Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 12:23

 

"Il va rentrer dans l'histoire"  pouvions nous lire,  tôt ce matin en grosses lettre sur

l'écran d'  " I. Télé ".  "Rentrer"? Ah bon... il en était donc préalablement sorti alors, ce

cher Lautner qui nous régala de tous ses chouettes films bien ficelés, superbement

dialogués par Audiard et interprétés par des pointures comme on n'en voit plus.

Cinéaste des Gabin,  Ventura,  Blier,  Paul Meurisse,  Francis Blanche, Robert

Dalban, fantômes bien vivants par la grâce du cinoche et tous les autres avec

leur talent, leurs gueules impayables et, par voie de conséquence, leurs cachets

raisonnables...

Feu Lautner,  l'artisan des "Tontons Flingueurs",  des "Barbouzes", du "Pacha" and

so on,   on n'est pas là pour dresser la liste.

Toute une époque. Un monde en noir et blanc, des types avec des impers mastic, des

chapeaux et l'accent parigot, des super-nanas girondes comme pas possible, portant

choucroute, gaine scandale et soutif qu'on eût dit sorti du Creusot (vieille réplique d'un

film avec une Marie-Josée Nat de même pas vingt ans, j'ai oublié le reste).

Et aussi des Deuches, des Dauphines, des Arondes, des Tractions, des DS, des Tubes-

Citroën et même des Dyna-Panhard, comme celle de Papa, crédieu,  l'univers de mes

quinze ans, l'époque du made in France qui n'avait pas besoin de charger un clown de

son "redressement productif".  Une espèce de paradis...

Il ferait quoi, aujourd'hui, Lautner?


Bonne question. Il lui faudrait courir l'avance sur recette, à ce pauvre homme, satisfaire

aux critères... Par exemple, pour refaire les "Tontons" il lui appartiendrait de remplacer

Claude Rich, le fiancé de Mademoiselle, par Omar Sy, un garçon politiquement correct

au lieu d'un jeune bourge un peu décadent fils d'un vice-président du FMI, ça pue, ça!

Mais bon,  avec qui voudriez vous qu'il les réalisât,  les "Tontons"?  Avec Elie Sémoun

dans le rôle de Lino Ventura, Djamel Debbouze dans celui de Francis Blanche et Gad

El Maleh à la place de Bernard Blier?

Et les dialogues, il les confierait à qui?  Pour trouver un vrai dialoguiste vous pouvez

toujours vous fouiller, ça n'existe plus.  Le seul bien de chez nous qui reste encore,

c'est celui de "The Artist"  (voir Chronique-nique-nique.  vers la fin)  ils n'ont pas volé

leur "Oscar", ceux-là.

En tout cas,  sur le net,  si vous demandez "dialoguistes français",  vous récoltez 

Prévert,  Jeanson,  Audiard  et Dabadie pour ne parler que des plus récents. 

Autrement dit, les dialogues on n'en a plus rien à branler.  On met en scène de

gentils immigrés gentiment secourus par de gentils gauchiards tout pleins de

bonnes intentions,  ça suffit pour ramasser la subvention.   Alors,  pourquoi on irait

s'emmerder à faire du texte?

Et puis, entre nous soit dit, la langue française, hein, même version argotique, elle

appartient au passé, elle meurt, elle aussi, peu à peu remplacée par l'anglais en haut

et par l'arabe, en bas. Autant tourner tout de suite dans une de ces deux langues

vivantes, selon le public ciblé. Et après tout, merde, on n'en a rien à foutre, on fait un

petit mélange des deux, un mix, comme on dit et le tour est joué!

Oui...  seulement, les "Tontons Flingueurs" sans les dialogues d'Audiard...

 

Et puis, bon, comment voudriez vous qu'un type qui commença sa carrière comme

assistant de Sacha Guitry s'adapte à l'extraordinaire vulgarité de notre monde

d'aujourd'hui?  Il a tellement changé, ce monde, que si le grand Sacha revenait, là

tout à trac,  juste histoire de faire un tour dans le quartier,  il repartirait aussi sec,

persuadé de s'être gouré de planète.

Alors,  que voulez vous,  il a décidé de s'en aller rejoindre ses vieux copains de

cinéma et de biture,  Lautner.   A force de ne plus se sentir à sa place on finit par

se  barrer,  ça reste la seule vraie solution.

Il n'aura pas eu envie de tenir jusqu'au cinquantième anniversaire de la sortie des

"Tontons",  Mercredi prochain.   Quand vous en avez raz le canotier,  certaines

célébrations  vous préférez vous défiler  plutôt que d'aller entendre les cloches

sonner faux...

 

La semaine prochaine, Georges Lautner sera inhumé pas très loin de ma maison, au

vieux Cimetière du Château.

Il naquit à Nice, comme moi, juste vingt ans auparavant,  ce qui, somme toute, n'est

pas la Méditerranée à boire. Il a la fidélité de revenir ad vitam aeternam, il a raison,

je crois.  Bien sûr,  ça ne nous fait pas la jambe plus belle de reposer ici,  là ou ailleurs

mais en pareil cas il importe de composer avec les symboles,  ne serait-ce que pour

offrir, une dernière fois, un peu d'humanité à ceux qui restent.

Les rares survivants viendront sûrement l'accompagner. Belmondo, le pauvre, s'il trouve

encore un peu de force,  Mireille Darc sans doute,  Delon,  peut être.  Rich et Venantini

forcément, malgré les cinquante piges de plus sur les endosses.

Hélas,  je crains que la personne en charge du Ministère de la Culture n'accomplisse

également le voyage,  ces gens là ne savent pas vous foutre la paix.

 

Vous me direz, bon, après tout ça va bien, il nous a amusés ce type mais de là à en

faire tout un plat... c'est quand même pas Victor Hugo, pas vrai?

D'accord,  Lautner n'avait sans doute pas de génie,  on le perçoit bien dans ses films

sans Audiard dont la tenue moyenne se situe,  à l'évidence,  un bon cran en dessous. 

Il possédait cependant la grâce de mettre en valeur tous les phénomènes de cinéma

qui croisèrent sa route et d'apporter ainsi un peu de bonheur aux braves gens. Sans

se prendre le chou mais sans jamais verser non plus dans la facilité foutresque des

amuseurs publics patentés de la toile franchouille.

Et puis il a dit "la Nouvelle Vague, je l'emmerde", rien que pour ça je l'estime beaucoup!

Autre chose, il avait cessé depuis longtemps de tourner non pas par choix personnel,

pas du tout, mais bien parceque personne n'a daigné lui en  offrir l'opportunité. Trop

has been, passé de mode, plus bankable, périmé, cuit, enterré avant l'heure.

Et pourtant,  laissez moi vous rappeler une chose,  on ne s'appelle pas Lautner sans

subir le baptème par raccourcissement du zigomar extensible.

Juif, évidemment.

En ce qui me concerne,  à cause des types comme lui,  je récuse formellement

l'antisémitisme.  Parce qu'il existe des palanquées d'Israélites sympa que j'eusse

volontiers comptés parmi mes amis.

Pierre Dac, tenez, celui-là me vient immédiatement à l'esprit, au même titre que ce

brave Georges.  Ces mecs nous firent du bien,  ils nous  apportèrent du bon rire

bien de chez nous.  Et surtout,  aucun de ces deux-là,  ni des autres qu'il serait fasti-

dieux de citer,  n'a jamais fait le juif,  si vous voyez ce que je veux dire.

Voilà l'essentiel. Et ne cherchez  pas d'autre raison, c'est à cause de cela que Lautner

ne tournait plus.

Homme de bien, bringueur invétéré, en plus,  ça se lisait sur sa gueule ravagée de fin

de parcours, ce mec savoura goulûment la vie,  les amis,  les femmes,  la bonne 

bouffe et le pinard. 

Avec un tel profil on ne peut pas être mauvais.

 

Du coup,  je laisse de côté toutes les mesquineries des couillonnades courantes, des

gesticulations franchouilles autant qu'internationales.  Pour aujourd'hui, ce sera juste

un peu de tristesse nostalgique et résignée, je vous prie de m'en excuser.

En y regardant bien,  Georges Lautner qui part,  ça représente encore l'enterrement

d'un gros morceau du temps d'autrefois  où les choses se passaient comme chez les

"Tontons Flingueurs" dans la bonne humeur et l'insouciance, avec élégance et esprit.

Le contraire de maintenant, en somme...

Je n'aime pas Léo Ferré,  vieille antipathie irraisonnée,  mais là,   tout de suite,  me

revient sa chanson,  son beau poème : "avec le temps, va, tout s'en va..."

Tout s'en va...

 

Bonne soirée, à bientôt.

Et merde pour qui ne me lira pas.


Post scripterratum :  encore perdu une occasion de fermer ma gueule, Georges Lautner sera inhumé samedi prochain après une bénédiction en la Cathédrale Sainte Réparate. (Source Nice-Matin)

J'ai honte!

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

trucmuche 29/11/2013 15:55

Le vintage revient à la mode rassurez vous, la nostalgie est une valeur sûre, un remake d'Octobre 1929 est prévu en Février 2014. Toujours miser sur les valeurs sûres du passé :

http://www.businessinsider.com/tom-demark-fears-1929-style-market-crash-2013-10

Mais le PS saura nous expliquer...

https://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/557910_611851375511312_869350011_n.jpg

nouratin 29/11/2013 18:44



En effet, vu sous cet angle, la catastrophe s'approcherait à grands pas, l'hstoire ne repasse jamais les plats mais elle pourrait bien repasser la soupe à la grimace...


Quant aux duettistes pinocchio et pine au c... en effet, c'est représentafif



Isa 29/11/2013 01:28

Oups! soient.

nouratin 29/11/2013 07:42



Il n'y avait pas de mal.



Isa 29/11/2013 00:19

Tout s'en va...... Tout fout l'camp... et les " l'Ard " d'abord: Audiard, Boudard, Dard. Pour vous consoler, je vous livre une pensée de ce dernier: " Heureux soit les fêlés car ils laissent passer
la lumière." F. Dard. Merci à vous et à un prochain dimanche

nouratin 29/11/2013 07:42



C'est vrai, ça, maintenant c'est beaucoup plus oriental, les terminaisons des blazes connus!


Sacré Frédo, celle là je ne la connaissais pas.


Merci et l'espère vous revoir très vite.



Carine 28/11/2013 20:55

Superbe billet!
J'avais fait un long comm et j'ai buggué.

N'oublie pas Blier ! Une montagne de talent, Bernard Blier.
Je partage chaque mot de ton billet, et sa nostalgie.
Quand on voit ce que le cinéma français est devenu...

nouratin 29/11/2013 07:39



Oui, aujourd'hui ce n'est plus vraiment du cinéma et ce n'est plus français du tout. C'est comme le reste...


Cette saloperie d'Over-Blog marche comme les affaires du pays!


Boisurogs.



Anne 28/11/2013 16:09

"Le temps d'autrefois, où tout se passait dans l'insouciance et la bonne humeur, avec élégance et esprit" : tout est dit cher Nouratin.
Tous ces gens-là, celle qui nous tient lieu de ministre de la Culture en tête (misère...), sont tellement, tellement vulgaires !
Et pourtant si imprégnés de leur sentiment de supériorité sur ce peuple français dépeint par Lautner qu'ils méprisent profondément, et qu'ils auront tant fait pour le faire disparaître.
C'est vrai qu'il y a des moments comme çà où l'humour n'est pas de mise....

nouratin 28/11/2013 18:06



En effet, il y a de quoi pleurer, c'est une sorte de génocide mou qu'on nous fait subir, il est des évènements qui nous le font bien comprendre, celui là en est un, il suffit de comparer
"avant/après"!


Merci et à bientôt, j'espère.



Autre Vue 27/11/2013 21:09

Sans vouloir plagier mais : Avant il y avait le cinéma ... mais ça c'était avant

nouratin 28/11/2013 18:02



L'avantage c'est qu'il trouvait des formules tellement bien foutues qu'on peut les replacer dans plein d'occasion, là, en effet, ça s'adapte au poil, exactement ça!


Amitiés.



nettoue 27/11/2013 10:07

Quel bonheur, mon copain, de se replonger grâce à toi dans une partie de vie bien de chez-nous ! Celle que l'on aimait parce-qu'elle était à nous, et de ce fait avions tant d'atomes crochus avec
elle ! Je ne dira pas qu'elle en avais avec nous, par modestie, car c'était elle la figure de proie !
Tu écris comme tu respires Nouratin, et ce faisant nous prends par où tu veux, la tête, le coeur, l'écrin, à rire (il mérite cet emballage là), et même dans certains cas, la boite à nausée, où
abonde les grosses saloperie du temps de maintenant ! Tiens un exemple : En dehors du supermarché où la boucherie est correcte la mini ville où j'habite, en comporte deux autres (arabes bien sur)
et bien il vient de s'installer un "Mini-Market", avec devine quoi tout un stand hallal...
Et la région Alsace est la plus à droite de France avec un maire qui l'est aussi : Seulement Peugeot, est à un saut de puce, non de rat !
Bisous pour toi mon copain
Nettoue

nouratin 27/11/2013 18:08



Alors là, je suis bien content, ma copine, ta visite me fait un immense plaisir!


Nous en sommes arrivés à un point ou la droite ni la gauche ne peuvent plus rien, l'invasion est bien installée et les envahisseurs prennent leurs aises...tant pis pour nous, il ne nous reste
plus que la tentative désespérée pour essayer d'inverser la tendance, en mars et juin prochain.


Merci pour ta gentillesse à mon égard.


Porte toi bien.


Je t'embrasse très fort.



Gacko 26/11/2013 20:03

Tiens vous êtes niçois Nouratin ? J'y ai passé les 10 dernières années et en suis parti sans aucun regrets. La mentalité du 06 est, comment dire, pour le moins particulière. A tel point que je
viens même de décliner une proposition de redescendre un mois pour le meeting de Cagnes qui commence mardi. Certes il y a bien le soleil mais il y est facturé très cher et c'est bien le seul
attrait de la région. A terme ce département deviendra une grande maison de retraite pour personnes agées aisées. Dommage car à l'époque de Lautner il devait en être tout autrement !

nouratin 27/11/2013 07:57



Ce n'est pas si mal quand même, question d'appréciation...



grainsdesel 26/11/2013 10:35

Voilà un billet écrit à la plume "sergent major" sans pâtés d'encre. Mon cher Nouratin, je te vois penché sur ta feuille t'appliquant à former les pleins et les déliés de cette calligraphie imposée
par nos maîtres d'école. Dommage que la place de "nègre" de l'Elysée, chargé d'écrire les hommages posthumes soit déjà prise...!
Bien sûr tous les metteurs en scène ou films que tu cites font partie de nos années où le 7ème art ne produisait pas des centaines de films par an mais au final on avait (avec quelques navets ayant
servis à faire bouillir la marmite) des films culte. Perso, il m'arrive dans les marchés aux puces de trouver des DVD (à 1€, alors pourquoi s'en priver) de ces années; sinon sur YouTube on arrive à
les visionner.
Pour mon retour sur la toile: que du bonheur de lire ton excellent billet:
Nota Bene: Je vais en parler au conseil de classe pour t'attribuer le prix d'excellence avec mention "Très Bien".
Bien amicalement

nouratin 26/11/2013 12:07



C'est d'autant plus sympa que la maîtresse commence un peu à m'oublier dans ses prières.


Merci, en tout cas, mais j'ai quand même fait une grosse faute, peut être même éliminatoire, si ça se trouve.


Et puis, content de te voir de retour, j'espère que tu nous a concocté une publication de haute graisse, selon ton habitude. Je passe te voir.


Amitiés.



Pakounta 25/11/2013 18:14

Joli papier, comme d'hab...
Juste un point : êtes-vous certain que Lautner était juif ? En tout cas, pas de manière classique, matrilinéaire, vu étant donné que sa maman Renée St Cyr, de son vrai nom Vittore, était confite en
religion : l'église Ste Rita, à Paris, se flattait d'être fréquentée par des "célébrités" parmi lesquelles elle figurait, à l'état de momie nonagénaire. Et ses obsèques ont été célébrées à Paris,
en l'église St Roch...
Mais ça ne change rien. Il savait faire des films qui racontent une histoire, avec des gens. Et, même sans génie, c'est mieux que les âneries semi-porno et/ou multiculturalistes qu'on nous déballe
aujourd'hui, par exemple avec une Charlotte Gainsbourg nymphomane négrophile... Qui ira voir une pareille sanie ?

nouratin 25/11/2013 18:40



En effet, j'ai cherché à savoir si Renée Saint-Cyr, native de Beausoleil et d'ascendance italienne était israélite ou pas...impossible de savoir jusqu'à cet instant où vous m'apprenez qu'elle
fréquentait Ste. Rita ce qui, pour une Italienne, règle définitivement la question: elle était catholique et donc notre pote Lautner n'était que le fils d'un juif,  lequel avait combattu
dans l'aviation, comme pilote, pendant la Grande Guerre.


Et comme vous dites, ça ne change rien, j'irais même jusqu'à dire que le débat est déplacé,


l'essentiel est dans la qualité des films... ceux de ce Lars Von Trier sont infects, à vomir


et pourtant, vous verrez, il aura de bonnes critiques : au pays des clowns, les bouffons règnent en maîtres!


Et vlan, qu'est-ce que je viens de voir sur Nice Matin : Lautner passera prendre une petite bénédiction en la Cathédrale de Nice!


Honteux et confus, je publie la rectification qui s'impose.


Amitiés.


 


 



Dr WO 25/11/2013 17:04

Bel hommage à Lautner. Mais qu'entendez-vous par "faire le juif", vous qui n'êtes pas antisémite ?
Dr WO

nouratin 25/11/2013 17:19



Eh, éh, je sens poindre un gros soupçon d'ironie sous la question et en plus je me trouve dans l'incapacité d'y répondre, trop intuitif, trop compliqué, j'aggraverais encore mon cas


Amitiés.



G.Mevennais 25/11/2013 11:29

Cher Nouratin, nous avons les mêmes souvenirs, les mêmes regrets, nous sommes sur la même longueur d'ondes concernant l'analyse de la situation actuelle, en tout cas sur l'essentiel et même une
grande partie de l'accessoire, mais au grand jamais, je n'ai de remords... J'ai hurlé dans les années 60 sur la façon d'élever les enfants, j'ai hurlé sur l'horreur de 68, j'ai hurlé sur le
"rassemblement des familles", après 81, j'ai commencé à me taire, dégoûté et écoeuré par l'aveuglement et la bêtise qui m'entouraient, qualificatifs qui n'ont fait que s'amplifier. Alors des
remords ? je ne comprends pas ! Et puis, que font les "jeunes" de 50 ans, ça fait un moment qu'ils sont au courant de ce qui se passe, non ? et les plus jeunes ? ça voudrait commencer à bouger
maintenant qu'il est trop tard... Désolé, notre génération est responsable sûrement, mais les deux autres qui ont suivi le sont tout autant voire plus, en tout cas, c'est mon opinion.
Amitiés. Gilles

nouratin 25/11/2013 17:17



Bien sûr, vous avez raison et je partage entièrement votre point de vue, j'ai aussi dénoncé tous les déconnages que nous avons vu défiler en rangs serrés depuis 1968 et également remarqué que la
génération suivante, celle qui est au pouvoir aujourd'hui n'a fait que régresser depuis.


Si je parle de remords, c'est au sens micro-économique du terme. Il y a des tas de choses que j'aurais dû faire et que je n'ai pas faites par simple égoïsme ou paresse et en cédant trop souvent à
la facilité.  Evidemment je n'ai aucun remord  ès qualité de membre de la génération 68, il n'y a pas de raison.


Amitiés.



josette 25/11/2013 09:28

ce qu'il y a de bien dans ce monde moderne c'est qu'il y a les cassettes et les dvd qui permettent de se repasser les choses qui nous ont plu. (j'avais mis es au bout de plu mais l'ordi veut pas
)
je ne savais pas que Lautner était Juif et je trouve bien que ce monsieur n'ai pas eu besoin de mettre en avant son origine pour arriver . Cela repose !
bien sur que le ministre des bas fonds de l'art subventionné va y aller de son discours et j'espère très fort que quelqu'un va lui chanter "joyeux anniversaire avec la beigne qui suit "
bises et cot cot de ta filleule qui ne pond plus, elle est trop vieille mais je la garde car moi on me garde, je suis vieille aussi et il y a belle lurette que j'ai cessé de pondre ...

nouratin 25/11/2013 10:07



Ah ben c'est gentil d'épargner la Julie...quoique ce soit avec les vieilles poules qu'on fait les meilleurs soupes, n'est-ce pas...comme le temps passe, tout de même!


Gros bisous et caresses à ma filleule.



trucmuche 25/11/2013 01:19

Le fait est que j'en ai connu beaucoup d'origine juive qui étaient athées, avec beaucoup d'humour et d'intelligence. J'ai eu aussi le béguin pour quelques unes d'origines juive toutes athées, mais
charmantes. Comme quoi, être blond aux yeux bleus n'empêche pas d'apprécier des juifs ou d'origine. Faudra un jour arrêter de taper sur les juifs d'origine qui ne demandent qu'à vivre correctement
sans emmerder le monde.

nouratin 25/11/2013 10:04



Pour résumer, il convient de se garder de tout sectarisme et de toute exclusion indifférenciée.


En rejetant en bloc on se prive forcément des richesses qui peuvent se cacher ça et là.


Cela dit, j'avais un bon copain juif blond aux yeux bleus, c'était un type formidable, pétri de qualités...j'ai connu, aussi, dans le temps une brune aux yeux noirs...tellement moche qu'elle me
rappelait un poème de Baudelaire dont le titre ne me revient pas...



G.Mevennais 25/11/2013 00:22

Oh là là, je sens poindre, aujourd'hui, un moment de grande nostalgie, sentiment que je partage, non pas à cause de mon âge, mais ces années 70 ont vraiment été les plus heureuse, peut-être
d'ailleurs parce que nous espérions, je dirais même que nous étions certains, à cette époque de notre jeunesse, que nous allions vers des années meilleures, que l'avenir nous réservait un véritable
progrès.... quelle désillusion, c'est ce qui nous atteint les plus, à l'âge où, peu ou prou, nous arrivons tous, car la plupart d'entre nous sommes bien, plus ou moins, de la même génération.
Je suis entièrement d'accord avec vous concernant les juifs, il faut savoir différencier une certaine "nomenclature" internationale voire une minorité d'extrémistes religieux d'avec "monsieur tout
le monde", y compris certains, comme Lautner (qui n'était pas "monsieur tout le monde" bien sûr), mais qui semblait bien étranger à la haute finance internationale, l'exemple, également, de Pierre
Dac, est judicieusement choisi et, pour ma part, j'ai connu des "juifs lamda" tout aussi étrangers aux "hautes sphères" et parfaitement respectables et honnêtes, je tenais à le souligner.
Amitiés, cher Nouratin et merci d'avoir bien su traduire notre sentiment concernant Lautner et cette époque.
Gilles

nouratin 25/11/2013 09:58



Merci, Gilles, en tant que survivvants du paradis perdu nous nous comprenons forcément.


Nous avons les mêmes souvenirs, les mêmes regrets et, si ça se trouve, les mêmes remords...


Voilà pourquoi, chaque fois qu'un monument de notre temps disparaît nous prenons tous plus ou moins un grand coup de mélancolie en pleine poire.


Amitiés.



trucmuche 24/11/2013 22:04

Bonjour Nouratin, vous êtes donc un nissarte de rauba capeu qui va bene.

J'ai habité la côte et en garde d'excellents souvenirs du fond des forêts de la Hesse où je suis, très belles d'ailleurs avec toutes sortes de plantes et d'arbres que je ne connaissais pas. Un jour
ici, demain ailleurs...

Les films de Lautner étaient formidables, merci Audiard. Désormais, il est dispersé façon puzzle, comme nous tous un jour.

Memento mori.

nouratin 25/11/2013 09:54



Bien sûr, sieu nissart, pas de Rauba Capeu mais presque.


L'important c'est surtout de se sentir chez soi là où l'on est...en France c'est de moins en moins le cas.


Bon, en effet, on claquera tous mais rin ne presse, attendons encore un peu.


Amitiés.



kristof 24/11/2013 21:19

Avant que vous ne le formuliez à la fin de votre billet, j'avais ressenti cette mélancolie, pour le coup vous avez une sacré belle plume.
Aller, courage, on les aura, mais c'est vrai que l'on se demande parfois à quel prix, mon Dieu...
Salutation,
Un jeune de France

nouratin 25/11/2013 09:51



Merci pour le compliment et courage à vous surtout qui devrez affronter toutes sortes de difficultés que ma génération n'a pas connues. Elle s'est conténtée de vous les créer, ma


génération, comme ça, au moins, vous n'aurez pas besoin de nous remercier.


Comme vous dites, plus le temps passe dans ces conditions et plus le prix sera élevé.


Gardons quand même espoir, tant qu'il y a encore des gens comme vous...


Amitiés.



BOUTFIL 24/11/2013 20:40

nous on va plus au ciné, pourquoi voir ? ce qu'on voit dans la rue, près de chez nous, pas besoin de payer pour ça, par contre on s'est payé tous les DVD d'Audiard et , les films des bonnes années
noir et blanc, ça c'était du vrai cinoche,
dans notre jeunesse, on se rendait pas compte évidement et on ne savait pas vers quel désastre on allait après ces foutues années 68!
mes gamins connaissent les répliques des tontons par coeur et nous les reservent régulièrement
gros bisous

nouratin 25/11/2013 09:47



C'est bien d'apprendre notre monde perdu à nos descendants, au moins, avec le cinéma ils peuvent se faire une idée, c'est déjà ça.


Gros bisous.



Capitaine Enzo 24/11/2013 20:21

Ici, au Brésil, je suis bien content de ne pas avoir à supporter cette nouvelle vague d'acteurs amateurs (Omar Sy, Elie Sémoun, Djamel Debbouze, Gad El Maleh). Même ma fille, qui a 12 ans, connait
Ventura, Blier, Blanche, Gabin, de Funes,... mais pas ces pseudo amuseurs de HLM.
Amitiés.

nouratin 25/11/2013 09:45



En effet, le mieux qu'il y ait à faire, désormais, avec la France, c'est d'aller ailleurs.


Cela évite au moins à nos jeunes générations de se faire contaminer par la stupidité ambiante.


Amitiés.



Pangloss 24/11/2013 19:15

Bravo pour ce billet. La mort de Lautner, c'est le faire-part de décès d'une époque heureuse. Avec le recul et surtout quand on considère que notre présent était l'avenir de ce temps-là. Comment
s'étonner que nous soyons déçus?

nouratin 24/11/2013 19:51



Oui, n'est-ce pas, notre génération était trop stupide et trop endoctrinée, elle a tout foutu en l'air, une catastrophe sans nom!


Merci et amitiés.



D.Espair 24/11/2013 19:01

Un cinéaste talentueux, réalisateur de films populaires, nous a quittés. De Lautner, outre Les Tontons flingueurs, je retiens surtout l'excellent et très sombre Mort d'un pourri, avec une
distribution comme on n'en fait plus : Delon, Kinski, Ronet, Aumont, Bouise, Guiomar, Virlogeux. Sans oublier Muti, Audran, Darc... Le tout sur une superbe musique de Philippe Sarde et de Stan
Getz...

nouratin 24/11/2013 19:49



Tiens, en voilà un dont je ne me souviens plus, bien que le titre m'évoque lourdement.


Merci pour la suggestion, je vais le chercher dare-dare.


Amitiés.



geo. 24/11/2013 18:49

bonsoir l'ami..
tu pourrais être le tonton flingueur de la politique..
tu en as la gouaille,la verve, l'humour au jus d'pomme (quand il y en a....du jus d'pommes)
j'ai toujours aimé ses films...
quand a ferré, si je n'aime pas ses idées de nanar....j'adore ses texte....
amicalement

nouratin 24/11/2013 19:47



Salut Géo, pour moi ce serait plutôt l'humour au calva mais bon, c'est vrai, y a la crise...


Merci, en tout cas et amitiés.



Sud Deux Sèvres 24/11/2013 18:22

Mais oui mon cher Nouratin notre tour aussi arrivera !

Un bel hommage à ce cinéaste de talent.Ce sera un immense plaisir de revoir le film que la "Téloche lui consacrera en guise d'Adieu"

Je ne veux prétendre que ce sont les meilleurs qui nous quittent ,mais il y a peu nous a quitté de Villiers avec ses 200 SAS au compteur! Il n'aura pas échappé aux chalands et aux fans de ce
Romancier le silence sidéral de notre Ministre de la Culture et de notre "petit Président" qui généralement saute sur tout ce qui bouge pour essayer de se requinquer dans les sondages! .

nouratin 24/11/2013 18:41



Oui, c'est vrai, vous avez raison, Gérard de Villiers était un homme de droite, donc, aux yeux de nos gauchiards bien-pensants, pas tout à fait un être humain...


Cela dit, soyons lucides, leurs hommages, de Villiers n'en avait rigoureusement rien à foutre.


Merci et à bientôt, j'espère.



René de Sévérac 24/11/2013 18:11

Pardon pour la dernière phrase :
l'allusion aux cachuèttes ne doit pas être compris comme irrévérencieux !

nouratin 24/11/2013 18:23



Ah, je vois que vous prenez conscience! Irrévérencieux n'eût point été gênant, l'accusation risquait, en l'espèce de revêtir une gravité incommensurable...racisme, vous vous rendez compte!



René de Sévérac 24/11/2013 18:09

Vous êtes un nostalgique.
Il en fut des cinéastes qui ont marqué votre (et ma) jeunesse.
J'ai gardé un énorme souvenir des oeuvres de Lautner (surtout lorsque Audiard était de la partie) et en particulier les "Tontons flingueurs" film culte de mes enfants aussi.
Mais mon auteur préféré reste Eric Rhomer.

Mais le cinéma d'aujourd'hui restera dans les annales avec des acteurs comme Hollande, Valls et Taubira : parmi les textes de cette dernière : "on me refuse l'appartenance à l'humanité" (j'avoue
que j'ai oublié la citation exacte). Mais ça vaut son pesant de cacahuèttes !

Amitiés

nouratin 24/11/2013 18:20



Malheureux! Pourquoi pas son pesant de bananes, tant que vous y êtes?


Bon, je remplace par "moutarde" c'est bien parce que c'est vous.


Sérieusement, oui nostalgique, comme tous les vieux réacs, "laudator temporis acti" comme disait un de mes profs de l'époque.


Et c'est vrai que le cinoche de ce temps-là nous remet dans l'espace de notre jeunesse, c'est surtout pour cela, la nostalgie. Rohmer, oui,bien sûr, moi aussi, vous pensez!


Quant à nos andouilles socialistes gouvernantes, elles passeront, elles aussi, plus vite qu'elles ne le croient et sans laisser d'autres traces que celles du cheval sur le bitume.


Amitiés.