honneur.


Pour le théorème, je signale au dessous, qu'il s'agit de la première phrase.


Cordiales salutations.



Autre Vue 05/02/2012 12:01

Super théorème mais j'ai toujours été nul en math ...
Et puis entre la chetouille et le sida, de toute façon on se fera b... plus ou moins bien ...

nouratin 05/02/2012 17:17



Cela ne fait aucun doute mais nous coûtera plus cher que la Bulgare du coin.


Amitiés.



Juntos 03/02/2012 19:11

Désolé alors...
http://www.lemonde.fr/politique/visuel/2012/02/02/cartographie-de-la-blogosphere-politique-en-2012_1635269_823448.html

nouratin 04/02/2012 15:49



Mince alors, excusez moi, je croyais qu'il s'agissait d'une vanne.


Jamais je n'aurais cru que ces cochons là viendraient me dénicher.


Remarquez bien qu'ils m'ont collé dans les horribles affreux de l'extrème droite,


avec plein de copains, d'ailleurs. De leur part, je considère cela comme un compliment.


En tout cas, merci du renseignement, sans vous, j'aurais ignoré.


Cela dit, je ne sais pas encore si je vais arroser ni à quoi.


Amitiés.


 



Juntos 03/02/2012 17:04

Félicitations pour votre sélection dans les blogs politiques du Monde !
Offrez-vous une tournée générale pour fêter ça ?

nouratin 03/02/2012 18:18



Dites donc, comme punition ce doit être encore pire que la légion d'honneur, ça.


Le genre de truc qui s'arrose au pipi!


Amitiés.



Ydel 03/02/2012 13:45

Vous êtes un grand poete !

nouratin 03/02/2012 18:14



Il faut dire que je descends de Victor Hugo par la femme de ménage.


D'où mon côté plumeau...


Amitiés.



+nettoue 02/02/2012 18:59

Fais pas chaud, mon copain et ce vent c'est la merdasse je t'assure !
Coucou de lmilieu de semaine et gros bisous

nouratin 02/02/2012 19:27



Oui, dis donc, ma pôv poule, reste bien au chaud, c'est ce qu'il y a de mieux à faire.


"Quand souffle le vent de la Sibérie, le moujik se réchauffe les zakouskis" (proverbe


cosaque).


Merci, ma copine bien aimée et passe une bonne soirée au coin du feu, moi j'ai


mis des grosses patates sous la braise, avec saucisson et Côtes du Rhone Villages,


ça va me faire une bonne cure anti-frimas.


Gros bisous.


 



SAILLY DANY 31/01/2012 07:36

Quelle lucidité mon ami, ce billet est un délice suprême !!!!!!!!!!!! ton poéme magnifique , heureuse de te lire bizzzzzzzzzzzz

nouratin 31/01/2012 15:09



Infiniment heureux que ça te plaise.


Merci beaucoup et gros bisous.



un article interessantgeo 30/01/2012 23:35

Très bel article mon ami
Mais le passé c'est bien fini
Les capitaine courageux
Ne sont plus que des gueux
Les pavés de 68 ont annoncé
Un déclin maintenant confirmé
Le règne de la rose bardée d'épine
Aurait pu avoir une autre mine
Mais hélas son héros de pacotille
Cassa le pays comme pâle brindille
Et depuis nous pleurons , geignons
A la recherche d'un gars moins poltron
Nous avons eu un très gentil garçon
Qui aimait bien les tueurs de moutons
Et laissa sans qu'il paraisse la France
En une espèce de grande souffrance
Puis vint un espoir,
Nous sortira t'il du noir
Un petit bonhomme, plein de tics
Et croyez le un maitre politique
Mais voila, son tort c'est être de droite
Et aujourd'hui on se plaint le pays boite

Ces derniers jours vont être le chant du cygne
Pour beaucoup de notre grâce il est indigne

Puis voila que ce pointe son remplaçant
Dans les meeting, grimaçant et fustigeant
Son futur ex concurrent promettant le renouveau
Merde alors , voila la rose qui revient a nouveau...

Alors mes frères que doit on faire
Voter Pangloss qu'il soit notre père

bonsoir l'ami

nouratin 31/01/2012 15:08



Splendide, cher Géo, un vrai travail de maître,


Et pour que le pays enfin puisse renaître,


Votons Pangloss,  le seul à ne pas déconner,


Et à ne pas tenter de nous enrubanner.


Vive le grand Pangloss,


Et tous l'auront dans l'os!


Merci et amitiés.


 



Juntos 30/01/2012 10:29

En 1981, un syndicat étudiant se proclamant apolitique s'était réjoui de la victoire de Tonton, je crois avoir dès ce jour eu des doutes sur la compatibilité entre lucidité et sincérité de
certains. Merci Nouratin pour cette étude scientifique et ce brillant théorème.

nouratin 30/01/2012 11:38



L'observation de ces gens là réserve toujours des surprises aux hommes de bonne


volonté. Pour comprendre, il faut souvent raisonner pas l'absurde...


Merci et amitiés.



+nettoue 29/01/2012 19:58

Je retiens bien des choses de ce théorème sublime... Si si j'y tien, le mot n'est pas de trop, son bon sens m'effraie c'est vrai mais le doux chant bien juteux des cerises me rassure, d'autant que
l'on peut faire plein de chose avec des queues notamment en ce qui concerne celles des cerises, comme des tisanes pour faire pipi !
Je ne sais pas encore qui décrochera celle du Mickey de ce sombre manège mais ce ne sera pas couille molle...Son ton pète-sec, ne lui est pas naturel, il lui est insuffler par sa journaliste, il va
baisser sa garde cet ex gros, lorsqu'il comprendra que Sarko est prêt à se retirer... Cela n'est qu'une stratégie, Nouratin, reculer pour mieux sauter, il n'a pas envie de partir sur une défaite,
il fait seulement semblant : Pense aux Horace contre les Curiace , de Racine, seul contre trois, les prendre un à un !
Salut mon copain !

nouratin 30/01/2012 11:36



J'avoue ne pas trop savoir que penser. Entre Sarko qui se savonne la planche tout seul


et Flamby qui joue à contre-emploi, on est un peu dans le jamais vu.


En tous les cas, on pourra toujours se faire des tisanes de queues de cerises...à


condition de posséder un cerisier vu le prix du kilo...


Merci Nettoue et gros bisous.



Pangloss 29/01/2012 19:27

Mes souvenirs de socialisme de 1981, ce furent
- la création d'un ministère du Temps libre dont j'ai déduit (sceptique comme je suis) que les autres ministres allaient s'occuper du temps "pas libre";
- des soixante-huitards attardés qui scandaient sur leur klacson "ce-n'est-qu'un début, continuons le-combat" sur le rythme d'un tagada-tsoin-tsoin amélioré;
- ce reportage devant les grilles de Renault à Billancourt dans lequel un camarade délégué affirmait: "Maintenant les ouvriers aussi vont pouvoir jouer au tennis";
- la grotesque pantalonnade dans laquelle Tonton jouait le premier et le seul rôle "Ma rose au Panthéon";
- et enfin cette photo frappante de la nouvelle Chambre rose dans laquelle plastronnait à gauche une foule de barbus.
Et je me suis dit: "On est très mal barrés".

nouratin 30/01/2012 11:30



Et effectivement l'avenir t'a donné raison, hélas, nous ne nous relevâmes jamais de


cette mésaventure. Seulement les gens comme nous, qui avons connu ces couillonnades


et les avons regardées comme tellles, sont aujourd'hui très minoritaires. Le combat


semble perdu d'avance et la jolie histoire que racontera Couille-Molle fera pencher


le balance démocratique en sa faveur. Ce coup-ci, on coule!


Raison de plus pour voter Pangloss!



Mash 29/01/2012 18:57

Au delà du court terme:"la chetouille ou le sida"aussi enthousiasmants qu'en leur temps la faucille et le marteau ,que va-t-il nous sortir des législatives à suivre?Si le cru 1981 ne produisit
essentiellement que des hemorroides(car ils sortaient presque tous du corps en saignant)quel aphorisme médical nous permettra de qualifier ceux à venir,j'ai bien quelque idée mais me garderai
d'anticiper,car Bayrou,miraculé et pronostiqué par Vierge-Marie herself,fait un joli come-back,tandis que la Marine cingle et prend le large quoiqu'en disent les sondeurs,à suivre donc d'autant que
des facteurs de décompensation intercurrents ne sont pas à exclure .
Merci pour cet article
Amitiés
M

nouratin 30/01/2012 11:24



A vrai dire, je ne suis pas très optimiste. Cela dit Bayrou, perso, je n'y crois guère.


Il fera ses 15% règlementaires et point final. Marine, en revanche, peut faire


beaucoup plus si elle se débrouille bien, le silence assourdissant des autres sur


les questions relatives à l'invasion africaine pourrait la booster considérablement.


Elle pourrait même friser les 25% et se retrouver au second tour...et perdre face à


Couille-Molle.


Et les législatives nous apporteront une grosse crise d'hémorroïdes!


Amitiés.



dxdiag 29/01/2012 18:45

Quel Théorème ! et du genre qui nous fait dire " bon sang mais c'est bien sûr " tellement il résume en peu de mots ce que nous pressentions sans pouvoir aussi bien l'exprimer. Je me rends compte à
présent que mes amis gauchistes sont tous sincères et ne sont pas lucides et que ceux qui étaient lucides et non sincères ne sont plus mes amis...une sorte de tri s'est fait naturellement et j'en
discerne mieux maintenant les critères.

nouratin 30/01/2012 11:17



C'est vrai, le tri se fait quasiment tout seul, avec le temps. L'ennui, avec les sincères


c'est qu'à l'exception des poètes, la plupart du temps, ils sont très couillons.


Merci et amitiés.



ZAZA 29/01/2012 18:10

Quel talent Nouratin. j'en suis toute ébaubie.
1968, tu parles ... je m'en souviens comme si c'était hier, l'année de mon brevet et des parents fonctionnaires, non grévistes, qui m'accompagnaient au collège avant d'aller pointer à la poste du
domicile familiale. Il fallait forcer les piquets de grèves devant les portes du collège, COCO de surcroît, qu'ils connaissaient très bien puisqu'ils avaient usés leurs fonds de culottes
ensemble.
Ah oui Nouratin j'ai pu suivre les cours en cette période troublée, mais je n'ai jamais reçu ma convocation pour passer le BEPC. Les "cons" avaient omis de l'envoyer à l'inspection d'académie, ce
qui m'a value de passer cet examen en septembre, toute seule au lycée du Shape de Saint Germain en laye.
Et plus tard, bien entendu, je me souviens de ma tête, en mai 1981, enceinte à ce moment là jusqu'aux yeux, quand j'ai vu se profiler la tronche de la "mite errant" dans la télé....
gloups...!!!!
Horreur et damnation, cet usurpateur, ce tricheur vis à vis de l'histoire résistante de la France, cet être être vil qui avait été décoré de la francisque, accédait au pouvoir suprême.....!!!!
Et cela n'a pas tardé, les syndicats ont été muselés et tués en leur sein, la gauche caviar a fait son entrée en grande pompe, le pouvoir de l'argent n'a jamais été aussi favorisé et le pouvoir
d'achat des ouvriers, des peignes culs de la nation a commencé à décliner.
Nous avions anticipé en écoutant nos parents, et en achetant une petite maison avec une poignée de cacahuètes, mais en empruntant un max à taux constant, tablé sur des salaires sous le règne de
Giscard qui augmentaient avec la dévaluation, malgré le premier choc pétrolier qui a fait très mal.
Et depuis 1981, les petits, les moyens, les peignes culs n'ont jamais autant dérouillé, tout cela allant crescendo.
Alors en effet Nouratin, ce n'est pas le commandant du pédalo qui s'est armé depuis peu d'une flottille de guerre, ce n'est pas non plus Sarko avec ses mesures qui vont plomber complètement le
pouvoir d'achat des petits, des moyens, des peignes culs qui vont donner un second souffle à la France.
Hier, j'ai pris un plaisir extrême à suivre le Mélenchon (sur France 2) dans son One Man Show (pas crédible...économiquement parlant) mais ce qui fut une véritable partie de plaisir, une
récréation, car lui avait compris que de toute façon, rien ne servait de se lamenter, il fallait vivre, le temps qui nous restait à vivre et se faire plaisir.
En effet le temps nous est compté Nouratin .... profitons en...!!!!
Bises et bonne soirée mon ami

nouratin 30/01/2012 11:13



Il est vrai que lorsqu'on a connu 68 et 81 il est plus difficile de marcher dans les


combines politicardes, on a vu ce que cela pouvait donner.


Mais il est vrai, aussi, que Mélanchon est très drôle, surtout quand il est bourré (et c'est


souvent), il me rappelle un peu Georges Marchais.


Enfin, nous verrons bien, peut être finirons nous par nous en sortir, qui sait?


En tout cas, merci et gros bisous.


 



chris 29/01/2012 17:46

Bel hommage au socialisme enthousiasmé frétillant si peu enthousiasmant !!!!..d'un lyrisme victorhuguesque !!!!...brisé par les accents douloureux d'un Sarko en plein drame cornélien .....
C' eut été un grand honneur et plaisir que d' assister à ce magnifique récital nouratinesque ....si je n' avais, quelque part, la désagréable impression de faire partie de l' assistance des cons
...

nouratin 30/01/2012 11:06



Que veux tu, c'est le jeu démocratique...il y a, comme on dit, les baiseurs et les baisés.


L'ennui c'est qu'il est difficile de changer de rôle en cours de route.


Vive la raie publique!


Grozibous.