Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 19:04

Quel joli présent il a fait aux amerloques Barakobama pour ce Noël 2009. Il leur a offert
la Sécu, dites, de quoi illustrer élégamment la notion de cadeau empoisonné!
Après ce succès fabuleux obtenu de haute lutte auprès d'un Sénat relativement tiède
tout de même, il a pu s'envoler enfin pour Honolulu, le Président sécuritésocialiste,
avec le sentiment du devoir accompli et la conviction, propre à ceux qui ne doutent de
rien, d'avoir rendu à son pays un service inestimable.
Nous qui savons de quoi il retourne, avec notre système à la con désormais totalement 
en faillite, pouvons en effet apprécier l'évènement à sa juste valeur.

Mais là n'est pas la question.
Hier soir en allant dire sa messe de minuit de vingt deux heures ( il est bon de se montrer
en avance sur son temps), Benoît XVI s'est fait littéralement voler dans les plumes par une
pétroleuse vêtue de rouge. Je pense qu'il devait s'agir de Satan ou de quelqu'un qui venait
de sa part mais nous ne disposons d'aucune information de nature à corroborer cette
hypothèse. En tout cas le Pape, s'il n'a pas mordu la poussière compte tenu que
l'aspirateur venait d'être passé, a tout de même pris violemment contact avec le pavement
de la basilique de Saint-Pierre. Vu que les ornement sacerdotaux ça peut servir aussi
d'amortisseur, le cas échéant, il s'en est sorti indemne, Benoît, sans la moindre contusion.
Au moins officiellement.
Hélas, le pauvre cardinal Etchégaraï qui n'avait rien vu venir s'écrasait simultanément sur le
sol marmoréen au son caractéristique du col du fémur de vieillard qui craque.

Voila donc, après Berlusconi qui prit naguère un petit Dome de Milan en pleine gueule, le Pape qui s'emplâtre carrément le grand Saint Pierre de Rome dans le buffet.
Comme quoi le contact avec l'église peut se révéler redoutable. Toutefois la similitude des deux évènements porte des enseignements plus inquiétants.

Dans les deux cas, en effet, la victime se présente comme une personnalité détestée et
vilipendée par toutes les gauches possibles et imaginables. Dans les deux cas l'agresseur
apparaît, selon les media, comme "déséquilibré" donc, somme toute, irresponsable et
incapable d'exposer sa motivation.
Cependant, sinoque ou pas, l'individu s'en prend quand même a une personalité que les
bien-pensants de la grande famille de gauche désignent en permanence à la vindicte
populaire comme malfaiteurs haïssables de l'humanité.
S'agissant du Président du Conseil italien ( voirLe fascisme ne passera pas! et aussi
Fesse bouc. ) l'appel public au meurtre pourrait bien avoir trouvé un récepteur efficace
en la personne du tordu au duomo miniature. 
En ce qui concerne le Pape, il constitue lui aussi une cible privilégiée. Ennemi officiel de
la capote anglaise, Benoît apparaît comme un épouvantable réactionnaire prêt à sacrifier
des millions d'individus aux diktats d'un dogme périmé ( voir, par exemple Fensées
pugaces 
 et Malédiction gourbi et zobi ). 
Par dessus le marché il peut se révéler de bon ton de faire état, dans la plus parfaite
neutralité s'entend, de l'affiliation du petit Ratzinger, voilà soixante-quinze ans, aux
jeunesses hitleriennes. Pas la peine d'en rajouter, le simple énoncé de la chose fait son
petit effet. Le pape nazi constitue ce qu'on peut rêver de mieux pour impressionner les
esprit faibles et les sales connards prêts à faire un sale coup pour peu qu'on leur suggère
une raison plausible.
Et pour ce qui est de suggérer, la gauche, on peut lui faire confiance.

Alors, je sais bien qu'il se buzze déja sur le net que Berlusconi a organisé le coup pour
monter dans les sondages et que bientôt on trouvera une connerie du même ordre en
vue d'expliquer l'attentat contre le Pape. N'a t-il pas été immédiatement avancé, d'ailleurs,
que la tordue voulait juste lui faire un gros bisou, à Benoît? Faut quand même le faire,
lorsqu'on voit les images. Peut être qu'à Etchégaraï elle voulait lui turluter le zigomar, non?
Je sais bien, en outre, que ce sont toujours les mêmes qui ont raison. Par essence.
Je sais bien, aussi que celui qui trimballe le sceau de l'infâmie de gauche doit crever la
gueule ouverte afin de purger le monde de sa présence abjecte.
Je sais bien, enfin, que les mésaventures des deux personnes susvisées amusent
beaucoup notamment du côté de Saint-Germain des Prés où l'on manquait,depuis la
retraite de Deubel-You Bush, de sujets de rigolade.

Mais je trouve, en revanche les anathèmes jetés par la grande famille de gauche
assimilables de plus en plus aux fatwah des musulmans. 
Comme on disait dans le temps, "salaud, le peuple aura ta peau!".
Bientôt, avec désormais internet pour appeler à la fatwah, il y aura des morts dans les
rangs des infidèles!
Heureusement pour moi, seuls les infidèles me témoignent quelque fidélité.
Je les embrasse et merde pour qui ne me lira pas. 

  




 

Partager cet article

Repost 0
Published by nouratin
commenter cet article

commentaires

Patrick Perrin 01/01/2010 10:45


Moi aussi je vous embrasse! Bonne année.