Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 18:17

Pour faire le gros buzz, le candidat aux tant attendues Primaires Socialistes

dispose, en définitive, d'un nombre limité de solutions techniques.

 

La première consiste à "dire des conneries". Mais en pareil cas, la connerie

proférée doit nécessairement sortir de l'ordinaire et même ressortir à

l'extraordinaire, sous peine d'apparaître comme parfaitement banale et dépourvue

d'intérêt. Une sottise quelconque passe, chez ces gens, là pour une déclaration

politique conforme au dogme, aux valeurs, ainsi qu'aux principes directeurs du

Parti et n'attire en aucune façon l'attention.

Comme, par exemple, les propos habituels de la mère Aubry.

La technique en question apparaît, en revanche, parfaitement maîtrisée par la

Dame Ségolène dont elle constitue le cheval de bataille pour ne pas dire le fonds

de commerce. Elle en a tellement débloqué des insanités, cette chère Pintade,

qu'on n'y prèterait presque plus attention. Au début, ça surprenait, ça paraissait

charmant de fraîcheur printannière charentepoitousienne, ça pouvait même,

parfois, passer pour trait de génie, comme le jour fameux de la "bravitude". En

tout cas on en parlait, ça buzzait sec, efficace, percutant, vachement professionnel.

Seulement, vous savez comment sont les gens de nos jours, l'effet se dissipe, on

s'en fatigue, la grâce naïve des ségolèneries n'opère plus comme avant, elle 

arrive au bout du rouleau, la brave mémère. Tant va la cruche à l'eau... et Dieu

sait qu'elle n'a jamais eu peur d'y aller, à l'eau, la Ségolène!

 

Après, vous avez aussi la technique du "pas bouger d'un poil de cul". Ca peut

fonctionner mais faut quand même des conditions particulières. Je vous prends,

au hasard, Hollande. Bon, on ne l'entend pas, tout le monde ignore où il est.

Remarquez, loin de moi l'idée de m'en plaindre, plus il continue ainsi et plus je

suis content. D'ailleurs il doit se trouver à Tulle. Et s'y trouver bien, en plus. Il a

le look, on dirait le Charcutier de Mâchonville si cher à mon vieux pote Grancher.

Mais, soyons honnêtes, on a tendance à l'oublier. Loin des yeux loin du coeur, et

même du reste. Autant dire que lui, il devrait changer de méthode, passer à une

technique mieux adaptée à sa personnalité. Sans quoi, il fera 2%.

En revanche, il y en a un qui vous manie cette technique avec un art super-

consommé. Eh oui, bien sûr, je vous cause de l'Arlésienne du FMI, du Raminagrobis

de la très haute finance mondialisée, du d'Artagnan de la rapière à géométrie variable,

du deus ex machina du quinquennat annoncé. J'ai nommé, vous l'avez évidemment

reconnu, le Grand Dominique Strauss-Kahn (coup de cymbale). Fermez le ban.

Stupéfiant, le succès de ce mec alors qu'il ne moufte pas plus qu'un reposant de

cimetière et remue encore moins, si ça se pouvait. Absent. Même pas discret,

absent total. Disparu, rien à voir, évanoui dans les sphères éthérées, invisible

absolument, néantisé à bloc.

Mais désiré, souhaité, appelé, divinisé, encensé,auréolé, quasiment élu d'avance.

Du jamais vu! Sensationnel, invraisemblable, fabuleux, grandiose!

Le gus, il n'existe quasiment pas, on ne sait même pas s'il va se présenter, on est

presque sûr du contraire pour tout dire. Mais ça ne fait rien. C'est lui qu'on veut,

totalement, d'un amour infini, sans bornes, sans concession, sans raison.

Voilà bien le franchouille, tiens, l'esprit de contradiction fait peuple, Nation d'amoureux

transis de l'inaccessible étoile. Même si l'étoile en question se révèle bricolée avec

un bout de carton recouvert d'alu de cuisine et qu'on peut la récupérer d'un coup de

balai sec. Remarquez, le coup en question arriverait sans doute le jour improbable

où Minou la Tringlette annoncerait sa candidature. C'est là qu'on verrait les limites

du système.

 

Mentionnons aussi, pour mémoire, la technique du "c'est ma nana qui morfle".

Pas terrible, comme combine, assez inefficace, même, si l'on en juge par la quasi-

transparence de l'ineffable Montebourg, depuis quelques temps. D'ailleurs, nul ne

sait s'il l'avait fait exprès de faire lourder sa douce-amie de son poste de speakerine

d'infos prédigérées. Celle-ci, d'ailleurs, semble avoir gagné plus que son jules, sur

ce coup-là, en notoriété de pacotille. Lui, le bel Arnaud, ça ne lui a fait ni chaud, ni

froid. Juste un petit coup d'indignation médiatique et le buzz était déja parti voir

ailleurs si par hasard il s'y trouvait.

Donc, pas recommandable, comme technique. Sans compter la mise de fonds que

ça demande. Pas évident de se trouver une déesse du petit écran, comme brancard.

A part le précité Strauss-Kahn et le désopilant Borloo, très peu ont consenti un tel

sacrifice. Manifestement, ça ne vaut pas trop le coup.

Pas plus d'ailleurs que le "s'il y va pas, c'est moi", de Moscovici. Personnellement, je

ne saurais préconiser. Ca vous donne un profil de second choix, de lot de consolation,

de roue de secours, qui vous plombe déja la cote avant même que vous ne puissiez

y aller carrément. Mais qu'est-ce qu'il pourrait faire d'autre, tant que son patron du FMI,

encore lui, joue les sphynx évanescents suspensoirs de Primaires, pas vrai?

 

En revanche, et là, quand c'est bien fait, on arrive à toucher au sublime, au pré-divin

presque, esgourdez donc un peu la technique du "regardez moi bien, j'urine dans

le bénitier". Du grand art comme truc. Le nec plus ultra de la buzzerie moderne.

Encore mieux, le procédé n'exige aucun investissement coûteux, aucun effort

particulier. Il suffit de viser une bonne grosse connerie du sacro-saint dogme

socialiste. Pas de problème, vous avez l'embarras du choix dans tout le fatras

hétéroclite de la cosmogonie des acquis sociaux et autres conquètes du progrès

des masses laborieuses. Vous pouvez identifier une cible, peser le pour et le contre

et, si ça convient, donner l'ordre de tir. Comment? Facile. Vous attendez de vous

trouver sur un bon medium un peu porteur, style R.T.L. ou L.C.I. ou même R.M.C.

enfin une merderie comme-ça. Et puis, en douce, au moment où personne n'attend

rien de bien saillant, tchac! vous balancez le scud. Là vous pouvez y aller. Vous avez 

au moins deux minutes pour déblatérer tranquille. En attendant que l'interviewer 

retrouve sa respiration, se remette sur sa chaise, regoupe ce qui reste de ses esprits,

si tant est qu'il en eût jamais, analyse rapidos ce qui lui arrive, mette au point une 

tactique pour continuer son truc en préservant à la fois le scoop que vous lui donnez

et la suite de sa carrière. Bref, vous avez une paix impériale, comme ça n'arrive plus

jamais de nos jours et toute latitude pour parfaire la victoire éclatante que vous

venez de remporter sur l'ensemble de la classe politique et sur vos gentils

camarades en particulier.

Hiroshima, à côté, on dirait un pet de none. Effet dévastateur garanti. Tremblement de

terre, maelström, tsunami, ouragan, cyclone, marée noire, supernova, allez, faut dire

ce qui est, big-bang, n'ayons pas peur des mots!

Une fois que le truc a pété, vous avez le jet-stream dans le dos, le souffle

puissant de l'explosion qui vous propulse à tout berzingue au firmament du nirvana

médiatique.

Tout d'un coup, vous coûtez plus cher que tous les collègues réunis. On vous veut de

partout, on vous réclame, on vous sollicite, on vous implore, on vous met du Dom

Pérignon dans la loge, on vous en propose une petite pour décongestionner, on vous

déroule le tapis rouge pire que pour Sarko. En un mot, vous venez d'acquérir le titre

de "grand buzz pour au moins un bonne semaine", un exploit, par les temps qui

courent.

Voilà. Mais ce genre de performance reste hors de portée du commun des mortels.

Pour se le permettre il faut un statut compatible, du culot, un terrain bien préparé et

le profil du mec moderne qui vit avec son temps et sait ce qu'il faut aujourd'hui, pour

le bien du populo. Par exemple, ce procédé ne saurait convenir à un garçon comme

Fabius qui trimballe tellement de socialisme historique dans son paquetage qu'il en

perdrait à la fois prestige et crédibilité. Notez, pour ce qu'il lui en reste...

Non, le héros du compissage de bénitier, c'est Valls, bien sûr, le sémillant Manuel.

Celui qui restera à jamais l'homme qui a osé. Le courageux Valls, pour certains,

Valls l'iconoclaste pour d'autres. Le traitre, peut être pour les plus acharnés de la

doctrine, mais finalement ça ne s'est guère entendu, ce genre d'excès.

Pourtant, il n'a pas employé le dos de la cuiller, le petit Manuel. Les Trente-Cinq

Heures, qu'il a flinguées, cézigue pâte, rien que ça, d'un revers de pogne!

Tranquille, l'air de discuter le bout de gras sur la pluie, le beau temps et le prix du kilo

de gazoil.

Calmement, posément, sans avoir l'air d'y toucher, il a balancé comme quoi

on ne peut  plus se permettre ce genre de fantaisie d'un autre âge; entraînant 

du même coup  la ringardisation  immédiate et diffcilement réversible de 

l'ensemble de ses coréligionnaires socialistes.  A commencer, bien entendu 

par leur  Première- Secrétaire.La Dame des Trente-Cinq heures! 

On dirait du Feydeau.

Sans parler de ces cons de syndicalistes qui s'attendaient à tout sauf à ça et qui

s'en bavaient sur le plastron à ne pas savoir quoi bafouiller  face à un pataquès de

cette ampleur.

Putain, l'écroulement dans le vacarme la fureur et l'affollement général.

Un socialo qui se met à dézinguer les piliers du Temple! Tout le

plaftard qui choît sur les gueules des hommes et des femmes de gauche, si

engoncés dans leurs certitudes qu'ils ne captent rien à ce qui leur arrive.

Abasourdis, estomaqués, stupéfaits, terrorisés, ils hésitent entre se faire dessous,

ouvrir dare-dare un compte en Suisse (enfin seulement ceux qui ne l'ont pas encore

fait), ou se coller sous le portrait tutélaire du Bienheureux Mitterrrand. Il les protègera

sans doute, le Vieux, il savait y faire, lui. Sous son règne, jamais on aurait vu pareil

sacrilège! Les trente-cinq heures non plus d'ailleurs, on ne les avait pas vues, de son

temps. Pas fou le Tonton. 

 

Alors, voilà. Pour ce qui est de buzzer, le petit Manuel on sent bien qu'il en connaît

un gros sac. Pas la première fois qu'on le voit faire ( voir Guide Suprême et Burqa )

mais ce coup-ci il vient de franchir le rubi, con, et avec une maestria qu'on

n'eût pas soupçonnée chez un gamin qui ne payait pas tant de mine.

Beau travail!

Cette sortie ne lui vaudra peut être pas l'amour débridé du bon peuple de gauche ni

les suffrages des braves salariés peu enclins à larguer leurs RTT mais en termes

de notoriété ça claque dur, ça ramène costaud.

Sans compter que le filon apparaît à peine effleuré. Il reste assez de minerai à

extraire pour lui assurer des années de succès fulgurant. Supposez qu'il s'attaque

aux Comités d'Entreprise, au droit de grève, à la peine de mort, même, pourquoi pas?

Vous le voyez le boulevard triomphal qui s'ouvre devant la musette à Valls, qu'on lui

aurait donné le Bon Jaurès sans confession, dites, parti comme il est, pas vrai?

 

Croyez moi, il ira loin, ce coquinou, pourvu qu'il conserve le rythme et la technique.

C'est sûr, il grandira. Pas tellement parcequ'il est espagnol, non, mais parcequ'à

sa façon, il trimballe un gros sens de l'humour comme on en voit peu dans le cloaque

politicard. Mis à part Sarko et Méluche.

 

Que la vie vous reste douce et merde pour qui ne me lira pas.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

mash 13/01/2011 23:06


Pour faire bref et sans avoir vu les chiffres du bilan bio de Minou-la-mauvaisemine,il semble(à vue de nez)avoir plus de 2.6 g de cholestérol,des trigly en folie,les sgot et sgpt au zénith,une
surcharge pondérale,il arbore aussi les stigmates de la sédentarité,et si comme le chantait l'ami Georges,il monte à l'assaut derechef,avec ou sans femme de rédacteur en chef...
Il ne faut pas parier sur lui,mais l' achat d'un de ses bien en viager est sans doute un bon plan
A plus
M


nouratin 14/01/2011 12:02



Remarquable! Ca c'est du boulot. Quand le commun des mortels se dit, "le mec, il a


une sale gueule", Hawkeye lui perce en un clin d'oeil les anomalies biologiques les plus


secrètes. Je suis admiratif.


Le problème c'est qu'il est tellement plein de pognon qu'il ne vendra jamais rien en


viager. A la rigueur son épouse, mais personne n'en voudrait, je crains.


Merci pour ces précisions et conserve toi bien.


Amitiés.


N.



kate 13/01/2011 16:51


Vous avez raison Nouratin ! il faut se méfier des eaux dormantes ......


kate 11/01/2011 22:01


Excellent toujours Nouratin.... ! vous avez raison , "il grandira " ce petit Valls ,avec son air de ne pas y toucher .... c'est à mon avis le seul de gauche qui est crédible . Tous les autres sont
des "payasos " ! ( clown ) et oui, j'ai des origines Andalouses ! Mais soit dit en passant ,,je suis de droite , mais de la droite ferme !


nouratin 12/01/2011 19:11



Pour ne rien vous cacher, je ne suis pas très à gauche moi non plus. Les réacs de


gauche sont rares, quoique sans doute moins qu'on ne pourrait le croire.


Celà dit, je crois que Valls est aussi un payaso, mais probablement


plus malin que les autres.


Amitiés.


N.



dxdiag 10/01/2011 10:20


C’est vrai que ça va être certainement difficile de choisir entre tous les magnifiques candidats dont vous nous avez fait une description remarquable: je suis heureuse de n’être pas socialiste.
DSK, pour la présidentielle, est surtout jugé sur sa mine. Quand je vois cette dernière je pense surtout que s’il vend quelque chose en viager ça peut être assez intéressant pour l’acheteur. Ceci
dit c’est un pronostic à distance alors je peux me tromper ( et je l’espère pour lui… je ne suis pas vache à ce point)


nouratin 11/01/2011 11:57



Fort intéressant ce diagnostic. J'ai entendu dire qu'il abuserait des petites


pilules bleues, pensez vous que ça puisse venir de là?


Question importantes car nous nous sommes farcis un grand malade pendant deux


septennats, faudrait pas recommencer, même si aujourd'hui c'est moins long.


Amitiés.


N.



carine 09/01/2011 20:18


"Stupéfiant, le succès de ce mec alors qu'il ne moufte pas plus qu'un reposant de
cimetière et remue encore moins, si ça se pouvait."

Il la ferme, et ça paie. Mieux que les petites phrases, lui il fait de la politique en se taisant. Je trouve ça superbe. Il invente un comportement politique que le monde entier nous envie. Si
seulement les journaleux gamelleux pouvaient en faire autant !
Les seuls que nous voulons entendre, c'est toi, Dixie, Hoplite et quelques autres.
Sinon, tous au régime chut…


nouratin 11/01/2011 11:53



C'est tellement inhabituel, un politicard qui se la ferme. Il faut dire que nous ne


savons pas tout. Qu'est- ce qui s'est décidé avec Sarko quand ce lui-ci a fait


nommer DSK au FMI? Mystère. On saura jamais.


En tout cas, dès qu'il l'ouvrira ça le fera chuter de dix points dans les sondages.


Comme tu dis, s'ils pouvaient tous en prendre de la graine! 



mash 09/01/2011 17:02


So funny,so people to day Mister Nouratin.
Sais-tu si Minou la tringlette a eu l'occasion de tester la rectitude du brave-homme de Marie-Ségo?
En tous cas Valls le Catalan naturalisé a un beau tempérament et vient de nous démontrer avec autorité la réalité de son intégration au milieu .
C'est toujours un plaisir de te lire.
Amitiés.
M


nouratin 09/01/2011 17:11



Pour Minou, je l'ignore. Il faut dire qu'il consacre énormément de temps à la


formation permanente de ses collaboratrices. On ne peut pas être au mour et au


foulin.


Merci de ta visite et amitiés.


N.



chris 09/01/2011 07:32


Je ris à en pleurer .....mais mon personnage favori reste DSK ...sans doute parcequ'il a un petit coté Jésus Christ - Messie qui me plait trop ....
En somme , je suis certaine de ne pas me tromper , quand j'affirme que poligion et relitique sont la meme chose ....un rigolo conte de fées pour endormir les cons ....

...que tu sais déclamer à merveille ....


nouratin 09/01/2011 16:06



Poligion et relitique sont les deux mamelles de la connerie humaine.


De toute façon on n'y échappe pas, autant essayer de contourner l'obstacle.


C'est un des objectifs du ChriSSianisme, si je ne m'abuse.


Méfie toi quand même de Strauss-Kahn, pas à cause du sécateur mais parcequ'il


a tendance à trousser le jupon, ce vieux cochon.


Grozibous.